Skip to navigation – Site map

HomeIssues29Ariel's CornerAmerican visual arts« Elliott Erwitt. Une rétrospecti...

Ariel's Corner
American visual arts

« Elliott Erwitt. Une rétrospective », Lyon, La Sucrière, 21 octobre 2023-17 mars 2024

Compte rendu de l’exposition
Olivier Sauvage

Abstracts

Exhibition review of Elliott Erwitt, A Retrospective.

Top of page

Index terms

Ariel's Corner:

American art
Top of page

Full text

Je tiens à remercier Mme Alessia Tobia, attachée de presse de l’agence C La Vie, pour sa disponibilité et son obligeance, ainsi que Mme Ingrid Cadoret, directrice de C La Vie, et Mme Émilie Derom, de l’agence Tempora. Toutes trois ont grandement facilité ma visite.

Figure 1

Figure 1

Elliott Erwitt, Dog Legs ou Felix, Gladys and Rover, 1974. 50,8 x 60,6 cm.

© Elliott Erwitt / Magnum Photos.

1Pour un spectateur qui ne jetterait qu’un regard distrait sur elle, la production photographique d’Elliott Erwitt pourrait paraître superficielle et tape à l’œil. Il est vrai que l’intéressé faisait lui-même souvent preuve de désinvolture à l’égard de ses clichés. Erwitt n’a jamais voulu apparaître comme un maître pontifiant imbu de sa personne. L’exposition itinérante qui s’est d’abord tenue à Paris, au Musée Maillol, avant d’être montrée à la Sucrière de Lyon, sous la co-direction de Benoît, Marc et Raphaël Remiche, de l’agence bruxelloise Tempora, a eu le grand mérite de rappeler le rôle majeur tenu par Elliott dans l’évolution de la photographie mondiale depuis l’après-guerre. Cette rétrospective Erwitt, qui était seulement la quatrième proposée au public français en plus de quarante-cinq ans, après celles d’Arles (1977), du Palais de Tokyo (1988) et de la Maison européenne de la photographie (2010), permettait de parcourir plus d’un demi-siècle d’images, de 1949 aux années 2000.

2Né à Paris le 26 juillet 1928, Elliott Erwitt, de son vrai nom Elio Romano Erwitz, est le fils de juifs russes émigrés. Il vécut à Milan jusqu’à l’âge de dix ans, avant de retourner un an dans la capitale française. Les Erwitz partirent ensuite pour les États-Unis en 1939 et modifièrent alors leur patronyme en Erwitt. Au cours de la décennie suivante, Elliott entreprit des études en photographie et en cinéma au Los Angeles City College et à la New School for Social Research de New York. En 1949, il retourna sur le Vieux Continent et arpenta la France et l’Italie. Sa double nationalité franco-américaine reflète parfaitement sa vision du monde, ouverte autant que généreuse. Il fut bien « un homme des deux rives de l’Atlantique » (220), comme le rappelle judicieusement le catalogue de l’exposition, dirigé par Isabelle Benoit. Entre 1951 et 1953, il accomplit son service militaire en qualité d’assistant photographe au sein du corps des transmissions de l’armée américaine en France et en RFA. Revenu à New York en 1953, il fit la connaissance de trois de ses plus éminents confrères : Edward Steichen, Robert Capa et Roy Stryker. Le vétéran Steichen, grande figure du pictorialisme, qui pratiqua ensuite la straight photography, par ailleurs pionnier de la photographie de mode et artiste complet, était devenu directeur du département photographique du MoMA en 1947. Robert Capa, maître du photojournalisme et correspondant de guerre qui couvrit de multiples conflits, de l’Espagne aux plages du Débarquement, mourut en Indochine l’année suivante. Moins connu en France, Roy Stryker était économiste de formation. Son travail dans l’administration Roosevelt le conduisit à superviser des campagnes photographiques qui demeurent un témoignage précieux sur les États-Unis en proie à la Grande Dépression. Responsable de la Farm Security Administration, il embaucha pour ce projet de grands noms : Walker Evans, Dorothea Lange, Marion Post Wolcott, Gordon Parks, Carl Mydans ou encore Louise Rosskam. Toujours haut fonctionnaire à l’époque où Erwitt le rencontra, Stryker engagea ce dernier dans un programme lié à la Standard Oil Company, puis le chargea d’assurer un travail de documentation photographique à Pittsburgh.

