Navigation – Plan du site

AccueilNuméros433. De Prague à Strasbourg :Phonét...

3. De Prague à Strasbourg :
Phonétique et phonologie du français chez Georges Gougenheim et Georges Straka

Pierre Swiggers
p. 21-44

Texte intégral

1Sous le titre « De Prague à Strasbourg », il m’a paru utile et justifié de rassembler l’œuvre de deux auteurs – l’un presque exclusivement francisant, l’autre romaniste, mais avec une forte spécialisation dans le domaine gallo-roman (où ses études franco­provençales resteront une référence incontournable) –, qui par le biais d’une formation philologique (dont l’empreinte se réaffirmera à la fin de leur carrière avec des études philologiques et lexicologiques) en sont venus à s’occuper de phonétique et de phonologie françaises. Leurs liens avec le Cercle linguistique de Prague sont bien différents : si Gougenheim s’est explicitement réclamé de la phonologie pra­goise, Straka a préféré la phonétique (telle qu’il l’avait apprise chez son maître pra­gois J. Chlumsky) à la phonologie, mais ses recherches en phonétique historique du français et des langues romanes constituent un apport essentiel à une phonologie diachronique (ou évolutive) qui se propose d’étudier les transitions entre systèmes.

2Dans ce qui suit, je me concentrerai sur leurs travaux phonétiques et phono­lo­giques, qui dans le cas de ces deux auteurs ne représentent qu’un aspect de leur œuvre riche et variée.

1. Georges Gougenheim (1900-1972)

  • 1 L’ouvrage a bénéficié des remarques de deux collègues strasbourgeois de Gougen­heim : Ernst Hoepffn (...)
  • 2 Gougenheim observe toutefois qu’il serait préférable de parler de « phonétique signi­ficative » ou (...)
  • 3 Ceux-ci sont identifiés d’abord aux sons (Gougenheim 1935 : 1). Par la suite, Gou­genheim (1935 : 1 (...)

3C’est en 1935 que Georges Gougenheim publie ses Éléments de phonologie fran­çai­se, dans la collection « Initiation – Méthode » de la Faculté des Lettres de l’Uni­ver­sité de Strasbourg, où l’auteur était maître de conférences1. L’ouvrage porte comme sous-titre « Étude descriptive des sons du français au point de vue fonction­nel » et l’auteur situe d’emblée son approche dans le cadre du structuralisme pragois. En effet, s’il renvoie à la notion saussurienne d’opposition comme base constitutive du système linguistique (et en particulier du sous-système phonologique) il s’écarte du sens que Saussure et Grammont (1933 : 9) avaient donné au terme de phonologie – en tant que phonétique générale et superposée aux langues concrètes –, et adopte la définition du Cercle linguistique de Prague2 : l’étude des phonèmes3 en tant qu’ils ont une valeur significative ou fonctionnelle. Il est quelque peu étonnant que l’auteur fasse ensuite la distinction entre opposition et nuance, non à partir d’une discrimina­tion entre [+ fonctionnel] et [– fonctionnel], mais en termes de perception publique, « normale » vs perception sélective et « spécialisée », comme il le dit lui-même :

  • 4 Comme exemples, il cite la nuance séparant le [k] plus appuyé de coque à celui, moins appuyé, de co (...)

Il est essentiel, dans l’étude phonologique d’une langue, de distinguer l’opposi­tion, nettement perçue par tout individu parlant et entendant normalement dans le groupe social envisagé, de la nuance, sensible seulement aux appareils enregistreurs ou aux observateurs spécialement attentifs. Seules les oppositions peuvent entrer en ligne de compte dans la phonologie. Les nuances sont souvent des vestiges d’an­ciennes oppositions (Gougenheim 1935 : 2)4.

4Dans son étude, Gougenheim propose la première description phonologique complète du français : celle-ci s’inspire des principes exposés par Troubetzkoy dans son article « Zur allgemeinen Theorie der phonologischen Vokalsysteme » (Trou­betz­koy 1929a) et appliqués par Vilém Mathesius dans ses descriptions du système phonologique de l’anglais et du tchèque (Mathesius 1929a, b). Signalons toutefois que si Gougenheim adopte l’essentiel de la terminologie proposée par le Cercle linguistique de Prague (Travaux du Cercle linguistique de Prague, vol. IV, p. 309 sv.), il adopte son propre système de transcription, un « alphabet phonolo­gique » qui est en fait un alphabet de symboles phonétiques avec des signes diacri­tiques (essentiellement des accents), les symboles étant imprimés en italiques.

5À sa description phonologique, Gougenheim ajoute une deuxième partie intitulée Morphologie, qui, conformément à la définition de Troubetzkoy (1929b), étudie les phonèmes en tant que ceux-ci entrent dans le système morphologique d’une langue.

6L’approche étant celle d’une phonologie systématique (ou « stabilisante »), on comprendra que la langue décrite est un français de référence non variationnel :

  • 5 Il aurait été préférable d’écrire ici la description ou la systématisation phonologique.
  • 6 L’auteur mentionne aussi la variation stylistique : par ex. la prononciation du théâtre (r apical a (...)

Nous avons pris pour base la prononciation parisienne moyenne, celle que décri­vent les traités de phonétique et qui est la nôtre propre. Si l’on considérait les prononciations provinciales, les faits apparaîtraient sous un jour assez différent : les régions qui ont gardé l’l mouillé ou l’h aspiré n’ont pas le même système phonolo­gique des consonnes que le parisien. En Normandie et ailleurs, il y a une véritable opposition, dont le système phonologique5 doit tenir compte, entre l’é de chanté et celui de chantée. Dans le français régional de Lorraine, où il n’existe pas de consonne sonore en fin de mot, l’opposition consonne sourde – consonne sonore n’a pas le même caractère que dans le français commun » (Gougenheim 1935 : 4)6

7La description phonologique du français que propose Gougenheim se divise en deux parties : la description des voyelles et celle des consonnes. À la différence de Troubetzkoy, Gougenheim ne fait pas appel à la notion de finalité et on notera aussi que l’auteur ne fait pas usage de la division tripartie, inspirée de Bühler (1934) entre fonction de représentation, fonction d’appel et fonction d’expression (par ex. pour deux intonations différentes du même mot). Mais la principale innovation de l’auteur par rapport à la terminologie du Cercle de Prague est l’introduction d’oppositions phonologiques binaires et ternaires, distinguées des corrélations et des oppositions phonologiques de phonèmes disjoints. Pour comprendre ceci, il faut présenter le cadre terminologique global de l’analyse.

8L’auteur distingue, au préalable, les variations extraphonologiques et les oppo­sitions phonologiques. Les premières sont non fonctionnelles. Elles sont soit pré­dic­tibles en fonction du contexte – et alors elles sont « combinatoires » – ou elles sont dues à des alternances stylistiques (par ex. la réalisation du e instable dans la diction de vers classiques) ou à des flottements individuels. Enfin, l’auteur y range aussi certains phénomènes de jonction, comme la réalisation du e instable en contexte d’élision ou devant h de non-liaison : il s’agit là, dans sa terminologie, de variations extraphonologiques concomitantes.

9On a donc :

10– variations extraphonologiques combinatoires : par ex. fermeture de o en finale absolue ;

11– variations extraphonologiques stylistiques : réalisation du e instable dans la dic­tion ;

12– variations extraphonologiques individuelles : par ex. sept [sεt] ou [sε] ; fait [fεt] ou [fε] ;

13– variations extraphonologiques concomitantes : l’être vs le hêtre.

  • 7 « Sous l’influence de la graphie et d’un enseignement primaire mal digéré, certaines personnes mult (...)

