Navigation – Plan du site

AccueilNuméros406. Analyse de discours et mise en...

6. Analyse de discours et mise en page : Une discrimination inférentielle commandée par l’alinéa

Marc Arabyan
p. 57-60

Texte intégral

1Deux exemples d’emploi de l’alinéa montrent combien il est hasar­deux de faire de l’analyse du discours (écrit...) sans passer par la gram­maire de texte et sans recon­naître dans cette dernière l’im­portance des signes de ponctuation et de mise en page.

2J’emprunterai le premier exemple à l’édi­tion de 1990 des Elé­ments de linguis­tique pour le texte littéraire de D. Maingue­neau :

Dans cet extrait de Madame Bovary :

Ils s’en revinrent à Yonville, par le même chemin [...] Rodolphe, de temps à autre, se pen­chait et lui prenait la main pour la baiser.
Elle était charmante à cheval !

c’est le point d’exclamation et l’adjectif subjectif charmant qui per­met­tent d’in­ter­pré­ter la dernière phrase comme la repré­sentation au style indirect libre des sentiments de Rodol­phe. Il n’y a pas de solu­tion de continuité entre la des­crip­tion des person­nages par le narra­teur et l’évocation des pen­sées de l’amant d’Emma.

3Comme si l’alinéa, comme si le changement de paragraphe ne consti­tuait pas une solution de continuité manifeste qui, en marquant le changement de pers­pective de locution, le changement d’intention discursive de l’énonciateur, n’impliquait pas – au contraire de ce qu’asserte Maingueneau qui n’y voit qu’un « tour de parole » de Rodolphe – une reprise en main par Flaubert, l’auteur s’amusant à entrer directe­ment en contact avec son lecteur pour l’obliger, faute d’instance d’énonciation explicite ou, à défaut, décidable, à prendre en charge l’énoncé, c’est-à-dire à par­ta­ger la niaiserie du person­nage...

4Les exemples d’alinéa de « remise à zéro du compteur » de ce qu’André Joly nomme fort à propos la « triade énonciative » (Personne, Temps et Lieu), entraînant une thématisation nouvelle, abondent chez Flaubert, où le passage du passé simple à l’imparfait par le biais d’un changement de paragraphe crée une clausule d’éva­lua­tion ou de relance caractéristiques de son style.

5Par exemple, pour s’en tenir à Madame Bovary :

[...] Lucie [...] se plaignait d’amour, elle demandait des ailes. Emma, de même, aurait voulu, fuyant la vie, s’envoler dans une étreinte. Tout à coup, Edgar-Lagardy parut.
Il avait une de ces pâleurs splendides [...]

[...] Et il [Rodolphe] comprit que son calcul avait été bon lorsque, entrant dans la salle, il aper­çut Emma pâlir.
Elle était seule. Le jour tombait [...]

6Comment ne pas repérer dans un texte aussi classique un pro­cédé aussi récur­rent ? Surtout sachant que Flaubert est un des inventeurs du para­graphe narra­tif moderne (venant après Laurence Sterne et Richard­son, relayés en France par Voltaire et Diderot).

7Il écrivait à Louise Colet le 30 janvier 1853 :

Chaque para­gra­phe est bon en soi et il y a des pages, j’en suis sûr, par­faites. Mais préci­sé­ment à cause de cela, ça ne marche pas. C’est une série de paragraphes tour­nés, arrêtés, et qui ne dévalent pas les uns sur les autres. Il va falloir les dévisser, lâcher les joints, comme on fait aux mâts de navire quand on veut que les voiles prennent plus de vent.

8Et la textologie nous enseigne que Flaubert a supprimé, créé ou déplacé des cen­taines d’ali­néas entre les brouillons, les épreuves d’impression et même les édi­tions successives de Madame Bovary (toujours pour ne parler que de ce roman-là).

9*
* *

10Le second exemple reprendra le cas d’impossibilité de désambiguïser un énoncé autre­ment que par le recours à une inférence renvoyant à l’extérieur du texte, exemple donné hier par Bernard Combettes [c’est moi qui ponctue] :

[1] Il passa de la chambre dans la salle de bain ; le plafond était très haut.

11et :

[2] Il passa de la chambre dans la salle de bain ; le plafond était trop haut.

