Navigation – Plan du site

AccueilNuméros412. La langue, pierre d’achoppement

Texte intégral

1« Saussure : Paris - Genève – un siècle de linguistique » : je me contenterai de moins ! Mon hic et nunc (par phantasma) est Genève : décembre 1891. En tenant présent pourtant que 1891, pour Saussure, est l’année du retour de Paris à Genève.

  • 1 Compris dans un nouveau don de la famille de Saussure, il est à la BPU de Genève. L’auteur de ces l (...)

2Nous montrerons que 1891 est également, pour Saussure, le début d’une longue aventure. L’éclosion de la pensée qui conduit finalement au CLG a pu se produire à Paris ou même à Leipzig, nous n’en savons rien. Mais la première rédaction du livre – projeté mais jamais mené à bout – sur la linguistique générale, de la main de Saussure, date de décembre 18911.

  • 2 La langue = nœud psychique entre idée et signe CLG/1284 ; l’union de l’idée avec un signe vocal suf (...)
  • 3 Texte 2, ligne 8.

3Le titre de cette contribution veut traduire un sentiment exprimé par Saussure à plusieurs reprises et documenté dans les textes (1-3) qui suivent : celui d’avoir à communiquer une pensée qui tient du « scandale » et « scandalise » le lecteur. En particulier la conception d’« identité linguistique » exposée dans 3 lui est apparue comme un skandalon, la pierre d’achoppement qui fait trébucher, et vu que par extension cette « identité » ou « unité » linguistique coïncide avec sa vision de la langue2, la langue même est skandalon, à la différence de la conception de langue qu’ont des néogrammariens, des traditionalistes et ceux qui voient sa réalité dans le déroulement historique, reléguant l’état de fonction dans l’abstraction. Et il semble bien que la difficulté de faire comprendre tout cela explique la suite étonnante des textes restés secrets : l’« opuscule3 » De la double essence du langage de 1891, le Cahier Whitney, Status et motus, les Notes item – à tel effet que seule la contrainte de leçons orales, imposées dans le cadre universitaire, lui aura permis (avec combien d’hésitations pourtant) d’extérioriser publiquement sa pensée : oralement, instan­ta­né­ment, nullement destiné à une publication – dans la forme des Cours de 1907/12 que Bally et Sechehaye, dans une transformation arbitraire (mais combien heureuse), ont finalement livrés au monde.

  • 4 Par conséquent, la conférence du 7 novembre a été presque complètement consacrée à la lecture et à (...)
  • 5 Saussure à Paris, CFS 44, 1994, 75-90.

4Des quatre textes, 2, 3 et 4 sont tirés de la Double essence du langage. Il s’agira avant tout de les lire4 et de réaliser l’ampleur des problèmes indiqués. 1 repré­sente un témoignage externe que je dois à la belle publication de lettres de Saussure5 de Marc Décimo. Voici ces textes :

5Le premier de ces textes demande un élargissement. Saussure écrit pour remercier Gaston Paris d’un envoi laissé trop longtemps sans réponse :

Je voulais, au moment de vous exprimer mon remerciement, vous écrire avec quelque détail, et j’étais malheureusement pour moi à ce moment très en retard pour préparer les conférences d’ouverture de mon cours. Puis, le sujet de ces conférences m’a conduit à un travail tout nouveau où j’ai eu le tort de m’absorber ; voici cinq semaines, à ma confusion, que je n’ai pas écrit une lettre, de celles que j’avais le devoir et le désir d’écrire.

 La Chanson de Roland, où je m’étais enfoncé pendant bien des heures en suivant votre lumineux commentaire linguistique, m’avait justement ouvert bien des aperçus qui me manquaient beaucoup sur la marche du latin-français en me donnant un nouveau coup de fouet pour le travail, heureux ou malheureux, auquel je me livre. J’ose à peine vous en soumettre la pensée fondamentale : c’est que je crois qu’il n’y a point de phonétique (ou grammaire) historique, et que réciproquement il n’y a point de phonétique momentanée. Le lien entre des états de langue successifs se résumerait, bien examiné, au lien phoné­tique ; le lien entre les éléments d’un même état, inversement au lien morphologique, s’agît-il même en apparence de phonèmes sans valeur significative. Il y aurait opposition primordiale, et incompatibilité, entre la vue phonétique de la langue, qui suppose « suc­cession » et « abstraction totale du sens » — et la vue morphologique (gramma­ticale) qui suppose « unité d’époque » et « prise en considération du sens, valeur, emploi »… J’essaie de développer cette façon de voir ; il est clair toutefois qu’elle touche à toutes les questions premières, et qu’il est par conséquent bien difficile de savoir où arrêter son analyse.

