Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4010. Eléments de stylistique systé...

10. Eléments de stylistique systématique : A propos d’un texte de Harold Pinter

Dairine O’Kelly
p. 105-117

Texte intégral

Sans la vue très nette de [la] relativité synchronique
des moyens d’expression, il n’y a pas de stylistique possible,
pas plus qu’il ne peut exister de système grammatical.
Charles Bally, Traité de stylistique française, 1909.

1. Expérience, représentation, expression

1La première partie du présent exposé a pour objet d’apporter quelques éléments de réponse à la question implicitement posée par l’intitulé du présent colloque : Sur quels principes théoriques repose notre pratique d’analystes du discours ?

2Ma première obligation est sans doute de justifier l’appellation choisie pour désigner mon approche : « stylistique systématique ». Je ne m’aventurerai pas ici dans la discussion du choix de stylistique. Ce terme, naguère fort décrié, tend au­jourd’hui à regagner du terrain. Il a le défaut de désigner une discipline très diver­sifiée qui englobe l’esthétique et la critique littéraire et n’exclue pas la danse sacrée autour du texte. Je l’ai choisi momentanément « par défaut », je veux dire faute de mieux.

3Les désignations en usage, comme par exemple « analyse du discours » ou « analyse textuelle » ont une valeur générique trop englobante pour désigner une approche spécifique. « Linguistique du texte » donne implicitement à entendre qu’il y a une autre ou d’autres linguistique(s) qui n’est pas (ou ne sont pas) celle du texte, ce qui est tout à fait exact ; mais le risque est alors de renvoyer à la dichotomie saus­surienne entre la Langue et la Parole, ou, si l’on préfère, le Discours, ce que précisément je cherche à éviter. Un des fondements de mon approche est en effet qu’entre la Langue et le Discours il n’y a pas de coupure, mais un continuum.

4Parmi les autres appellations qui furent à la mode, surtout hors de France, « grammaire du texte » (Text grammar) offre le désavantage d’insinuer que le texte aurait « sa » grammaire, comme la Langue ; ou bien alors, grammaire est utilisé analogiquement dans le sens faible d’« organisation ».

5« Stylistique » me paraît donc provisoirement le terme le moins disconvenant, dans la mesure où il désigne fondamentalement l’étude de l’expression linguistique, « expression » renvoyant, certes, au Discours, mais aussi, par présupposition, aux « moyens d’expression », qui sont des moyens de Langue. C’est ce que dit Charles Bally au début de ce siècle :

« [La stylistique] constate que la cause qui donne la conscience et fait la réalité d’un état de langage chez les sujets parlants, c’est l’action réciproque des faits de langage, leur solidarité les uns vis-à-vis des autres. Il faut le répéter : les moyens d’expression sont entre eux dans un état de relativité ; ils ne forment pas un ensemble par leur nombre, mais un système par leur groupement et leur pénétration réciproque ; les symboles lin­guistiques n’ont de signification et ne comportent d’effet qu’en vertu d’une réaction générale et simultanée des faits de langage, qui se délimitent et se définissent les uns par les autres » (Traité de stylistique française, § 24).

6Et il précise :

« Sans la vue très nette de cette relativité synchronique des moyens d’expression, il n’y a pas de stylistique possible, pas plus qu’il ne peut exister de système gramma­tical. »

7Or, comme le « système » existe d’abord en Langue, on comprendra pourquoi j’applique le qualificatif « systématique » à la stylistique que j’essaie de pratiquer, puisque celle-ci repose sur le postulat qu’il y a un continuum entre la Langue et le Discours. Selon les vues exposées ici, il ne saurait donc y avoir d’« analyse du dis­cours » qui n’exige une remontée dans l’amont du Discours.

8La figure 1 ci-dessus offre une vue d’ensemble de ce qu’on peut appeler la chaîne des causations qui, dans la dimension communicative (représentée vertica­lement) conduit d’une « expérience à dire » à une « expérience dite » (comme le rappelle Austin, « Language is there to talk about the world »).

