Skip to navigation – Site map

HomeIssues29RecensionsScott Slovic. Voyager pour penser...

Recensions

Scott Slovic. Voyager pour penser. Engagement, retraite et responsabilité écocritique

Claire Cazajous-Augé
Bibliographical reference

Scott Slovic. Voyager pour penser. Engagement, retraite et responsabilité écocritique. Trad. F. Besson, Toulouse, PUM, 2023, ISBN : 978-2-8107-1220-5.

Full text

1Il aura fallu attendre 15 ans pour qu’une traduction française de l’ouvrage de Scott Slovic, Going Away to Think. Engagement, Retreat, and Ecocritical Responsibility, publié en 2008 (University of Nevada Press), voie le jour. Texte dense couronnant une carrière académique de premier plan, Going Away to Think méritait bien les talents de traductrice et la connaissance approfondie du travail de Slovic de Françoise Besson. Récit à la fois autobiographique et universitaire, cet ouvrage montre que le parcours personnel et professionnel de Slovic sont intimement liés et que l’écocritique dépasse les limites de la discipline universitaire : c’est aussi une manière de mener sa vie dans un souci d’engagement en faveur de la protection du monde autre qu’humain. C’est donc logiquement que la SELVA a soutenu la publication de cette traduction.

2Une carte dessinée à la main représentant les lieux emblématiques qui ont été fondateurs pour le chercheur en écocritique qu’est Scott Slovic accueille le lecteur à l’ouverture de Voyager pour penser : la côte Ouest des États-Unis et du Nord du Mexique ainsi que le Japon se côtoient. Les lieux mentionnés par les auteurs des essais concluant cet ouvrage (la Chine pour Wei Qingqi, les Yvelines pour Christian Giusti) et ceux que la traductrice, Françoise Besson, présente comme essentiels à son travail d’écriture et de transmission (les Pyrénées) auraient pu être ajoutés à cette carte, qui aurait alors insisté dès l’ouverture de ce livre sur les liens qui se nouent entre les différents chercheurs ayant contribué à cette édition augmentée.

3Dans une belle introduction très fournie, Françoise Besson rappelle que la pandémie de Covid-19, survenue douze ans après la première publication du texte de Slovic, nous a encouragés à repenser notre rapport au voyage et peut nous permettre de relire ce texte sous un nouvel angle. Ainsi, pour l’auteur de Voyager pour penser, le voyage n’est pas seulement une manière de découvrir le monde ou de se rendre dans d’autres pays afin de partager ses travaux dans des universités étrangères. C’est aussi un moyen de prendre contact avec le monde autre qu’humain et de développer une pensée et un mode de vie écocritiques. Si l’ouvrage traite de différents voyages importants dans l’élaboration de la pensée de Slovic, Besson ajoute que le texte lui-même est « un voyage dans le monde vivant et (…) un voyage dans une pensée rayonnante sans cesse en marche, qui exprime une philosophie poétique vitale étincelante comme les yeux des crocodiles dans la nuit de la mangrove mexicaine, comme le soleil sur la mer tropicale et comme les gemmes de mots du voyageur, penseur, militant et enseignant Scott Slovic. » (12) En effet, cette traduction, qui est aussi une version augmentée de la première édition de 2008, inclut, en plus de l’introduction de la traductrice, une préface révisée par Slovic, trois essais d’universitaires venant d’horizons géographiques et disciplinaires variés et un entretien entre Slovic et Besson. Chacun de ces ajouts témoigne de la qualité de passeur de Slovic qui, au fil de ses voyages et de ses écrits, a su tisser des liens féconds avec de nombreux collègues, qu’il évoque abondamment dans ce livre. Mêlant à la fois souvenirs, anecdotes révélatrices (Besson raconte sa première rencontre avec Slovic, qui a eu lieu symboliquement dans un espace synonyme de passage et de voyage : une gare), historique de l’écocritique et description de la manière avec laquelle cette discipline a voyagé entre les États-Unis et la France notamment, cette introduction sert aussi d’hommage au travail de Slovic et permet à Besson de saluer le travail de quelques-uns des nombreux chercheurs français qui ont su développer cette discipline et la faire rayonner dans le monde universitaire et dans la société civile.