14Les variations extraphonologiques ne font pas, à proprement parler, partie de la description phonologique, mais il est évident que l’analyse en phonèmes présuppose leur reconnaissance comme variations extraphonologiques. De plus, les variations extraphonologiques combinatoires et concomitantes relèvent de la phonologie de groupes phonétiques et devraient faire partie de la description phonologique propre­ment dite. On notera à ce propos que les phénomènes de liaison – que Gou­genheim considère comme une forme de la variation extraphonologique combinatoire – reçoivent une analyse sommaire et d’ailleurs fort ambiguë. En effet, après avoir signalé les liaisons les plus fréquentes (en [°Z], en [°T], en [°N] – avec ou sans dénasalisation de la voyelle précédente), il reconnaît que les détails du fonctionne­ment des liaisons sont « assez complexes ». Et tout en maintenant leur statut de variations combinatoires, il signale le conditionnement « locutionnel » (pot au feu vs pot à tabac), stylistique et individuel7. Mais le manque de rigueur descriptive se manifeste le mieux quand l’auteur reconnaît que la liaison peut avoir une valeur « phonologique » (un savant anglaisun savan° T Anglais) et même une valeur morphonologique (liaison des formes du pluriel, par ex., en opposition avec le sin­gulier). En fait, les deux cas sont bel et bien des cas de variation morphophonolo­gique (à moins qu’on veuille poser savant adj. et savant subst. comme deux formes différentes).

15Le concept opératoire central est celui d’opposition. Gougenheim divise les op­positions phonologiques en 4 types :

16– les corrélations ou les oppositions de phonèmes corrélatifs ;

17– les oppositions phonologiques binaires ;

18– les oppositions phonologiques ternaires ;

19– les oppositions phonologiques de phonèmes disjoints.

20Les corrélations sont, dans les systèmes phonologiques ayant une certaine symétrie, les oppositions de base (et les oppositions les plus nombreuses). Elles sont constituées par des traits binaires : l’absence ou la présence de « caractères ». On s’attendrait à trouver ici seulement les caractères de type polaire (la corrélation étant celle d’un pôle x avec le pôle complémentaire), et non des caractères d’ordre scalaire. Gougenheim adopte une position ambiguë à ce propos : d’une part, il note que la corrélation ne peut résider dans une différence de point d’articulation ou d’ou­verture du phonème, mais il considère d’autre part les oppositions a vélaire –a pala­tal, ε – e, œø, o comme des corrélations, parce que ces « phonèmes sont sen­tis par les sujets parlants comme étroitement apparentés, et ils entrent dans la composition des archiphonèmes A, E, Œ, O » (Gougenheim 1935 : 15).

21Les oppositions phonologiques binaires sont constituées par les oppositions de phonèmes entre lesquels existe

une opposition phonologique de caractère binaire, sans qu’ils puissent entrer dans la composition des archiphonèmes (Gougenheim 1935 : 16).

22Il convient de noter d’emblée que la définition de Gougenheim présente deux défauts :

231. Elle utilise la notion de caractère binaire, ce qui nous ferait penser à une corré­la­tion réalisée par des traits à manifestation binaire. Or, Gougenheim a en vue ici un type de relation oppositive qui n’est pas (dans sa terminologie) une corrélation ;

  • 8 À part le fait que la notion d’archiphonème soulève un sérieux problème théorique (abandon du princ (...)

242. La condition ajoutée « sans qu’ils puissent entrer dans la composition des archi­phonèmes » sert à étayer le traitement de relations oppositives binaires pour le domaine des voyelles, mais il n’y a rien qui nous interdit d’appliquer la notion d’archiphonème (si du moins on veut l’utiliser)8 à l’ensemble des consonnes.

25On voit d’ailleurs qu’il manque un terme primitif dans cette axiomatique, à savoir celui de structure hiérarchique de traits (ou de caractères), par rapport auquel on peut définir ce qui est corrélation (à savoir opposition minimale au niveau hiérar­chique le plus bas) et ce qui est opposition binaire ou ternaire. Cela suppose­rait une hiérarchie du type suivant :

261. traits de dimension articulatoire : par ex. selon le mode d’articulation ;

272. traits de position articulatoire : par ex. selon le point d’articulation ;

283. traits de réalisation articulatoire par position p.

29Faute d’une telle hiérarchisation, on doit accepter les distinctions entre opposi­tions binaires et ternaires telles que les établit Gougenheim. Ainsi, comme opposi­tions binaires il mentionne œ – o, œ – ᴐ, ø – o, ø – ᴐ (voyelle palatale vs voyelle vélaire), mais aussi p – f (consonne occlusive vs consonne fricative).

  • 9 L’autre exemple fourni par Gougenheim est discutable : f – s– S est une opposition (ternaire) sur u (...)

30Les oppositions phonologiques ternaires sont constituées par les oppositions de phonèmes entre lesquels il y a une opposition de caractère ternaire : comme exem­ples Gougenheim mentionne l’opposition a – e / ε – i (en fait une opposition de double niveau) et l’opposition p – t – k (une opposition à un seul niveau, mais sur une échelle de trois positions, du moins pour le français)9.

31Finalement, il y a les oppositions phonologiques de phonèmes disjoints, qui sont constituées par l’opposition de phonèmes n’entrant pas dans les oppositions précédentes (comme exemples Gougenheim mentionne les oppositions ε – u, p – g, et aussi ε – l, comme dans payspli !).

32Ce qui me paraît particulièrement malheureux, c’est que Gougenheim – en cela il est fidèle à un principe du structuralisme pragois – retient aussi les oppositions du type phonème vs zéro (blanc / lent, mais aussi chantais / chante) : vu que zéro y change toujours de valeur (comme l’élément établit des oppositions à chaque fois différentes), une telle « mise en contraste » ne permet jamais de dire que ce qu’on oppose à zéro est un phonème (il pourrait aussi s’agir d’un allophone) ; de plus une telle démarche ne permet jamais de décider jusqu’où s’étend le champ de zéro (ou en d’autres termes : a-t-on à faire à un, deux, trois… zéros ?).

33Le dispositif des corrélations et des oppositions est appliqué ensuite au système des voyelles et des consonnes françaises. Dans le cas des voyelles, Gougenheim (1935 : 17) procède à partir d’un tableau d’archiphonèmes :

34C’est à partir de ce tableau qu’on obtient, par le jeu des corrélations [et secon­dai­rement et tertiairement, par celui des oppositions binaires et ternaires – qui sont en fait des oppositions construites sur un ensemble de corrélations], le tableau suivant des voyelles fondamentales :

35Comme le note Gougenheim, les voyelles fondamentales ne subissent pas, en prin­cipe, de variation extraphonologique : elles sont « indépendantes des conditions extra­phonologiques (phonèmes environnants, rythme de la phrase, etc.) » et ne con­sti­tuent jamais des variations concomitantes d’une opposition phonologique.

36Les corrélations phonologiques qui structurent le système vocalique français sont les suivantes (seule la première concerne un seul archiphonème) :

371. a palatal – A vélaire

382. voyelle ouverte – voyelle fermée

393. voyelle brève – voyelle longue

404. voyelle orale – voyelle nasale

415. voyelle – voyelle-consonne

426. voyelle nue – voyelle couverte

437. voyelle atone – voyelle tonique

448. voyelle intense – voyelle non intense (sans accent d’intensité).

45On notera que la dernière corrélation n’est en fait pas une opposition de pho­nè­mes et que l’avant-dernière corrélation affecte non un phonème, mais un constituant d’un groupe rythmique (en fait, le problème est plus complexe : il s’agit d’une configuration intonative sur des constituants et des sous-constituants de phrase : cf. l’exemple souvent cité de Grammont : « Et vous le vendez ? »).

  • 10 La raison pour laquelle Gougenheim préfère ce terme réside dans le fait que si la plupart des cas s (...)