3En 1954, Robert Capa le convia à intégrer l’agence Magnum, qu’il avait co-fondée en 1947 avec Henri Cartier-Bresson, Maria Eisner, George Rodger, David « Chim » Seymour, Rita Vandivert et William Vandivert. Son travail au sein de la mythique coopérative photographique tint un rôle majeur dans le parcours d’Elliott Erwitt, au point qu’il en deviendra le président le temps de trois mandats consécutifs, de 1966 à 1969. Il collabora alors aux plus grands magazines d’actualité de l’après-guerre : Life, Newsweek, Paris Match ou encore Look.

4Toujours curieux d’explorer le monde de manière singulière, il se lança dans la réalisation de films pour le cinéma et la télévision dans les années 70, consacrant notamment des courts-métrages à Dustin Hoffman et Arthur Penn. Il produisit également des comédies et des documentaires sarcastiques pour la chaîne câblée HBO au cours de la décennie suivante.

5À partir de son soixantième anniversaire, Erwitt se pencha plus sérieusement sur ses archives, qu’il entreprit de classer et de rendre disponibles à un plus large public par le biais de livres illustrés. Ainsi, entre 1988 et 2023, pas moins de vingt-cinq ouvrages élaborés par ses soins virent le jour, parmi lesquels Elliott Erwitt. Photos 1946-1988 (Nathan), Snaps (Phaidon, 2001), Dogs (teNeues, 2008), Elliott Erwitt’s New York (teNeues, 2011), ou encore Found, Not Lost (Gost, 2021).

6Le parcours thématique de l’exposition de la Sucrière restituait avec pertinence les évolutions multidirectionnelles de son itinéraire artistique, en proposant une dizaine de sections. La première, « Between the sexes », regroupait les clichés de couples, dont l’emblématique Berkeley, California, 1956, qui s’avère très travaillé au-delà de son apparente facilité : plusieurs lignes diagonales structurent l’image, un fort contraste oppose le premier plan net à l’arrière-plan flou, et un subtil jeu de miroir permet au spectateur d’assister au baiser échangé par un couple dans une voiture à la faveur de leur reflet dans le rétroviseur du véhicule. « Kids » regroupe des clichés d’enfants pris dans le monde entier et montre que le regard d’Erwitt n’était pas seulement mordant, mais qu’il pouvait se faire tendre et complice. Il le reconnaissait lui-même : « En réalité, dire qu’il y a de l’humanité dans mes photos est le plus beau compliment qu’on m’ait adressé. Si mes photos permettent aux gens de voir le monde d’une certaine façon, c'est certainement d’y voir les choses sérieuses de manière non sérieuse » (Dossier de presse 2). Le goût de la scène cocasse saisie sur le vif irrigue aussi la section dénommée « Beaches », galerie de plages et d’estivants qui constitue un véritable théâtre de société en miniature. Le spectateur ne peut manquer de faire un rapprochement avec Martin Parr, de vingt-quatre ans son cadet. Les similitudes sont réelles, toutefois Elliott Erwitt est moins acide que son confrère britannique, la bonhomie l’emportant toujours chez lui.

7La série « Abstractions » présente des paysages naturels aussi bien qu’urbains d’une manière surprenante. Par des décadrages, des angles de prises de vue inattendus et la mise en relief de formes insolites, les sites les plus familiers se métamorphosent en lieux étranges. Les vues urbaines sélectionnées dans la partie « Cities » reposent sur le même principe. Elliott Erwitt en convenait lui-même : la photographie « a peu à voir avec les choses que l’on voit et tout à voir avec la manière dont on les voit. » (Benoît 60) L’inattendu et l’insolite se retrouvaient en outre dans « Regarding women » et « Museum watching ».

