Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4011. Analyse du discours économiqu...

11. Analyse du discours économique dans le cadre d’une linguistique distributionnelle et transformationnelle

Isabelle Foltête
p. 119-134

Texte intégral

Introduction

  • 1 Laboratoire d'Automatique Documentaire et Linguistique (CNRS), Université Paris 7.

1La presse économique est l’une des presses spécialisées les plus importantes actuel­lement et elle fait l’objet de nombreuses investigations, particulièrement de la part des spécialistes de l’information et de la communication. Le discours écono­mique étant un de nos domaines de recherche, nous avons choisi pour l’analyser de nous situer dans le cadre théorique de la grammaire harrissienne développée en France par l’équipe de linguistes du L.A.D.L1. Cet article est donc une illustration de ce que l’approche distributionnelle et transformationnelle peut apporter de précision et de rigueur à la description de ce discours.

2Après avoir défini quelques données, dont le cadre théorique, nous montrerons comment des prédicats très récurrents et spécifiques du domaine de l’économie déter­minent la dynamique de ce type de discours et font apparaître les réseaux de re­lations qui rendent compte des places et des rôles des acteurs et des composantes de ce domaine. Puis, nous observerons quels sont les changements qui surviennent, lorsque nous opérons certaines manipulations sur les prédicats.

1. Données préalables

1.1. Le corpus

3Notre corpus est composé d’articles de journaux, quotidiens et hebdomadaires (dont Le Figaro-économie, Le Monde de l’économie, Les Echos, La Tribune, L’Ex­pan­sion, Capital…) qui sont lus par les dirigeants et cadres d’entreprises, les écono­mis­tes, les étudiants qui se spécialisent dans ce domaine et tous les gens qui s’intéres­sent à l’économie.

1.2. Le discours de l’économie

4Si le terme économie signifie l’ensemble des faits relatifs à la production, à la dis­tri­bu­tion et à la consommation des richesses dans une collectivité humaine (Petit Robert), cela implique des échanges de biens, de services et de monnaie entre les ac­teurs du circuit économique – entreprises, banques et consommateurs – l’objec­tif prio­ritaire étant la croissance. Nous pouvons alors nous attendre à ce que, dans la presse, l’accent soit mis sur les quantités, les valeurs, la croissance et les moyens d’y parvenir.

5Le discours de l’économie qui, comme tout discours spécialisé, fait appel à un voca­bulaire spécifique et présente des fréquences élevées de mots « techniques », s’adres­se à une communauté homogène de lecteurs. La communauté de la presse éco­no­mique en France est composée des économistes, des cadres d’entreprises et des journalistes qui sortent des mêmes écoles et des mêmes universités, fréquentées par des étudiants qui prendront le relais des premiers. Cette presse est plus qu’une sour­ce d’informations pour les spécialistes, elle constitue un véritable outil de tra­vail.

1.3. Cadre théorique

  • 2 Laboratoire de Linguistique Informatique, URA 1576, Université Paris 13, Ville­ta­neuse

6Même si nous ne reproduisons pas telle quelle l’analyse harrissienne de Discourse Analysis (1959), les principes de la théorie distributionnelle et transformationnelle de Z.S. Harris restent le fondement de notre recherche. Pour affiner notre analyse, nous avons utilisé les outils élaborés au L.A.D.L. et au L.L.I.2. Résumons-les.

7Z. S. Harris a décrit la phrase élémentaire en termes d’opérateurs (ou prédicats) et d’arguments, le sens de l’opérateur étant déterminé par la sélection de ses argu­ments, et donné les règles de fonctionnement de la langue ; son objectif était d’ana­lyser non seulement les structures formelles, mais « aussi les séquences de mots réelles qui constituent les phrases réelles de la langue » (1976). C’est dans cette op­tique que le L.A.D.L. a construit, pour l’étude systématique du lexique français, un lexique-grammaire qui a pour ambition de rendre compte de l’emploi des mots dans le cadre des structures de phrases et qui donne les propriétés syntaxiques des diffé­rentes catégories lexicales, sur la base des emplois de prédicats. Dans un pre­mier temps, les arguments des verbes ont été classés en fonction des critères distri­bu­tion­nels suivants : humain, non humain, concret, non restreint. Puis, considérés comme insuffisants, ils ont été complétés par des propriétés telles que pluriel pour les constructions exigeant un sujet ou un complément au pluriel, Npc (substantif « par­tie du corps ») et éventuellement « partie de l’objet » (Leclère, 1990).