9Cette figure fait apparaître que le sujet pensant / parlant est au centre du dispo­sitif. Deux séries de paramètres sont à prendre en considération, comme l’indique la figure ci-dessous :

10La première série est constituée par les éléments composants de ce qu’on peut appeler avec A. Joly la triade énonciative (en A sur la figure : personne / espace / temps). Toute production d’énoncé ou d’une série d’énoncés en vue de dire une expérience perçue est en effet référable au Moi-Ici-Maintenant d’un locuteur. La seconde série de paramètres comprend les modalités de la communication (voir B : expressivité + expression). La production d’énoncé(s) implique aussi la mise en œuvre par le locuteur d’une suite de modalités – les non verbales et les verbales.

11La Langue (figure 1, à gauche) est un système de représentations, en d’autres termes un système de dicibilité. Selon le point de vue d’où on la considère, elle est en effet à la fois un savoir-dire et ce qui rend dicible toute expérience perçue.

2. Le système de dicibilités : compétence linguistique et compétence pragmatique

12On oublie trop souvent que ce système de dicibilité qu’est la Langue comprend non seulement une compétence strictement linguistique, mais aussi une compétence pragmatique. G. Guillaume est sur ce point très explicite : « L’emploi du langage est inscrit dans le langage lui-même » (1919 , p. 31). Et dans un volume de Leçons :

Le contenu total de la langue se divise en deux systèmes, celui des notions dont il sera fait emploi, et celui des « conditions d’emploi qui feront ces notions convenantes au dis­cours et à sa visée, de caractère étroitement pragmatique – le discours ayant pour fin d’agir sur autrui, d’une manière utile » (LL9, p. 99 ; c’est moi qui souligne).

13Ces deux compétences sont indissociables, l’une appelant l’autre, comme l’in­di­que la figure ci-dessous :

14La compétence pragmatique, sans doute la plus difficile à acquérir dans l’ac­quisition d’une langue étrangère, est donc la connaissance des conditions d’emploi des éléments relevant de la compétence strictement linguistique.

15Après cette présentation très synthétique dont l’objectif était de situer l’en­sem­ble des paramètres qui semblent devoir être pris en compte dans toute analyse du Discours, le reste de mon exposé sera consacré à l’examen de la relation entre, d’un côté, l’expérience de départ, qui relève de la perception, physique ou mentale – expérience perçue qui est à dire – et, de l’autre côté, la représentation de Langue qui, je le rappelle, est double (linguistique et pragmatique). Dans tous les idiomes (c’est un trait universel), les systèmes de Langue intériorisent des représentations d’expérience. Ces représentations, qui sont en quelque sorte des pro­totypes d’expé­rien­ce, concernent à la fois la compétence linguistique et la compétence pragma­ti­que du sujet parlant.

3. A propos de communion phatique

16Un bel exemple d’écriture fondée sur l’exploitation de l’écart entre la compétence linguistique et la compétence pragmatique (pragmatic efficiency, Malinowski) est fourni par le passage suivant extrait d’une des pièces du dramaturge de langue an­glaise Harold Pinter. Dans ce fragment de The Homecoming, on découvre une viola­tion systématique des normes conventionnelles de la communication :

17Dans une des annexes de l’ouvrage de Ogden & Richards publié en 1923, Malinowski propose une première définition de ce que Jakobson identifie en 1960 comme la fonction phatique :

18Je me propose d’examiner le dialogue extrait de The Homecoming à la lumière de l’analyse de Malinowski. Cet extrait met en scène deux personnages, Ruth et Lenny. Les indications scéniques signalent que l’échange dialogique a lieu chez Lenny ; il est donné à entendre qu’ils se rencontrent pour la première fois (« You must be connected with my brother… » – l. 11-12). Les propos tenus par les deux protagonistes semblent quelque peu décalés par rapport aux normes convention­nelles. Le procédé qui consiste à leur faire dire des choses qui ne conviennent pas à la situation – Lenny offre à boire à son invité, alors qu’il n’a rien à boire – détourne l’attention du spectateur du signifié littéral vers le signifié communication­nel, en l’occurrence phatique.

