Skip to navigation – Site map

HomeIssues422. Le champ de la morphologie fra...

2. Le champ de la morphologie française : Bilan des études et perspectives de recherche

Pierre Swiggers
p. 14-32

Full text

Introduction : Définition(s) et délimitation du champ

  • 1 Et donc aussi des règles qui régissent cette structure.
  • 2 Voir Bloomfield (1933 : 161) ; on trouve le même type de démarche chez Nida (1949), par ex. dans la (...)

1Par morphologie, un terme emprunté à la biologie (1822, dans le cas du terme français) et appliqué en linguistique (1868, chez Littré), les linguistes entendent l’étude de la structure interne des mots1 (plus particulièrement des mots en tant qu’occurrences, c’est-à-dire ce qu’on appelle en anglais word forms et grammatical forms) ; il s’agit de montrer comment les mots sont formés à partir de leurs parties constitutives et comment ces parties contribuent au « sens » (valeur / fonction) de l’ensemble. Une analyse mor­pho­logique implique l’établissement d’un réseau de formes reliées, ce qui permet de décom­poser ces formes en composantes (appelées morphèmes), dont il faut préciser / décrire la distribution. La définition même du morphème – si elle est plus aisée que celle du mot (cf. Swiggers 1987) – n’est pas facile, vu qu’il s’agit d’une unité (minimale) de forme et de sens, et qu’il est parfois très difficile de définir ce sens (cf. Bazell 1949). Cela explique pourquoi la définition ex negativo de Bloomfield (« A linguistic form which bears no partial-phonetic resemblance to any other form is a simple form or mor­pheme »)2 demeure commode (et reste à la mode) : elle permet en effet l’iden­tification de morphèmes par la discrimination avec d’autres morphèmes.

2Le champ de la morphologie a été défini de façon diverse à travers l’histoire, et cela tient au lien intrinsèque entre le contenu de la modélisation grammaticale/linguistique et le type de langue qui a été central (ou exclusiviste) dans une tradition descriptive – un bel exemple de la pertinence, à un niveau « méta-métalinguistique », de l’hypothèse Sapir-Whorf. Traditionnellement, la morphologie a été définie comme le champ de la flexion et de la dérivation, c’est-à-dire des phénomènes qui sont constitutifs des caté­go­ries grammaticales (ou : classes de mots).

3Dans la linguistique structurale et post-structurale, le contenu de la morphologie a été défini par renvoi à la structure interne des mots (ou « formes linguistiques ») et des règles qui régissent cette structure. À l’intérieur des approches structurales et post-struc­turales, il y a lieu de distinguer un point de vue plutôt « segmentationnel » et un point de vue plutôt « fonctionnel ».

1. Les niveaux à distinguer

4Dans le champ de la morphologie, tel que le terme est utilisé en linguistique moderne, on peut identifier différents niveaux :

5– Le niveau de la morphologie théorique (ou de la théorie de la morphologie) : ici, on s’occupe de la définition de morphèmes, de l’élaboration de techniques descriptives générales (segmentation ; classification ; réduction et [re]catégorisation). Ce niveau doit inclure aussi une théorie morphophonologique (rendant compte de la variation entre allomorphes et de celle entre morphèmes alternants ; cf. Swiggers et Van den Eynde 1988).

  • 3 Ou parfois achronique, comme chez Foley (1979).

6– Le niveau de la morphologie descriptive, qui peut revêtir une dimension syn­chro­nique ou diachronique3. À ce niveau-ci, on a à faire à des analyses morphologiques de langues (ou états de langues). Personnellement, je ne vois aucun clivage – ni con­cep­tuel, ni « technique » – entre la description morphologique en synchronie et celle en diachronie, mais c’est justement sur ce point que le bât blesse dans la linguistique française, où les travaux de morphologie historique témoignent trop souvent d’une certaine ignorance en matière d’analyse et de segmentation morphologique et d’une grande insouciance théorique.

  • 4 Comme exemple représentatif, on peut mentionner le travail de Pinchon (1986).

7– Le niveau de la morphosyntaxe : ici, on s’occupe de l’insertion discursive des unités morphologiques (ou morphématiques, comme l’appellent certains) et de la « va­len­ce » syntaxique de classes de morphèmes4. Dans la suite, je ne traiterai guère de ce niveau, vu qu’il relève en premier lieu de la syntaxe (la morphosyntaxe s’occupe en très grande partie des règles qui régissent la combinaison de syntagmes en phrases).

8La morphologie présente aussi des liens intrinsèques avec la lexicologie (l’étude des mots) : en effet, la lexicologie comporte un examen formel qui est proprement mor­pho­logique. Mais comme la lexicologie constitue un champ qui se place perpen­di­cu­lai­re­ment sur l’ensemble de l’analyse formelle (= phonético-phonologique, morphologique et mor­pho­syntaxique) et de l’analyse sémantique des unités linguistiques (ou, tradi­tion­nel­lement : les mots), il me semble indiqué de ne pas parler dans ce cas-ci d’un « niveau ».

  • 5 Voir aussi Perrot (1952-3).

9La difficulté de définir l’extension de la morphologie tient précisément au fait qu’il s’agit d’une « zone de contact » entre le lexique et la syntaxe, et que la « substance mor­pho­logique » est faite de phonèmes, soumis à des processus d’intégration (morpho­pho­nologique). Cela explique peut-être pourquoi Jean Perrot (1953 : 121) semble vouloir faire l’économie de la morphologie en tant que branche autonome : « Les limi­tes entre la lexicologie et la morphologie, et surtout entre la syntaxe et la morphologie sont très flot­tantes. […] En réalité, si la morphologie est l’étude des marques, il y a une morphologie du lexique et une morphologie de la syntaxe, et, la prosodie mise à part, seules les deux divisions lexique et syntaxe restent en présence »5.

10Avant d’entamer le bilan (nécessairement sélectif), je voudrais préciser le contenu de la morphologie descriptive. Celle-ci, dans son extension vers la morphosyntaxe, com­prend (au moins) :

11– Les processus morphologiques (« endogènes » ou « endophores ») : flexion, déri­va­tion (on pourrait y ajouter la formation néologique) ;

12– Les fonctions morphologiques :

13 • Les fonctions constitutives de classes ;

14 • Les catégories de valeurs ;

15– Les processus morphologiques « exogènes » ou « exophores » :

16 • Structuration de mots composés ;

17 • Constitution de groupes syntagmatiques.

  • 6 Conçu comme une contribution à un colloque sur « Un siècle de linguistique en France », ce bilan pr (...)
  • 7 Nous nous limiterons à formuler quelques remarques sur les travaux diachroniques.

18Le bilan6 traitera successivement de la morphologie théorique (ou théorie de la mor­pho­logie) et de la morphologie descriptive (surtout synchronique)7 du français.

2. La morphologie théorique

19En morphologie théorique, je vois trois apports essentiels des linguistes français – trois apports peu récents, il est vrai, mais importants et durables (même s’ils ne sont pas entièrement satisfaisants du point de vue théorique).

  • 8 On la retrouve chez Beauzée, qui distinguait les mots exprimant des êtres et les mots ex­primant de (...)

20Le premier est celui qu’a donné Joseph Vendryes dans son ouvrage Le langage, qui, par les circonstances extérieures, a paru seulement en 1921, l’année où parut aussi le manuel d’Edward Sapir, Language (cf. Swiggers 1991). Je mentionne cette coïncidence car, s’il est vrai que Vendryes ne propose pas une théorie (polythétique) des types mor­pho­logiques (comme le fait Sapir), on constate que les deux auteurs opèrent une bipar­ti­tion fondamentale : celle entre éléments exprimant des contenus représentatifs et éléments exprimant des rapports. Il y aurait beaucoup à dire sur les racines de cette dis­tinc­tion8 et aussi sur la persistance de cette distinction chez des théoriciens de l’intel­li­gence artificielle, comme Marvin Minsky. Pour notre propos, il suffira d’indiquer que cette bipartition permet à Vendryes de poser deux espèces (morphosémantiques) d’éléments linguistiques, les morphèmes et les sémantèmes.