8G. Gross, qui travaille dans le même cadre théorique d’un lexique-grammaire, constatant lui aussi que « les opérateurs sont très largement polysémiques », ce qui pose des problèmes pour la description des classes, a alors entrepris de rechercher des informations supplémentaires concernant les arguments et il a sous-catégorisé les traits en sous-classes sémantiques, les « classes d’objets » qui se sont révélées assez précises pour permettre de discriminer le sens des opérateurs. Les classes d’objets sont élaborées à partir des distributions et chaque classe est définie par un ensemble typique d’environnement. Prenons comme exemple le verbe passer à sujet humain. Il ne suffit pas de dire que les objets peuvent être humain, abstrait, locatif ou concret, pour décrire les emplois. Le trait humain étant trop riche, il faudra divi­ser les humains en sous-classes : <grade> pour passer capitaine (domaine mili­taire), <professeur> pour passer professeur (domaine universitaire), <fonction> pour passer directeur. Lorsque l’objet est un abstrait, nous aurons recours à la classe des événements <examen, concours> pour passer le bac, passer le concours des Mines… <fêtes> pour passer Noël (à la campagne). Les sous-ensembles définis ci-dessus (grade, professeur, fonction, examen, concours, fêtes) constituent des classes d’objets. Si l’on veut obtenir l’ensemble des emplois de passer, on devra recenser les classes d’objets qui caractérisent l’objet temps (passer les vacances, la soirée), l’objet locatif (passer le seuil de la porte, la rivière)…, puis les différentes classes de sujets (cette couleur passe, le temps passe vite…). Quant aux propriétés transfor­ma­tionnelles, elles vont dépendre des différents emplois de l’opérateur. Les phrases dérivées, construites autour de tel emploi spécifique du verbe, seront étudiées à par­tir de la structure de base. Pour la description des substantifs prédicatifs – dont les déverbaux – des adjectifs…, le L.A.D.L. procède de la même façon que pour les verbes ; il les analyse dans le cadre des structures de phrases. Ces prédicats sont définis par leur domaine d’arguments et par leur actualisation. Parmi les actualisa­teurs, nous ne retiendrons ici que les verbes supports dont nous rappelons la définition :

Les verbes supports sont des verbes prédicativement vides qui servent à actuali­ser les prédicats nominaux, ils prennent donc en charge les informations de per­sonne, de temps et de nombre attribuées à l’élément prédicatif.

9Pour l’étude des groupes nominaux prédicatifs, nous partons donc des phrases à verbe support. A partir de la phrase (1), nous allons suivre les étapes de la nominali­sation :

(1) Les ventes de skis Salomon ont fortement chuté au Japon

[Nominalisation]  = Les ventes de skis Salomon ont enregistré une forte chute au Japon

[Relativation]  = La forte chute que les ventes de skis Salomon ont enregistrée au Japon

[Réduction]  = La forte chute des ventes de skis Salomon au Japon

10Dans notre cadre, les nominalisations ne sont pas considérées comme des trans­formations de phrases (verbales) en syntagmes nominaux (P → SN) mais comme des relations transformationnelles non orientées entre deux phrases (Harris 1976).

1.4. La démarche d’analyse

11Dans la presse économique, nous pouvons facilement repérer, à la première lecture, des structures très récurrentes qui présentent des données quantifiées et dont les ar­guments appartiennent à des classes spécifiques et homogènes du domaine de l’économie. En nous inspirant du cadre théorique exposé ci-dessus, nous avons répertorié dans notre corpus les prédicats, exprimant la mesure, dont les arguments pouvaient être regroupés dans des « classes d’objets ».

12Nous en présentons ici deux types, le premier donne la mesure des marchés, des échanges, des données relatives aux entreprises et des indicateurs de l’économie :

(2) (La reprise est bien amorcée…) La croissance pourrait être de 2,5 % cette année

13Le deuxième, qui indique les variations de toutes les données citées ci-dessus, peut se présenter sous deux formes :

(3a) Les exportations japonaises vers les Etats-Unis ont augmenté de 3 milliards de US$

(3b) Le Japon a augmenté ses exportations vers les Etats-Unis de 3 milliards de US$

14Nous reviendrons plus en détail sur leur constitution en 2.2.

15Ces prédicats (2) et (3), particulièrement le premier, sont généralement précédés d’une phrase appréciative dont le but est d’évaluer la donnée chiffrée, de façon plus ou moins explicite, sur une échelle qui va de « très bon » à « très mau­vais ». La reprise est bien amorcée, qui précède le prédicat de mesure (2), entretient une rela­tion sémantique avec celui-ci dans le sens où la croissance est un indicateur de la re­prise économique. L’appréciation positive (reprise bien amorcée) se voit confirmée par le « bon » chiffre (2,5 %) de la croissance.

16Nous examinerons en 2.1. les relations qui existent entre l’appréciation et la me­sure.

17Les manipulations sur le deuxième prédicat vont nous permettre, en analysant la distribution des arguments et les déplacements qu’ils subissent, de rendre compte des places qui sont données aux différents actants dans le procès, et de la façon dont ils interviennent sur celui-ci. Dans la phrase à verbe intransitif :

(4) Les ventes de Peugeot ont fortement baissé

18le sujet non humain est « intérieur » au procès et dans son rôle de « patient », il subit le pro­cès, ce qui signifie que la société Peugeot n’a pas d’emprise sur l’état de ses ventes, qui sont soumises aux lois du marché et à la conjoncture, alors que dans la phrase :

(5) France Télécom va encore baisser ses tarifs

19le couple sujet-verbe actif indique que le « contrôle extérieur » exercé par l’agent su­jet sur le procès est maximum et que l’« activité indépendante » de l’objet est mini­mum, autrement dit, que c’est la société qui a pris la décision de baisser ses tarifs, et que l’on a affaire ici à un acte « volontaire ».

20Nous allons d’abord analyser les phrases verbales de mesure et de variation, puis les nominalisations par verbes supports, afin de voir comment ils sont sélectionnés en fonction du sens du substantif prédicatif dérivé et de son sujet.