46Quant à la corrélation « voyelle nue – voyelle couverte », il s’agit d’une corrélation à contexte réduit, vu qu’elle n’apparaît qu’à l’initiale du mot. La marque de corrélation réside dans le fait qu’un mot « à voyelle initiale couverte10 se com­porte comme un mot à consonne initiale » et empêche donc la liaison. Il n’y a que quelques cas où la corrélation existe à l’intérieur du mot : dehors, enhardie, rehaus­ser. Gougenheim observe que l’opposition en question est parfois de l’ordre de la va­riation extraphonologique, mais les exemples qu’il donne sont tous des cas de varia­tion morphophonologique (ou lexicale, dans un modèle lexicaliste).

  • 11 Le terme est utilisé par Gougenheim (1935 : 22 sv.).
  • 12 Sauf la corrélation « voyelle orale – voyelle nasale ».

47Les autres corrélations ne posent en général pas de problème du point de vue de leur statut, mais certaines d’entre elles (comme par ex. la corrélation a palatal – a vélaire) ont un rendement11 très faible12. Plusieurs d’entre elles sont accom­pagnées d’ailleurs de variations phonologiques concomitantes (par ex. òó, avec variation o bref ∞ o long : cote, cottecôte ; hottehôte, haute, ôte).

  • 13 Gougenheim utilise les symboles y, ẅ, w.
  • 14 Gougenheim (1935 : 26) : « Les oppositions i ∞ ḭ, ü ∞ ṷ, u ∞ ṷ présentent dans leur ensemble le car (...)
  • 15 À la p. 26, Gougenheim a tort de présenter la semi-voyelle dans trois, froid comme la semi-voyelle (...)

48La corrélation « voyelle – voyelle-consonne » mérite toutefois qu’on s’y arrête. Gougenheim traite sous cette rubrique des trois semi-voyelles (dont Martinet avait nié le statut phonologique) [j], [ɥ], [w]13. Notons d’abord que Gougenheim s’en tient ici, de façon traditionnelle, à trois semi-voyelles (rattachées aux voyelles fon­damentales fermées i, y, u)14, alors qu’il y a lieu de distinguer une quatrième semi-voyelle, celle correspondant à O (roi, croix, trois – roua, cloua, troua)15. Ensuite, on notera que Gougenheim est amené à distinguer deux types de [j] :

  • 16 Sauf dans louions, païen, noyer (Gougenheim 1935 : 25-26).

49– un élément [j] consonne, caractérisée par sa position postvocalique (et parfois in­tervocalique)16 ;

50– un élément [j] semi-voyelle, uniquement antévocalique, comme le sont [ɥ] et [w].

51La corrélation « voyelle – voyelle-consonne » est sujette à des variations extra­pho­nologiques individuelles (groin : [gRuἕ] ou [gRwἕ] ; quiet : [kɥiε] ou [kjε] ; gruyère : [gRɥijεR] ou [gRɥjεR]) et individuelles ou stylistiques (et rythmiques) quand le mot fait partie d’un paradigme (lier ; suer ; tuer, jouas ; rouas : réalisation avec voyelle ou semi-voyelle [la « voyelle-consonne » chez Gougenheim] ; et la diction dans les vers classiques : estropi-é ; passi-onné ; pi-eux ; générati-ons).

52On peut maintenant passer aux oppositions phonologiques.

53Quant aux oppositions phonologiques binaires, le système français en connaît trois :

54a. voyelle palatale arrondie ∞ voyelle palatale non arrondie (à noter qu’il ne s’agit pas d’une marque de corrélation ; cf. Gougenheim [1935 : 33 n.1] : le non-arrondissement n’est pas un caractère négatif) : par ex. sœur – serre ; nœud – nez ; brun – brin ;

55b. voyelle arrondie palatale ∞ voyelle arrondie vélaire : par ex. beurre – bord ; cœurcorps ; allons – alun ;

56c. [uniquement pour les voyelles nasales] : voyelle prononcée avec le maximum d’ouverture du canal buccal ∞ voyelle prononcée avec une ouverture moindre du canal buccal : par ex. pan – pain ; tendre – teindre ; an – un ; allant – alun.

57Les oppositions phonologiques ternaires sont au nombre de deux :

58a. voyelle palatale non arrondie ∞ voyelle palatale arrondie ∞ voyelle vélaire arron­die (cette opposition résulte des deux premières oppositions binaires) : père – peur – port ; mère – meurt – mort ; scie – sue – sou ;

59b. voyelle prononcée avec une ouverture maximale du canal buccal ∞ voyelle pro­noncée avec une ouverture intermédiaire du canal buccal ∞ voyelle prononcée avec une ouverture minimale du canal buccal : bas – baie – bis ; gars – gai – gui ; bât – bœufs – bout ; pas – pot – pou (oppositions ternaires dans la nota­tion de Gougenheim : a – e – i ; a – œ – ü ; a – o – u).

60Les oppositions phonologiques de voyelles disjointes comprennent les opposi­tions non corrélatives, non binaires et non ternaires (par ex. [ε – y] ; [y – o]).

61Enfin, il importe de signaler que sous la rubrique « opposition phonologique entre voyelle et zéro phonique » (dont le fondement méthodologique même nous paraît erroné), Gougenheim traite d’un phénomène complexe, à savoir le statut du e instable (ǝ). Le ǝ ne figure pas dans son tableau de phonèmes et Gougenheim en parle en termes de variation extraphonologique. Mais il est clair qu’il faut postuler un ǝ « stable » (et un phonème /ǝ/) pour rendre compte par ex. du contraste entre

nous fonderions – nous fondrions
nous monterions – nous montrions
haquenée – acné
belette – blette

  • 17 Cf. Pichon (1936 : 171) : « De même, l’[(oè)] instable (e muet des grammaires sco­laires) est sûrem (...)

62Il nous semble que Gougenheim aurait dû partir d’une distinction, dans l’étude d’un corpus, entre des ǝ stables et des ǝ instables, ces derniers étant soumis à des va­riations à conditionnement syntaxique (par ex. prends-le), syntactique (la loi des trois consonnes) stylistique et individuel17.

  • 18 Pour le n palatal et pour le s et z alvéo-palataux Gougenheim utilise les symboles n, s et z.

63On peut alors examiner la deuxième partie de la description phonologique chez Gougenheim : l’analyse du système consonantique français. Ici, Gougenheim (1935 : 41) ne part pas d’une série d’archiphonèmes, mais pose directement les uni­tés phonologiques18 :

64 occlusives [(p ∞ b) ∞ m] – [(t ∞ d) ∞ (n ∞ ɲ)] – [k ∞ g]

65 fricatives [f ∞ v] – [s ∞ z] – [ʃ ∞ ʒ] – j

66 liquides l

67 r

68Ce système est également constitué par des corrélations et secondairement et ter­tiairement par des oppositions phonologiques binaires et ternaires.

69Les corrélations phonologiques sont au nombre de quatre :

701. consonne sourde – consonne sonore ;

712. consonne orale – consonne nasale [à notre avis, ceci est plutôt une opposition binaire] ;

723. consonne non mouillée – consonne mouillée ;

734. consonne simple – consonne géminée.

  • 19 Comme le note Gougenheim (1935 : 43), la « corrélation en position finale mérite d’être relevée : e (...)

74Si la première corrélation ne pose pas de problèmes (vu qu’elle est récurrente à travers la série des occlusives et celles des fricatives et qu’elle a un haut rendement fonctionnel en raison de sa pertinence en position initiale, intérieure et finale19), les trois autres appellent quelques remarques. Ainsi la corrélation « consonne orale – consonne nasale » n’est-elle pas à proprement parler une corrélation : c’est une op­position binaire, comme l’est celle des consonnes occlusives et des consonnes frica­tives. De plus, elle ne saurait être qualifiée de « corrélation » pour la simple raison qu’elle implique trois unités : l’occlusive orale sonore, l’occlusive orale sourde et la nasale (que Gougenheim fait figurer parmi les occlusives).

