Navigation – Plan du site

AccueilNuméros421. Que et quelles sont les gramma...

1. Que et quelles sont les grammaires scientifiques du français au xxe siècle ?

Jean-Claude Chevalier
p. 5-13

Texte intégral

1Pour répondre à la question posée, j’ai tenté d’établir un tableau d’ensemble de ces gram­maires. Cette tentative m’a conduit à aligner un certain nombre de réflexions préa­la­bles. Ce sont ces réflexions, parfois un peu désordonnées, parfois un peu pri­maires, que je présenterai ici.

1. Qu’est-ce qu’une grammaire ?

2Des masses d’ouvrages très variés se présentent sous ce titre depuis deux millénaires. Comme première approche, on peut dire que c’est un ouvrage qui concerne l’orga­ni­sa­tion signifiante des lettres et des mots permettant de construire des ensembles, mais les visées de l’opération sont très variables.

3Cette différence de visées est marquée dans les titres. Apollonius Dyscole appelle le sien Suntaxis (que J. Lallot traduira par La Construction), Pricien les Institutions gram­ma­ticales, Donat parlera d’Ars (major et minor) (voir M. Baratin) ; au Moyen-Age, Alexandra de Villedieu proposera le Doctrinale et Evrard de Bethune le Gre­cisme. A la Renaissance, les premières grandes grammaires du français seront inti­tulées Lesclar­cis­se­ment de la langue françoise (J. Palsgrave) ou le Tretté (L. Meigret), mais conjoin­tement, on verra paraître la Grammatica latino-gallica de Jacques Dubois dit Sylvius.

4Cette multiplicité des titres répond sans doute à une multiplicité des visées ; mais on peut proposer de les ordonner sous une division fondamentale : les unes cherchent plutôt à donner une vue d’ensemble, un système cohérent, les autres plutôt une analyse aussi abondante que possible des diverses réalisations de la langue. Divi­sion permanente. Un exemple moderne : dans les années 1936-37, on verra s’oppo­ser le Bon usage de M. Gre­visse qui vise à identifier les multiples facettes de l’usage et le Système gramma­tical de la Langue française de G. Gou­gen­heim qui le définit ainsi en Préface : « Ce n’est pas une grammaire complète de la Langue française, mais un aperçu assez poussé du système de la langue française actuelle. »

5Depuis le xixe, une opposition courante est établie entre des Grammaires histo­ri­ques qui justifient les tours, si étranges soient-ils, par l’histoire de la langue et les gram­mai­res structurales qui définissent l’organisation de la langue à un moment donné. Les pre­mières sont ordonnées par le principe de causalité (pourquoi telle règle, telle bizarrerie ?) les se­condes par le principe de finalité (quelle est la fonction des ensembles dégagés ?).

6Le modèle d’exposition occidental a sa source chez Aristote et chez les Stoï­ciens : à la base, les sons, puis les mots qui deviennent signifiants selon un sys­tème binaire : le sujet et le prédicat, marqués par des éléments variables, le nom et le verbe ; et par ail­leurs des éléments de liaison, généralement invariables. En raffi­nant sur les schémas, les grammairiens successifs proposent un tableau de parties du discours dont le nombre varie au cours des siècles, tout en restant assez stable : leur assemblage (métaphore fréquente de l’architecte) conduit à former des oraisons ou dis­cours interprétables. Ce système un peu rigide, incapable de rendre compte de toutes les variations de discours, est assoupli par un jeu de figures (figures de mots, de pensée) dont le nombre et la signification ont varié au cours des siècles, tout en res­tant lui-même assez stable (B. Colombat). Beau­coup de réformateurs ont tenté de faire éclater ce tableau – ou de s’en passer ; sans succès, comme on le voit depuis une cinquantaine d’années : les parties du discours, souvent éliminées dans une pre­mière présentation, finissent par revenir sous une forme ou une autre dans un état second de la théorie. Forme récurrente de la pensée occidentale.