« Toute phrase renferme deux sortes d’éléments distincts : d’une part l’expression d’un certain nombre de notions représentant des idées, et d’autre part l’indication de certains rapports entre ces idées. Si je dis : le cheval court, j’ai dans l’esprit l’idée du cheval et celle de la course, et j’unis les deux dans cette affirmation que “le cheval court” [...] Nous supposons accompli dans le cerveau, en vertu d’habitudes dont le sujet n’a même pas conscience, l’acte mental qui unit un nom à un objet (ici le cheval), qui met cet objet en rapport avec une action et qui enferme cette action dans certaines limites de temps, pour dire : le cheval court. Cet acte mental, que suppose le langage, comprend deux opérations successives : une opération d’analyse, lorsque, la représentation étant donnée, l’esprit y distingue un certain nombre d’éléments entre lesquels il établit un rapport (ici le cheval et la course), et ensuite une opération de synthèse, lorsque ces différents éléments, reconnus et analysés par l’esprit, sont de nouveau combinés par lui pour constituer l’image verbale. Seule la synthèse intéresse la linguistique, mais elle l’intéresse grandement : car c’est des modalités diverses de l’opération de synthèse que résultent les différences de structure entre langues. [...]
Il faut entendre par sémantèmes les éléments linguistiques exprimant les idées des représentations : ici l’idée du cheval ou l’idée de la course ; et sous le nom de morphèmes ceux qui expriment les rapports entre les idées : ici, le fait que la course associée au cheval en général est rapportée à la troisième personne du singulier de l’indicatif. Les morphèmes ex­priment par conséquent les relations que l’esprit établit entre les sémantèmes » (Vendryes 1921 : 85-86).

21Certes, cette distinction ne s’accompagne pas d’un modèle de segmentation, ni d’une typologie de morphèmes (et cela s’explique sans doute par la transparence assez grande de formes dans les langues indo-européennes anciennes, dont Vendryes dira que le mot y porte « en lui-même le signe de son emploi et l’expression de sa valeur morpho­lo­gique » ; Vendryes 1921 : 105), mais le cadre tracé est utile et il a d’ailleurs été utilisé, avec bonheur, en combinaison avec la théorie des nexus de Jespersen pour définir de façon générale les classes de mots (cf. Vergote 1951).

  • 9 Martinet (1956 : 12) : « Les unités significatives sont généralement désignées sous le nom de signe (...)

22Un deuxième apport à la théorie de la morphologie est dû à André Martinet. Si en 1945 (La description phonologique avec application au parler franco-provençal d’Hau­te­ville, publié comme livre en 1956), celui-ci s’en tenait encore à la distinction entre mor­phème et sémantème9, il récusera plus tard, dans un passage parallèle, cette distinc­tion terminologique :

  • 10   Vu les nombreuses éditions des Éléments de linguistique générale, nous préférons ren­voyer aux pa (...)

« Traditionnellement, on distingue entre travaill- et -ons en disant que l’un est un séman­tème et l’autre un morphème. Cette terminologie a l’inconvénient de suggérer que seul le sémantème serait doué de sens alors que le morphème en serait privé, ce qui est inexact. Dans la mesure où la distinction est utile, il vaudra mieux désigner comme des lexèmes ceux des monèmes qui trouvent leur place dans le lexique et non dans la grammaire, et conserver morphème pour désigner ceux qui, comme -ons, apparaissent dans les grammaires. Les monèmes, comme pour ou avec, qui figurent aussi bien dans le lexique que dans la grammaire, sont à classer parmi les morphèmes » (Martinet 1960 : § 1-9)10.

23Dans une série d’articles (Martinet 1965, 1967, 1968, 1969, 1972) et dans ses Élé­ments de linguistique générale, l’auteur a mis en place un cadre terminologique pour la théorie de la morphologie. Ce cadre comprend la distinction entre

24monème et morphème : le terme monème désigne les unités de la première arti­cu­la­tion, avec leur signifié et leur signifiant ; le terme morphème est réservé à une sous-classe de monèmes, à savoir les monèmes grammaticaux ;

25mot et synthème : le mot est une notion non rigoureusement définissable en lin­guis­tique générale, mais Martinet reconnaît qu’il est permis de retenir le mot comme un concept à contenu psychologisant (cf. Reichling 1935 et à ce propos Swiggers 1997) ou comme un concept non primitif, dérivé de « monème » et « syntagme ».

« Un syntagme autonome formé de monèmes non séparables est ce qu’on appelle commu­né­ment un mot. On étend toutefois cette désignation aux monèmes autonomes comme hier, vite, ainsi qu’aux monèmes non autonomes, fonctionnels comme pour, avec, ou non fonctionnels comme le, livre, rouge, dont l’individualité phonologique est généralement bien marquée encore que leur séparabilité ne soit pas toujours acquise : les trois éléments de le livre rouge sont séparables, comme le montre le petit livre noir et rouge, mais pour le, avec le ne sont qu’assez exceptionnellement dissociés par un élément intercalaire (pour tout le) et le chevau­chement du, pour de + le, et l’amalgame au, pour à + le, témoignent de l’inti­mité des syn­tagmes formés par les prépositions et les articles » (Martinet 1960 : § 4-15).

  • 11   Cf. Martinet (1967 : 6) : « Nous proposons […] de désigner au moyen du terme syn­thème les unités (...)

26 Le terme synthème désigne les combinaisons de monèmes qui font, dans le dis­cours, l’objet d’un choix unique11. La constitution de synthèmes est alors étudiée sous la rubrique « formation des mots ».

« Soit le synthème chaise-longue ; il peut entrer dans toutes les combinaisons dans lesquelles apparaît le monème simple chaise y compris la combinaison avec l’adjectif longue : une longue chaise-longue, comme une longue chaise ; d’autre part on ne peut ajouter une détermination particulière à chaise ou à longue sans détruire le synthème : une chaise plus longue n’est plus une chaise-longue » (Martinet 1968 : 299).

27– Enfin, il y a la notion de syntagme : le syntagme désigne une combinaison qui découle de la collocation d’éléments choisis indépendamment les uns des autres. La distinction entre synthème et syntagme n’est pas toujours très facile à faire :

« Théoriquement au moins, la distinction entre synthème et syntagme est parfaitement nette. En pratique, on hésitera parfois à se prononcer. À première vue, le complexe jeune fille ap­paraît comme un synthème : on ne dira pas une plus jeune fille, mais une jeune fille plus jeune ; on entendra toutefois une toute jeune filletoute détermine jeune à l’ex­clu­sion de fille. En fait, il existe, dans ce cas, un critère qui permet de distinguer jeune fille syntagme de jeune fille synthème : en français traditionnel, l’article indéfini pluriel sera de devant l’épithète et des devant le substantif ; de jeunes filles sont arrivées comporte donc un adjectif jeunes, donc un syntagme jeunes filles ; des jeunes filles sont arrivées présente le synthème, c’est-à-dire un substantif composé devant lequel des est normal, comme devant tout substantif » (Martinet 1968 : 299-300).

  • 12   D’une même série paradigmatique.
  • 13   « L’intérêt de l’article zéro […] est par surcroît de nous permettre de suivre dans une langue mo (...)

28Un troisième apport – ou plutôt une « potentialité d’apports » – est fourni par Gus­tave Guillaume. Il me semble que chez Guillaume on trouve deux idées particu­liè­re­ment intéressantes pour la théorie de la morphologie (et pour une typologie morpho­lo­gique). La première, c’est celle de la « morphologie négative » : une morphologie constituée ou marquée par l’aversion pour les autres formes12 (pour tout ce qui est une autre forme – autre que celle qui est retenue, mais sans « motivation positive » pour la valeur en ques­tion). Guillaume a développé cette notion en référence à l’article zéro, article « qui dépiste le défaut expressif, dans un cas donné, des autres articles et se substitue à eux, moins pour dire ce qu’il a à dire [...] que pour éviter que soit dit ce que, dans le cas considéré, les autres articles diraient indûment » (1973 : 132). Dans un passage riche en implications typologiques, Guillaume a relevé la pertinence de la notion de « morphologie négative »13. La seconde idée particulièrement intéressante est celle d’opération médiatrice. Guillaume, dans sa théorie de la genèse du mot, distingue l’opé­ra­tion de discernement initial, qui produit la base de mot (en abstrayant le particu­lier de l’universel) et l’opération de l’entendement (qui reverse le particulier à l’univer­sel). Entre le discernement initial, correspondant à la « matière », et l’entendement final, qui donne la forme achevée (c’est-à-dire la partie du discours), il y a les opérations médiatrices (préformelles), qui constituent la morphologie du mot et qui portent les indi­cations grammaticales de genre, nombre, cas, personne, mode, temps, etc.