75Quant à la corrélation « consonne non mouillée – consonne mouillée », elle n’existe que pour le couple n –ɲ, le couple l – λ n’ayant plus de pertinence en français parisien. Ici il faut toutefois se demander si la systématisation phonologique de Gougenheim n’aurait pas gagné à poser une série de nasales à côté des occlusives et des fricatives, et d’y intégrer alors m, n, ɲ, et aussi ƞ (ce dernier élément n’est pas mentionné par Gougenheim).

76Enfin, la corrélation « consonne simple – consonne géminée » a souvent, comme le reconnaît Gougenheim, le statut d’une variation extraphonologique stylis­tique ou individuelle. L’auteur y reconnaît une corrélation phonologique à cause de son emploi dans les futurs et conditionnels des verbes courir, mourir et à cause de certains contrastes qui s’établissent à la suite de la chute d’un ´ instable : il se taira – il se terrera. Mais il s’agit là de contrastes qui impliquent une alternance morpho­phonologique pour l’un des membres de la paire, tout comme on a des cas analogues en contexte syntactique : tu listu le lis, il aimeil l’aime. Il nous semble incor­rect d’y voir des oppositions phonologiques corrélatives.

77Le système consonantique du français repose sur 3 oppositions binaires :

781. consonne occlusive – consonne fricative ;

792. consonne labiale – consonne dentale ;

803. liquide l – liquide r.

81La deuxième opposition ne s’applique qu’aux consonnes nasales et, comme on l’a vu, en établissant une série de nasales m, n, ɲ, (ƞ), on pourrait faire l’économie de la corrélation « consonne mouillée – consonne non mouillée », de même que de l’oppo­sition phonologique binaire sous discussion (consonne labiale – consonne den­tale). On pourrait alors l’intégrer à la seule opposition ternaire que Gougenheim reconnaît : l’opposition « consonne labiale – consonne dentale – consonne vélo­pa­latale » (un léger désavantage de la description de Gougenheim est que de cette façon la consonne [j] reste hors système).

82On observe qu’en général le rendement fonctionnel des corrélations et des opposi­tions dans le système des consonnes françaises est très élevé.

  • 20 L’auteur a commis la même erreur dans son traitement des semi-consonnes (avec ou sans gémination ; (...)

83Il nous reste un mot à dire de l’opposition phonologique « consonne – zéro phonique ». S’il nous semble erroné de poser comme paires dame – âme, formeorme, marge – mage, il est certainement faux de dire que l’opposition consonne – zéro phonique a une importance « morphonologique » dans nous perdonsnous perdrons : ici le r a statut de morphème !20

  • 21 Voir Gougenheim (1935 : 51) : « Les noms de nombre cinq, huit, six, dix, parfois sept, sont prononc (...)

84L’intérêt réel du paragraphe consacré à l’opposition « consonne – zéro pho­nique » réside d’une part dans la discussion (beaucoup trop sommaire, il est vrai) des phénomènes de liaison (cf. supra) et d’autre part dans les observations sur la différenciation (lexicale et/ou grammaticale) « de deux emplois différents d’un même mot » (Gougenheim 1935 : 50), comme plus ([plys] ou [ply]), tous, soit et dans le repérage de nombreux cas de variation extraphonologique (individuelle, stylistique ou combinatoire : fait, but, donc et les numéraux21 cinq, six, dix, huit).

  • 22 Quelques années après, l’auteur appliquera la méthode pragoise au « système gramma­tical » du franç (...)

85En conclusion, les Éléments de phonologie française de Gougenheim sont la première tentative de description phonologique du français ; c’est aussi une des premières descriptions phonologiques « complètes » s’inspirant des principes du Cercle de Prague22.

  • 23 Cf. les remarques de Meillet et de Pichon : « Le petit livre de M. Gougenheim répond à un besoin ; (...)

86Le travail de Gougenheim, s’il fait preuve d’une pensée cohérente et originale à certains points de vue, n’est toutefois pas exempt d’erreurs de méthode et d’imprécisions définitionnelles. L’emploi de la notion d’archiphonème est assez malheureux (la notion aurait pu d’ailleurs être utilisée pour les consonnes), mais c’est surtout l’établissement d’oppositions phonologiques avec zéro qui constitue une sérieuse faille méthodologique. Du point de vue descriptif, l’ouvrage se ca­ractérise par une concentration trop forte sur une variété archaïsante23 du parisien, qui ne correspondait pas exactement au parisien commun.

2. Georges Straka (1910-1993)24

  • 24 Sur Straka et son œuvre, voir Swiggers (1993 ; éd. 1993 ; 1994).
  • 25 Il retournera ensuite à Prague pour y enseigner dans des lycées ; en 1940, il s’établira définitive (...)

87Fils d’un philologue et linguiste (et historien de la langue tchèque), Georges Straka, né à Tabor en Bohême, a fait des études de philologie slave et de philologie romane à l’Université Charles IV de Prague ; il poursuivra sa carrière en France (où il étudiera à l’École Normale Supérieure, à l’École Pratique des Hautes Études, au Collège de France et à l’École des Langues Orientales)25. Il fut surtout marqué par l’enseignement de Vladimír Buben, de Max Krepinsky et de Joseph Chlumsky, l’an­cien assistant de Rousselot.

Krepinskm’a introduit dans le romanisme néo-grammairien et, plus spécia­le­ment, dans l’œuvre du grand Meyer-Lübke, et ses recherches sur la chronologie rela­tive des changements phonétiques en français et dans les langues ibéro-romanes m’ont plus tard incité à aller plus loin et se trouvent à l’origine d’une partie de mes fu­turs travaux. Chlumsky ! m’a fait connaître et comprendre l’abbé Rousselot comme si j’avais été son élève direct, m’a largement familiarisé avec la phonétique, m’a initié au maniement des appareils, dont la radiographie des organes de la parole encore peu pratiquée à l’époque, et m’a donné le goût de chercher à expliquer, comme j’ai essayé de le faire par la suite, les causes physiologiques des cheminements phonétiques dans le passé. (Straka 1991 : 226).

88Il faut encore y ajouter l’influence, particulièrement importante pour la perspec­tive comparatiste et diachronique, de Karel Skála (alias Rocher), qui avait rédigé des manuels d’introduction au français, à l’ancien français, à l’espagnol et à l’italien, à partir du latin.

89La phonologie pragoise n’avait guère d’attrait pour le jeune Straka, même s’il a pris connaissance des travaux de Troubetzkoy :

Je n’ai pas fréquenté le Cercle Linguistique de Prague, pourtant réputé dès cette époque : son orientation ne m’attirait guère, la phonologie était pour moi une “phonétique de l’orée du bois” (Gardette), et même plus tard, je n’ai jamais pu me défaire entièrement de ce sentiment. (Straka 1991 : 226).

  • 26 L’intérêt de cette étude dépasse le domaine de l’albanais. D’une part, Straka relativise l’explicat (...)

90Pourtant, parmi ses premières publications en phonétique générale, on retiendra une tentative de redéfinir le phonème (Straka 1941a) – en interprétant le concept comme une entité phonétique –, une étude sur la prononciation cacuminale de l et n en albanais (dans laquelle il corrige les observations de G. Lowman ; Straka 1939)26 et une intéressante analyse sur la différence phonologique entre voyelles et consonnes (Straka 1941b). S’inspirant d’une remarque de Bogorodickij (1907), Straka s’est intéressé au rapport entre renforcement et affaiblissement articulatoire et leurs effets sur les voyelles et les consonnes : sous le renforcement, la voyelle s’ou­vre et la consonne se ferme, alors que sous l’affaiblissement l’inverse se produit. Straka en conclut que l’essentiel du travail articulatoire fourni pour les voyelles et de celui fourni pour les consonnes est exécuté par deux groupes de muscles articula­toires antagonistes, pour les voyelles par les muscles abaisseurs et pour les consonnes par les muscles élévateurs (Straka 1942a ; 1963).