19Le but communicatif de la première réplique de Lenny : « It’s been a wonderful summer, hasn’t it ? Remarkable. » (l. 1) ?, n’est donc pas de transmettre le contenu de sa pensée à son allocutaire, mais de rompre le silence, à l’origine de « ce senti­ment étrange de tension et de malaise » (the strange and unpleasant tension). L’énoncé lui-même relève d’un schéma de phrase qui comprend une proposition assertive positive, complétée par un syntagme interro-négatif (verbe + neg + sujet ?) appelé « tag question » par les grammaires scolaires. En termes de modalité phras­tique, il s’agit non pas d’une interrogation, mais d’une demande de confirmation (cela correspond très exactement à l’« affirmation and consent » chez Malinowski). Dans une relation interlocutive qui fonctionnerait normalement, ce serait donc à l’allocutaire de confirmer ou d’infirmer cette assertion. Mais – et c’est un méca­nisme systématique dans ce dialogue – le fonctionnement de l’échange dialo­gique est gauchi. C’est donc Lenny qui répond à sa propre question (« remarkable », l. 1). On peut comparer cet énoncé à fonction phatique à un échange de balles. Pour rom­pre la tension, la balle lancée doit être renvoyée immédiatement dans le but d’ouvrir le schéma de la réversibilité des rôles dans l’interlocution. Le fait que ce soit Lenny qui récupère lui-même la « balle » qu’il lance signale, dès l’ouverture, que l’échange attendu est perverti. La tension, au lieu d’être rompue, est accrue.

20La deuxième réplique est une variante du même procédé. Il s’agit du second geste dans le rituel d’établissement des liens, à savoir, l’actualisation du lien par le partage de la nourriture (the breaking of bread and the communion of food), avec la différence, que dans les sociétés occidentales, l’alcool remplace la nourriture. Comme il se doit, Lenny offre donc à boire à son invité, en précisant immédiatement que ses placards sont vides. Mécaniquement, il s’agit du même procédé observé plus haut, à savoir que le geste esquissé est immédiatement annulé, avec comme consé­quence, un accroissement de la tension.

21L’accumulation des impropriétés communicationnelles met en question les conventions qui règlent les systèmes de langue. Pour poursuivre la conversation avec Ruth, Lenny choisit une locution toute faite qui convient à la situation sociale formelle où des interlocuteurs qui ne se connaissent pas bien sont censés entrer en contact, et cela sans l’aide d’une tierce personne : « You must be connected to my brother in some way, the one who’s been abroad. » (l. 11-12). L’emploi du nom de classe (nom commun : my brother) avec reformulation (the one who’s been abroad) en lieu et place du nom individuel (nom propre), signale un dysfonctionnement au niveau du système de la personne. Dans notre société, l’emploi du prénom signale que la personne à laquelle on se réfère est connue des deux interlocuteurs ; dans le cas de la famille proche – ce qui est ici le cas – l’emploi du nom commun nie les liens de parenté. De plus, la révélation de Ruth ne provoque aucune réaction chez Lenny. Aucun étonnement, pas la moindre question du type de celles que décrit Ma­linowski. Il y a en fait rupture thématique – une rupture qui interrompt la cohésion textuelle. La fonction phatique est remplacée par la fonction référentielle (Jakob­son). L’inconvenance du thème choisi (l’horloge) confère au tic-tac et aux objets non identifiés une valeur emblématique qui fait pénétrer le spectateur dans un univers froid et pervers, où, sous ce qui est en apparence spontané et ordinaire (« common­place », l. 23), apparaît comme un monde mécanique (le tic-tac des objets nocturnes) et mortifère, aux confins de l’aliénation.