4Dans la préface, Slovic développe l’une des idées principales de son ouvrage : s’il a effectué au cours de sa vie de nombreux voyages au gré des invitations qu’il a reçues de la part d’autres chercheurs, afin d’échanger avec eux et leurs étudiants ou avec des auteurs de littérature environnementale, il affirme que la retraite est un moyen privilégié de prendre la mesure des crises mondiales : « Quelquefois, je l’ai constaté, la manière la plus efficace de s’engager pour le monde et les problèmes préoccupants qui le secouent, c’est de se retirer dans un lieu géographique qui permette d’avoir une perspective sur sa propre vision du monde et qui offre un espace tranquille pour la réflexion. » (43) Ce constat l’a conduit à déplacer certains de ses séminaires des bancs de l’université vers l’une des zones les plus sauvages des États-Unis, au sud de l’Alaska, à Frank Church, où les étudiants de l’Université de l’Idaho, où Slovic a enseigné pendant années, peuvent faire l’expérience d’une vie retirée, loin du tumulte du monde, qui leur permet de renouveler leur engagement envers le monde autre qu’humain. Au cours des dix-huit chapitres de son ouvrage, Slovic s’applique à montrer l’importance pour les écocritiques de partager leurs recherches, et de faire ressentir leurs expériences, positives ou négatives (il évoque une chute de plusieurs mètres dans un paysage montagneux du Japon), du monde autre qu’humain.

5Dans le premier chapitre (« Savourer, sauver et être écologiquement responsable »), Slovic développe le concept de « responsabilité écocritique », qu’il utilise dans le titre de l’ouvrage, et qui agit comme une ligne directrice dans sa vie personnelle et académique. Slovic s’appuie sur les exemples de nombreux auteurs (Rick Bass, Arundhati Roy, Terry Tempest Williams ou encore Robert Haas) afin de montrer qu’il est possible d’être un habitant de ce monde qui savoure ce qu’il a à offrir tout en essayant d’agir de manière respectueuse envers lui. Ces deux attitudes pourraient apparaître contradictoires, mais Slovic montre qu’elles peuvent – et qu’elles doivent – aller de pair. Il explique ainsi que chacun de ses voyages organisé dans le cadre professionnel s’est accompagné d’une expérience intime des lieux traversés, comme au Mexique, qui lui a permis de solidifier son engagement écologique. Slovic anticipe ainsi toute critique qui pourrait lui reprocher de voyager régulièrement à travers le monde en ces temps de réchauffement climatique et de nécessaire sobriété. Dans les chapitres trois et quatre, Slovic poursuit son éloge du voyage en présentant le rôle des écocritiques : il s’agit de « fournir aux lecteurs une explication plus large, plus profonde et peut-être plus explicite de ce que communique la littérature environnementale et de la manière dont elle le communique, plus que ne le font les écrivains eux-mêmes, immergés qu’ils sont dans leurs propres récits spécifiques. » (76) Selon l’auteur, les chercheurs littéraires spécialisés dans les textes abordant le monde autre qu’humain doivent avoir une expérience concrète du monde afin de trouver « un langage enraciné dans le monde de façon approprié » (76) et donc audible pour le plus grand nombre.

6Dans les chapitres suivants, il évoque certaines des questions que se pose chaque chercheur en écocritique : la recherche d’authenticité et de crédibilité (chapitre six), la place de l’engagement militant dans la vie des universitaires (Slovic publie dans le chapitre dix-sept son échange épistolaire avec Coca Cola à propos de la privatisation de l’eau et de la pollution des ressources en eau potable dans certains pays comme l’Inde), l’oscillation entre l’espérance et le pessimisme face à la crise climatique et la recherche d’un « discours de sensibilité » qui permettrait de contrer l’accumulation de données scientifiques qui anesthésie l’esprit (chapitres cinq, dix-huit et quatorze). Plusieurs chapitres permettent à Slovic de rendre hommage à des auteurs qui l’ont accompagné, au cours de ses voyages ou de ses lectures : Rick Bass (chapitre quatre), Randy Malamud (chapitre dix), Terry Tempest Williams (chapitre treize), ou Robinson Jeffers (chapitre quinze). Il présente également les progrès et les limites de la bio-ingénierie (chapitre onze) et l’histoire du changement climatique (chapitre douze), démontrant, s’il est nécessaire, que les études écocritiques sont profondément interdisciplinaires et ont la capacité d’articuler, par le récit, des notions scientifiques parfois complexes.