7La grammaire, comme art de la parole, du logos, est difficilement isolable dans l’or­ganisation du savoir. Elle est liée à l’organisation de la pensée et donc à la lo­gique ; elle est liée conjointement à l’art de la persuasion et donc de la rhétorique. La division en ces trois domaines a donné lieu, depuis l’antiquité, à beaucoup de discus­sions et de contesta­tions contenues dans une philosophie de la langue ; il est fréquent que des déve­lop­pe­ments entiers passent de l’un à l’autre domaine ou soient occultés ; en chaque occasion, pour des raisons fortes. Ainsi à Port Royal, le pri­vilège donné au couple : Grammaire - Logique et l’occultation – seulement quel­ques traces – de la rhétorique sont de grande si­gnification ; on peut penser que la tâche confiée à Pascal dont il nous reste les Pensées visait à remplir et ordonner la place du champ laissé vide. On interprétera dans ce même cadre le retour contemporain de la réflexion linguistique à l’énonciation et à la prag­ma­tique comme une extension forcée de la grammaire.

8Cette solidarité des champs est spécialement sensible dans l’apprentissage des lan­gues où des grammaires jouent leur partie. Elle est particulièrement frappante au Moyen Age et jusqu’à la Renaissance. Trois éléments sont alors généralement or­donnés, souvent re­groupés sous la même reliure :

9– D’abord des listes de mots, bilingues, trilingues, puis multilingues, rangées par ordre alpha­bétiques ou par centres d’intérêt (les nominalia) et par combinaisons in­ter­mé­diaires reposant sur l’étymologie (voir les travaux de B. Merrilees) ; conjoin­tement, des jeux de substitutions de mots ou de tours entiers ; la visée est soit lo­gique (éviter les sophismes reposant sur des confusions de langage) soit rhétorique (assurer la copia verborum) ;

10– Ensuite des grammaires, plus ou moins étendues, parfois réduites à quelques règles (l’ensemble est souvent appelé « Règles ») qui sont comme des mises en œuvre de ces vocabulaires déjà structurés, des arts de composition ;

11– Ces grammaires induisent à des réalisations de type épistolaire ou diplomatique, aussi à des colloques exploitant les commutations ou bien encore à des modèles poétiques. Bref, ce que nous, nous appelons « grammaire » est alors un ensem­ble beaucoup vaste, inscrivant les règles dans des instructions de dis­cours.

12L’exemple le plus remarquable de ce regroupement des trois champs est sans doute Lesclarissement de John Palsgrave (1530) qui doit être considéré comme un aboutis­se­ment des traités médiévaux autant et plus qu’une première grammaire du français, comme on dit souvent. On retrouvera plus tard chez des structuralistes américains le même rôle exhi­bé des listes de vocabulaire et des constructions. Il fau­dra attendre Ramus (1562, 72) pour toucher une grammaire systématique, de type morphosyntaxique, capable de sur­plomber les règles d’assemblage des discours.

13Mais la Grammaire générale et raisonnée de Port Royal ramène aux anciens types de regroupements, bien que la constitution des discours, comme on l’a dit, en ait été soi­gneusement éliminée, acte de « morale provisoire » tant que le domaine n’était pas maîtrisé. Ensuite, pièce par pièce, le modèle ancien sera recomposé, systématisé et enri­chi. On fonde donc la grammaire sur la définition logique des structures de base, puis, au début du xviiie siècle sera légitimée la notion de « phrase » comme unité de base de discours (P. Buffier 1709). L’édifice sera peu à peu recomposé par le jeu des synonymes et groupes synonymiques d’une part (G. Girard), par le jeu des tropes de l’autre qui autori­sent des conversions d’un champ à l’autre (C. Du Marsais). Ainsi se constitue une gram­maire apte à pénétrer la rhétorique, qui fournira les outils nécessaires aux déve­lop­pements divers de l’apprentissage du français, langue désor­mais dominante dans les établissements d’enseignement à partir de la fondation des Ecoles centrales, puis des lycées (1802). Le manuel de référence pour l’ensemble sera alors les deux tomes des Elémens d’Idéologie de Destutt de Tracy (1801). Dans ce cadre, ce qu’on a appelé la « gram­maire tradi­tion­nelle », peaufinée au xixe s., est un compromis entre le forma­lisme nécessaire pour la rédac­tion des thèmes latins et l’ap­pa­reil sémantique et logique (la logique de la pro­posi­tion) destiné à la rédaction des « compositions françaises » domi­nant l’enseignement du français jusqu’à l’in­stal­lation de la dissertation à la fin du siècle. On y ajoutera, pour plaire à Chervel, une inscription de règles nécessaires pour l’observa­tion stricte de l’or­thographe. Ces quelques exemples sont destinés à montrer que tout au­teur de « gram­maire » découpe son champ dans un domaine beaucoup plus vaste qui le surplombe ; il l’or­donne pour des raisons épistémologiques et didactiques.