6L’envoi dont il remercie est l’« Extrait de la Chanson de Roland et de la Vie de Saint-Louis par Jean de Joinville », publiés avec introduction, notes et glossaires complets, 2e éd., Paris 1889, comme l’annote Décimo. Il est significatif que Saussure considère ce travail philologique de Gaston Paris comme un appui im­por­tant à ses préoccupations théoriques et linguistiques. Les conférences d’inauguration sont évidemment celles de novembre 1891, classées N 1.1-3 par Godel (SM 36-39) et reproduites dans le CLG/E sous le sigle 3283-6. Le latin-français y est traité dans 3283, p. 23-5 :

<Je me réjouis vivement> que le premier romaniste de notre temps, le maître <incontesté qui dirige depuis 20 ans qu’il est tout le mouvement de la philologie>, M. Gaston Paris, n’ait pas cru inutile de déclarer <une> guerre <impitoyable> à deux de nos locutions les plus courantes et les plus innocentes en apparence : premiè­re­ment : le français vient du latin, ou <tel mot, par ex.> chanter vient du latin cantare […] / [et celle du] français fille du latin.

  • 6 Egalement repérable sur certaines feuilles.

7« Le travail, heureux ou malheureux », auquel il se livre à la suite des leçons inaugurales, doit correspondre, au moins en partie, aux « notes […] perdues dans des monceaux ; aussi ne saurais-je les retrouver » dont Saussure parlait à Gautier le 6 mai 1911 (SM, p. 30). Le résumé que Saussure en a fait à Gaston Paris couvre entièrement le contenu du dossier dont proviennent les textes 2 à 4. Néanmoins il n’est pas exclu que Saussure ait remit finalement la main dessus : une circonstance bizarre le suggère. Le document nous est parvenu en deux lots : le premier dans une enveloppe contenant une série considérable de feuilles – surtout du format 21 x 13.4, accompagnées de pochettes dans lesquelles elles avaient dû être glissées –, et portant l’inscription De la double essence (du langage), v.s.6, le deuxième, composé exclusivement de feuilles toutes du même format et quelques pochettes, également marquées, enfoui dans une masse désordonnée de feuilles volantes, de contenu très disparate, où j’ai pu identifier cependant quelques pages de préparation au troisième cours de linguistique générale (diversité géographique), des notes item, quelques anagrammes, et du papier du Buffet de la gare daté du temps des cours, tout cela correspondant aux occupations de Saussure dans les dernières années de sa vie. En outre, le premier lot contenait un petit carton avec dessus une citation de Whitney, le deuxième, le commentaire de cette même citation :

Whitney p. 41 :
En traitant séparément le double sujet des modi•fications de formes & des modifications de Sens• ds les mots, nous ne créons point une divi­sion• artificielle et ne faisons que reconnaître des• distinctions naturelles. Etc.

8On notera la date du 15 décembre ! D’autres datations concordantes peuvent se déduire ou sont mêmes notées in extenso.

  • 7 En outre, Mme Normand aurait aimé que les espaces vides, pleins de signification dans les manuscrit (...)

9Les textes 2 à 4 sont présentés ici, dans la colonne de gauche, en transcription « diplomatique » et, à droite, en bonne copie. La comparaison des deux colonnes permet facilement d’identifier les principes techniques adoptés ; je me limite donc à deux indications dont l’évidence n’apparaît pas immédiatement : le petit carré surélevé (•) indique la fin des lignes dans le manuscrit, le ( les segmentations en marge7. Le signe ” indique une suite de caractères non indistincts.

10Les raisons du choix du texte 2 ont été données. Pour 3 j’aimerais attirer l’attention sur la manière dont Saussure formule l’association particulière du signe linguistique : elle dépasse tout ce qu’on trouvera plus tard quant à sa singularité et complexité. Dès l’abord, l’articulation réciproque son - sens est indiquée, mais, en outre, une vision sémantique généralement cachée par Saussure fait surface dans l’évocation de la tâche « absurde » de compréhension devant laquelle est placé le linguiste : absurde y dit, comme le montreront les développements des textes qui suivent, « non réductible aux propriétés substantielles des sons et des concepts mais basé sur la négativité et la différence ». Ainsi le sens des unités n’est pas sim­ple­ment « donné » apparaissant tout au plus divisible en sens propre ou figuré, mais résulte partout du placement des unités, choisies à partir de séries asssociatives, dans une extension syntagmatique dans laquelle des oppositions se manifestent. Le sens des unités de langue découle ainsi de valeurs protéiformes, apparaît dans la parole extensible ou restrictible en fonction du contexte. Le terme absurde est à prendre au sérieux, et c’est selon cette interprétation que j’adopte définitivement – contrai­rement à l’opinion exprimée dans la discussion du 7 novembre – la lecture mouton portant mors de cuivre en complément aux « bœuf à la plaque d’or » et « plaque de fer attaché à un cheval » – unités tout aussi absurdes que celle de mors-mouton, à la différence qu’en elle, il y a non seulement infraction aux réalités, mais rupture d’un conditionnement réciproque linguistique (le mors appartenant au cheval).