2. Analyse proprement dite

2. 1. Prédicats de mesure et appréciation

21Reprenons la phrase (2) :

(2) La croissance pourrait être de 2,5 % cette année

22Elle est composée du verbe support (être), de la préposition (de) et du complé­ment de mesure (2,5 %) dont l’unité de mesure est contrainte par le groupe nominal sujet. Les substantifs en position sujet appartiennent à des classes d’objets qui rassem­blent les acteurs du circuit économique, les types de marchés et d’échanges, les données relatives aux entreprises, les produits, les services et les monnaies, les indicateurs de conjoncture…, que l’on peut coder en utilisant un cer­tain nombre d’informations. Comme tous les substantifs ne sont pas identiques du point de vue syntaxique, nous devons séparer les substantifs prédicatifs (qui ont la même exten­sion que les verbes qui leur sont associés) et les arguments élémentaires (substantifs qui n’ont pas eux-mêmes d’arguments). Pour la description des substan­tifs, nous prendrons en compte les informations suivantes :

23– T désigne les traits de nature syntactico-sémantiques comme : humains (hum), ina­nimé concret (inc), inanimé abstrait (ina), locatif (loc)…,

24– C correspond aux classes d’objets désignant des ensembles sémantiques homo­gènes (unités de mesure, moyens de transport, véhicules, vêtements…),

25– D indique le domaine dans lequel le substantif en question prend sa signification (éco­nomie, (secteur) automobile, commerce…).

26Pour les substantifs prédicatifs, nous préciserons l’opérateur associé (Op) : exportation est associé à exporter, ainsi que les arguments.

27Donnons quelques exemples de codage de substantifs prédicatifs suivis des em­plois correspondants :

Immatriculation/T :ina/C:unité de mesure/Op:immatriculer/N0:hum/

N1:<véhicule>/D:automobile/

Le nombre des immatriculations de voitures n’a pas dépassé 100 000 véhicules en juin

Croissance/T:ina/C:changement d’état/Op:croître/N0:loc<pays,marché>/

N1:de< %>/D :économie/

Le taux de croissance du Royaume-Uni sera d’au moins 3 % en 1998

Vente1/T:ina/C:unitédemesure/Op:vendre/N0:hum/N1:<produits>/D:commerce/

Les ventes de Beaujolais nouveau ont atteint 6 millions de bouteilles cette année

28Nous noterons la contrainte qui existe entre la nature du produit (vin de Beau­jo­lais) et l’unité de mesure (bouteille). Vente1 correspond au substantif qui désigne le volume des ventes de produits, évaluable dans toutes les unités de mesure (ventes de pétrole : barils ; ventes de blé : quintaux, tonnes ; ventes de jeans : unités, pièces…). Si nous observons l’emploi suivant du substantif vente :

Les ventes de produits de luxe ont atteint 100 milliards de francs en 1997

29nous avons affaire à un deuxième substantif vente qui identifie le produit des ventes, évaluable uniquement en unités monétaires, et dont l’opérateur associé est vendre pour. La phrase à opérateur :

La France a vendu pour 100 milliards de francs de produits de luxe en 1997

30est le résultat de la restructuration de :

La France a vendu des produits de luxe pour 100 milliards de francs en 1997

31Nous aurons pour ce deuxième substantif la présentation suivante :

Vente2/T:ina/C:unité monétaire/Op:vendre pour/N0:hum/N1:<produits>/

N2:pour<unité monétaire>/D:commerce/

32dans laquelle il faudra indiquer la contrainte sur le déterminant indéfini des (produits de luxe) ou partitif du (pétrole).

33Présentons maintenant quelques arguments élémentaires appartenant au domaine de l’automobile (ici secteur d’activité) :

Petit utilitaire/T:inc/C:véhicule/D:automobile/

Camion/T:inc/C:véhicule/D:automobile/

Véhicule léger/T:inc/C:véhicule/D:automobile/

34Nous pourrions ajouter à cette liste : voiture de tourisme, monospace, poids lourd… qui peuvent entrer dans la phrase classificatoire : Un petit utilitaire est un véhicule, et dont l’opérateur approprié est immatriculer : 100 000 monospaces ont été immatriculés en 1997.

35Véhicule peut aussi figurer dans la classe des unités de mesure :

Véhicule/T:inc/C:unité de mesure/D:commerce/

36Les verbes qui peuvent introduire une mesure sont des verbes prédicatifs ou des verbes supports dont le choix dépend de la nature du substantif en position sujet. Ils peuvent être présentés sous forme de fichier. Les verbes qui suivent, sont « appro­priés » à la classe des substantifs chiffrables en unités de mesure :

atteindre n unité de mesure/N0:ina<unité de mesure>

Les immatriculations de voitures neuves n’ont pas atteint 95 000 véhicules en juin

s’élever à n unité de mesure/N0:ina<unité de mesure>

Les ventes d’ordinateurs domestiques se sont élevées à (2 millions d’unités + 20 000 milliards de francs)

coter n unité monétaire/N0:ina<actions-titres-matières premières-monnaies>

Le baril de pétrole cotait 19, 50 dollars hier à Londres

37En mettant en relation les fichiers des classes d’objets en position sujet avec celui des unités de mesure et le fichier des verbes, nous obtenons la sélection des prédicats de mesure.