2. Qu’est-ce qu’une grammaire scientifique ?

14Chaque école nouvelle de grammairiens prétend représenter une scientificité qu’elle refuse à ses prédécesseurs. L’explosion de la grammaire générative a été qualifiée en son temps de « révolution copernicienne » par E. Bach qui renvoyait dans les ténèbres médiévales les grammaires précédentes. Même éclat, un siècle plus tôt, chez les spécialistes de gram­maire historique. A témoignage cette citation de C. Ayer, un des premiers vulgari­sa­teurs de la grammaire historique à l’usage des lycées :

« Aujourd’hui la révolution est faite et tout le monde est d’accord que l’on peut et que l’on doit traiter la grammaire comme une science et non comme un art » (Grammaire de la Langue française, 1870, Préface).

15J.-C. Milner datait les débuts d’une grammaire scientifique dite galiléenne du com­men­cement du xixe siècle quand la confrontation systématique des formes (sons et mots) permettait de dégager des unités de base combinables qui, de proche en proche, conduisent à construire l’ensemble. Cela fait, quelques années après cette déclaration (1989), il a signé l’arrêt de mort à l’« école de Cambridge » et abandonné lui-même toute recherche, laissant entendre que c’en était fini d’une grammaire scien­tifique. Première raison à alléguer : les dérivées de la grammaire chomskyenne qui conduisent à aban­donner le for­malisme des premières propositions (voir surtout Principes et para­mètres). Deuxième raison qui va dans le même sens : l’échec de la description scien­ti­fique du français entre­prise avec R. Kayne. Il en ressortait que les descriptions théo­ri­ques apportées jusqu’ici étaient surtout locales (la détermination, les clitiques, les verbes psychologiques, etc.) et que leur jonction faisait problème. Manifestation forte de ce que Milner avait depuis longtemps exposé.

16Raison parmi d’autres de souligner que toute étude de langue a un statut ambigu : elle peut être envisagée comme une approche formaliste (c’est le côté « système »), variable selon les époques et les critères de scientificité – et le domaine envisagé ; alors, elle est même tenue par certains exaltés pour justiciable des mêmes critères de validité que les sciences dures dont elle est complaisamment rapprochée – et le choix de la « science dure » autant que la validité du rapprochement sont sujets à disputes et évaluations. Mais l’opération ne peut prétendre fonctionner qu’au prix d’une coupure avec les réalisations de langue dont la justification est très généralement dif­ficile à établir. Ces opérations de cou­pure sont d’un intérêt évident, mais le prix de­mandé à l’énonciateur est trop fort : exi­ger du grammairien une objectivité complète est un im­pos­sible. Chaque grammairien investit dans ses réalisations grammaticales ses fantas­mes, son système de vie, le mes­sage qu’il transmet à l’autre, son lecteur : ce qui apparaît avec évidence quand on examine le choix et le dispositif des données (des exemples), mais ne ressort pas moins de l’appareil conceptuel qui régit l’œuvre.

17Pour sérier les difficultés, j’opposerai les critères internes de scientificité (lin­guis­tiques) et les critères externes (sociologiques, etc.).