7Si Slovic enjoint dans le chapitre cinq à se « préparer au pire », dans le dernier chapitre, il rappelle la raison pour laquelle il considère l’écocritique comme « une discipline porteuse d’espérance » (247). Sa dimension pluraliste, au croisement de différentes pratiques (la littérature, la psychologie, la biologie, le droit, etc.) invite à l’ouverture d’esprit et à « dépasser les frontières disciplinaires, politiques, géographiques, ethniques, et les frontières de genre et de langage chaque fois que cela est possible. » (248) Répondant ainsi aux différentes critiques dont l’écocritique a été la cible (elle n’aurait pas de socle théorique solide, se concentrerait sur des auteurs blancs, de sexe masculin et originaires du monde occidental), Slovic défend de manière convaincante cette discipline qui continue d’attirer toujours plus d’étudiants et de jeunes chercheurs, témoignant ainsi de sa vitalité et de sa capacité à se renouveler.

8À la suite du texte de Slovic, trois essais reprennent les grandes idées de Slovic et les enrichissent en fonction des champs d’expertise des auteurs. Dans « Voyager pour penser dans la perception chinoise » Wei Qingqi, professeur de littérature comparée à South East University, à Nanjing, en Chine, présente la manière dont la pensée de Slovic a été diffusée dans le monde universitaire chinois et loue la qualité de l’écriture de Slovic, qui rend l’ouvrage abordable pour le grand public. Dans « Écocritique et géopolitique », Christian Giusti, professeur émérite de géomorphologie et de géographie environnementale à la Faculté des Lettres de la Sorbonne, raconte avoir découvert la pensée de Slovic grâce à la lecture de Voyager pour penser. Il met en relation cet ouvrage avec ses connaissances géographiques, donnant un éclairage nouveau au texte de Slovic, en invitant par exemple le lecteur à prendre en compte le temps long géologique dans l’histoire de la crise climatique. Avec « Voyages d’un littéraire écocritique dans les écosystèmes de la planète Terre » Marcel Delpoux, professeur honoraire de botanique et d’écologie à l’Université Toulouse III, décrit le parcours de la pensée de Slovic en reprenant les points forts de chacun des chapitres. Dans cet essai, Delpoux fait un portrait élogieux de celui qu’il définit à juste titre comme l’un des « grands maîtres à penser » (283) de l’écocritique. Le dernier essai consiste en un échange dynamique entre Slovic et sa traductrice et permet de revenir sur certaines grandes idées du texte original publié en 2008. Ces pages, qui relèvent plus du dialogue entre deux grandes voix de l’écocritique, l’une étasunienne et l’autre française, que de l’entretien, enrichissent également le texte de nouvelles questions, à la lumière des publications récentes de Slovic ou de son intérêt accru pour les « discours de la sensibilité » (350).

9À la fin de l’ouvrage, une bibliographie thématique récente d’écocritique (l’ouvrage le plus ancien date de 2009) et une bibliographie abrégée – et néanmoins conséquente – de l’œuvre de Slovic se révèleront utiles à tous ceux qui s’intéressent à cette discipline. Comme le précise Besson dans son introduction, « ce livre se parcourt comme on parcourt un chemin, soit en allant directement du lieu de départ au lieu d’arrivée, soit, en explorant entre les deux points les chemins de traverse que l’on décide d’emprunter au gré de ses envies de découvertes. » (16) L’index des noms et des thèmes qui conclut cet ouvrage facilitera la navigation du lecteur à la manière de cairns sur un chemin de montagne.

10Si cette édition est avant tout une traduction d’une qualité remarquable d’un ouvrage important de l’écocritique, elle en est aussi un prolongement essentiel. Tout lecteur déjà intéressé par l’édition originale se replongera avec plaisir dans cette traduction augmentée qui est, comme le dit Besson, un cheminement dans la pensée de l’auteur mais aussi de sa traductrice (16).

Top of page

References

Electronic reference

Claire Cazajous-Augé, “Scott Slovic. Voyager pour penser. Engagement, retraite et responsabilité écocritiqueMiranda [Online], 29 | 2024, Online since 19 April 2024, connection on 22 June 2024. URL: http://journals.openedition.org/miranda/59442; DOI: https://doi.org/10.4000/miranda.59442

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search