  • 27 On trouvera la plupart de ces études réunies dans Straka (1979).
  • 28 «Si la naissance des palatales reflète, dans la langue et à l’époque où celles-ci appa­raissent, un (...)
  • 29 Comme le fait remarquer Straka (1964a), dans l’histoire phonétique du français, l’amu­ïs­sement de (...)
  • 30 Il s’agit plus particulièrement des transformations du r apical en r apical dévibré, r prédorso-alv (...)
  • 31 Pour Straka, la nasalisation est l’expression typique de l’affaiblissement physiolo­gique de l’orga (...)

91Dans une longue série de travaux27, s’échelonnant entre 1942 et 1965, Straka a appliqué à l’histoire des langues romanes et tout particulièrement à l’histoire du français des hypothèses ancrées dans des observations de phonétique expérimentale. Plus particulièrement, Straka s’est efforcé d’expliquer par l’augmentation ou la di­minution de la fermeté articulatoire un certain nombre de processus, comme les pala­talisations (Straka 1965b)28, l’apparition de yod transitoire (Straka 1954), les diph­tongaisons (Straka 1961), la vocalisation de l (Straka 1942b, 1968), l’amuïssement de s implosif (Straka 1964b)29, les traitements de r30 (Straka 1965a) et les nasali­sations et dénasalisations (Straka 1955)31.

92La grande synthèse sur ce point de doctrine est l’article de 1964, « L’évolution phonétique du latin au français sous l’effet de l’énergie et de la faiblesse articula­toires » (Straka 1964a). L’auteur y dresse un tableau complet des changements dus à l’énergie ou à la faiblesse articulatoires, depuis l’époque latine archaïque jusqu’au xiiie siècle. Straka, qui dans son essai d’explication se montre un néogrammairien souscrivant à l’uniformitarianisme, y constate le regroupement, à l’intérieur d’une période, de changements dus soit à l’énergie soit à l’affaiblissement des mou­ve­ments musculaires.

Cependant, dans le cas où, au cours d’une période donnée, on remarque, comme dans l’évolution du français du IVe au viie siècle et du XIe à la fin du xiie siècle, des séries de changements aussi bien parallèles que successifs provenant tous de l’affaiblissement des mouvements organiques ou de leur désorganisation, il semble qu’il faille y voir plutôt une conséquence d’un fait physiologique collectif, à savoir d’un amoindris­se­ment des mouvements articulatoires et d’une certaine inaptitude neuro-musculaire à exécuter complètement et à coordonner ces mouvements dans toute la masse de la po­pulation de l’aire linguistique et de l’époque en question. Or, cet amoindrissement de l’activité musculaire ne peut pas être attribué à une différence dans la constitution de l’organisme entre générations. En revanche, un état de fatigue prolongé dû à des conditions matérielles difficiles de la vie quotidienne, et surtout des déficiences mul­tiples et prolongées de la nutrition ne peuvent pas rester sans répercussions sur le fonctionnement des circuits neuro-musculaires dans la masse de la population. (Straka 1964a : 87-88)

  • 32 Voir aussi « Observations sur la chronologie relative et les dates de quelques modifi­cations phoné (...)

93L’apport méthodologique le plus important de Straka, lié directement à ses re­cherches en phonétique, est la mise au point de la théorie de la chronologie relative, appliquée aux langues romanes (cf. Straka 1953, 1956, 1959, 1964a, b, 1968). Déjà dans sa thèse de doctorat (Straka 1934), Straka s’était appliqué à suivre, de façon détaillée, la chronologie de l’amuïssement des consonnes finales en ancien français. Mais c’est dans les années 1953 à 1966 que la problématique de la chronologie rela­tive des changements phonétiques occupe l’avant-plan dans les recherches de Stra­ka : en témoignent les nombreux articles parus au cours de ces années, parmi les­quels se dégagent « La dislocation linguistique de la Romania et la formation des lan­gues romanes à la lumière de la chronologie relative des changements phoné­tiques » (1956) et « L’évolution phonétique du latin au français sous l’effet de l’énergie et de la faiblesse articulatoires » (1964a)32.

94Depuis Meyer-Lübke (Grammaire des langues romanes, vol. I, 1890 et Histo­rische Grammatik der französischen Sprache, 1908), le rapport chronologique entre les différents changements phonétiques survenus dans l’histoire des langues romanes a reçu l’attention des linguistes et philologues. Cependant, à quelques exceptions près (Elise Richter, Max Krepinsky, les recherches diachroniques portaient le plus souvent sur la datation des changements à partir des documents écrits, alors que les rapports entre ces changements n’étaient pas étudiés en détail. Or, l’analyse des rela­tions chronologiques entre les différents changements pho­né­ti­ques présuppose une solide base phonétique et linguistique. Georges Straka s’est rendu compte de la nécessité et de l’importance cruciale des travaux de chronologie relative ; il a ouvert de nouvelles perspectives en fixant le cadre méthodologique de ce type de recherche (cf. Swiggers 1993 ; Chambon 1997).

95C’est ainsi que l’auteur, en se basant sur un examen attentif des possibilités de changement phonétique et des évolutions réelles, propose la chronologie relative suivante pour l’évolution du latin depuis le premier siècle de notre ère :

961. allongement des voyelles accentuées en syllabe libre ;

972a. diphtongaison de E accentué (cf. tεpedu > tjεpedu ) ;

982b. affaiblissement des voyelles finales des proparoxytons en [\o (e ; ] (cf. tjεpedu> tjεpedė) ;

993. syncope de la voyelle posttonique entre m et t (cf. kōmetė > kōmtė) ;

1004. abrègement, devant l’entrave secondaire mt, des voyelles accentuées, antérieurement allongées (cf. kōmtė > kǒmtė) ;

1015. diphtongaison de ᴐ libre (cf. mᴐla > mwᴐla vs. kǒmtė : diphtongaison bloquée) ;

1026. syncope de la voyelle posttonique entre v et ta (cf. debita > debeta > deveta > devta) ;

1037. sonorisation des consonnes intervocaliques t, p… (cf. kōvetė> kōvedė);

1048. affaiblissement de b intervocalique secondaire en w ; ensuite w > v (cf. tjεpedė > tjεbedė > tjεvedė) ;

1059. syncope de la voyelle posttonique entre w et de %, et entre n et ve % (cf. kōvedė > kōvdė) ;

10610. abrègement, devant l’entrave secondaire vd et nv, des voyelles accentuées, antérieurement allongées (cf. kōvdė > kǒvdė) ;

10711. diphtongaison des voyelles fermées et de a en syllabe accentuée et libre :

108 a. ē > ej

109 b. ō > ow

110 c. ā > ae > aj (+ développement jaj dans contexte de palatalisation) ;

11112. effacement des voyelles finales suivies d’une consonne.

112Cette chronologie permet non seulement de dissocier dans le temps la diphton­gaison des voyelles ouvertes et celle des voyelles fermées, mais d’attribuer aussi une ancienneté plus grande à la diphtonguequ’à la diphtongue wᴐ. Straka situe la diphtongaison en au milieu du troisième siècle, et celle en wᴐ à la fin du troisième siècle (ou au début du quatrième). Le roumain connaît la première diph­tongaison, mais ignore la seconde, ce qui s’explique par le fait que la première diphtongaison a encore atteint la Dacie avant son isolement causé par l’évacuation en 271, alors que la seconde ne pouvait plus atteindre cette région. Le sarde ne connaît ni la première ni la seconde diphtongaison : c’est que déjà à la fin du second siècle la Sardaigne ne participait plus aux évolutions générales de la Romania.