Critères internes

181.- Depuis une cinquantaine d’années, il est admis que le grammairien scientifique défi­nit un système cohérent de règles explicites produisant des phrases françaises re­con­nues par la communauté ; toute entorse identifiée conduit à modifier le système des règles ; on reconnaît là les exigences poppériennes. L’expérience a montré les difficultés de l’entre­prise :

19– Le jugement de grammaticalité dépend le plus souvent du choix des témoins et de leur capacité à juger. Prétendument descriptive, cette grammaire se révèle norma­tive ; elle privilégie certains groupes sociaux, universitaires essen­tiel­lement ;

20– Elle n’inventorie que les domaines et données prévus par la machinerie à l’œuvre. Elle se donne sa propre norme.

212.- Ces mêmes grammairiens ont favorisé les règles explicites et récusé les gram­maires de compilation. Ce n’est là souvent qu’une illusion. Les grammaires de com­pilation peu­vent répondre à des règles, explicites ou non, simples et efficaces. C’est la tradition posi­ti­viste. Le grammairien positiviste s’abstenait d’édifier des théo­ri­sa­tions de linguistique géné­rale, mais il se sentait tenu de justifier, dans les notes sur­tout, la validité de ses rai­sonnements. Saussure représente assez bien cette position par ses hésitations à formu­ler des principes généraux et sa hardiesse à or­donner les données grâce à des hypothèses effi­caces. Sandfeld, qui a été pillé par les géné­ra­ti­vistes, aussi bien que Jespersen, pillé lui aussi, avaient une solide formation qui ren­dait leurs ana­lyses, historiques et empi­riques, aptes à des formalisa­tions, éventuel­le­ment aven­turées, même.

22Encore faut-il identifier correctement le propos du grammairien (finalité et choix du domaine). Le conflit qui opposa Ch. Bally à F. Brunot après la publication de la Pensée et la Langue (1922) est significatif : dans un long compte rendu du Bulletin de la Société de Linguistique de la même année, Bally reproche à Brunot de ne pas observer les prin­cipes de classement du structuralisme et récuse sa démarche. Il s’in­terdisait par-là de com­prendre que l’objectif de Brunot était autrement ordonné : dans la tradition des Idéologues, à lui transmise par Ch. Thurot, Brunot prétendait articu­ler le fonctionnement de la langue dans le système social. Depuis 1950, on retrou­vera des parentés à cette interprétation chez les pragmaticiens et même chez certains sociolinguistes. Bally lui-même dans Lin­guis­tique générale et Linguistique française (1932), découvrant les principes de l’énon­cia­tion, retrouvait, par un biais, ce qu’il avait marginalisé en 1922 comme non scientifique.

23C’est dire que se pose le problème du modèle de référence, ce qu’avait bien com­pris Milner. On expliquera ainsi le renouveau de l’importance accordée aux grammai­riens médiévaux dits modistes et l’éclairage qu’ils apportent aux théories contempo­raines. D’une part, ces grammairiens ont été inscrits dans un modèle logico-philoso­phique qui, depuis quelques dizaines d’années, impressionne les linguistes, de l’autre ils ont tiré de ce prestige des traits de ressemblance évidents avec la Grammaire Gé­né­rative : en particu­lier, la construction de formules abstraites et d’un méta­langage appro­prié explicite. Le qualificatif « scientifique » suppose donc la prise en compte d’un modèle d’ensemble toujours très difficile à construire ; comme il repose sur des opé­rations de transposition, la validité du jugement est toujours récusable. En somme, on se trouve devant un para­doxe : les linguistes sont volontiers d’ac­cord pour accorder à tel ou tel le qualificatif de scientificité (ou, du moins, le critère de « sérieux ») ; c’est ce qu’on appelle le jugement des pairs ; mais ils ont de la peine à énumérer les composantes de cette notion. Aujour­d’hui les composantes théoriques ont été multipliées à un tel point qu’il semble bien que ne restent en présence que deux solutions raisonnables :