38Dans la presse économique, ces prédicats de mesure sont juxtaposés à des phra­ses appréciatives à adjectif et substantif prédicatifs ou à expression figée, comme nous l’avons vu ci-dessus pour (2), qui expriment le jugement du journaliste sur la donnée chiffrée ou qui indiquent au lecteur comment il faut l’interpréter. En effet, un chiffre n’a de sens que par rapport à d’autres chiffres, et seuls les journa­listes et les économistes, en tant que spécialistes, sont en mesure d’apprécier et de resituer dans son contexte toute donnée chiffrée, parce qu’ils sont en posses­sion de tous les chiffres nécessaires au traitement de l’information économique.

39Prenons l’exemple de La Tribune du 10 septembre 1997 :

Allemagne. Le chômage continue son inexorable progression

(6) … Pour le président de l’Office du travail, « le creux de la vague devrait avoir été atteint à l’Ouest », compte tenu de la vigueur des exportations. Les perspectives dans les nouveaux Länder, en revanche, restent sombres. Le taux de chômage en données brutes est de 18,3 %.

40Le prédicat de mesure, l’adjectif prédicatif sombre ex­prime une appréciation négative. Le taux de chômage étant un des éléments constitutifs de l’évaluation des perspectives économiques d’un pays, on peut en déduire que sombre qualifie aussi la donnée chiffrée qui doit être considérée comme néga­tive.

41L’article de La Tribune est construit sur l’opposition (mise en relief dans la deuxième phrase par en revanche) entre : l’économie allemande est sur la bonne voie dans la première partie, avec de bons chiffres pour le PIB et la croissance (entre 2,5 et 3 %) et la progression inexorable du chômage, particulièrement à l’Est, dans la deuxième partie.

42L’article du Monde (8 juillet 1997) :

La France, un gÉant paresseux

43est construit sur une opposition un peu moins tranchée :

(7) La France n’en est pas à un paradoxe près. D’un côté, son tourisme se porte bien. Selon les dernières statistiques… 68,4 % de Français ont pris des vacances en 1995 et 61,5 mil­lions d’étrangers sont venus en France en 1996…
L’autre visage est moins souriant… le nombre des vacanciers français a tendance à stagner, la consommation touristique des Français en France progresse faiblement, la croissance du tourisme international en France est deux fois moins importante que celle du tourisme international dans le monde.

44Chaque phrase annonce une série de chiffres sur le tourisme et dans chaque par­tie, d’autres prédicats viennent confirmer l’opposition entre points positifs et négatifs.

45Dans les phrases suivantes :

(8) La France est le premier pays récepteur de tourisme.
L’excédent de la balance touristique « est égal à » trois fois les soldes de l’automobile, de l’aéronautique… ou six fois celui du commerce de luxe.

46les prédicats à verbe support être, qui indiquent un ordre (être le premier pays…), un rap­port de grandeurs (être égal à trois fois… ou six fois…) expriment les points po­si­tifs. Par contre le verbe stagner, l’adverbe faiblement associé à progresser et l’ex­pres­sion à verbe support être deux fois moins importante expriment les points négatifs.

47Nous avons recensé dans notre corpus un nombre important d’expressions appré­cia­tives positives et négatives, qui n’introduisent pas nécessairement des oppo­si­tions dans le discours mais qui constituent toujours pour nous un « guide de lec­ture » des données quantifiées. Parmi celles-ci, ce sont les phrases à adjectif prédicatif les plus fréquentes :

(9) a- Les ventes d’ordinateurs sont (décevantes + médiocres)

b- La consommation en produits industriels reste (soutenue + active + élevée)

c- L’électronique de défense est restée (étale + atone + inerte)

d- L’industrie automobile française s’enfonce dans le marasme

e- Le BTP affiche un certain optimisme

f- L’Oréal a le vent en poupe

48Les trois phrases (a), (b) et (c), à verbe support être et rester présentent des ad­jectifs prédicatifs qui donnent une appréciation, de type quantitatif, positive ou négative. Quant aux phrases (d), (e) et (f), elles présentent des structures différentes à prédicat nominal ; s’enfoncer dans le marasme représente l’aspect intensif d’être dans le marasme, phrase à verbe support être dont le prédicat dans le marasme ex­prime une appréciation d’ordre quantitatif. Afficher un certain optimisme dont le verbe support afficher est une extension du support avoir est à mettre en relation avec l’expression à verbe support et adjectif prédicatif être optimiste dont le sens est positif. Le prédicat avoir le vent en poupe est une expression figée (aucun élément ne peut varier) qui donne aussi une appréciation positive. Si nous ne nous attardons que sur les deux dernières phrases (e) et (f), nous constatons que l’appréciation est formulée en fonction de facteurs extérieurs au discours (que nous ignorons), c’est-à-dire que le journaliste se réfère constamment à la réalité de la vie économique. En effet, l’optimisme qu’affiche le BTP (Bâtiment-Travaux-Publics) ne peut se com­prendre que par rapport à la crise des années passées ; quant à L’Oréal, numéro un mondial des cosmétiques, c’est actuellement le modèle de l’entreprise qui réussit.

2.2. Les prédicats de variation

49Les prédicats de variation représentent une classe de verbes assez complexes car beaucoup ont deux emplois :

50– transitif et intransitif (augmenter, baisser),

51– transitif et pronominal ((s)accroître, (se) réduire).