22Ce court fragment offre au linguiste ce que Weinrich appelle un exemple idéal-type de pathologie de la compétence pragmatique. Un stylisticien doit faire un pas de plus en essayant de déceler la réaction que l’auteur-scripteur cherche à obtenir du destinataire, spectateur ou lecteur. Il semblerait que cette série d’impropriétés com­municationnelles détourne l’attention du spectateur du signifié littéral vers le signifié communicationnel, en l’occurrence phatique. Ce jeu sur le signifiant – les paroles sont vidées de leur signification – introduit une double dérision, d’abord au niveau de la relation entre les deux personnages, puis dans la relation entre ces per­sonnages et le spectateur, à qui on donne le spectacle d’acteurs jouant le rôle de per­sonnages qui, à leur tour jouent des rôles. Cette structure en abîme semble être en grande partie à l’origine de la tension qui fait la force de l’écriture de Pinter.

4. « Tick » : de l’expérience à l’expression

4.1. Aperçu du système aspecto-temporel de l’anglais

23Je me propose à présent d’examiner le réseau de relations qui se noue entre l’expérience « à dire » dans l’univers pragmatique, le système de représentation en Langue et la « visée d’intention » du sujet parlant (voir figure 1). Prenons comme exemple de démonstration le sémantème « tick » qui apparaît trois fois dans l’extrait de la pièce de Pinter : deux fois comme nom (l. 18 et 26), une fois comme verbe (l. 21).

24L’Oxford English Dictionary définit le substantif « tick » comme :

◊ (1440) (i) a quick dry light sound, distinct but not loud; esp. the sound produced by the alternate check and release of the train in the escapement of a watch or clock, (ii) a beat of the heart or of the pulse or (iii) the time between two ticks of the clock, a mo­ment a second or an instant.

25et le verbe comme :

◊ (1546) to make the light quick sound described under tick sb. (the clock was invented in 1500).

26Du point de vue phénoménologique, que tick soit nom ou verbe, on a affaire à un événement étroitement associé au bruit de l’horloge. Cela explique pourquoi Lenny, ayant pris son horloge, peut actualiser le nom tick, mentionné pour la première fois, au moyen de l’article défini (« The tick’s been keeping me up », l. 18-19) – article anaphorique : <tick> est une propriété inhérente de l’objet <horloge>. Il est ici implicitement renvoyé à un univers partagé.

27En tant que verbe, le sémantème de « tick » désigne un événement ponctuel, c’est-à-dire, selon le dictionnaire, « qui peut être assimilé à un point ». Je précise que « ponctuel » renvoie, non pas au domaine de la représentation, mais à celui de l’expérience. L’exemple à analyser « There are a lot of things which tick in the night » (l. 21) est au présent simple. L’image-temps emportée par le verbe « tick » dans ce contexte particulier, est obtenu par la rencontre de plusieurs facteurs :

28(i) la nature de l’événement désigné par tick dans l’univers d’expérience,
(ii) la manière dont la langue (ici, l’anglais) se représente cet événement, c’est-à-dire, son aspect lexical,
(iii) le choix du temps grammatical qui se fait en fonction du système aspecto-temporel de la langue donnée.

29Je rappelle brièvement quel est le système aspecto-temporel de l’anglais. On sait que cette langue ne dispose que de deux temps : le prétérit et le présent-futur. Cette binarité fondamentale est aussi complétée d’un dispositif aspectuel, lui aussi binaire, construit sur deux oppositions. La première opposition concerne le repérage du sujet par rapport à l’événement : le présent et le prétérit simples (respectivement tick et ticked) situent le sujet dans l’immanence de l’événement, le présent parfait et le prétérit parfait (have ticked et had ticked) le situent en transcendance.

30La seconde opposition concerne non le sujet, mais l’événement qu’on peut (a) soit parcourir mentalement de son commencement à sa fin (« with the beginning, the middle and the end rolled up in a ball », dit Comrie), on a alors à faire à l’aspect dit perfectif (tick, ticked), (b) soit saisir en un instant quelconque de sa durée intérieure entre le commencement et la fin – la durée intérieure est alors partagée entre un déjà accompli et un pas encore accompli – : c’est l’aspect dit imperfectif exprimé par la forme périphrastique appelée traditionnellement, progressive (is ticking, was ticking). Une des valeurs d’opposition entre le présent simple et le présent progressif est celle du permanent (John keeps sheep) et du provisoire (John is keeping sheep). Dans le premier cas il est signifié que John gagne sa vie en élevant des moutons (il est éleveur de moutons). Dans le second cas, avec la forme progressive, il ne s’agit pas d’un métier mais d’une activité provisoire. Pour bon nombre de verbes, la per­fec­tivité du présent simple tend, en effet, à livrer une image « stative » de l’évé­ne­ment, le propre de l’état étant d’être logeable dans le cadre de l’instant. En d’autres termes, un verbe dit statif comme « seem » (sembler) ou « contain » (contenir) fait abstraction de ce qui est la caractéristique d’un procès, à savoir se dérouler dans le temps selon une successivité qui comprend un début, un milieu et une fin.