3. Morphologie descriptive (synchronique)

  • 14  F. Paepcke, Die französische Nominalkomposition (thèse de l’U. de Berlin, 1946).

29La morphologie descriptive se laisse désarticuler en deux grands secteurs : la flexion et la dérivation. Certains auteurs parlent de « formation » (formation de mots), en y in­cluant la dérivation, la composition, les néologismes, et éventuellement d’autres mécanismes comme le télescopage, le renversement, la réduplication, la conversion, etc. Notre aperçu se limitera à la flexion et à la dérivation. Pour la formation des mots, on se reportera au manuel (rédigé d’abord en allemand [1981], traduit en français par A. Clas [1987]) de Johannes Thiele (qui s’inspire de principes théoriques formulés par H. Marchand et E. Co­seriu) ; en ce qui concerne la composition, on se reportera à un article classique de Benveniste, riche en propositions théoriques, à une thèse allemande sur les composés nominaux14 et au travail (conçu en partie comme manuel) de Wandruszka (1976).

  • 15   Voir le compte rendu par G. Gougenheim dans BSLP 46 : 2 (1951), p. 137-138.
  • 16   Comme défaut dans la description, il faut noter l’absence d’une (ou le renoncement à une) réducti (...)
  • 17   Voir de Felice (1950 : 6) : « Il suffit d’étudier attentivement les pages consacrées aux verbes p (...)

30Dans le domaine de la flexion verbale, on retiendra un certain nombre d’analyses structurales (ou, en tout cas : systématisantes). Un précurseur important fut Théodore de Felice, avec ses Éléments de grammaire morphologique (1950)15, opuscule qui propose des règles ordonnées pour l’établissement de formes masculines et féminines des noms et des adjectifs, pour la formulation de leurs pluriels et pour la conjugaison des temps simples des verbes. La description s’ouvre par un exposé de « lois d’euphonie » (règles morphophonologiques en général, qui affectent l’ensemble des catégories variables du français)16. À plusieurs égards, l’ouvrage – réagissant contre le masquage de la « grammaire morphologique » par l’orthographe – est audacieux et stimulant. L’auteur envisage son étude non comme un traité scientifique, mais comme un outil pédagogique. Et il ne cache pas l’amertume qu’il ressent à l’égard du système d’éducation français17. Si cet ouvrage couvre une partie importante de la morphologie flexionnelle, il reste en défaut quant à la systématisation des allomorphies (ou alternances morphématiques) dans la morphologie verbale.

31Après de Felice, quelques tentatives ont été faites pour systématiser la description de la morphologie verbale française, d’abord en concentrant l’effort sur les bases verbales (Martinet 1958 ; Dubois 1966), plus tard en faisant porter l’effort sur le système entier de la conjugaison (cf. Van den Eynde et Blanche-Benveniste 1970 ; Swiggers et Van den Eynde éds 1987).

  • 18   Les travaux de grammaire historique française se situent trop souvent à l’écart d’analyses morpho (...)

32Quel est le bilan méthodologique qu’on peut dresser à ce sujet ? On sait que la mor­phologie verbale française pose de redoutables problèmes au descripteur ; son extra­or­di­naire complexité est un avatar du système déjà complexe de la conjugaison indo-eu­ropéenne, et plus directement de la conjugaison latine. Une certaine tradition scolaire a toutefois pris soin de refouler cette complexité. De cette complexité, les langues ro­manes ont hérité ; elles ont transformé cet héritage par des processus de simplification, par des restructurations analogiques, par des changements de classes et par la création de nouvelles formes asystémiques. Le français n’est certes pas une exception à cet égard. L’histoire du français montre les chevauchements des micro-systèmes de conjugaison et surtout de la réduction de la polymorphie verbale. Cette dernière caractéristique – éli­mi­née progressivement par l’action d’une norme intérieure (diffusion d’une langue en voie de standardisation ; nivellement des interférences) et par celle d’une norme extérieure (imposition d’une forme graphique régularisée ; codification de la langue par les grammairiens et les puristes) requiert une description à orientation synthétisante et sys­té­ma­tisante ; celle-ci constituerait une contribution importante à la grammaire histo­rique du français18. On trouve une description atomisante de la morphologie historique du verbe français, axée sur les évolutions phonétiques, dans le manuel classique de Pierre Fouché (Le verbe français. Étude morphologique, 1967) ; pour un traitement basé sur les lexèmes verbaux en combinaison avec les évolutions phonétiques, voir l’ouvrage d’André Lanly (Morphologie historique des verbes français. Notions générales, conju­gaisons régulières, verbes irréguliers, 1977). L’ouvrage de J. Picoche (Précis de mor­phologie historique du français, 1979 : 10-62) propose une première description réductrice des alternances.

33La condition essentielle pour un examen systématique de la morphologie verbale est l’établissement d’un dispositif de description, pouvant fonctionner comme modèle d’or­ganisation applicable aux différentes périodes historiques. On trouvera des propositions, basées sur une démarche inductive et progressive, dans les contributions de Y.-Ch. Morin, de M. Plénat et de K. Van den Eynde et moi-même dans le volume que nous avons édité en 1987 : La morphologie du verbe français. Les trois études descriptives (et théoriques) se caractérisent par le refus d’une option discrétisante (typique des gram­maires normatives et des manuels pratiques) et par le souci de proposer des unités ou des règles de type abstrait dont on peut toujours contrôler le comportement (ce qui n’est pas toujours le cas dans certains modèles générativistes, opérant avec des symboles pos­tiches, comme c’est le cas dans l’étude de M.H. Gertner, The Morphology of the Modern French Verb, 1973).

34Quels sont les problèmes qui se posent au niveau de l’élaboration d’un cadre des­criptif pour la morphologie verbale française ? Si l’on fait abstraction de la question du corpus (inclusion de variétés non standard), nous croyons qu’on peut réduire ces problèmes à trois types :

35– Le choix des formes de base ;

36– L’établissement de « classes » ou de « séries » ;

37– L’organisation des séries.

38Le premier problème est celui de l’allomorphie verbale et de sa réduction systé­matique. L’allomorphie concerne à la fois le morphème lexical (le radical) et les affixes. Par rapport à ces derniers la solution la plus économique serait d’avoir un seul système de flexions verbales ; cet idéal se heurte, dans le cas du français, à une multi­tude de difficultés :

39– La variation d’une « même » forme d’après le contexte (cas de la liaison) ;

40– Le comportement différentiel d’ensembles parallèles de formes (cf. je vends, je ven­drai, VENDU ; je prends, je prendrai, PRIS) ;

41– L’impossibilité de décrire toutes les différences au niveau des affixes en fonction du contexte phonique (cf. voulu, voulus, voudrez, VOULOIR ; moulu, moulus, moudrez, MOUDRE).

42Il s’agit là de difficultés dont le traitement a des répercussions importantes sur le modèle descriptif :

43– Est-ce qu’on adoptera les formes de liaison (auxquelles on appliquera alors une règle générale de suppression, dans les contextes pertinents), ou vaut-il mieux s’en tenir aux formes de non-liaison, quitte à admettre un dispositif descriptif pour la liaison (qu’il ne faut pas nécessairement rattacher à la forme verbale même ; cf. le travail de B. Tranel 1981, qui parle de « connective morpheme ») ?

44– Dans quelle mesure fera-t-on le partage entre une distribution par catégories (rapport entre un « sous-système d’affixes » et un « sous-système de radicaux ») et une distri­bution en fonction du contexte phonique (et quelle sera l’économie interne de cette organisation en fonction de contextes phoniques) ?

45– Dans quelle mesure faut-il élargir l’inventaire primitif RADICAL + DÉSINENCE (cf. Martinet 1958 et 1969) et quelle est l’économie réalisée en fin de compte par un élargissement éventuel (cf. la notion de « voyelle thématique ») ?

46L’allomorphie du morphème lexical du verbe ne fait que reposer les problèmes connus de toute description morphologique :

47– Option pour une présentation Item-and-Arrangement ou Item-and-Process ;

48– Description des alternances considérées comme des allomorphes à conditionnement pho­nique, par ex. /l´v/ ; /lEv/ du verbe lever ; comme des allomorphes à con­di­tion­nement catégoriel, cf. /finiS/ - /fini/ ; comme des morphèmes alternants, cf. /vAE/, /al/, /i/ pour ALLER.