52L’utilisation d’un emploi contraint la distribution des classes d’objets à gauche et à droite du prédicat et le passage d’un emploi à un autre – autrement dit l’applica­tion de transformations et d’opérations – entraîne « mécaniquement » un dépla­ce­ment de ces classes de substantifs. Prenons l’exemple des phrases (12) et (12a) : le nom propre d’entreprise Essilor, en position de complément de nom dans le sujet du verbe prédicatif augmenter, se déplace en position de sujet dans (12a), alors que bénéfice en position sujet dans (12) prend la place de complément dans (12a) au cours de la transformation de restructuration qui s’accompagne d’un chan­gement d’emploi des verbes. Les journalistes utilisent cette propriété pour montrer comment les acteurs de l’économie, les événements, selon leur relation avec le prédicat, agissent sur les mécanismes et les résultats et quelle est leur part de res­pon­sabilité dans l’évolution de la conjoncture. A travers le choix des relations ar­guments / prédicat, il est possible de déceler la position des journalistes vis-à-vis des informations qu’ils traitent.

53Le verbe le plus neutre de la classe des verbes de variation est passer (de… à) car il indique le passage d’un niveau à un autre sans orientation positive ou négative :

(10) De 1980 à 1996, les dépenses publiques sont passées de 46 % à 54 % du PIB en France … et de 43 % à 41,5 % au Royaume-Uni.

54Dans l’exemple suivant, les verbes utilisés, plonger et baisser, indiquent le sens de la variation. Plonger, sémantiquement négatif, est une métaphore qui traduit une baisse très forte et rapide. Comme pour les prédicats de mesure, la phrase qui précède le prédicat de variation exprime une appréciation sur le chiffre qui suit :

(11) C’est le plus mauvais mois de juin depuis… 1963 ! Les immatriculations de voitures particulières ont plongé, le mois dernier, de 30,7 % par rapport à la période de référence de 1996… Sur l’ensemble du semestre le marché a baissé de 23,7 %. (La Tribune. 2/7/97)

55Les arguments de ces prédicats (10) (11) (plonger, baisser) appartiennent aux classes d’objets qui ont été décrites en 2.1. : les acteurs du circuit économique, les types de marchés et d’échanges, les données relatives aux entreprises, les produits, les services et les monnaies, les indicateurs de conjoncture… Ils n’exercent aucune action sur le procès, ils dépendent de la conjoncture. Considérons maintenant le couple de phrases :

(12) Le bénéfice semestriel d’Essilor (a augmenté + s’est accru) de 5 % à 294 MF

(12a) Essilor a (augmenté + accru) son bénéfice semestriel de 5 % à 294 MF

56liées par une transformation de restructuration du groupe nominal sujet. Celle-ci « fait éclater » le groupe nominal sujet Na de Nb, dans lequel Nb est complément de nom de Na, en deux parties structurellement indépendantes (Guillet, Leclère 1981). Pour (12) = (12a), elle a la forme :

57 (Na de Nb) V W (suite de compléments) = Nb V Poss Na W

58En comparant les deux phrases (12) et (12a), nous constatons que :

59• dans (12), le GN sujet est formé du substantif bénéfice dont la classe a déjà été définie et de Essilor qui appartient à la classe des noms propres d’entreprises. Dans cette position, Essilor est un substantif non humain qui ne sert qu’à ca­ractériser bénéfice. Le sujet de la phrase n’exerce aucune action sur le procès.

60• dans (12a), le substantif bénéfice est objet du verbe transitif, précédé du pos­ses­sif coréférent à Essilor devenu sujet du verbe. C’est, dans cette position, un sub­stantif collectif humain qui exerce une action volontaire sur le procès (augmen­tation des bénéfices), comme nous l’avons vu en 1.4. pour la phrase (5), Cette action, qui peut être l’application d’une nouvelle stratégie, la sortie d’un nouveau produit… est évoquée dans le texte.

61Bien que (12) et (12a) soient sémantiquement équivalentes, nous constatons qu’elles expriment le procès de façon différente, en introduisant une opposition entre les notions de « volontaire » et d’« involontaire ». Cette opposition est déter­mi­nante pour l’expression des données chiffrées et les journalistes l’utilisent fréquem­ment, particulièrement dans les titres des articles, car ils doivent donner une image positive, ou la moins négative possible, des entreprises qui constituent leur lectorat. Le nom de l’entreprise est en position sujet lorsque le résultat ou la stratégie sont jugés positifs :

(13) Générali a doublé ses profits l’an dernier
Deutsche Telekom prévoit de doubler son résultat cette année
Volkswagen Belgique réduit le temps de travail en préservant l’emploi

62Dans l’exemple suivant, en ne respectant pas cette règle, le journaliste veut mettre en avant le sens positif de la variation et l’importance du chiffre :

(14) Hausse de 60 % du bénéfice semestriel de Bertrand Faure

63Nous reconnaissons dans ce titre une nominalisation. Celle-ci se fait à l’aide de la relativation et de l’effacement du verbe support et elle est caractérisée par l’ab­sence d’actualisation puisqu’il y a eu effacement du verbe support. Nous aurons pour (14) les étapes suivantes :

Le bénéfice semestriel de Bertrand Faure a enregistré une hausse de 60 %
 = La hausse de 60 % que le bénéfice semestriel de Bertrand Faure a enregistrée
 = La hausse de 60 % du bénéfice semestriel de Bertrand Faure

64Le GN peut, sous cette forme, servir d’argument à un autre prédicat, mais lors­qu’il est utilisé comme titre, il l’est sans déterminant devant le substantif prédicatif hausse. Pour expliquer ce phénomène, il faut rappeler que le déterminant est avec le verbe support l’élément d’actualisation des prédicats nominaux et que le déter­mi­nant est dépendant du verbe support. Le fait d’effacer ce dernier affecte nécessai­re­ment la détermination, autrement dit, l’effacement du verbe support a en­traîné l’effacement du déterminant devant le substantif prédicatif du GN utilisé comme phrase nominale indépendante.