4.2. Sur le signifié du présent simple

  • 1 . Cette analyse se trouve, légèrement modifiée dans un article intitulé « La forme pro­gressive, u (...)

31La définition du temps grammatical (tense) que propose le linguiste britannique Rodney Huddleston dans un ouvrage déjà ancien (A Transformational Grammar of English) ouvra d’intéressantes perspectives1 :

The main primary semantic function of tense is to indicate the relation between the time at which the sentence is uttered and the time of the action, state or event […], that is expressed in the main verb. Consider the following elementary examples :
[1]
John died of cancer
[2] Mary lives in Sydney
The past tense in [1] indicates that the time of John’s dying of cancer is past relative to the time of speaking. Past time is time before the moment of utterance, present time is inclusive of it – inclusive of’ rather than ‘co-extensive with’ […]

32Selon ce point de vue, la fonction sémantique principale du présent (present tense) serait d’indiquer que l’événement désigné par le verbe renvoie à un espace de temps qui inclut le présent de parole (‘inclusive of’ rather than ‘co-extensive with’). Ainsi, dans « Mary lives in Sydney », Huddleston dit que le présent (present time) est inclusif de l’instant d’énonciation plus qu’il n’en est co-extensif. La raison en serait la suivante: ‘the time during which Mary lives in Sydney will clearly be much greater than the time taken to utter [the] sentence’ (« la période de temps pendant laquelle Mary vit à Sydney excède l’instant d’énonciation »). Il est évident que, dans l’univers d’expérience, la durée de l’événement <vivre à Sydney> donne l’im­pres­sion d’englober largement le présent d’énonciation. On peut en dire autant de <garder des moutons> (ci-dessus : John keeps sheep).

33Mais que se passe-t-il si, au lieu de dire « Mary lives in Sydney », je dis : « Mary dies in Sydney », ou « Mary dies of cancer » ? En français, il est vrai, en ajoutant une date, on obtient un présent dit historique : « Marie meurt à Sydney / d’un cancer en 1956 ». Le présent anglais n’offre pas cette possibilité. Si l’on veut parler de la mort de Marie au présent, il faut (a) soit représenter l’événement imper­fec­tivement (« Mary is dying of cancer »), mais en disant cela, on ne parle plus de sa mort, on parle d’un état qui va aboutir à sa mort, (b) soit se mettre dans l’après immédiat de l’événement (‘Mary has (just) died’, « Marie vient de mourir ». On évoque alors un changement d’état. Précisons qu’avec le présent parfait (has died), qui repère l’événement par rapport à l’ancrage spatio-temporel du sujet parlant, il est impossible d’ajouter un complément circonstanciel ; les compléments de lieu et de cause exigent en effet le prétérit : ‘Mary died of cancer’ (« Marie est morte d’un cancer ») / ‘Mary died in Sydney’ (« Marie est morte à Sydney »).

34D’un point de vue phénoménal, on constate que mourir (die) signifie deux choses :

35(i) « cesser de vivre, d’exister », c’est-à-dire transiter d’un état à un autre ; employé dans ce sens, mourir (to die) ne prévoit pas de durée intérieure.
(ii) le processus qui conduit à ce changement d’état ; employé dans ce sens, le verbe prévoit une durée intérieure sous forme de continuité ininterrompue.