49L’établissement de « classes » ou de « séries » concerne un niveau plus global de la réduction descriptive, où est intégré le traitement des difficultés qui se posent par rapport au choix des formes de base. À ce niveau il s’agit d’établir une économie corrélative en fonction d’unités, de règles et leurs groupements possibles. Il ne s’agit donc plus, par exemple, de faire le choix entre une présentation Item-and-Arrangement ou Item-and-Process : quand il s’agit de constituer des classes ou des séries, on procède par « arran­ge­ment » en fonction des réductions déjà faites au niveau des unités. Les arrangements des séries verbales qui ont été proposés se fondent en général sur la distinction, théo­ri­que­ment malaisée, entre verbes « réguliers » et verbes « irréguliers ». Cette distinction est commune aux manuels de conjugaison et aux descriptions diachroniques, où la pré­sen­tation a entravé une systématisation approfondie.

50Le troisième type de problèmes concerne l’organisation interne des séries. Il s’agit ici de rattacher, à l’intérieur de séries ou à travers toutes les séries, des (ensembles de) formes à d’autres (ensembles de) formes. L’effort descriptif porte ici sur les relations constitutives du système, c’est-à-dire sur les rapports qui permettent de poser une forme comme « base » d’un ensemble d’autres formes. Il suffit de penser au rapport qui peut être établi entre le sous-ensemble du passé simple et celui du subjonctif imparfait dans tous les verbes. Dans un tel cas, la réduction dans l’organisation descriptive sera com­munément acceptée. Dans d’autres cas, les rapports sont justifiés par l’économie même qu’on obtient dans la description : qu’on pense par exemple au choix du radical (long) de la première personne du pluriel de l’indicatif présent en tant que base de l’indicatif imparfait et du participe présent (et éventuellement d’autres séries).

51Une problématique sous-jacente à ces options méthodologiques est celle du choix entre une orientation diachronique et une orientation synchronique. À l’état actuel des analyses morphologiques du verbe français, il n’y a pas encore de « rétroaction » pro­fonde d’un dispositif élaboré en synchronie sur les modèles de description diachronique. Il nous semble d’ailleurs qu’une méthodologie unitaire, dûment contrôlée, devrait être appliquée à tout type de matériaux linguistiques.

52Toujours dans le domaine de la morphologie verbale, il faut mentionner deux ou­vrages (à nette ambition théorique) qui proposent à la fois plus et moins qu’une descrip­tion morphologique du verbe français.

53Dans Calcul de la flexion verbale en français contemporain, Luc Isaac (1985) offre une réflexion intéressante sur la notion de calcul(abilité) et sur la possibilité d’intégrer des séries de règles (le cadre adopté est celui d’une glossématique élargie). La dernière partie nous fait la promesse d’un algorithme de la flexion verbale, mais on n’y trouve guère une description morphologique : l’auteur propose une étude de l’organisation des formes verbales. Le chapitre consacré à la flexion verbale proprement dite est décevant. Un premier reproche qu’on peut faire est que l’auteur n’opère pas avec des classes de verbes : il est pourtant impossible de faire une description morphologique (et morpho­pho­nologique) du verbe français sans distinguer au moins deux classes de verbes.

  • 19   Il s’agit chaque fois de verbes soit en -ir, en -oir ou en -re (et du verbe aller). Signalons que (...)

54De plus, l’analyse de verbes « particuliers » laisse à désirer19. Un reproche plus fon­da­men­tal concerne le fait que l’auteur n’ait pas dégagé certains principes généraux de la mor­pho­logie du verbe français : soustraction de la consonne finale du radical dans l’in­dicatif présent singulier, sauf dans les verbes en -er et quelques verbes de « l’autre conju­gai­son » pour lesquels on peut proposer une règle générale (maintien de j, r et l) ; soustraction dans certains verbes de la séquence VC terminant le radical, par ex. au passé (pris, reçus) ; la présence de morphèmes alternants dans la formation du passé simple, à l’infinitif et dans la formation du futur. Mais le principal défaut de l’ouvrage est que le « calcul » dont il est question s’avère être une simple énumération de règles plus ou moins ad hoc : on cherche en vain une description systématique. C’est que les principes essen­tiels d’une analyse morphophonologique n’ont pas été respectés par l’auteur, à savoir :

55– La distinction entre allomorphes et morphèmes alternants ;

56– L’homogénéité du renvoi contextuel (spécificité des renvois contextuels pour des unités morphologiques, morphophonologiques, phonologiques, phonétiques, voire graphétiques) ;

57– L’interprétabilité des unités morphophonologiques et morphologiques (condition de transparence).

  • 20 Pour une analyse plus approfondie, voir notre compte rendu (Swiggers 1989).

58Ces trois exigences supposent évidemment une segmentation méthodologiquement rigoureuse des chaînes morphologiques : or celle-ci fait défaut chez Isaac. Le calcul algorithmique proposé par l’auteur n’est en fait pas une analyse morphologique, mais un enchaînement de « règles » (selon les termes de l’auteur), qui ne peuvent être utilisées pour un traitement automatique de la morphologie verbale du français20.

59Dans l’ouvrage de Christian Touratier, Le système verbal français (1996), on ne trouve pas non plus une véritable analyse morphologique des verbes français, vu que l’atte­ntion de l’auteur ne se porte pas vers les procédures de segmentation, ni vers l’ana­lyse d’alternances morphophonologiques. La proposition centrale de l’ouvrage con­siste dans la distinction entre la structure morphologique et la description mor­phé­ma­tique d’une langue, proposition par laquelle l’auteur prend ses distances à l’égard de la morphologie structurale. La structure morphologique de la langue est obtenue par l’iden­ti­fication des différentes classes d’unités morphologiques dont dispose la langue, grâce à l’arrangement dans un même paradigme de toutes les unités morphologiques qui non seulement commutent entre elles, mais qui ont aussi les mêmes distributions (pour l’auteur, l’ensemble des distributions définit le fonctionnement linguistique des unités). L’analyse proprement morphématique s’érige sur l’identification des unités mor­pho­logiques : elle établit la corrélation entre des signifiants et des signifiés, ou en d’autres termes elle examine si une unité morphologique est associable ou non à un signifié dans tous ses emplois (cette analyse permet d’établir, pour le français, l’absence d’isomorphisme entre unités morphologiques et morphèmes). La partie la plus déve­loppée de l’ouvrage est consacrée à ce qu’on appelle communément la morphosyntaxe : l’étude des valeurs de formes (morphèmes de temps, d’aspect, de mode, de voix…).

  • 21 D’importants précurseurs dans ce domaine ont été Arsène Darmesteter et Kristoffer Nyrop.

60Contrairement à la morphologie flexionnelle, la morphologie dérivationnelle21 a fait l’objet de nombreux travaux sous forme d’articles et de livres. Ce goût pour la mor­phologie dérivationnelle n’est pas sans lien avec l’investissement de fonds considérables et de main d’œuvre dans de grands projets « dictionnairiques » : la France et les Français cultivent, avec bonheur, les (projets de) dictionnaires et l’étude de la dérivation en a largement profité.

  • 22 Pour un traitement plus global de la préfixation, voir le travail de Weidenbusch (1993).
  • 23 Voir à ce propos le travail de Zwanenburg (1983).

61Il est impossible de faire justice ici aux nombreux articles consacrés à certains préfixes ou suffixes dérivationnels (on se reportera aux publications pertinentes dans les Cahiers de Lexicologie ou dans Le français moderne), ni aux fines études d’Édouard Pichon sur la suffixation (dans Le français moderne 1939, 1940), ni aux nombreux travaux de Louis Guilbert sur la néologie et la dérivation. Je me limiterai à signaler, pour les préfixes, le travail de Jean Peytard (Recherches sur la préfixation en français contemporain), où sont étudiés les préfixes à base grecque (comme auto-, néo-)22. Peytard s’est proposé d’étudier un système, qui n’est pas défini par des oppositions, mais plutôt par des « connexions », c’est-à-dire les interférences entre signe et désigné et entre le lexical et le grammatical. Dans son travail, on ne trouve pas de vraie analyse morphologique : l’auteur s’est plutôt intéressé aux phénomènes de productivité23 et d’ambiguïté sémantique.

