Skip to navigation – Site map

HomeIssues29Ariel's CornerBritish visual artsClaudette Johnson: Presence

Ariel's Corner
British visual arts

Claudette Johnson: Presence

Exposition du 29 septembre 2023 au 14 janvier 2024, Courtauld Gallery, Londres
Vanessa Alayrac-Fielding

Full text

1Le Courtauld Gallery présente une exposition consacrée à l’œuvre de l’artiste britannique Claudette Johnson, membre du groupe des Black British Artists, qui met en lumière l’histoire de la représentation du sujet noir, en particulier de la femme noire, dans une perspective postcoloniale. Organisée autour de 17 toiles présentées dans deux salles, l’exposition retrace le parcours de Claudette Johnson depuis ses débuts dans les années 1980. Née à Manchester en 1959, Claudette Johnson étudia au Wolverhampton Polytechnic et y rejoignit le BLK Art Group nouvellement formé auquel appartenaient les artistes Eddie Chambers, Keith Piper, Lubaina Himid, Marlene Smith et Donald Rodney. Le BLK Art Group avait pour ambition de faire entendre les voix des artistes issus de la diaspora afro-caribéenne et de faire connaître leur travail, de sensibiliser le public au racisme qui sévissait dans la Grande-Bretagne des années Thatcher et de contester l’exclusion des artistes noirs du canon de l’histoire de l’art. Johnson fut par ailleurs engagée dans la mobilisation féministe portée par le féminisme noir britannique (Black British feminism) dans le milieu artistique. Elle participa en particulier à l’exposition organisée en 1985 par Lubaina Himid intitulée The Thin Black Line qui se tint à l’Institute of Contemporary Art à Londres, et visait à dénoncer l’invisibilité et l’invisibilisation des femmes artistes noires et asiatiques dans le monde de l’art. L’œuvre de Johnson est traversée par son ambition de donner à la femme noire une présence et une visibilité dans l’art et de lui reconnaître son identité propre :

  • 1 Claudette Johnson, “A Statement from the Artist”, in Pushing Back the Boundaries. Exhibition Catalo (...)

I am a Blackwoman and my work is concerned with making images of Blackwomen. Sounds simple enough – but I’m not interested in portraiture or its tradition. I’m interested in giving space to Blackwomen’s presence. A presence which has been distorted, hidden and denied. I’m interested in our humanity, our feelings and our politics; some things which have been neglected…I have a sense of urgency about our ‘apparent’ absence in a space we’ve inhabited for several centuries.1

2Johnson a toujours cherché à représenter les femmes noires hors du cadre colonial qui mit en scène le sujet noir comme faire-valoir du sujet blanc et qui invisibilisa la présence des communautés noire et caribéenne et de leur diaspora dans l’histoire de l’art. L’exposition met en regard les premières œuvres de Johnson réalisées dans les années 1980 avec ses créations plus contemporaines : durant ces deux périodes, Johnson n’a eu de cesse d’interroger l’héritage du modernisme dans la représentation du corps noir féminin et de proposer des portraits individualisés de femmes noires exprimant une identité forte, dotés d’une « présence » ─ titre de l’exposition ─, qui se confrontent au regard du spectateur.

3La première salle de l’exposition historicise l’esthétique et la pratique artistique de Johnson en explorant son rapport à l’héritage moderniste. On connaît l’inspiration que Pablo Picasso tira des œuvres et objets de l’art dit « primitif », qu’il collectionnait, sa fascination pour l’art pariétal, pour l’art africain et en particulier pour les masques africains du Gabon et de Côte d’Ivoire dont on retrouve l’influence dans les Demoiselles d’Avignon et plus généralement dans le développement du cubisme. Deux œuvres de Johnson attirent l’attention par leur capacité à faire voler en éclat la sexualisation de l’image de la femme africaine et à dénoncer l’image de l’Afrique réduite à des stéréotypes orientalistes dans le courant moderniste. Ainsi l’autoportrait de Claudette Johnson And I have My Own Business in This Skin (1982) représente un nu féminin en mouvement, inspiré par le cubisme mais fragmenté, signe que l’artiste veut se défaire de l’usage moderniste de l’art primitif et rompre avec la stéréotypie de l’érotisme du corps féminin africain. Tel un palimpseste, le tableau de Johnson donne à voir une présence et non pas simplement un corps. L’attention se porte en particulier sur le visage du modèle dont la partie gauche, vivante et dynamique, contraste avec la partie droite du visage, figée, spectrale et qui évoque un masque africain, voire un crâne. L’œuvre pastiche le cubisme de Picasso et fait exploser la tradition moderniste pour insuffler mouvement et vie au corps et surtout donner un regard au modèle qui fixe le spectateur et le défie d’un œil pénétrant.