36Toute en commandant l’éventail de choix temporels possibles, ces confi­gu­ra­tions temporelles existent indépendamment de la forme grammaticale sélectionnée, et elles lui sont antérieures ; elles relèvent de la dialectique entre la réalité phénoménale de l’événement et son signifant linguistique – (dans l’acception guillaumienne selon laquelle : signifiant = signe / signifié) – autrement dit, il s’agit d’une potentialité aspectuelle propre au lexème, inscrite en Langue. Cette poten­tia­lité lexicale sera réalisée en Discours d’après la visée d’effet (ou visée d’intention) du sujet parlant.

37Si l’énoncé « Mary dies in Sydney » n’est donc pas dicible en anglais, c’est d’abord parce que la double dialectique entre la nature phénoménale de l’événement, sa représentation en Langue, et la configuration du présent anglais l’interdisent. Mais ce n’est pas là l’unique raison. Il existe toute une série de verbes renvoyant à des événements dits ponctuels et qui sont dicibles au présent simple. Les verbes « kick » (donner un coup de pied) et « score » (marquer un but), sont régulièrement actualisés au présent simple par des commentateurs sportifs. Il s’agit là non pas d’« inclusion » de l’instant de parole, mais de « co-extensivité », pour reprendre les termes de Huddleston. Avant l’invention de la radio et du commentaire sportif en direct, ce genre d’emploi était réservé au récit oral. Dès lors, l’impossibilité de dire « Mary dies in Sydney » s’explique de la même manière. « Die » n’est pas le type d’événement qui, à l’heure actuelle, dans notre société, peut faire l’objet d’un commentaire en direct. Mais cela viendra peut-être. Autrement dit, il s’agit de considérations d’ordre purement pragmatique.

4.3. Retour à « tick »

  • 2 . Pour éviter toute ambiguïté, il y a lieu de préciser que ce terme, que j’ai utilisé à plu­sieurs (...)

38Mais qu’en est-il du type d’événement exprimé par un verbe comme tick ? Il est clair que, dans ce cas, on a affaire à une formation onomatopéique renvoyant à un événement, qui, dans la réalité phénoménale, prend moins de temps qu’il n’en faut pour produire l’énoncé. S’agit-il alors d’un cas de « co-extensivité » ? Il a été indi­qué qu’il existe en anglais une série limitée de verbes qui, dans l’univers d’ex­pé­rience, désignent des procès ponctuels (kick, hit, punch, crash, break, etc.)2. Dans la mesure où ces verbes renvoient à des événements logeables dans le cadre de l’ins­tant, ils se comportent, du point de vue de la forme, comme des états, tout en dési­gnant des procès dynamiques. La particularité de ces événements est illustrée par le fait que le français tend à les exprimer par des périphrases : « faire tic-tac », « donner un coup de pied / un coup de poing », etc. On constate que, dans ce cas, le français règle le problème de la représentation linguistique d’un événement « ponc­tuel » en recourant à une forme nominale (tic-tac, coup de pied, coup de poing, etc.) régie par un verbe de grande généralité (faire, donner, rendre, etc.). Ailleurs, il utilise d’autres procédés, en fonction de l’aspect lexical de l’événement (par ex. la forme réfléchie dans s’écraser = crash, etc.)

  • 3 . A la différence du verbe « (to) live », par exemple, le verbe « (to) tick » est aspectuelle­ment (...)

39L’image-temps qu’emporte le verbe (to) tick pose un problème un peu particulier, puisqu’il semble impliquer au minimum une double occurrence, ce que rend bien le français : (faire) tic-tac. Nous associons normalement ce son au bruit mécanique et métallique de l’horloge – le verbe « tick » est défini par The Collins Dictionary and Thesaurus comme « a recurrent metallic tapping or clicking sound, such as that made by the clock ». La notion de récurrence implique qu’à la diffé­rence des autres verbes dits « ponctuels », l’image-temps qu’il projette prévoit une durée intérieure3

40Comparons à ce propos les deux énoncés suivants :

(i) The glass broke.
(ii) The clock ticked.

  • 4 . En revanche, « the glasses were breaking (were being broken) at a great rate » est pos­sible, gr (...)
  • 5 . Cette tentative d’établir le lien entre la réalité phénoménale et la représentation linguis­tiqu (...)