62Quant aux suffixes, il faut signaler la thèse complémentaire de Jean Dubois sur la dérivation suffixale en français moderne (1962) ; ce travail, basé sur le mouvement du vocabulaire entre 1906 et 1961, est riche en données et en principes théoriques. On n’y trouve pas de segmentation proprement morpho(phono)logique ni une étude des alter­nances ; l’intérêt du travail réside donc moins dans l’analyse morphologique et plutôt dans les aspects proprement lexicaux (richesse, diversification, fréquence et valeur d’em­ploi des éléments suffixaux). Selon Dubois, l’ensemble des affixes forme un système ; chaque affixe se définit par les rapports qui l’unissent à la base et le différencient des autres affixes. Entre les diverses suffixations, il y a un rapport étroit (cf. les corrélations existant entre -isme et -iste ; entre -iser et -isation, etc.). Selon l’au­teur, le système suffixal est soumis à des actions diverses qui modifient constamment les rapports mutuels des affixes : il s’agit de processus d’apparition (cf. -tron, -ing), de disparition (cf. -ise, -esse [pour la qualité], -on [instrument] et -is [résultat de l’action], etc.), et de changements de valeur d’emploi (par ex. de -eur et de -iste). Ces des­truc­turations et restructurations ont leur origine dans les besoins de la communication : la langue est le reflet de l’activité humaine (cf. Dubois 1962 : 101). Les deux principes théoriques de base qui sont formulés par Dubois sont les suivants :

63– La suffixation se présente comme une simulation du syntagme courant ou comme une réalisation syntagmatique différente d’un terme déjà existant. Dubois va même jusqu’à parler d’une « distribution complémentaire ».

« Le mot suffixé se différencie du mot qui lui a servi de base par la possibilité nouvelle qu’il a d’entrer dans un syntagme différent ; on peut parler de distribution complémentaire de type syntagmatique. Nous pouvons certes inclure dans ce cas l’ensemble des “catégoriseurs”, mais aussi tous les suffixes ; en effet tout mot suffixé, même lorsqu’il appartient à la même classe que le mot-base, correspond à un syntagme où la base est soit le déterminant soit le déterminé. Avant les phénomènes propres de la lexicalisation, maisonnette n’est pas différent de petite maison et l’on passe de machine qui moissonne à machine moissonneuse puis à moissonneuse. Les distinctions faites pour les besoins d’une analyse préliminaire ne peuvent masquer l’unité fondamentale de la procédure de dérivation. Cette constatation a pour conséquence une révision de l’analyse fonction­nelle : la description se fera à partir du rapport de complé­men­tarité syntagmatique existant entre la classe du mot-base et la classe du mot-dérivé : passage du groupe verbal au groupe nominal, ou inversement ; passage de déterminant à déterminé, et réciproquement » (Dubois 1962 : 101).

64– La structure suffixale est souvent une structure manifestant des redondances : il y a par exemple plusieurs suffixes pour la même fonction.

« Cette redondance n’est pas pour nous surprendre puisqu’elle se retrouve à tous les niveaux de la langue, et en particulier dans le domaine des phonèmes. Elle a pour conséquence des distributions complémentaires, de types très divers, et qui prennent une forme dynamique, c’est-à-dire dont l’équilibre est constamment remis en question. Ces distributions n’ont pas un caractère absolu, mais statistique, comme le sont toutes les distributions : nous avons pu ana­ly­ser ainsi les suffixes ethniques. On peut trouver des tendances à la complémentarité dans des distributions qui, à première analyse, pourraient sembler purement aléatoires et qui ne trou­ve­ront leur expression totale que dans le futur de la langue si aucun autre phénomène n’entre en jeu. Ainsi la répartition entre -age, et -ment correspond à la complémentarité de la base (verbes transitifs/verbes intransitifs) ; cette notion est le plus souvent traduite sémantiquement par l’opposition entre action et état » (Dubois 1962 : 101).

65Un ouvrage à orientation nettement théorique, consacré à la suffixation, est celui de Thierry Debaty-Luca (1986), qui s’inscrit dans le modèle fonctionnaliste de Martinet ; l’auteur recourt non seulement à la notion de synthème (cf. supra), mais aussi à des concepts fonctionnalistes de création plus récente, comme confixé et figement. L’auteur propose trois thèses, qui ne sont pas toutes innovatrices :

66– Les suffixes constituent un système ;

67– Ce système est intériorisé par le locuteur en tant que mécanisme productif ;

68– Le système peut être articulé en termes de fonctions.

69Dans son élaboration concrète, la démarche de l’auteur n’est pas exempte de lacunes et de faiblesses. On regrettera en premier lieu que cette « théorie » de la suffixation ne porte pas sur le système entier de la suffixation en français. Ensuite, il faut regretter l’ab­sence d’une analyse de faits de morphophonologie (alternances vocaliques ; réalisation ou non-réalisation d’une consonne en finale de morphème, etc.). L’auteur a d’abord classé les suffixes en différents sous-systèmes : ces sous-systèmes sont définis en même temps par la classe du « suffixé ». À ce propos, il faut regretter que l’auteur retombe dans une des­crip­tion trop atomiste et linéaire de la suffixation, en distinguant quatre sous-systèmes : Adj. → Adj. (blanc - blanchâtre) ; Adj. → Subst. (blanc - blan­cheur) ; Adj. → Verbe (blanc - blanchir) ; Verbe → Subst. (blanchir - blan­chis­sage + blan­chis­serie). On peut formuler au moins trois objections contre une telle démarche :

70– On présente, à tort, certains mots comme la « source » de la dérivation : très souvent, il faut remonter à une base (qui n’a pas le statut de mot constitué) dont dérivent plusieurs suffixés ;

71– On fragmente le mécanisme de la dérivation en des dérivations linéaires (le plus souvent en tant que relations entre deux termes) ; vu le caractère dynamique de la dérivation, il est plus intéressant de parler d’une « configuration dérivationnelle » ;

72– Une telle démarche implique un recours constant à la diachronie : seule une datation sûre des formes permet d’établir des rapports linéaires.

  • 24 Voir Swiggers et Verlinde (1988).

73On s’étonnera aussi du fait que, dans l’analyse sémantique de la suffixation, l’auteur opère avec des étiquettes sémantiques traditionnelles, réminiscentes d’époques « pré-fonctionnalistes » : « AGENT », « ACTION », « ENDROIT », « MOYEN », etc. À cela s’ajoute encore que l’analyse même des données et la segmentation de certaines formes (en synchronie ou en diachronie) ne sont pas exemptes d’erreurs24.

74Dans sa thèse sur la dérivation suffixale, Claude Gruaz (1988) traite des régularités structurelles qui sont à l’œuvre dans la formation des dérivés (l’auteur tient compte de la graphie et de la prononciation, en étudiant les similitudes et les écarts entre les deux faces de l’expression). Ce travail fournit une analyse très fine des alternances vocaliques et un algorithme général qui contient les règles gouvernant l’association des constituants.

75L’ouvrage de Gruaz répond à deux types de questions. À la question « De quelles unités les dérivés sont-ils formés ? », une réponse est apportée par l’analyse structurelle, qui identifie les segments distinctifs pertinents pour l’examen de la dérivation (cette analyse structurelle est fidèle aux principes du distributionnalisme harrissien). À la question « Selon quelles règles ces unités composant les dérivés se combinent-elles ? », la réponse est fournie par la description du processus dérivationnel, qui comprend (a) le repérage des unités et (b) la découverte des régularités en fonction desquelles ces unités s’assemblent. L’analyse porte à la fois sur les items formels, sur les catégories de formes et sur le sémantisme des dérivés.

  • 25 L’objectif du groupe SILEX est d’élaborer une grammaire dérivationnelle explicite et un dictionnair (...)
  • 26 De cette façon se trouve (re)valorisée l’idée du lexique comme un champ de régularités.
  • 27 Dans le présent aperçu, il est impossible de faire justice à la richesse du modèle de morpho­logie (...)