11Du texte 4, qui est une sorte de « préface-postface » (il n’a certainement pas été écrit après coup), je noterai qu’il est du même esprit que l’aphorisme 3328 :

Quelques vérité qui se retrouvent […]. – […] – […] des limites entre lesquelles se retrouve constamment la vérité, d’où que l’on parte […],

12et qu’il signale dans cet opuscule ce qui vaut pour tout Saussure : la méfiance envers la coercition déductive et déformante. La théorie proposée se base sur l’induction (et des contrôles abductifs), elle n’est « systématique » que par la cohésion et une logique internes.

13Il reste à placer l’opuscule de la Double essence du langage dans l’ensemble des notes de linguistique générale de Saussure. Le fait nouveau et surprenant est la précocité de la théorie énoncée : presque tout (et même plus que ce que nous connaissions) se trouve déjà là en 1891 ! On avait souri de l’affirmation de Saussure, 1894 (Cahier Whitney), que « depuis des années », il était convaincu de la nature double, état et changement, de la linguistique. Or c’est vrai, et il faut ajouter qu’une préoccupation majeure de Saussure dans l’étude de l’accentuation litua­nien­ne (1887) était de vérifier si cette duplicité y jouait aussi : entre les Nouveaux documents de la BPU de Genève figure une masse de feuilles détachées de contexte qui y font allusion. On a voulu affirmer que les conférences inaugurales de 1891 n’étaient qu’une vue de néogrammairien qui cachait ou précédait la « révolution » saussurienne. Pour ma part, j’avais prétendu au contraire que Saussure y procédait (en s’appuyant précisément sur l’autorité de Gaston Paris) à la destruction de la notion traditionnelle de langue temporellement et spatialement délimitée pour faire place au fait de conscience et à la notion d’équilibre social. Je ne pense pas que l’apparition de l’opuscule de 1891 infirme cette vue, bien au contraire. La « nature double » y devient « double essence », ce qui inclut la « duplicité » son - sens. Natu­rel­lement, des problèmes de terminologie surviennent : Une opposition « pho­né­tique-morphologie » prend au cours de la rédaction le nom de « phonétique-sémiologie » – « sémiologie » réservée cependant encore au seul phénomène lin­guis­tique, ne devenant que plus tard (Notes item) une science dépassant le fait isolé. Dans les différentes étapes de sa réflexion – je conclus ainsi – Saussure a repris et pondéré sa matière, la présentant sous d’autres perspectives, l’enrichissant et l’adaptant.

14Un siècle de linguistique, et plus. Saussure a vécu avec les discussions de son temps : querelle à propos des Lautgesetze, polémique Meyer-Ascoli, qui lui a peut-être inspiré le théorème des points de vue ; il est devenu lui-même objet de querelles et de polémiques : la linguistique n’a fait qu’y gagner. Il est quand même curieux de le voir resurgir après ce siècle avec un texte de décembre 1891 entièrement inconnu.

Haut de page

Notes

1 Compris dans un nouveau don de la famille de Saussure, il est à la BPU de Genève. L’auteur de ces lignes a le privilège de trier et aider à classer le grand nombre de documents touchant à la linguistique. Pour des raisons évidentes, le public ne peut y avoir accès avant que ce classement soit terminé.

2 La langue = nœud psychique entre idée et signe CLG/1284 ; l’union de l’idée avec un signe vocal suffit à constituer la langue CLG/E 331.

3 Texte 2, ligne 8.

4 Par conséquent, la conférence du 7 novembre a été presque complètement consacrée à la lecture et à l’explication des mécanismes de transcription.

5 Saussure à Paris, CFS 44, 1994, 75-90.

6 Egalement repérable sur certaines feuilles.

7 En outre, Mme Normand aurait aimé que les espaces vides, pleins de signification dans les manuscrits saussuriens, soient mieux marqués : je chercherai une solution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rudolf Engler, « 2. La langue, pierre d’achoppement », Modèles linguistiques, 41 | 2000, 9-18.

Référence électronique

Rudolf Engler, « 2. La langue, pierre d’achoppement », Modèles linguistiques [En ligne], 41 | 2000, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 05 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/ml/1436 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ml.1436

Haut de page

Auteur

Rudolf Engler

Institut Ferdinand de Saussure
Université de Berne

Haut de page

Droits d’auteur

© Modèles Linguistiques

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search