41On observera qu’en (i) il n’y aucune prévision de durée, si brève soit-elle, mais que ce qui est en question, c’est un seuil marquant la transformation d’un avant en un après (pas cassé → cassé). Cela explique pourquoi on ne peut pas exprimer l’évé­nement <casser> à la forme progressive (*The glass was breaking) – un événement sans prévision de durée intérieure ne pouvant être interrompu dans son cours4 – alors que la différence entre the clock ticks et the clock is ticking concerne, non l’événement dans la réalité phénoménale5, mais le sens d’intention du sujet parlant.

42Ainsi la réalité phénoménologique de l’événement conditionne la configuration de l’image-temps, en d’autres termes son aspect lexical. Pour ce qui est de l’aspect grammatical, rappelons qu’en anglais, la forme simple (présent et prétérit) invite à parcourir mentalement l’événement dans toute sa durée, alors que la forme pro­gres­sive saisit l’événement quelque part après le commencement et avant la fin. Dans le cas de l’exemple proposé par Huddleston « (to) live », la valeur obtenue par le, présent simple est liée à la nature de l’événement <live>, qui implique obliga­toi­re­ment une certaine durée, représentée comme une continuité ininterrompue. Mais, avec la plupart des verbes qui expriment des procès, le présent simple tend à virtualiser la représentation du procès. Si la différence entre Mary lives in Sydney et Mary is living in Sydney tourne autour de l’opposition entre le permanent et le provisoire, la différence entre « I listen to the radio » and « I am listening to the radio » concerne la différence entre le virtuel et l’actuel. L’emploi du présent progressif indique que le sujet de l’énoncé est situé dans l’immanence de l’évé­nement – il y a du déjà et du pas encore ; ce qui est actualisé, c’est l’instant du déroulement du procès contemporain de l’instant d’énonciation.

43Avec la forme simple, on l’a vu, cette possiblité n’est offerte que lorsque l’évé­ne­ment peut se loger dans le cadre de l’instant (verbes d’état et procès « ponc­tuels »). C’est pour cette raison que le présent simple est invariablement présenté aux apprentis de l’anglais en même temps que les adverbes de fréquence et les subordonnées temporelles et conditionnelles : « I listen to the radio every morning before I go to work », « I watch television, if I am not too busy », etc. Ce qui est actualisé, ce n’est pas l’événement désigné par le verbe, mais un com­por­tement ou une habitude – en soi une abstraction – par rapport à cet événe­ment. C’est cette habitude ou ce comportement qui est représenté comme « co-extensif » du moment d’énonciation. L’événement lui-même est virtualisé. Poussé à sa limite extrême, il parvient au virtuel représentatif de la généricité. C’est cette valeur qui est exprimée par l’exemple sous analyse (« [a lot of things] tick in the night »).

  • 6 On dirait, en sémantique, que « faire tic-tac » est un sème du substantif « horloge ».

44Revenons à l’occurrence verbale de tick (l. 21). J’ai déjà indiqué que le fait de faire tic-tac constitue une des propriétés de l’horloge6. Ainsi la phrase « clocks tick » a le même statut générique qu’un énoncé comme « Oil floats on water ». Dans le premier cas, par le truchement du pluriel, on attribue une propriété à un ensemble d’objets faisant partie de la même classe ; dans le second cas, le « non-pluriel » permet d’évoquer une des propriétés de la matière « oil ».

45S’il est normal d’avoir besoin d’évoquer les traits inhérents des objets dans une leçon de choses ou dans un cours de sciences naturelles, dans le contexte où se trouvent Ruth et Lenny, il s’agit d’un exemple supplémentaire de transgression des conventions de la situation communicative. En l’occurrence, Lenny attribue ce trait non seulement à son horloge, mais à une série ouverte d’objets indéterminés (a lot of things). En agissant ainsi, il pose pour ces objets deux états d’existence : une existence diurne, ordinaire (« in the day, you wouldn’t call them anything else but commonplace », l. 22), et une existence nocturne, extraordinaire, où leurs traits sémiques se modifient (« But in the night any given one of them is liable to start letting out a bit of a tick. » (l. 24-26). Dans cet univers nocturne des sons amplifiés, l’inanimé s’anime, les objets de la réalité quotidienne prennent une dimension surréelle ; on est entraîné malgré soi dans un monde de cauchemars enfantins, de « goolies and ghosties and long legged beasties and things that go bump in the night. » Ajoutons que, d’après l’OED, tick, désigne aussi le « battement du cœur ».