76L’apport le plus important et le plus englobant dans l’étude de la morphologie dérivationnelle du français a été la publication de la thèse de Danielle Corbin, dont le modèle a été développé dans des publications ultérieures (au sein du groupe SILEX de l’Université de Lille III)25. Le modèle proposé (et appliqué à un vaste échantillon) a été construit en dialogue constant avec les propositions théoriques de M. Aronoff, M. Lieber et R. Beard. Le modèle est basé sur la thèse que la tâche de la morphologie déri­va­tion­nelle est de fournir les règles, les principes et les contraintes qui gouvernent la gram­maire des mots construits26. Le modèle se caractérise par deux caractéristiques27 :

  • 28 Un mot construit répond aux exigences suivantes :
    – Les constituants de sa structure morphologique (...)
  • 29 On réagit par-là contre la conception « dissociative » de la grammaire générative.

77– Il s’agit d’un modèle associatif : l’idée centrale ici est que le sens d’un mot con­struit28 est construit en même temps que sa structure morphologique, et com­po­si­tionnellement par rapport à celle-ci, et que la représentation grammaticale doit refléter cette construction simultanée de la structure et du sens29. Le modèle pré­sente ainsi une réaction contre la tendance à favoriser les distorsions observables entre forme et sens et à faire intervenir des « idiosyncrasies » ou des « caprices ». En se plaçant au-dessus des observables directs, le modèle associatif entend montrer que les dis­tor­sions sont réductibles, de deux façons :

  • 30 Voir l’ouvrage théorique de Temple (1996), consacré à la sémantique des mots construits ; ce travai (...)
  • 31 Le mot construit a une référence extralinguistique, ce qui a pour conséquence qu’un même sens prédi (...)

78 • Soit par une analyse plus précise et hiérarchisée du sens30 : il s’agit alors de mon­trer que des règles purement sémantiques peuvent s’appliquer à diverses étapes de la dérivation d’un mot construit et masquer le sens dérivationnellement prédictible31 ;

79 • Soit par une analyse plus abstraite de la structure : il s’agit alors de montrer que la forme observable d’un mot est le résultat de la combinaison d’opérations complexes : la forme calquée sur la structure morphologique peut être masquée par l’action de l’allo­morphie (cf. floral = [fleur -al]), de la troncation (cf. gratuité, obtenu par tron­cation de /gratuit-ité/), ou de l’intégration paradigmatique.

  • 32 Entre autres par les règles d’allomorphie et les processus de troncation.

80– Il s’agit d’un modèle stratifié : les opérations nécessaires pour construire la forme et le sens d’un mot sont rapportées aux diverses variables qui interviennent et leur ordre est censé reproduire la hiérarchie qui va du plus régulier au moins régulier. Les relations entre le composant dérivationnel et le composant sémantique concernent l’intervention, dans la construction du sens d’un mot construit, de règles sémantiques indépendantes des facteurs dérivationnels intervenant dans la construction du sens prédictible. Le composant phonologique intervient32 dans la construction de la forme superficielle du mot.

81La force du modèle élaboré par Danielle Corbin et son équipe réside dans l’alliance réussie entre une solide base empirique et une systématisation théorique qui englobe l’intégralité du domaine de la morphologie dérivationnelle du français.

Conclusion : Perspectives

82Que peut-on tirer comme conclusion(s) de ce bilan sélectif de la morphologie française (et le plus souvent de souche française) ?

83D’abord que la morphologie a, en général, évolué d’une discipline « analytique » à une discipline synthétique, s’intéressant à des problèmes de catégorisation générale et aux phénomènes de productivité. Ensuite, que la morphologie dérivationnelle, le « point fort » de la morphologie française actuelle, s’est davantage intéressée à un inventaire de formes et moins à une description des alternances subies par les bases ou par les affixes. Dans les dernières années, l’étude des formes en surface a fait place à une étude des pro­cessus de formation. Enfin, une dernière évolution à relever me semble être l’intégration progressive de la morphologie et de la sémantique, intégration qu’avait tentée déjà, avec un succès variable, Pierre Guiraud dans ses travaux de « morphosémantique » (cf. Guiraud 1956, 1960, 1961a, b, 1962, 1966, 1968).

84Quant aux perspectives, n’étant ni mage ni prophète, je ne m’aventurerai pas dans des spéculations. Toutefois, deux choses sont claires :

85– Un gros travail reste à accomplir dans le domaine de la morphologie (cela vaut aussi pour la morphologie flexionnelle) ;

  • 33 Voir à ce propos par exemple Mayerthaler (1977).

86– Les recherches morphologiques sur le français sont et resteront d’une très grande pertinence pour l’exploration d’hypothèses générales (comme la théorie de la « natu­ra­lité » des processus)33 et pour la typologie de processus (synchroniques et dia­chro­niques) en morphologie, ainsi que pour les recherches sur les universaux du langage.

87Il est possible que la morphologie abandonne l’ancienne unité « morphème » (cf. la morphologie « amorphe » de S.R. Anderson 1992), et qu’elle prenne le « mot » comme base (comme c’est le cas chez Morris Halle et son disciple Mark Aronoff) ; il n’en reste pas moins que son objet restera la description de la structure de mots (ou la structure d’ensembles de forme et de sens), et cette description devra nécessairement faire appel à des unités descriptives, à des processus de constitution, à des rapports à l’intérieur d’un réseau systémique, enfin aux relations qui existent entre les différents niveaux d’analyse linguistique.

Top of page

Bibliography

Anderson Stephen R. 1992. A-Morphous Morphology. Cambridge: Cambridge University Press.

Bazell Ch. E. 1949. « On the Problem of the Morpheme ». Archivum Linguisticum 1. 1-15.

Bloomfield L. 1933. Language. New York: Holt and C°.

Corbin Danielle. 1987. Morphologie dérivationnelle et structuration du lexique. Tübingen : Niemeyer. (2 volumes)

Corbin Danielle éd. 1991. La formation des mots : structures et interprétations. Lille : Presses universitaires.

Debaty-Luca Thierry. 1986. Théorie fonctionnelle de la suffixation (appliquée principalement au français et au wallon du Centre). Les Belles Lettres.

de Felice Théodore. 1950. Éléments de grammaire morphologique. Didier.

De La Chaussée François. 1977. Introduction à la morphologie historique de l’ancien français. Klincksieck.

Dubois Jean. 1962. Étude sur la dérivation suffixale en français moderne et contemporain. Essai d’interprétation des mouvements observés dans le domaine de la morphologie des mots construits. Didier.

Dubois Jean. 1966. « Essai d’analyse distributionnelle du verbe (les paradigmes de la conju­gai­son) ». Le français moderne 34. 185-209.

Foley James. 1979. Theoretical Morphology of the French Verb. Amsterdam : Benjamins.

Fouché Pierre. 1967. Le verbe français. Étude morphologique. Klincksieck.

Gertner M.H. 1973. The Morphology of the Modern French Verb. The Hague, Mouton.

Gruaz Claude. 1988. La dérivation suffixale en français contemporain. Rouen : U. de Rouen.

Guillaume Gustave. 1973. Principes de linguistique théorique de Gustave Guillaume. Recueil de textes inédits préparé en collaboration sous la direction de Roch Valin. Klincksieck ; Québec : Presses de l’Université Laval.

Guiraud Pierre. 1956. « Les champs morpho-sémantiques (critères internes et critères externes en étymologie) ». BSLP 52 : 1. 265-288.

Guiraud Pierre. 1960. « Le champ morpho-sémantique du verbe chiquer ». BSLP 55 : 1. 135-154.

Guiraud Pierre. 1961a. « Le champ morpho-sémantique des composés tautologiques ». Zeitschrift für romanische Philologie 77. 444-469.

Guiraud Pierre. 1961b. « Le champ morpho-sémantique de la dérivation pseudo-suffixale ». BSLP 56 : 1. 104-121.

Guiraud P. 1962. « Étude du champ morpho-sémantique de la racine T.K. » BSLP 57 : 1. 103-125.

Guiraud Pierre. 1966. « Le champ morpho-sémantique des noms du chat ». BSLP 61 : 1. 128-145.

Guiraud Pierre. 1968. « Le champ morpho-sémantique du mot tromper ». BSLP 63 : 1. 96-109.

Isaac Luc. 1985. Calcul de la flexion verbale en français contemporain. Genève : Droz.

Kiefer Ferenc. 1973. Generative Morphologie des Neufranzösischen. Tübingen : Niemeyer.

Lanly André. 1977. Morphologie historique des verbes français. Notions générales, conju­gaisons régulières, verbes irréguliers. Bordas.