24– Ou bien embrasser l’ensemble des démarches à un niveau très élevé de généralité qui tend à freiner toute tentative de réinvestissement empirique (cf. S. Auroux) ;

25– Ou bien comme le proposait un des meilleurs linguistes contemporains, interdire pendant un temps toute réflexion théorique explicite. Comme elle avait autrefois in­terdit l’expression de toute recherche sur l’origine des langues (tabou aujourd’hui levé), la Société Linguistique de Paris pourrait interdire tout exposé théorique en son sein. Ce serait une nouvelle et éclatante application du principe cartésien de la « morale provisoire » déjà souligné.

26On va du moins tenter de fixer quelques points d’amarrage :

271.- Les grammaires scientifiques sont des grammaires explicites (et ici c’est une dérivation du principe poppérien) qui suivent un chemin déterminé (elles sont mé­tho­di­ques). A l’inverse de certaines grammaires d’usage qui ne contentent de joindre à une « règle » approximative un ensemble d’exemples variés, ces gram­maires savan­tes énumèrent les données comme autant d’arguments – ou de proposi­tions – fondés sur une donnée, elles énumèrent méthodiquement des variables condi­tionnées, une à la fois, qui permettent de dégager de nouvelles propositions. Le pre­mier livre de Gross (1968) sur les constructions du verbe a illustré avec éclat cette démarche.

282.- Les grammaires scientifiques sont des grammaires de découverte. La découverte peut concerner la solution élégante d’un problème difficile déjà connu (ainsi le trai­tement des auxiliaires dans Syntactic structures) ou l’identification de problèmes oc­cultés jusque-là. Dans la préface à sa Syntaxe du français (1975), R. Kayne pré­ten­dait « apporter des so­lutions à des problèmes qui n’ont pas été résolus ou n’ont même pas été notés ». Il est certain que la recherche méthodique des arguments et contre-arguments a pu faire naître des champs d’analyse comme ceux qui concernent les clitiques dans le livre de Kayne. Ce point est néanmoins discutable.

29En outre les inventaires statistiques, très souvent décriés par les commentateurs (par exemple, S. Auroux), semblent dégager des problèmes jusque-là négligés par les gram­mairiens. En réalité, les inventeurs du Français fondamental, par exemple, ont remis en selle des problèmes qui semblaient méconnus parce qu’ils avaient été occultés par des générations de grammairiens pour des raisons précises, comme la mul­tiplicité des auxi­liaires ou les phrases à c’est, voilà, il y a, etc. Ainsi, les grammairiens du xvie s. étu­diaient de près les très nombreux auxiliaires du verbe et le rôle des phrases segmentées (par ex. L. Meigret dans son Tretté, 1550). Ces do­mai­nes ont été reversés dans le cadre sémantique et même rhétorique des gram­maires à partir du xviiie s. ; les grammaires scolaires du xixe s., préoc­cu­pées de l’éla­bo­ra­tion des discours, ont consacré cette mise à l’écart. Au xxe s., ils ont été réintégrés dans le système de base. Même remarque pour les auxiliaires du verbe.

303.- Le choix des matériaux de corpus. L’éloge des exemples inventés a partie liée avec le structuralisme. C’était une opération de nettoyage nécessaire si on voulait identifier le jeu des structures en français et les dégager de la gangue rhétorique. Aussi ce recours à un « matériel propre » apparaissait comme un réquisit fondamen­tal dans la construction de nouvelles grammaires de type « scientifique ».

31Mais, peu à peu, les grammaires modernes ont souligné l’importance du compo­sant sémantique, tant dans les opérations de paraphrase que dans les opérations de re­structura­tion (Gross, Méthodes en Syntaxe), tant dans les équivalences de la séman­ti­que générative que dans l’insertion des théta-rôles par exemple. Les données inventées sont alors apparues comme insuffisantes pour explorer ces terrains. Et on ne s’étonnera pas qu’un des derniers articles grammaticaux de Ruwet ait été consacré à la nécessité de recou­rir aux exemples littéraires qui permettaient de « forcer » les tentatives de classement (l’expression et de M. Gross).