113À côté de la classification chronologique des phénomènes phonétiques susmen­tionnés, quelques autres conclusions des recherches de Straka doivent être signalées :

1141. La chronologie de l’évolution opposition de longueur vocalique en latin passant à une différenciation en timbre dans les langues romanes ;

1152. La palatalisation des groupes ty et ky (début du second siècle) ;

1163. La palatalisation de k appuyé et inter­vocalique devant e et i ;

1174. L’évolution particulière du gallo-roman septentrional en ce qui concerne la syncope des voyelles posttoniques et prétoniques ;

1185. La particula­rité de la coupe syllabique en espagnol et en roumain (te-sta ; po-rtu ; se-pte).

  • 33 Cf. le dépliant qui accompagne l’article sur « La dislocation linguistique… »; ce schéma fournit un (...)

119Quant au gallo-roman septentrional, Straka a réussi à déterminer la position du françois [« francien »] (et des dialectes apparentés) à l’égard du provençal et à l’égard du normand et du picard, par une étude chronologique des phénomènes de palatalisa­tion. Sa conclusion est que dès le début du ve siècle, le Sud et le Nord de la Gaule ne formaient plus de communauté linguistique, et que dans le Nord une différenciation dialectale commençait à se profiler33.

120En 1993, Straka est revenu sur le problème méthodologique de la chronologie re­lative. Dans ce texte (Straka 1993), qui présente à la fois une synthèse et une mise au point de ses travaux dans ce domaine, il commence par définir la chronologie rela­tive :

La chronologie relative des changements, qui est d’essence purement linguistique, est basée sur l’analyse et la confrontation des changements eux-mêmes. Étant donné que, très souvent, ceux-ci ne peuvent se produire que dans des conditions déterminées, leur réalisation dépend fréquemment de celle de certains changements antérieurs qui, en revanche, peuvent empêcher diverses autres modifications attendues. La chronolo­gie relative, fondée sur les interdépendances de différents changements dans un idiome donné, est ainsi en mesure d’éclairer mieux que la chronologie absolue fondée sur des attestations, la succession des transformations de cet idiome dans le temps et, par­tant, sa formation, même s’il ne s’agit pas d’une langue écrite (Straka 1993 : 49-50).

  • 34 Il y a en effet des rapports de chronologie relative qui ne se laissent pas réduire à un schéma imp (...)

121Quels sont les types de rapports chronologiques entre les changements phoné­tiques ? Il y a essentiellement34 quatre types :

1221. Deux changements sont liés par un rapport de « si p, alors q » : le premier changement est la condition du second, qui ne peut commencer qu’après l’ac­com­plissement ou, au moins, le commencement, du premier. Straka reconnaît deux sous-types :

123C’est le rapport, en français et en espagnol, entre la sonorisation du /t/ intervoca­lique en /d/ et la spirantisation, voire l’amuïssement de ce dernier, par ex. PORTATA > fr. portede > fr. porteđ e > portée, AMATU > esp. amado > amađ o, etc. :

124 voytvoy > d ║ voydvoy >đ (>0)

125De même, c’est, en français, le rapport entre la nasalisation des /i/ et /y/ devant consonne nasale en /ĩ/ et /ў/ et l’ouverture de ces /ĩ/ et /ў/ en /ȇ/ et /ǿ/, puis /ἓ/ et // :

126 inas, ynas > ĩ, ў ║ ĩ, ў > ȇ, ǿ ║ ȇ, ǿ > ἓ,

127Dans les deux cas, tout simplement, c’est le résultat du premier changement qui a continué à évoluer.

128Dans d’autres cas, le second changement n’est pas une continuation du premier, mais il s’agit de l’évolution d’un autre phonème, conditionnée par le résultat du premier changement, ainsi dans CAELUM → ciel, il y a eu d’abord la monophtongaison de AE en /ε/, et puis seulement la palatalisation de K :

129 ae > ε ║ kε → pal.

130C’est aussi le rapport entre la palatalisation du /k/ devant /a/ et le changement de /a/ accentué en /ie/ dans CARU → chier, CAPRA → chievre, etc. :

131 ka → palatalisation ║ pal a [ → ie (Straka 1993 : 50-51).

1322. Un second rapport est de l’ordre « si p, alors non-q » : un changement qui s’est produit a empêché un autre de se réaliser.

133C’est ainsi que, dans COMITE → comte, SEMITA → sente, DEBITA → dette, AMITA → ante, il n’y a pas eu de sonorisation du /t/ intervocalique, parce que /i/ post­tonique s’était syncopé avant l’époque de la sonorisation et a ainsi empêché celle-ci de se produire dans les mots en question :

134L’examen de ces mêmes mots nous permet de constater en même temps que la syncope y est antérieure à l’époque des diphtongaisons des voyelles en syllabe libre qui, de ce fait, n’ont pas eu lieu dans ces mots :

1353. Le troisième type de rapport est de l’ordre « si non-p, alors non-q » : un chan­ge­ment n’a pas eu lieu parce qu’un autre ne s’était pas encore produit.

136Ainsi dans RUPTA → rote, route, APTU → ate (FEW 25, 62a) ou dans DEBITA → *devtadette, GABATA → *javtejatte, il n’y a pas eu de sonorisation du /t/, ni de diphtongaison des /o/, /e/, /a/, parce que la simplification des groupes conso­nan­tiques primaires et secondaires /pt/ > /t/ et /vt/ (ou /ft/) > /t/ a été postérieure à l’épo­que de la sonorisation et à celle des diphtongaisons des voyelles en syllabe libre :

137et

138e → ei ║

139o → ou ║ pt > t

140a → ae ║ vt > ft > t

141Le même raisonnement est valable pour le rapport entre la sonorisation des consonnes intervocaliques et les diphtongaisons des /e/, /o/ et /a/ d’un côté et la sim­plification des consonnes géminées de l’autre :

142Ainsi FISSA → fesse, GUTTA → gote, goute, CAPPA → chape, etc., sans diphtongai­son et avec la consonne intervocalique sourde. Là, il est vrai, d’aucuns font valoir que les deux changements auraient pu se produire parallèlement, simul­tanément :

143t > d

144tt > t

145mais alors, on se serait attendu à ce que l’un des deux l’emporte dans tel mot et l’autre dans tel autre, ce qui se passe généralement, quand deux changements sont contempo­rains, or ce n’est pas le cas ici » (Straka 1993 : 52).

  • 35 Ou plus explicitement : « si p, alors q et que non-p au seuil temporel T°, alors q ».

1464. Enfin, le dernier type de rapport correspond à la formule « si non-p, alors q »35 : un changement a pu se réaliser parce qu’il s’est produit avant un autre qui en aurait empêché la réalisation.

147Ainsi, dans FEMITA → fiente ou FREMITU → friente, il y a eu diphtongaison de /E/ parce que l’/i/ posttonique n’était pas encore syncopé :

36

148ou, dans DEBET → *deivet → *deiftdeit « il doit », il y a eu celle de /e/ fermé en /ei/ parce que l’/e/ final entre /v/ et /t/ se prononçait encore à l’époque de cette diph­tongaison :

149ou encore, dans CAUSA → chose, CAULEM → chol « chou », /k/ devant /a/ a dû commencer à se palataliser dès avant la monophontongaison de /au/ en //, cette dernière voyelle ne pouvant avoir d’influence palatalisante sur la vélaire précédente (cf. corps) :

150 ka → palatalisation ║ au > ᴐ (Straka 1993 : 53).