Martinet André. 1956. La description phonologique avec application au parler franco-pro­ven­çal d’Hauteville (Savoie). Droz et Minard.

Martinet André. 1958. « De l’économie des formes du verbe en français parlé ». In: Studia philologica et litteraria in honorem L. Spitzer, 309-326. Berne: Francke.

Martinet André. 1960. Éléments de linguistique générale. A. Colin.

Martinet André. 1965. « Le mot ». Diogène 51. 39-53.

Martinet André. 1967. « Syntagme et synthème ». La linguistique 2. 1-14.

Martinet André. 1968. « Mot et synthème ». Lingua 21. 294-302.

Martinet André. 1969. « Qu’est-ce que la morphologie ? ». Cahiers F. de Saussure 26. 85-90.

Martinet André. 1972. « Morphology and Syntax ». Language Sciences 23. 15-19.

Mayerthaler Willi. 1977. Studien zur theoretischen und zur französischen Morphologie. Tübingen : Niemeyer.

Molino Jean. éd. 1985. Le retour de la morphologie ( = Langages 78).

Morin Yves-Charles. 1987. « Remarques sur l’organisation de la flexion des verbes fran­çais ». I.T.L. Review of Applied Linguistics 77-78. 13-91.

Nida Eugene A. 1949. Morphology. Ann Arbor: University of Michigan Press.

Perrot Jean. 1952-53. « Morphologie, syntaxe, lexique. Contribution à la discussion sur les divisions de la langue ». Conférences de l’Institut de Linguistique de l’Université de Paris 11. 63-74.

Perrot Jean. 1953. La linguistique. PUF.

Peytard Jean. 1975. Recherches sur la préfixation en français contemporain. Champion. (2 volumes).

Picoche Jacqueline. 1979. Précis de morphologie historique du français. Nathan.

Pinchon Jacqueline. 1986. Morphosyntaxe du français. Étude de cas. Hachette.

Plénat Marc. 1981. L’« autre » conjugaison ou De la régularité des verbes irréguliers ( = Cahiers de grammaire 3).

Plénat Marc. 1987. « Morphologie du passé simple et du participe passé des verbes de l’“autre” conjugaison ». I.T.L. Review of Applied Linguistics 77-78. 93-150.

Reichling Anton. 1935. Het woord. Een studie omtrent de grondslag van taal ezn taalgebruik. Nijmegen: Berkhout. [Réimpression: 1967, Zwolle: T. Willink].

Schpak-Dolt Nikolaus. 1992. Einführung in die französische Morphologie. Tübingen : Niemeyer.

Swiggers Pierre. 1986. « Grammaire française et linguistique générale à l’âge classique : Le problème du mot ». BSLP 81 : 1-42.

Swiggers Pierre. 1987. « Le mot : unité d’intégration ». In : Études de linguistique générale et de linguistique latine offertes en hommage à Guy Serbat, 57-66. Société pour l’information grammaticale.

Swiggers Pierre. 1989. compte rendu de Isaac 1985. BSLP 84 : 2. 364-368.

Swiggers Pierre. 1991. « Note sur la linguistique générale en 1921-1922 ». Beiträge zur Geschichte der Sprachwissenschaft 1. 185-191.

Swiggers Pierre. 1997. « Semantics, Thought and Activity: Reichling’s View of Mea­ning ». Quaderni di semantica 18: 2. 241-252.

Swiggers Pierre. 1998. « The Morpheme in Bloomfield’s Language ». In: M. Janse (éd.), Productivity and Creativity. Studies in General and Descriptive Linguistics in Honor of E.M. Uhlenbeck, 251-263. Berlin - New York : Mouton de Gruyter.

Swiggers Pierre et Van den Eynde Karel. 1988. « Allomorphes et morphèmes alternants ». BSLP 73 : 1. 319-322.

Swiggers Pierre et Van den Eynde Karel. 1987a. « Problèmes de l’analyse morphologique des verbes français ». I.T.L. Review of Applied Linguistics 77-78. 1-12.

Swiggers Pierre et Van den Eynde Karel. 1987b. « La morphologie du verbe français ». I.T.L. Review of Applied Linguistics 77-78. 151-251.

Swiggers Pierre et Van den Eynde Karel. éds 1987. La morphologie du verbe français. ( = I.T.L. Review of Applied Linguistics 77-78).

Swiggers Pierre et Verlinde Serge. 1988. compte rendu de Debaty-Luca 1986. BSLP 83 : 2. 260-269.

Temple Martine. 1996. Pour une sémantique des mots construits. Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion.

Thiele Johannes. 1987. La formation des mots en français moderne. Traduction et adaptation par André Clas. Montréal : Les Presses de l’Université. [Édition originale : Wort­bil­dung der französischen Gegenwartssprache : ein Abriss, Leipzig : Verlag Enzy­klo­pädie, 1981]

Touratier Christian. 1996. Le système verbal français. Description morphologique et morphé­ma­tique. A. Colin.

Tranel Bernard. 1981. Concreteness in Generative Phonology. Evidence from French. Berkeley: University of California Press.

Van den Eynde Karel et Blanche-Benveniste Claire. 1970. « Essai d’analyse de la morphologie du verbe français ». Orbis 19. 404-429.

Vendryes Joseph. 1921. Le langage. Introduction linguistique à l’histoire. Albin-Michel.

Vergote Jozef. 1951. Onderzoek naar de grondslagen van de algemene grammatica. De rededelen. (Résumé : Enquête sur les fondements de la théorie grammaticale. Les parties du discours). Brussel : Paleis der Academieën.

Wandruszka Ulrich. 1976. Probleme der neufranzösischen Wortbildung. Tübingen: Nie­meyer.

Weidenbusch Waltraud. 1993. Funktionen der Präfizierung: präpositionale Elemente in der Wortbildung des Französischen. Tübingen : Niemeyer.

Zink Gaston. 1989. Morphologie du français médiéval. PUF.

Zwanenburg Wiecher. 1983. Productivité morphologiqie et emprunt. Étude des dérivés verbaux savants en français moderne. Amsterdam : Benjamins.

Top of page

Notes

1 Et donc aussi des règles qui régissent cette structure.

2 Voir Bloomfield (1933 : 161) ; on trouve le même type de démarche chez Nida (1949), par ex. dans la présentation des deux premiers principes :
« Principle I : Forms which have a common semantic distinctiveness and an identical phonemic form in all their occurrences constitute a single morpheme.
« Principle II : Forms which have a common semantic distinctiveness but which differ in phonemic form (in phonemes or in order of phonemes) may constitute a morpheme provided the distribution of formal differences is phonologically definable ».
Voir à ce sujet Swiggers (1998).

3 Ou parfois achronique, comme chez Foley (1979).

4 Comme exemple représentatif, on peut mentionner le travail de Pinchon (1986).

5 Voir aussi Perrot (1952-3).

6 Conçu comme une contribution à un colloque sur « Un siècle de linguistique en France », ce bilan prend (presque) exclusivement en compte les travaux français (éventuellement franco-belges) ; il laisse aussi de côté les éventuelles interactions entre les études de mor­phologie en France et les recherches morphologiques à l’étranger (pour remédier en partie à cette lacune, on peut consulter Molino éd. 1985). Ce bilan est surtout un aperçu des tra­vaux réalisés et des problèmes (de méthode et de description) ; il ne doit donc pas être lu comme un aperçu du champ de la morphologie du français ni comme une présentation générale d’une approche théorique à ce champ ; on pourra consulter à ces fins des travaux d’introduction rédigés en allemand : Schpak-Dolt (1992) et Kiefer (1973).

7 Nous nous limiterons à formuler quelques remarques sur les travaux diachroniques.

8 On la retrouve chez Beauzée, qui distinguait les mots exprimant des êtres et les mots ex­primant des rapports (cf. Swiggers 1986). Dans le cas de Sapir, on peut remonter à Boas et, plus loin encore, à Steinthal.

9 Martinet (1956 : 12) : « Les unités significatives sont généralement désignées sous le nom de signes, leur sens étant dit signifié et leur forme parlée signifiant ; dans l’exemple qui précède [= j’ai mal à la tête], chacun des six signes correspond à ce qu’on ap­pelle communément un mot ; mais un mot comme travaillons comporte deux signes suc­cessifs : un sémantème travaill- et un morphème -ons chacun avec son sens (res­pec­ti­vement les notions de “travailler” et de “première personne du pluriel”) et sa forme (respectivement, en transcription phonétique [travaj] et [õ]) ».

