Navigation – Plan du site

AccueilNuméros401. Présentation

Texte intégral

1Une chose qui m’a toujours frappé en linguistique, c’est l’organisation pyramidale de la pensée par laquelle cette science procède et qu’elle impose à ceux qui la pratiquent pour saisir ses objets sur différents niveaux. On n’y est jamais si à l’aise que lorsqu’on peut hiérar­chiser : première articulation, deuxième articulation…, ni si mal à l’aise que lorsque les entités à décrire se présentent dans un même plan d’exer­cice : l’oral, l’écrit – on n’a de cesse alors de vouloir soumettre l’un à l’autre.

2Un conflit semblable existe entre la langue et le discours, comme plus ancien­nement – mais de façon tellement analogue que c’est peut-être de la même chose qu’on parle –, entre la grammaire et le style.

3En fait, on a affaire à deux pyramides aux pointes opposées : à la base de l’une, qui figure l’analyse du discours, s’étend la parole ou l’écrit en actes, le corpus que l’on dis­tille en descriptions de plus en plus abstraites, de plus en plus génériques, de moins en moins copieuses aussi à mesure que l’on s’élève au-dessus des produits de l’énonciation : théo­ries des fonctions, des genres, des prototypes, du contrat, de l’attente, de l’inférence, pragmatique, dialogisme, sémiotique…, nombreuses sont les doctrines synthétiques, ou syncrétiques, qui s’efforcent de mettre un ordre dans la multiplicité des faits de discours saisis au plus bas niveau, et cherchent à servir de principe d’explication à la circulation du sens.

4A la base de l’autre pyramide, celle qui vient la pointe en bas, il y a la langue, vaste recueil de parties ou de composants élémentaires construits par la phonologie, la morphologie, la lexicologie, la sémantique, la syntaxe, la rhétorique…, tout un assemblage d’outils de pré­ci­sion si finement ciselés que l’on voit mal comment ils pourraient aider à prendre le discours à bras le corps pour rendre compte de son fonctionnement. Plus on descend dans l’analyse – allant toujours plus bas pour pas­ser d’un niveau à l’autre –, plus on perd le contact avec le sens pour entrer dans le détail de ce qui le constitue – sous le phonème ou le graphème, il y a encore le trait pertinent, l’opposition discrète, plus rien de matériel, à peine des champs de forces que l’on pourrait dire quantiques si les analogies avec la mécanique ondulatoire n’étaient aussi vieux jeu.

5Malgré les apparences, ces deux pyramides ne se rejoignent guère dans l’exer­cice de leurs analyses. Il y a bien dans la zone médiane quelques lieux de rencontre, mais c’est toujours un peu comme par hasard que les entités coïncident.

6« Qui trop embrasse mal étreint » : tel est certainement le reproche que le gram­mairien ou le linguiste de stricte obédience adresseront à celles et ceux qui, quittant les parages arides de la microanalyse, viendront pour se changer les idées jouir des plaisirs de l’« application » dans les vergers du texte, au bord des ruis­seaux fleuris du discours. A quoi les analystes du discours auront beau jeu de répondre qu’il n’y a rien de meilleur pour une science empirique comme la nôtre que le concret – comme si le discours était un élément plus solide, plus pal­pable, qu’un con­stituant élémen­taire de la langue. Et sans doute l’est-il en raison du poids d’huma­nité qu’il recèle, parce que même soumis à toutes sortes de contraintes, il n’est pas anonyme.

7L’intérêt des grandes doctrines linguistiques pour l’analyse de discours cache sans doute le secret espoir de valider leurs prémisses en réussissant la synthèse. Non pas comme on changerait le plomb en or certes, mais un peu comme si après avoir démon­té le réveil, on parvenait à le remonter sans qu’une seule pièce reste en trop, et le réveil, il marche ! On ne sera donc pas surpris de voir qu’après la psychanalyse de Freud et le dialogisme de Bakhtine, pionniers dans ce domaine, le structuralisme des héritiers de Jakobson, de Guillaume, de Hjelmslev ou de Greimas, pour ne citer que les cas les plus patents, développent aujourd’hui des travaux spécifiques en matière de discours.

8Un discours qui n’est pas en reste à l’égard des outils qu’on lui « applique ». Et qui semble tout à fait capable d’instruire toutes ces linguistiques en retour, portant de nouveaux objets théoriques à leur connaissance pour les inciter à dépasser leurs limites.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/ml/docannexe/image/1398/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,4k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Arabyan, « 1. Présentation », Modèles linguistiques, 40 | 1999, 3-4.

Référence électronique

Marc Arabyan, « 1. Présentation », Modèles linguistiques [En ligne], 40 | 1999, mis en ligne le 01 mai 2017, consulté le 16 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/ml/1398 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ml.1398

Haut de page

Auteur

Marc Arabyan

Université Paris XII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Modèles Linguistiques

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search