151Comme on le sait, ces quatre types de rapports ont reçu des termes méta­pho­ri­ques dans la théorisation générative ; Paul Kiparsky (1968 ; 1982) parle respective­ment de :

1521. feeding, « alimentation » ;

1532. bleeding, « écoulement de sang (ou de sève) » ;

1543. counterfeeding, « contre-alimentation »;

1554. counterbleeding, « contre-saignée ».

  • 37 Straka s’appuie à ce propos sur les observations de Gauchat concernant le temps que nécessite l’act (...)

156Comme l’a fait remarquer Straka (en répondant à une interprétation erronée de Pensado Ruíz [1983, 1984] de la théorie de la chronologie relative), la chronologie relative ne peut être transformée en une chaîne chronologique absolue et les rapports de succession doivent être couplés avec des générations de locuteurs37. Corrigeant ainsi ses propres travaux des années 1950 et 1960, Straka en est arrivé à une harmo­nisation d’une technique diachronique et comparatiste d’une part et d’enseigne­ments qu’on peut tirer de la dialectologie et de la sociolinguistique d’autre part :

De même, on observe que les changements ne se produisent pas toujours à un même mo­ment chez tous les locuteurs, ni sur le plan diatopique (il y a des différences géo­gra­phi­ques), ni sur le plan diastratique (les changements commencent généra­lement dans la langue populaire avant d’être adoptés par tout le monde), ni même chez tous les locuteurs d’un même niveau et à un même endroit. Enfin, les chan­gements n’atteignent pas néces­sai­rement tous les mots concernés à un même mo­ment ; ainsi, il a pu y avoir des diffé­rences chronologiques entre la diphtongaison dans FREMITU et dans PEDEM, dans MOVITA et dans MOLA, sans que ces différences puissent évidemment être démontrées (Straka 1993 : 59-60).

  • 38 Voir à ce propos l’évaluation judicieuse de Chambon (1997 : 116) : « La phonolo­gie clas­si­que, ce (...)

157Avec l’œuvre de Georges Straka on est confronté à une orientation spécifique à partir de la linguistique pragoise (qui ne se limitait pas à la seule phonologie). Alors que Gougenheim s’intéressait au système, Straka s’est toujours intéressé à l’histoire de processus phonético-phonologiques et à leur restructuration par les sujets parlants (cf. ses études sur le langage des femmes et sur la prononciation parisienne). Histo­rien des processus phonétiques et historien de la prononciation française (Straka 1981, 1985), Straka a voulu faire de la phonologie diachronique une véritable phoné­tique évolutive38. Son « opposition » à la phonologie (abstraite) découlait en premier lieu d’une volonté de l’enrichir empiriquement, par des données expéri­mentales et par les acquis de la phonétique historique.

Haut de page

Bibliographie

Bogorodickij V.A. 1907, Obs*c*ij kurs russkoj grammatiki, Moscou.

Bühler Karl, 1934, Sprachtheorie, Jena, Fischer.

Chambon Jean-Pierre, 1997, « Aspects de l’œuvre linguistique de Georges Straka : chro­no­lo­gie relative et histoire des faits phoniques », Orbis 39, 97-126.

Damourette Jacques et Pichon Édouard, 1911-1940, Des mots à la pensée, Essai de grammaire de la langue française, Paris, d’Artrey.

Doroszewski Witold, 1931, « Autour du phonème », Travaux du Cercle Linguistique de Prague 4, 61-74.

Gougenheim Georges, 1935, Éléments de phonologie française, Étude descriptive des sons du français au point de vue fonctionnel, Strasbourg, Public. de la Faculté des Lettres.

Gougenheim Georges, 1939, Système grammatical de la langue française, Paris, d’Artrey.

Grammont Maurice, 1933, Traité de phonétique, Paris, Delagrave.

Kiparsky Paul, 1968, « Linguistic Universals and Linguistic Change », in E. Bach et R.T. Harms (éds), Universals in Linguistic Theory, 171-202, New York, Holt, Rinehart and Winston.

Kiparsky Paul, 1982, Explanation in Phonology, Dordrecht, Foris.

Mathesius Vilém, 1929a, « La structure phonologique du lexique du tchèque moderne », Travaux du Cercle Linguistique de Prague 1, 67-84.

Mathesius Vilém, 1929b, « On the Phonological System of Modern English », in Donum natalicium J, Schrijnen, 46-53, Nijmegen, Dekker - van de Vegt.

Meillet Antoine, 1936, c.r. de Gougenheim 1935, Bulletin de la Société de Linguistique de Paris 37, 79-80.

Meyer-Lübke Wilhelm, 1890, Grammaire des langues romanes, Vol, I, Phonétique, Paris, Welter [Trad. française de : Grammatik der romanischen Sprachen, Band I, Lautlehre, Leipzig, Fues, 1890].

Meyer-Lübke Wilhelm, 1908, Historische Grammatik der französischen Sprache, Heidelberg, Winter.

Millardet Georges, 1933, « Sur un ancien substrat commun à la Sicile, la Corse et la Sardaigne », Revue de linguistique romane 9, 346-369.

Pensado Ruíz, Carmen, 1983, El orden histórico de los procesos fonológicos, Sala­manca, Universidad de Salamanca.

Pensado Ruíz, Carmen, 1984, Cronología relativa del castellano, Salamanca, Universi­dad de Salamanca.

Pichon Édouard, 1936, c.r. de Gougenheim 1935, Le français moderne 4, 169-173.

Straka Georges, 1934, Contribution à l’étude de l’amuïssement des consonnes finales en ancien français [Thèse de doctorat, Prague].

Straka Georges, 1939, « Une particularité intéressante de la phonétique albanaise », asopis pro moderní filologii 26, 32-37.

Straka Georges, 1941a, « Sur la définition du phonème », Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg 20, 65-77.

Straka Georges, 1941b, « Voyelle et consonne, mise au point de la question relative à la distinction des deux groupes », Bulletin linguistique 9, 29-39.

Straka Georges, 1942a, « Notes de phonétique générale et expérimentale », Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg 21, 1-22.

Straka Georges, 1942b, « Notes sur la vocalisation de l’L », Bulletin linguistique 10, 5-34.

Straka Georges, 1952, « La prononciation parisienne ; ses divers aspects (Intro­duc­tion à l’étude de la prononciation du français moderne) », Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg 30, 212-225 ; 239-253.

Straka Georges, 1953, « Observations sur la chronologie relative et les dates de quelques mo­di­fi­cations phonétiques en roman et en français prélittéraire », Revue des langues romanes 71, 247-307.

Straka Georges, 1954, « Encore ANTE – *ANTIUS – a.fr. ainz », in Mélanges Charles Bru­neau, 69-83, Genève, Droz.

Straka Georges, 1955, « Remarques sur les voyelles nasales, leur origine et leur évolution en français », Revue de linguistique romane 19, 245-274.

Straka Georges, 1956, « La dislocation linguistique de la Romania et la formation des langues romanes à la lumière de la chronologie relative des changements pho­né­tiques », Revue de linguistique romane 20, 249-267.

Straka Georges, 1958, Principales tendances de l’évolution phonétique du latin au français, Étude de chronologie relative et de phonétique générale et expérimentale appliquées à la phonétique historique du français [Thèse de doctorat ès Lettres, Strasbourg].

Straka Georges, 1959, « Quelques contributions à la chronologie relative des change­ments phonétiques en français prélittéraire », in Atti dell’VIII Congresso internazionale di studi romanzi (Firenze, 1956), 437-443, Firenze, Sansoni.

Straka Georges, 1961, « Durée et timbre vocaliques : Observations de phonétique géné­rale appliquées à la phonétique historique des langues romanes », Zeitschrift für Phonetik 12, 276-300.

Straka Georges, 1963, « La division des sons du langage en voyelles et consonnes peut-elle être justifiée ? », Travaux de linguistique et de littérature 1, 17-99.