324.- Le choix d’une terminologie adéquate. Toute prétention à la scientificité conduit à « inventer » une terminologie convenable. Les termes inventés bloquant la diffu­sion d’une analyse nouvelle (voir la célébrité fâcheuse de la terminologie de Damourette et Pi­chon), le grammairien innovateur est contraint au bricolage :

33– Ou bien il emprunte des termes anciens pour des sens nouveaux et ces dou­blons conduisent à de multiples confusions : « complément » a été inventé au milieu du xviiie s. pour définir une analyse de type sémantique (face à « régi­me » qui entrait dans les analyses morphosyntaxiques) ; depuis lors ces termes sont souvent em­ployés l’un pour l’autre au prix de toutes les confusions. De même la notion de « cas », définie dans une analyse morphologique de langues à cas, a été utilisée par les linguistes modernes pour désigner des entités fonc­tion­nelles – etc.

34– Ou bien il emprunte les termes de sciences voisines. Ici encore de multiples cas de confusion : l’exemple le plus remarquable est sans doute celui de « modèle », mais le recours à « système » et à sa famille (« systématique », etc.), couplés à « structure », n’a pas été moins fâcheux.

35Ces confusions dans les vocables sont souvent la marque explicite de confusions théoriques, ou plutôt de glissement entre les domaines – comme on l’a déjà souligné – marque que la plupart des « théorie » amalgament des fragments relevant de divers do­maines. Ce qui rend toute analyse d’ensemble délicieusement irréelle et conduit la « philosophie de la linguistique » à multiplier les apories.

365.- On peut envisager enfin que la valeur scientifique d’une démarche linguistique se confirme des capacités d’application et d’exploitation comme en physique ou en bio­logie. Des essais ont été faits en ce sens en didactique ; ils n’ont jamais conduit qu’à des résultats marginaux. C’est surtout dans les domaines électroniques que les résultats ont été les plus saisissants : parole artificielle, documentation automatique, traduction auto­matique. Mais en ces domaines on a été conduit à limiter l’empan des analyses linguis­tiques. C’est néanmoins un des tests les plus intéressants pour vali­der certains types de recherche. Par exemple, en syntaxe même, on en est venu à pri­vilégier le lexique et ses propriétés (les grammaires d’unification, A. Abeillé), ce qui conduit à des hypothèses sur la place de la sémantique dans la traduction automa­tique, mais aussi sur la genèse des langues. C’est dire qu’à côté de la scientificité, il faut envisager la technicité des opérations liée à des circonstances précises.

Critères externes

371.- La place de l’institution dans le jugement de scientificité. On est tenté de quali­fier de « scientifiques » les travaux qui sont issus des groupes de recherche et, plus largement, des Universités pour les opposer aux grammaires d’usage. Ces dernières années, des grammairiens un peu échauffés opposaient leurs propres travaux « scientifiques » aux « grammaires traditionnelles », regroupant sous ce mot un agrégat de souvenir scolaires, fidèles ou inventés. Il est certain que les exigences d’éditeurs scolaires ou d’ouvrages des­tinés au grand public sont fortes et restrictives. Néanmoins, en France, les frontières sont souvent assez floues :

38– A partir des années 30-40, les recherches sur la langue française, bloquées par des concours d’agrégation sclérosés, à de rares exceptions près, sont tombées en dés­hérence, selon le mot d’un des maîtres de la Sorbonne des années 40-50, R. L. Wa­gner. Elles ont été relancées par l’enseignement pratique aux étrangers, regroupées au­tour de B. Quémada à Besançon. Les deux premiers ouvrages de réou­verture aux tech­niques structurales ont été l’œuvre d’habitués de Besançon : R. L. Wagner et J.-C. Chevalier : elles étaient destinées au grand public. En ce domaine, la linguistique dite appliquée a précédé une linguistique théorique fan­tô­male. Ces ouvrages de vulgarisa­tion, joints à un autre ouvrage de vulgarisa­tion, les Eléments de linguistique structu­rale (1960) d’A. Martinet ont ouvert à l’uni­ver­sité le champ des linguistiques structu­rales et génératives. Néanmoins, elles ont été marginalisées de ce fait. Au moins, elles se sont bien vendues ;

