Skip to navigation – Site map

HomeIssues29Ariel's CornerMusic, danceSeptember Cohen (Éric Lareine, Ni...

Ariel's Corner
Music, dance

September Cohen (Éric Lareine, Nicolas Jules, Pascal Maupeu)

Centre Culturel Henri Desbals, Toulouse, 24 janvier 2024
Nathalie Vincent-Arnaud

Full text

1Il est encore très loin de quatre heures du matin, nous ne sommes plus fin décembre, mais la nuit hivernale, même bien loin de Montréal, cerne de toutes parts le Centre Culturel Henri Desbals où le trio formé par Éric Lareine, Nicolas Jules et Pascal Maupeu se produit ce soir-là dans le cadre du festival toulousain Détours de chant (https://www.detoursdechant.com/​). Froidure et grisaille sont toutefois dûment restées à la porte, et c’est une scène réchauffée de lumières rouges qui s’impose d’emblée à la vue des spectateurs, guitares, pupitres et synthétiseur y trônant dans l’attente des trois compères tandis que résonne la voix de Cohen lors d’une interview. Ce procédé sera repris de loin en loin par la suite en alternance avec les morceaux joués live et les lectures, par Éric Lareine et Nicolas Jules, d’écrits graves ou humoristiques de l’artiste canadien.

2C’est dans cette atmosphère d’attente fébrile engendrée par le surgissement de la voix off que le trio, formé ad hoc pour ce projet, fait son entrée pour un concert dans lesquels sont délaissés des morceaux habituellement considérés comme des passages obligés. « Suzanne », « Hallelujah » et « So Long Marianne » font ainsi partie des absents remarqués au profit d’autres dont la variété et l’interprétation donnent un aperçu éloquent des facettes de l’inspiration de Cohen. En provenance d’horizons musicaux divers mais unis autour de la chanson, de la performance et, par-dessus tout, d’un amour très ancien pour Cohen – dont les textes ont, de son propre aveu, « foudroyé » Nicolas Jules –,1 les membres du trio ont opté pour un format minimaliste : deux guitares et deux voix. Associé à la veine intimiste de Cohen, ce format est toutefois augmenté d’une boîte à rythmes qui permet, sur fond de déploiement des voix, d’amplifier de manière parfois spectaculaire l’intensité épique ou dramatique en forme d’ostinato effréné de morceaux tels que « Nevermind » ou « Lover, lover, lover ». Cette montée en puissance peut parfois aller, pour d’autres morceaux tels que « The Butcher », jusqu’à un déchaînement blues ou rock superbement servi par les guitares de Pascal Maupeu et Nicolas Jules.

3Les deux voix d’Éric Lareine et Nicolas Jules forment des alliances variées et subtiles, se mêlant ou se relayant au cours des morceaux pour donner lieu à une grande richesse de textures et de timbres où peut, à certains moments, surgir l’illusion d’une présence incarnée de Cohen (notamment dans « I’m Your Man » ou le poignant « Famous Blue Raincoat »), accrue par les irruptions de la voix off déjà mentionnée. Pour autant, cette illusion dans laquelle les spectateurs peuvent parfois s’installer pour leur plus grand plaisir ne procède pas d’un désir d’imitation servile du grain de voix de Cohen. C’est grâce à l’authenticité de leurs timbres respectifs, à leur aptitude à jouer de leurs registres, à un travail ciselé du groupe sur les équilibres des plans sonores, que les deux chanteurs parviennent à épouser les méandres de cet univers tour à tour enlevé, ironique, charmeur et inexorablement ténébreux. Cette moire de climats contrastés est considérablement enrichie par des jeux de lumière s’obstinant dans la gamme des rouges, des mauves et des violets, en plongée ou sous forme de balayages et de halos vecteurs d’un dynamisme qui semble faire écho à la puissance et au tournoiement des images convoquées par Cohen. On retiendra notamment l’incandescence de la prestation du trio dans « Nevermind » dont, gestualité, inflexions vocales et lumières à l’appui, la dimension incantatoire sort renforcée.

4Si certaines chansons (« Dance Me To The End of Love ») ou certains éléments de refrain (« Nevermind » ou « I’m Your Man ») demeurent dans leur langue d’origine, sans doute – entre autres – pour leurs qualités rythmiques et le caractère de mantra qui peut leur être associé dans l’imaginaire de certains spectateurs, c’est en français que les trois artistes ont choisi de délivrer les textes de Cohen. Ce choix, qui n’a pas de quoi surprendre pour un artiste tant de fois adapté en français – on songe bien sûr aux textes français de Graeme Allwright –, est pleinement assumé et revendiqué par le trio. Comme ses camarades, Éric Lareine se montre adepte d’une forme de littéralité qui s’écarte du respect absolu de la rime pour porter l’attention sur la « chantabilité » du texte. Il souligne ainsi le processus d’une « écriture originale qui va découler » de l’écriture de Cohen (https://www.youtube.com/​watch?v=Ybx64GMWFWE) par la fréquentation intime de celui-ci, de ses phrasés, de la persistance d'une imagerie dont le flux et la singularité s'insinuent jusqu'au trouble chez l'auditeur.

  • 2 Référence au titre d’un des derniers albums de Cohen, Old Ideas (2012).

5Il est bien loin de quatre heures du matin, nous ne sommes plus fin décembre, mais dans l’hiver qui s’obstine l’enchantement et la chaleur de la performance demeurent, mélange de résurgences et de fulgurances d’émotions, de confessions, de mythes obsédants qui ont fait l’étoffe du monde de celui dont le propos et la matière sonore, même old ideas,2 sont assurément appelés à ne jamais prendre une ride.

Top of page

Notes

1 https://www.youtube.com/watch?v=Ybx64GMWFWE

2 Référence au titre d’un des derniers albums de Cohen, Old Ideas (2012).

Top of page

References

Electronic reference

Nathalie Vincent-Arnaud, September Cohen (Éric Lareine, Nicolas Jules, Pascal Maupeu)”Miranda [Online], 29 | 2024, Online since 22 April 2024, connection on 22 June 2024. URL: http://journals.openedition.org/miranda/59557; DOI: https://doi.org/10.4000/miranda.59557

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search