Conclusion

46En conclusion, ce que j’ai essayé de montrer en posant les bases de ce que j’appelle une « stylistique systématique », c’est l’importance d’une juste saisie des rapports entre les perceptions d’expérience et les représentations de ces perceptions. Chaque idiome offre, en langue, des représentations prototypiques d’expériences. Et, au bout du compte, dans cette remontée aux sources, ce sont ces représentations proto­ty­piques qui conditionnent toute production du discours. C’est sur leur analyse que devrait reposer une stylistique « systématique ».

Haut de page

Bibliographie

Bally, Ch. (1909), Traité de stylistique française, Editions Francke, Berne.

Guillaume, G. ([1919] 1979), Le problème de l’article et sa solution dans la langue française, Nizet, Paris / Les Presses Universitaires de l’Université Laval, Québec.

Guillaume. G. (1989), Leçons de linguistique, 1946-1947 C, vol. 9, Les Presses Universitaires de l’Université Laval, Québec / Presses Universitaires de Lille, Lille.

Jakobson, R. (1963), Essais de linguistique générale, Editions de Minuit, Paris.

Malinowski (Ogden & Richards) ([1923] 1949), « The Problem of Meaning in Primitive Languages », The Meaning of Meaning, Sup. 1, Routledge & Kegan Paul, London.

Haut de page

Notes

1 . Cette analyse se trouve, légèrement modifiée dans un article intitulé « La forme pro­gressive, un point de vue guillaumien », Cynos, vol. 17, n° spécial 2000.

2 . Pour éviter toute ambiguïté, il y a lieu de préciser que ce terme, que j’ai utilisé à plu­sieurs reprises, est défini dans le Robert comme ce « qui peut être assimilé à un point », ce qui signifie clairement qu’il renvoie à l’événement dans la réalité expérientielle et à l’impression de complétude qui lui est attachée. C’est donc à tort qu’on parle d’aspect « ponctuel », l’aspect relevant de la représentation, non de l’expérience.

3 . A la différence du verbe « (to) live », par exemple, le verbe « (to) tick » est aspectuelle­ment déterminé ; je définis sa durée comme une continuité interrompue.

4 . En revanche, « the glasses were breaking (were being broken) at a great rate » est pos­sible, grâce à la pluralité.

5 . Cette tentative d’établir le lien entre la réalité phénoménale et la représentation linguis­tique escamote beaucoup de faits importants, par exemple, le fait que tick est une pro­priété inhérente de clock, alors que break n’est pas une propriété inhérente de glass. Il ne faudrait pas non plus oublier le problème de l’agentivité : une horloge « fait » tic-tac, un verre « se » brise. Là où l’anglais ne fait pas de distinction morphologique – il y a « synapse », comme disent les Guillaumiens : broke, ticked, même forme de prétérit – le français a recours à deux formes sémiologiquement distinctes.

6 On dirait, en sémantique, que « faire tic-tac » est un sème du substantif « horloge ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dairine O’Kelly, « 10. Eléments de stylistique systématique : A propos d’un texte de Harold Pinter », Modèles linguistiques, 40 | 1999, 105-117.

Référence électronique

Dairine O’Kelly, « 10. Eléments de stylistique systématique : A propos d’un texte de Harold Pinter », Modèles linguistiques [En ligne], 40 | 1999, mis en ligne le 01 mai 2017, consulté le 23 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/ml/1416 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ml.1416

Haut de page

Auteur

Dairine O’Kelly

CERIS
Université de Toulon et du Var

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Modèles Linguistiques

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search