65Lorsque le résultat est négatif, le nom de l’entreprise apparaît en deuxième posi­tion :

(15) Le déficit de la MGM s’est encore creusé

66ou comme sujet, entretenant une relation non active dans une phrase nominalisée :

(16) Danone enregistre un tassement de sa marge opérationnelle

67ce qui a pour effet de déresponsabiliser cette entreprise. On peut cependant re­mar­quer que dans le corps de l’article, les journalistes prennent moins de précautions. Précisons que le verbe support enregistrer s’emploie avec la classe des substantifs prédicatifs qui indiquent un changement d’état (tassement, baisse, croissance…).

2.2.1. Le passif

68L’utilisation du passif est aussi une façon de mettre en avant certaines classes de substantifs, et d’en écarter d’autres. Dans l’exemple qui suit :

(17) Le taux de la CSG augmentera de 3 ou 4 points dès 1998

Revenus de l’épargne. Alain Juppé avait franchi le premier pas l’an dernier. La part sa­lariale des cotisations d’assurance maladie avait été ramenée de 6,8 % à 5,5 % du salaire brut. En contrepartie, la CSG élargie à la quasi-totalité des revenus de l’épargne avait été augmentée d’un point, ce dernier étant déductible du revenu imposable.
… Comme Jacques Chirac en 1995, le PS cherche à alléger les taxes pesant sur les re­venus du travail, en alourdissant celles pesant sur le revenu du capital. La CSG remplit ce rôle puisqu’elle frappe les revenus de l’épargne à raison de 5 milliards par point. Au terme du processus, les prélèvements obligatoires sur les revenus de l’épargne auront été accrus de 20 milliards. Tandis que les cotisations salariales auront été allégées de 28 milliards. (La Tribune. 10 septembre 1997)

69les sujets des passifs sont les substantifs chiffrables qui subissent les variations. Les agents humains des passifs (les dirigeants) responsables de ces variations sont ef­facés, ce qui signifie que le journaliste ne veut pas les nommer, c’est-à-dire qu’il ne veut pas leur imputer la responsabilité des mesures prises. Par contre, l’action d’alléger qui est populaire est attribuée à des sujets actifs (J. Chirac, le PS).

70D’autres opérations vont de façon plus évidente changer la place et le rôle des actants : l’application des opérateurs faire et voir.

2.2.2. L’opérateur causatif faire

71L’application du causatif faire à la phrase Les immatriculations des grosses cy­lindrées chutent, permet d’exprimer l’intervention indirecte d’un agent extérieur sur le procès :

(18) Une hausse du prix du gas-oil risque de faire chuter les immatriculations des grosses cylindrées

72Les substantifs susceptibles d’être sujets du causatif constituent des classes d’événements et de phénomènes économiques (hausse du pétrole, baisse du dollar, inflation…), d’événements commerciaux (succès d’un produit, d’une campagne, ap­plication d’une stratégie…), politiques (la guerre du Golfe, l’embargo sur le pétrole irakien…), des classes d’humains (dirigeant, ministre…). Ces classes doivent être définies pour aider à l’interprétation de phrases causatives qui ne comportent pas faire, mais des verbes à deux emplois dont la forme transitive peut être utilisée comme causatif. Remplaçons dans (18) faire chuter par ralentir ou comprimer et comparons la phrase causative synonyme :

(18a) Une hausse du prix du gas-oil risque de (ralentir + comprimer) les immatriculations des grosses cylindrées

73à la phrase active :

(19) Peugeot a décidé de (ralentir + comprimer) la production de certains modèles

74nous constatons que ralentir et comprimer offrent deux interprétations différentes : dans (18a), le sujet une hausse du prix du gas-oil « extérieur au procès » agit indi­rectement sur celui-ci et l’objet a une « activité indépendante », alors que dans (19) le sujet humain (les dirigeants de Peugeot) agit directement sur le procès et le complément direct est sous le contrôle de ce sujet.

2.2.3. L’opérateur à lien voir

75Rappelons qu’un opérateur à lien « n’introduit pas de nouvel argument, car son sujet se lie à un complément de nom de la phrase » (M. Gross 1981). L’opération a la forme :

Na de Nb V = Nb voir Poss Na V infinitif

76L’application de cet opérateur à des phrases intransitives (Les rémunérations des salariés augmentent… ; les ventes de café d’Indonésie reculent…) est très utilisée dans la presse économique. Dans les phrases :

(20) Les salariés verront leur rémunération progresser, mécaniquement, de 1,1 point

(21) L’Indonésie, troisième exportateur mondial de café, a vu ses ventes reculer à 671 000 sacs en juillet contre 898 909 sacs 12 mois avant

77voir apporte une nuance intéressante dans le rapport agent / patient. Dans la phrase de base, salariés et Indonésie, compléments de noms, ne servent qu’à identifier res­pectivement rémunération et ventes de café du groupe sujet et n’ont aucun rôle dans le procès. L’opérateur voir permet de les réintroduire en première position, comme sujets de la phrase à opérateur, mais seulement comme « sujets-spectateurs » du procès (auxquels ils sont rattachés par le possessif) puisqu’ils gardent leur rôle non actif.