8C’est cependant avec ses photos de chiens qu’Erwitt déploya le plus efficacement ses qualités. La section « Dogs » rappelle que la gent canine fut l’un de ses sujets favoris. Il lui consacra trois livres, précisant que « le point de vue du chien » l’intéressait. De plus, les chiens constituent des modèles idéaux : « [i]ls sont partout. Ils sont habituellement sympathiques. Ils ne se plaignent pas. Et ils ne demandent pas de tirage. » (ibid. 96) L’animal est par surcroît un trait d’union intéressant entre son maître et le photographe, et considérer l’univers quotidien à hauteur de chien offre un salutaire décentrement de perspective. Mais le travail d’Erwitt se situe au-delà de tout pittoresque amusant, car celui-ci « englobe les chiens dans sa vision humaniste du monde, [et] il les fait participer de l’humanité » (ibid. 96), comme le souligne très justement le catalogue. L’affiche de la rétrospective symbolise parfaitement cette conception : sur cette photo publicitaire de 1974 (voir ill.), réalisée pour une marque de chaussures, le regard du chien vers l’objectif renvoie à celui que le photographe porte sur lui, et le contraste géométrique avec la verticalité des bottes et celle des pattes du grand danois créé un effet à la fois humoristique et touchant, qui excède la portée commerciale du message.

9Maîtrisant toutes les subtilités du noir et blanc, Elliott Erwitt pratiqua aussi la couleur, ce dont l’ultime étape de l’exposition rendait compte. Répondant à des sollicitations publicitaires ou journalistiques, il sut tirer parti de l’éventail chromatique. Utilisant un Leica pour ses travaux personnels, il employait un Rolleiflex pour les commandes. La rétrospective mettait à cet égard en lumière un pan méconnu de sa production, qui en font un témoin de l’American Way of Life parvenant à se tenir à bonne distance des êtres et de choses, en évitant la condescendance ricanante autant que l’adhésion naïve. Parmi l’ensemble d’œuvres réunies, une mention toute particulière doit être faite de ses portraits de personnalités : de John F. Kennedy à Khrouchtchev, en passant par De Gaulle, Fidel Castro, Che Guevara et Barack Obama, mais aussi Alfred Hitchcock, Marilyn Monroe, Montgomery Clift ou Andy Warhol, six décennies de politique internationale et d’artistes iconiques défilent sous nos yeux.

10Elliott Erwitt s’est éteint à New York le 29 novembre 2023, alors que la rétrospective qui lui était consacrée en France battait son plein. Ultime pied de nez aux conventions ? Son œuvre protéiforme demeure en tous les cas l’une des plus attachantes qui soit. Henri Cartier-Bresson voyait juste lorsqu’il affirmait qu’« Elliott a accompli […] un miracle en travaillant simultanément sur des campagnes commerciales et des bouquets de photos volées où l’on perçoit le parfum et le sourire de son moi profond. » (ibid. 5)

Top of page

Bibliography

Isabelle Benoit (ed.). Elliott Erwitt. Une rétrospective, Bruxelles: Tempora et Benoît Remiche, 2023, ISBN: 9782930986128

Elliott Erwitt dans l’objectif. Dossier de Presse, Paris/Bruxelles: Musée Maillol, Tempora et Magnum Photos, 2023.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1
Caption Elliott Erwitt, Dog Legs ou Felix, Gladys and Rover, 1974. 50,8 x 60,6 cm.
URL http://journals.openedition.org/miranda/docannexe/image/60223/img-1.jpg
File image/jpeg, 509k
Top of page

References

Electronic reference

Olivier Sauvage, “« Elliott Erwitt. Une rétrospective », Lyon, La Sucrière, 21 octobre 2023-17 mars 2024”Miranda [Online], 29 | 2024, Online since 25 April 2024, connection on 22 June 2024. URL: http://journals.openedition.org/miranda/60223; DOI: https://doi.org/10.4000/miranda.60223

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search