39– Le cas de Grevisse. M. Grevisse avait écrit une grammaire pour les classes. L’édi­teur a estimé qu’elle convenait mieux à un large public et l’a éditée sous le nom de Le Bon Usage. Il a mieux joué avec l’institution.

402.- Le jugement des pairs peut s’évaluer par critères externes, comme les citations dans des publications homologues scientifiques et internationales. Mais c’est un ju­gement ambigu. D’abord parce que les citations sont régies par des rapports de force institution­nels au moins autant que par des jugements de valeur. Ou par des soucis non théoriques : ainsi pendant longtemps les générativistes de Vincennes ont cité la grammaire de Clédat pour attester d’une culture historique qu’ils ne possédaient aucu­nement. Ensuite, parce que certains auteurs aiment brouiller les pistes. Ainsi O. Ducrot a souvent aimé, par humour et dérision, publier dans des revues exo­tiques, non linguistiques et mal repérées.

41On ajoutera que c’est aussi une question de mode et d’époque. Au début du siècle, les grammaires françaises se limitent volontiers au domaine français dans lequel elles trou­vent leurs repères. Dans la Pensée et la Langue (1922)., Brunot ne cite à peu près per­sonne (une seule fois Condillac), bien qu’il utilise largement la tradition des idéologues autant que les grammairiens psychologues de l’avant-guerre. G. Guillaume, dans Le Problème de l’article, ne nomme que Meillet et Saussure, maîtres des Hautes Etudes ; on serait bien étonné qu’il n’ait pas lu A. Sechehaye et J. V. Ginnekien, qu’il ne cite pas. Après la guerre de 14-18, la circulation des théories devient intense. Les Danois, les Tchèques, les Américains viennent à Paris, les idées, les bourses, les missions se diffu­sent selon l’axe : Pays Bas, Europe cen­trale, Suisse. Le congrès de La Haye en 1928 est l’aboutissement de cette explosion qu’il fédère en institutions, comme le Comité interna­tional permanent des linguistes. Les références deviennent alors obligatoirement interna­tionales ; elles n’en sont moins piégées.

42On peut inventorier les citations dans les ouvrages du champ et leurs limites, avec beaucoup de précautions. Mais cette quête est rarement négligeable. Les pairs se recon­naissent ou non – dans un certain type de travaux. Ainsi, à une soutenance de thèse, A.J. Greimas re­prochait à un excellent doctorant d’avoir publié des articles – au reste, de très bon niveau – dans une revue pédagogique mieux qu’honorable, Pratiques.

43On rejoint ici des critères internes : une communauté se reconnaît dans les formes de discours et dans les implicites qu’elles véhiculent. Ainsi l’implication de l’intertextualité définit un public compétent ou reconnu comme tel. Dans son Introduction à Méthodes en Syntaxe, M. Gross dessine surtout en creux une attaque contre les démarches de la Théorie standard étendue et de ses disciples français. L’implicite est certainement un élément d’unification plus fort que la référence expli­cite, car il admet la puissance et la présence de l’habitus intellectuel. De façon générale, il conduit à de multiples méprises entre écoles étrangères, incapables d’iden­tifier le rôle et les composantes du discours im­plicite de l’autre.

44De façon générale, la communauté se reconnaît dans la constitution du discours. On retiendra comme traits : la difficulté assumée de l’exposé, l’imposition d’une ar­gumenta­tion spécifique, la terminologie choisie, les systèmes de métaphores, etc. La rhétorique du discours est elle-même signifiante : les grammaires pédagogiques sont plutôt de type explicatif, les grammaires scientifiques de type associatif. Par exemple, M. Gross asso­cie les lecteurs à l’effort de recherche et présente dans l’es­pace de la page un dispositif expérimental ; manipulations et formulations succes­sives de règles re­cher­chent l’adhésion et la complicité du lecteur ; à l’inverse des grammaires pédagogiques qui impo­sent leur vérité.