4Cette résistance face au regard colonial et à l’effet de voyeurisme des peintures orientalistes est revisitée dans l’autoportrait de Claudette Johnson intitulé Standing Figure with African Masks (2018), dans lequel la pose en contrapposto évoque la peinture des maîtres de la Renaissance italienne. Dans ce portrait monumental (1515 × 1220 mm) réalisé au pastel et à la gouache, le regard plongeant et assuré de l’artiste toise le spectateur et prend le dessus sur l’arrière-plan où figurent trois masques africains qui renvoient aux Demoiselles d’Avignon. Force et puissance émanent de cette œuvre qui impose au spectateur, placé en contre-plongée, de reconnaître, d’une part, l’identité noire féminine et d’autre part, l’artiste noire et sa contribution esthétique et politique. Dans la deuxième salle, les portraits exposés dévoilent plus amplement la démarche socio-politique mais également l’esthétique du trait et de la couleur propre à l’œuvre de Johnson. Dans Figure with Figurine (2019), l’artiste se met en scène à côté d’une statue d’une femme africaine nue dont elle rejette la charge érotique, entrant dans une contestation de l’usage du nu féminin et des tropes de l’exotisme et de l’orientalisme de la tradition picturale occidentale. Comme l’indique le titre, c’est la présence de l’artiste et du sujet, la femme noire, qui redonne sa dignité et sa capacité d’agir au sujet auparavant réduit à une marchandise pour les yeux du public. La femme noire passe de figurine modelée sous le regard masculin au statut de sujet à part entière, dont l’assurance et la fierté sont ici mises en valeur.

5La toile monumentale Reclining Figure (2017), de près de deux mètres et demi de long, entre en dialogue et en confrontation immédiate avec le tableau de Paul Gauguin Nevermore (1897), une des pièces maîtresses du Courtauld, accroché à quelques pas du tableau de Johnson. Gauguin y peint une jeune Tahitienne nue, perdue dans ses pensées, qui s’offre à la vue de l’artiste et du spectateur : le cliché de l’exotisme de l’île paradisiaque se traduit par la consommation visuelle du corps féminin. En revanche, la femme drapée de blanc représentée dans Reclining Figure s’oppose à la sensualité du nu de Nevermore. Absorbée dans ses méditations, elle échappe à la préhension visuelle du spectateur qui ne peut percer son intimité. Le trope du nu féminin allongé, source d’inspiration de la peinture occidentale (on songe à La Vénus d’Urbin de Titien, à Vénus à son miroir de Vélasquez, à la Maja nue de Goya ou encore à l’Olympia de Manet), continue d’être subverti dans des portraits d’hommes allongés. Le tableau Kind of Blue (2020), qui mélange gouache et pastel, travaille sur la densité de la présence du modèle allongé, sujet pensant et introspectif.

6L’exposition met en lumière la tension dans l’œuvre de Claudette Johnson entre tradition et modernité ainsi que le rapport de l’artiste à l’héritage pictural occidental. Sa prédilection pour le pastel et la gouache évoque l’usage que Degas faisait du pastel, tandis que les poses des modèles font référence de manière oblique aux maîtres de la Renaissance. Véritable manifeste culturel et politique contre le racisme et l’érotisation du corps féminin noir, son œuvre ne se limite pas pour autant à une production de portraits à vocation contestataire. L’intensité et la profondeur des visages représentés, le jeu avec les codes de la tradition picturale du portrait et du nu, l’expérimentation formelle et matérielle (gouache, pastel, aquarelle) rappellent que l’œuvre de Claudette Johnson ne s’apprécie pas seulement à l’aune de sa contribution au Black art et à l’art féministe mais invite également à dépasser l’interprétation politique pour admirer le déploiement d’une esthétique complexe du trait et de la couleur.

Top of page

Notes

1 Claudette Johnson, “A Statement from the Artist”, in Pushing Back the Boundaries. Exhibition Catalogue Rochdale: Rochdale Art Gallery, 1990) 2.

Top of page

References

Electronic reference

Vanessa Alayrac-Fielding, Claudette Johnson: Presence Miranda [Online], 29 | 2024, Online since 22 April 2024, connection on 22 June 2024. URL: http://journals.openedition.org/miranda/59877; DOI: https://doi.org/10.4000/miranda.59877

Top of page

About the author

Vanessa Alayrac-Fielding

Professeure de civilisation, arts visuels et histoire culturelle britanniques
Université de Lille, CECILLE - ULR 4074
vanessa.alayrac-fielding@univ-lille.fr

By this author

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search