2.3. Les nominalisations

78Les nominalisations par verbes supports sont couramment utilisées dans la presse économique à diverses fins. Nous allons voir le cas des phrases à verbe support, dérivées de phrases verbales.

79Dérivation d’une phrase intransitive :

(22) Les immatriculations ont fortement chuté

 = Les immatriculations (sont en + ont enregistré une) forte chute

80Dérivation d’une phrase transitive :

(23) Smoby SA a accru son activité de 35 % en 1996

 = Smoby SA a connu un accroissement de 35 % de son activité en 1996

81Etre, enregistrer et connaître sont ici des verbes supports qui avec le substantif dérivé forment une phrase à prédicat nominal, équivalente à la phrase verbale. Les verbes supports sont nombreux et leur choix dépend de la nature sémantique du prédicat. Pour les verbes de variation, les supports être (en chute), afficher (une hausse), connaître (une progression), enregistrer (une chute) traduisent un état. Ef­fectuer et procéder à sont utilisés pour des actions :

(24) La banque Bayerisch Vereinsbank va augmenter son capital de 3 milliards de marks pour financer l’achat d’actions de la Hypo Bank.

 = La banque Bayerisch Vereinsbank va procéder à une augmentation de son capital de 3 milliards de marks pour financer l’achat d’actions de la Hypo Bank.

82Les nominalisations offrent la possibilité de créer des classes d’équivalences, pour exploiter toutes les possibilités d’expression d’un prédicat, et d’exprimer ou de renforcer certains aspects de ces prédicats. Dans la nominalisation suivante :

(25) Les ventes de skis Salomon ont (enregistré + subi) une forte chute au Japon (-50 % en 4 ans)

83en choisissant subir, on veut insister sur l’aspect négatif de la variation par rapport à enregistrer qui est neutre. Entamer et poursuivre traduisent respectivement les as­pects inchoatif et progressif du prédicat :

(26) Le BTP (entame + poursuit) sa remontée

84Par ailleurs, en restructurant le GN sujet, on met en relief, en le déplaçant en po­sition sujet, le substantif (Salomon) qui ne peut être que complément de nom dans la phrase de base (1) et dans la phrase dérivée (25). Restructuration du GN sujet de (25) :

(25a) Salomon (enregistre + subit) une forte chute de ses ventes de skis au Japon

85Enfin, les nominalisations par verbe support permettent la constitution d’un groupe nominal par effacement du verbe support, ce qui est possible, puisqu’il est sémantiquement vide. Le groupe nominal garde le statut de phrase, comme nous l’avons vu en 1.3 pour l’exemple (1), mais de phrase non actualisée. Le GN obtenu peut devenir l’argument d’un autre prédicat :

(27) La forte chute des ventes de skis Salomon au japon a obligé le groupe à passer une pro­vision de 66 MF

86et multiplier ainsi la quantité d’information, ce qui correspond à l’objectif de la presse économique (mais aussi d’autres types de discours) qui est de « présenter des articles courts pour donner en un minimum de temps le maximum d’information » (Les Echos).

Conclusion

87La description du discours économique que nous venons de présenter montre que le recours à la linguistique distributionnelle et transformationnelle peut très bien répondre aux objectifs rigoureux d’analyse d’un discours de spécialité. L’intro­duc­tion des classes d’objets nous a permis de faire une description partielle mais très précise du lexique de l’économie et des prédicats les plus récurrents. Nous n’avons analysé ici que deux types de prédicats qui organisent en partie la structure du texte et qui font ressortir l’importance des éléments chiffrables et leur dépendance vis-à-vis des acteurs de l’économie (entreprises, dirigeants, pays) et des événements. D’autres, comme les prédicats d’échanges, parmi lesquels les constructions converses (donner / recevoir, allouer / toucher…), sont tout aussi pertinents pour montrer le fonctionnement des circuits économiques, les relations entre donneur (vendeur) / receveur (acheteur) / produits échangés et monnaie, représentant aussi des éléments essentiels du monde de l’économie.

Haut de page

Bibliographie

Anscombre, J.-C., Ducrot, O. (1976), « L’argumentation dans la langue », Langages, n° 42, Paris, Larousse, p. 7-27.

Austin, J. (1970), Quand dire c’est faire, Paris, Le Seuil.

Bat Zeev-Shyldkrot, H. (1984), « La concurrence entre la proposition conjonctive et voir + la proposition infinitive », The French Review, vol. LVIII, n° 2, p. 202-214.

Benveniste, E. (1974), « L’appareil formel de l’énonciation » dans Problèmes de lin­guistique générale 2, Paris, Gallimard, p. 79-88.

Boons, J.-P., Guillet, A., Leclère, C. (1976), La structure des phrases simples en français. I. Constructions intransitives, Genève, Droz.

Boutet, J. (1994), Construire le sens, Paris, Peter Lang.

Charaudeau, P. (1995), « Le dialogue dans un modèle de discours », Cahiers de Lin­guistique française, n° 17-2, Université de Genève, p. 141-173.

Dubois, J. (1978), « Présentation », Langages, n° 52, Paris, Larousse, p. 3-4.