3. Tableau des grammaires françaises au XXe siècle

45L’inventaire est considérable. Mais on privilégiera ici une remarque : les grammaires sco­laires avancent par paquets homologues et ces groupements dénoncent des condi­tions institutionnelles et socio-économiques de publication. Au début du xixe siècle, ce ne sont que grammaires de compilation qui empilent les grammaires générales du siècle précédent. Titre-vedette : la Grammaire des grammaires de Girault-Duvivier. Elles exsu­dent des grammaires scolaires qui sont des grammaires de discours pour répondre aux exi­gences nouvelles de l’enseignement du français. Dans la deuxième moitié du siècle, une innovation : les grammaires historiques, forte­ment germanisées, avec la prétention d’être de la science. Elles échouent à être des grammaires scolaires ; on s’en lasse donc vite ; il ne reste que le vide. D’où Gaston Paris à Bréal : « Avez-vous remarqué une chose, on ne fait plus de grammaire française ? Et c’est nous et nos disciples, en privilégiant la grammaire historique, qui en sommes la cause ».

46Alors, après 1900, c’est la grammaire scolaire qui repart, positiviste et empirique, le je et le tu, un peu française et un peu suisse, tartinée de la psychologie d’inspi­ration al­lemande de Ribot à Wundt. C’est Brunot d’un côté et Bally de l’autre. Elle accouche de monstres curieux : le citoyen Brunot produit un paquet progressiste, La Pensée et la Langue qui trouve son complémentaire réactionnaire dans Des Mots à la Pensée de l’oncle et du neveu psychiatre, Damourette et Pichon. Avec l’avatar psy­chologisant : Le problème de l’article de G. Guillaume.

47Nouvel élan scolaire dans les années 30 : Tesnière qui veut apprendre le français aux petits étrangers, slaves de préférence, pousse son collègue de Strasbourg et dis­ciple G. Gou­genheim : et celui-ci, en normalien consciencieux, croise le plan struc­tural avec les systèmes du xviiie s. pour en faire le Système grammatical de la Langue fran­çaise (1938). L’après-guerre, avec quelque retard, lâchera le paquet structu­ralo-générativiste : Dubois, Gross, Ruwet, Kayne qui se désacralisera dans la liturgie freu­dienne de Milner, dénudée par son humour corrosif. Il en restera un effroi panique auquel Ruwet donnera sa bouche (Théorie syntaxique et syntaxe du français, 1982) :

« Il est difficile pour le spécialiste de se reconnaître dans la multitude des théories forma­lisées : grammaire relationnelle, hyperlexicaliste, théorie des traces. »

48Il n’est pas inintéressant d’en rechercher les causes qui ne sont pas toutes scienti­fiques : évolution de systèmes pédagogiques gouvernés par l’évolution sociale et l’idéo­logie, gonflement du nombre d’étudiants et corollairement du nombre de cher­cheurs et de laboratoires d’Université, fonctionnement des maisons d’édition dont la frilosité redoute les courants d’air du vide, synonymes de mévente, nouvelles modes scientifiques qui occupent les gazettes, etc.

49Ce sont que quelques pistes pour ouvrir le débat avant fermeture de l’exposé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Chevalier, « 1. Que et quelles sont les grammaires scientifiques du français au xxe siècle ? », Modèles linguistiques, 42 | 2000, 5-13.

Référence électronique

Jean-Claude Chevalier, « 1. Que et quelles sont les grammaires scientifiques du français au xxe siècle ? », Modèles linguistiques [En ligne], 42 | 2000, mis en ligne le 01 mai 2017, consulté le 30 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/ml/1423 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ml.1423

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Chevalier

Université Paris VIII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Modèles Linguistiques

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search