10   Vu les nombreuses éditions des Éléments de linguistique générale, nous préférons ren­voyer aux paragraphes de l’ouvrage, afin de faciliter le repérage des passages.

11   Cf. Martinet (1967 : 6) : « Nous proposons […] de désigner au moyen du terme syn­thème les unités linguistiques dont le comportement syntaxique est strictement identique à celui des monèmes avec lesquels ils commutent, mais qui peuvent être conçus comme formés d’éléments sémantiquement identifiables ».

12   D’une même série paradigmatique.

13   « L’intérêt de l’article zéro […] est par surcroît de nous permettre de suivre dans une langue moderne dont nous avons l’exact sentiment – ce qui est précieux – la marche, com­bien sinueuse, de cette morphologie négative, essentiellement critique, dont je viens d’in­diquer l’existence, morphologie dont, au surplus, aucune langue n’est exempte, mais qui semble avoir eu la faveur particulière de certaines » (Guillaume 1973 : 133).

14  F. Paepcke, Die französische Nominalkomposition (thèse de l’U. de Berlin, 1946).

15   Voir le compte rendu par G. Gougenheim dans BSLP 46 : 2 (1951), p. 137-138.

16   Comme défaut dans la description, il faut noter l’absence d’une (ou le renoncement à une) réduction d’allomorphies.

17   Voir de Felice (1950 : 6) : « Il suffit d’étudier attentivement les pages consacrées aux verbes par un cours de grammaire française – à l’usage même d’une classe de 6e – Quel chaos effroyable ! Autant elles font perdre de temps à l’élève, ces particularités concer­nant les féminins, les pluriels, les verbes, autant elles déforment son esprit. Tout au long de ses études, il est aux prises avec un monde d’illogisme ; et ceci, non seulement à l’exer­cice de grammaire, mais dans tous les devoirs écrits assujettis aux règles de l’orthographe [...] On peut se demander si la nécessité d’assimiler intimement l’absurdité n’aurait pas quelque effet délétère sur la personnalité des êtres humains soumis à cette déformation constante, s’il n’en pourrait résulter l’acceptation passive de l’arbitraire dans la vie. Il fau­drait des recherches psycho­lo­giques approfondies pour le vérifier et pour mettre en lumière d’autres conséquences vrai­sem­bla­bles. À cette contre-éducation probable de l’esprit ra­tionnel et logique s’ajoute la perpétuation du préjugé de la supériorité masculine par l’en­seignement relatif aux féminins [...] Nos sociétés qui s’efforcent d’établir l’égalité des sexes devraient tenir compte de ce facteur psychologique. Les présents Éléments ne prétendent pas annihiler, mais réduire les incon­vénients signalés ci-dessus. En faisant disparaître maintes règles ou exceptions, en rendant compte de divers phénomènes par des règles plus générales, en établissant des classements à l’aide de critères plus commodes nous ne faisons qu’un pas dans cette voie ! ».

18   Les travaux de grammaire historique française se situent trop souvent à l’écart d’analyses morphologiques structurales (voir p.ex. de La Chaussée 1977 ; Zink 1989).

19   Il s’agit chaque fois de verbes soit en -ir, en -oir ou en -re (et du verbe aller). Signalons quelques problèmes :
– A la p. 323, l’auteur pose un radical [valwa] pour valoir : il faut alors expliquer les formes sans [wa] à l’indicatif présent par une suppression de [wa-] qui serait sans parallèle structural dans la morphologie verbale française (l’indicatif présent maintient le radical pour toutes les formes, ou supprime la dernière consonne du radical pour les formes du sin­gulier, avec éventuellement une diphtongaison sous l’accent : cf. battonsbats /bat-/ – /ba-/ ; recevonsreçois /r´s´v/ – /r´s´!⁄ --> r´swa/) ;
– A la p. 324, le statut de « [y] » dans résolut est incompréhensible : apparemment il s’agit d’un élément « inséré » selon l’auteur, mais ne faut-il pas considérer [y] comme un morphème alternant du passé simple ?
– Pour boire (p. 326), l’auteur admet dans l’application des règles pour le passé simple un « chan­gement de classe » : mais que reste-t-il alors de l’idée d’un calcul algorithmique de la flexion ?
– On se demande ce que l’auteur entend encore par « règle », quand il décrit certains cas (comme le changement alv pour aller : allons - va) par une « règle d’alternance » ;
– A la p. 384, l’auteur présente deux règles qui concernent le verbe vivre ; la première rend compte du morphème (alternant) /vek/ de vécut (etc.), la deuxième explique la voyelle [y] (on a la forme vécut, et non *véquit). Voici la formulation de ces deux règles :
(R 135) iv → ek/ + v — + + [+ pas]
(R 136) Ø → + Y/ + vek — + + [+ pas]
On ne comprend plus alors le sens du renvoi contextuel « + + [+ pas] » : si dans (R 135) on peut l’interpréter comme correspondant au morphème alternant [y], la règle (R 136) ex­clut une telle interprétation vu que /y/ y figure dans la partie (à gauche) qui introduit ou dérive les unités ;
– A la p. 421, on trouve un groupement des radicaux selon leur phonème final ; il n’y est pas question des morphèmes alternants des radicaux, et la liste est incomplète (les verbes du type connaître, du type croire et voir n’y figurent pas, et on voit mal où l’auteur clas­se­rait les verbes du type joindre, ceindre) et discutable (servir aurait un radical en -i, et finir un radical en /++i/ ; pour servir, je partirais de /sεrv/ et pour finir de /finis/).

20 Pour une analyse plus approfondie, voir notre compte rendu (Swiggers 1989).

21 D’importants précurseurs dans ce domaine ont été Arsène Darmesteter et Kristoffer Nyrop.

22 Pour un traitement plus global de la préfixation, voir le travail de Weidenbusch (1993).

23 Voir à ce propos le travail de Zwanenburg (1983).

24 Voir Swiggers et Verlinde (1988).

25 L’objectif du groupe SILEX est d’élaborer une grammaire dérivationnelle explicite et un dictionnaire dérivationnel du français.

26 De cette façon se trouve (re)valorisée l’idée du lexique comme un champ de régularités.

27 Dans le présent aperçu, il est impossible de faire justice à la richesse du modèle de morpho­logie dérivationnelle développé par D. Corbin et ses collaborateurs ; on se reportera à Corbin (1987) et au recueil d’études à portée théorique du groupe SILEX (Corbin éd. 1991), ainsi qu’à Temple (1996).

28 Un mot construit répond aux exigences suivantes :
– Les constituants de sa structure morphologique profonde doivent tous être caté­go­ri­sables et associables à un sens, de façon reproductible ;
– Son sens prédictible et sa structure morphologique profonde doivent être compo­sition­nels l’un par rapport à l’autre ;
– Les éventuelles distorsions entre structure morphologique et le sens prédictible / lexica­lisable doivent être explicables par des mécanismes réguliers.

29 On réagit par-là contre la conception « dissociative » de la grammaire générative.

30 Voir l’ouvrage théorique de Temple (1996), consacré à la sémantique des mots construits ; ce travail s’insère dans les recherches du groupe SILEX.

31 Le mot construit a une référence extralinguistique, ce qui a pour conséquence qu’un même sens prédictible est susceptible de se réaliser différemment dans plusieurs domaines réfé­ren­tiels et de créer ainsi un effet d’hétérogénéité superficielle.

32 Entre autres par les règles d’allomorphie et les processus de troncation.

33 Voir à ce propos par exemple Mayerthaler (1977).

Top of page

References

Bibliographical reference

Pierre Swiggers, « 2. Le champ de la morphologie française : Bilan des études et perspectives de recherche », Modèles linguistiques, 42 | 2000, 14-32.

Electronic reference

Pierre Swiggers, « 2. Le champ de la morphologie française : Bilan des études et perspectives de recherche », Modèles linguistiques [Online], 42 | 2000, Online since 01 May 2017, connection on 05 March 2021. URL : http://journals.openedition.org/ml/1424 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ml.1424

Top of page

About the author

Pierre Swiggers

FWO et Centre international de dialectologie générale
Université de Leuven et de Liège

By this author

Top of page

Copyright

© Modèles Linguistiques

Top of page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search