Dubois, J. (1969), « Enoncé et énonciation », Langages, n° 13, Paris, La­rousse, p. 100-110.

Foltête, I. (1994), Analyse de la mesure dans la langue du marketing, Thèse de doctorat, Université Paris VII.

Foucault, M. (1969), L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard.

Foucault, M. (1971), L’ordre du discours, Paris, Gallimard.

Gross, G., Vivès, R. (1986), « Les constructions nominales et l’élaboration d’un lexique-grammaire », Langue française, n° 69, Paris, Larousse, p. 5-27.

Gross, G. (1994), « Classes d’objets et description des verbes », Langages, n° 115, Paris, Larousse, p. 15-30.

Gross, G. (1994), « Un outil pour le FLE : les classes d’objets », Actes du colloque du FLE, Lille, Presses universitaires de Lille.

Gross, G. (1996), « Prédicats nominaux et compatibilité aspectuelle », Langages, n° 121, Paris, Larousse, p. 54-72.

Gross, M. (1975), Méthodes en Syntaxe, Paris, Hermann.

Gross, M. (1981), « Les bases empiriques de la notion de prédicat sémantique », Langages, n° 63, Paris, Larousse, p. 7-52.

Gross, M. (1986), Grammaire transformationnelle du français. Syntaxe du nom, Paris, Cantilène.

Guespin, L. (1976), « Introduction. Types de discours, ou fonctionnements discur­sifs ? », Langages, n° 41, Paris, Larousse, p. 3-11.

Guilhaumou, J. (1993), « A propos de l’analyse du discours : les historiens et le “tournant linguistique” », Langage et société, n° 65, septembre, p. 5-37.

Guillet, A. Leclère, C. (1981), « Restructuration du groupe nominal », Langages, n° 63, Paris, Larousse, p. 99-125.

Harris, Z. (1969), « Discourse analysis », traduction française dans Langages, n° 13, Paris, Larousse, p. 8-45.

Harris, Z. (1976), Notes du cours de syntaxe, Paris, Le Seuil.

Harris, Z. (1980), « La structure distributionnelle », traduction française dans Lan­gages, n° 20, Paris, Larousse, p. 14-34.

Joly, A., O’ Kelly, D. (1987), « Cohésion discursive et argumentation : Do dit “emphatique” en anglais contemporain », Modèles linguistiques IX : 1, Presses Universitaires de Lille, p. 93-111.

Langages n° 55 (1979), Analyse de discours et linguistique générale, Paris, La­rousse.

Langages n° 81 (1986), Analyses de discours, nouveaux parcours, Paris, Larousse.

Langages n° 99 (1990), Les grammaires de Harris et leurs questions, Paris, La­rousse.

Langages n° 117 (1995), Les analyses du discours en France, Paris, Larousse.

Leclère C. (1990). « Organisation du lexique-grammaire des verbes en français ». Langue française n° 87, Paris, Larousse, p. 112-122.

Lepesant, D. (1994), « Les compléments nominaux du verbe lire. Une illustration de la notion de “classe d’objets” », Langages, n° 115, Paris, Larousse, p. 31-46.

Maingueneau, D. (1991), Introduction aux lectures de l’archive, Paris, Hachette.

Maingueneau, D. (1992), « Le tour ethnolinguistique de l’analyse du discours », Langages, n° 105, Paris, Larousse, p. 114-125.

Marandin, J.-M. (1976), « Problématique de l’analyse du discours française », Lan­gages, n° 41, Paris, Larousse, p. 19-32.

Moirand, S. (1990), Une grammaire des textes et des dialogues, Paris, Hachette.

Moirand, S. (1996), Le discours : enjeux et perspectives. Le français dans le monde, recherches et applications, Paris, Hachette.

Pécheux, M., Fuchs, C. (1975), « Mises au point et perspectives à propos de l’ana­lyse automatique du discours », Langages, n° 37, Paris, Larousse, p. 7-80.

Peytard, J., Moirand, S. (1992), Discours et enseignement du français. Les lieux d’une rencontre, Paris, Hachette Références.

Roulet, E. (1991), « Vers une approche modulaire de l’analyse du discours », Cahiers de linguistique française, n° 12, Université de Genève, p. 53-81.

Sumpf, J., Dubois, J. (1969), « Problèmes de l’analyse du discours », Langages, n° 13, Paris, Larousse, p. 3-7.

Haut de page

Notes

1 Laboratoire d'Automatique Documentaire et Linguistique (CNRS), Université Paris 7.

2 Laboratoire de Linguistique Informatique, URA 1576, Université Paris 13, Ville­ta­neuse

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Foltête, « 11. Analyse du discours économique dans le cadre d’une linguistique distributionnelle et transformationnelle », Modèles linguistiques, 40 | 1999, 119-134.

Référence électronique

Isabelle Foltête, « 11. Analyse du discours économique dans le cadre d’une linguistique distributionnelle et transformationnelle », Modèles linguistiques [En ligne], 40 | 1999, mis en ligne le 01 mai 2017, consulté le 15 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/ml/1417 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ml.1417

Haut de page

Auteur

Isabelle Foltête

Paris X
L.L.I. (Laboratoire de Linguistique Informatique, URA 1576, Université Paris 13, Ville­ta­neuse)

Haut de page

Droits d’auteur

© Modèles Linguistiques

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search