12Faisant appel au savoir partagé par son auditoire sur le monde, Bernard Com­bettes a laissé en­tendre que s’il y a une différence de hauteur de plafond entre une chambre et une salle de bain, c’est préférentiellement le plafond de la salle de bain qui sera plus bas que celui de la chambre et non l’inverse. Ainsi donc, a-t-il com­men­té en substance, le plafond dont il est question en [1] peut être indiffé­remment com­pris comme celui de l’une des deux pièces, ou des deux, tan­dis que celui de [2] ne saurait être (tout cotexte étant égal par ail­leurs) que celui de la salle de bain. On remarquera que l’exemple est de type narratif-descriptif ; qu’il fait inter­venir le passé simple ; qu’il est légitime de penser qu’il est emprunté à l’écrit. Or, à l’écrit, le locu­teur sera un scrip­teur, et ce scripteur aura réglé l’affaire autre­ment que par l’appel à une inférence indexée sur l’extérieur (relevant de la cohérence plutôt que de la cohésion). Il aura trouvé dans l’alinéa le moyen d’ins­crire dans le texte une théma­­tisation qui permet­ une inférence indexée sur l’inté­rieur :

[1a] Il passa de la chambre dans la salle de bain.
Le plafond était très haut [...]

[2a] Il passa de la chambre dans la salle de bain.
Le plafond était trop haut [...]

13Tout se passe alors comme si on lisait : « Le plafond en était très haut » [1a] ou « trop haut » [2a], le changement de paragraphe étant perçu (étant fait pour être perçu) comme un signal de chan­gement spatial, en l’occurrence de passage d’une pièce à l’autre. Ce qui commence après l’alinéa, c’est la description de la salle de bain ; il n’est absolument plus question de la chambre dans cette figure trans­para­graphique « à la Flaubert » dont on a déjà parlé (ex. de l’Education senti­men­tale) :

[...] La colline qui suivait à droite le cours de la Seine peu à peu s’abaissa, et il en surgit une autre, plus proche, sur la rive opposée.
Des arbres la couronnaient...

14où le pronom personnel objet la, dans le paragraphe qui commence, reprend indiscu­tablement une autre, plus proche, sur la rive opposée du paragraphe qui précède – c’est-à-dire la dernière nommée – la focalisation étant ici liée à la thématisation, comme on sait depuis la réponse à Thibaudet où Proust commente l’admi­ra­tion de Flaubert pour cette anacoluthe (c’est le mot de Combettes, mais pour Thibaudet c’est une amphibologie) de Montes­quieu : « Les vices d’Alexandre étaient extrêmes comme ses vertus ; il était terrible dans la colère ; elle le ren­dait cruel » :

Si Flaubert faisait ses délices de telles phrases [c’était] parce qu’en per­met­tant de faire jail­lir du cœur d’une proposition l’arceau qui ne retombera qu’en plein milieu de la proposi­tion suivante, elles assu­raient l’étroite, l’her­mé­tique conti­nuité du style.

15Corollairement, cette variante énonciative en ligne :

[1b] Il passa de la chambre dans la salle de bain. Le plafond était très haut. [La suite du texte est en ligne.]

16est nettement moins prédictible qu’avec un alinéa, parce qu’elle n’aide pas le lecteur à lever l’indétermination sans réfléchir, alors qu’en bon dialo­giste, le scripteur aurait dû anticiper sur la compré­hen­sion responsive (ici, sur l’incompréhension réactive) de l’autre, par exemple avec :

[1c] Il passa de la chambre dans la salle de bain. Le plafond était très haut.
[La suite du texte vient après un alinéa.]

17où le texte montre (déjà, je l’espère, dans cet empan réduit aux fins de la démons­tration) qu’il use habi­tuellement de thématisations focali­san­tes marquées par l’ali­néa. Pour le lecteur, [1c] signifiera – grâce à cette opposition différentielle négative des for­mes dont Saussure fait la définition du signe – sans ambiguïté que le plafond est haut d’une hauteur égale dans les deux pièces. Et les variantes [2b] et [2c] fonc­tionnent à l’avenant car le cas posé par Combettes croise un choix entre très et trop avec un choix entre chambre et salle de bain.

18Bien évidemment, ce genre d’analyses suppose que l’on recon­naisse aux ponc­tuants une existence légale en grammaire, au même titre que s’il s’agissait de parties du discours dont le sémantisme est garanti par un dictionnaire.

19En conclusion, on peut voir dans le dispositif textuel une partie prenante du discours écrit, à partir de quoi il est possible de repenser les notions de types et de genres en termes d’objets textuels, mais aussi de faire du « narrateur » des récits non plus seulement une personne, mais le déploiement physique du texte lui-même, dans sa mise en page et sa ponctuation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Arabyan, « 6. Analyse de discours et mise en page : Une discrimination inférentielle commandée par l’alinéa », Modèles linguistiques, 40 | 1999, 57-60.

Référence électronique

Marc Arabyan, « 6. Analyse de discours et mise en page : Une discrimination inférentielle commandée par l’alinéa », Modèles linguistiques [En ligne], 40 | 1999, mis en ligne le 01 mai 2017, consulté le 16 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/ml/1408 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ml.1408

Haut de page

Auteur

Marc Arabyan

Université Paris 12

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Modèles Linguistiques

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search