Straka Georges, 1964a, « L’évolution phonétique du latin au français sous l’effet de l’éner­gie et de la faiblesse articulatoires », Travaux de linguistique et de littérature 2, 1, 17-98.

Straka Georges, 1964b, « Remarques sur la “désarticulation” et l’amuïssement de l’s im­plo­sive », in Mélanges Maurice Delbouille, t, I, 607-628, Gembloux, Duculot.

Straka Georges, 1965a, « Contribution à l’histoire de la consonne r en français », Neu­phi­lo­lo­gische Mitteilungen 66 ( = Mélanges Veikko Väänänen), 572-606.

Straka Georges, 1965b, « Naissance et disparition des consonnes palatales dans l’évolution du latin au français », Travaux de linguistique et de littérature 3, 1, 117-168.

Straka Georges, 1968, « Contribution à la description et à l’histoire des consonnes L », Travaux de linguistique et de littérature 6, 1, 267-326.

Straka Georges, 1979, Les sons et les mots, Choix d’études de phonétique et de linguis­tique, Paris, Klincksieck.

Straka Georges, 1981, « Sur la formation de la prononciation française d’aujour­d’hui », Travaux de linguistique et de littérature 19/1, 161-248.

Straka Georges, 1985, « Les rimes classiques et la prononciation française de l’épo­que », Travaux de linguistique et de littérature 23/1, 62-138.

Straka Georges, 1990, « Phonétique et phonématique [du français] », in Günter Holtus, Michael Metzeltin et Christian Schmitt (éds), Lexikon der romanis­ti­schen Linguistik, vol. V, 1, 1-33, Tübingen, Niemeyer.

Straka Georges, 1991, « De Tábor, en Bohême, à Strasbourg par Prague, Paris et Clermont-Ferrand », in Hans-Martin Gauger et Wolfgang Pöckl (éds), Wege in der Sprach­wissenschaft, Vierundvierzig autobiographische Berichte, 225-231, Tübingen, Narr.

Straka Georges, 1993, « Problèmes de chronologie relative », in Swiggers (éd.), 1993, 49-60.

Swiggers Pierre, 1993, « Georges Straka : notice biographique et bibliographique », in Swiggers (éd.), 1993, 8-45.

Swiggers Pierre (éd.), 1993, Georges Straka, Notice biographique et bibliographique, suivie de l’exposé « Problèmes de chronologie relative », Louvain, Peeters.

Swiggers Pierre, 1994, « Georges Straka (1910-1993) », Orbis 37, 593-602.

Troubetzkoy Nicolaj S., 1929a, « Zur allgemeinen Theorie der phonologischen Vokal­systeme », Travaux du Cercle Linguistique de Prague 1, 39-67.

Troubetzkoy Nicolaj S., 1929b, « Sur la morphonologie », Travaux du Cercle Linguis­tique de Prague 1, 85-88.

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage a bénéficié des remarques de deux collègues strasbourgeois de Gougen­heim : Ernst Hoepffner et Lucien Tesnière.

2 Gougenheim observe toutefois qu’il serait préférable de parler de « phonétique signi­ficative » ou de « phonétique fonctionnelle » – dénominations proposées par de Groot et Tesnière.

3 Ceux-ci sont identifiés d’abord aux sons (Gougenheim 1935 : 1). Par la suite, Gou­genheim (1935 : 13) propose une définition plus précise : par phonème, il entend une « unité phonologique non susceptible d’être dissociée en unités phonologiques plus petites », définition empruntée aux Travaux du Cercle linguistique de Prague (vol. IV, 313). Cf. Doroszewski (1931).

4 Comme exemples, il cite la nuance séparant le [k] plus appuyé de coque à celui, moins appuyé, de coq (cf. Damourette – Pichon 1911-1940, t. I : 194) et l’allongement de [e] dans chantée (vs chanté).

5 Il aurait été préférable d’écrire ici la description ou la systématisation phonologique.

6 L’auteur mentionne aussi la variation stylistique : par ex. la prononciation du théâtre (r apical au lieu de r dorsal).

7 « Sous l’influence de la graphie et d’un enseignement primaire mal digéré, certaines personnes multiplient les liaisons à l’excès » (Gougenheim 1935 : 52).

8 À part le fait que la notion d’archiphonème soulève un sérieux problème théorique (abandon du principe de la distinctivité phonologique combiné avec l’établissement d’une réduction au plan du système phonologique !), il faut noter que l’emploi qu’en fait Gougenheim est critiquable. Cf. l’observation pertinente de Pichon : « De fait, si l’on se contente d’appeler archiphonème “l’élément commun à deux ou plusieurs phonèmes corrélatifs”, on ne voit pas pourquoi tout caractère phonétique ne serait pas élevé au rang auguste d’archiphonème : le caractère occlusif sourd constituerait par exemple un archiphonème k / t / p, aussi bien que le caractère occlusif labial un ar­chiphonème p / b / m. Admettre pour le français, comme le fait M.G., un archi­pho­nème p / b nous paraît peu justifié » (Pichon 1936 : 170).

9 L’autre exemple fourni par Gougenheim est discutable : f – s– S est une opposition (ternaire) sur une échelle où il y a 4 positions en français (vu que Gougenheim considère [j] aussi comme une fricative). Cf. Gougenheim (1935 : 41).

10 La raison pour laquelle Gougenheim préfère ce terme réside dans le fait que si la plupart des cas sont des exemples de mots ayant à l’initiale un ancien h aspiré, il y a aussi des cas où la voyelle couverte est une voyelle ou semi-voyelle non précédée de h : le un, le huit(ième), le onze / onzième, le yacht, le uhlan.

11 Le terme est utilisé par Gougenheim (1935 : 22 sv.).

12 Sauf la corrélation « voyelle orale – voyelle nasale ».

13 Gougenheim utilise les symboles y, ẅ, w.

14 Gougenheim (1935 : 26) : « Les oppositions i ∞ ḭ, ü ∞ ṷ, u ∞ ṷ présentent dans leur ensemble le caractère de variations extraphonologiques combinatoires : d’une façon générale, ḭ, ṷ, ṷ sont les variantes antévocaliques des voyelles fon­damentales I, U, Ü ».

15 À la p. 26, Gougenheim a tort de présenter la semi-voyelle dans trois, froid comme la semi-voyelle de [u].

16 Sauf dans louions, païen, noyer (Gougenheim 1935 : 25-26).

17 Cf. Pichon (1936 : 171) : « De même, l’[(oè)] instable (e muet des grammaires sco­laires) est sûrement un phonotype, très caractéristique du français et doit être compté comme tel. J’accorde pleinement à M.G. que l’emploi respectif des muances d’un même mot – comme [foènè:tr] (une fenêtre), [fnè :tr] (être à la fenêtre), [fnètroè] (à la fenêtre haute), [foènè:troè] (on appelle cet orifice la fenêtre ronde) – est quelque chose de stylistique, au sens très étendu que M. Bally et son école donnent à ce terme ; mais la possibilité même de muer sur un ou deux points de sa suite phonétique est quelque chose qui distingue un vocable : cf. par exemple acné et haquenée ; d’où cette conséquence nécessaire qu’[(oè)] instable est un phonotype ».

18 Pour le n palatal et pour le s et z alvéo-palataux Gougenheim utilise les symboles n, s et z.

19 Comme le note Gougenheim (1935 : 43), la « corrélation en position finale mérite d’être relevée : elle est très nette en français comme en anglais alors qu’elle n’existe ni en alle­mand, ni dans les langues slaves où les consonnes sonores s’assourdissent à la finale ».

20 L’auteur a commis la même erreur dans son traitement des semi-consonnes (avec ou sans gémination ; Gougenheim 1935 : 72) ; cette erreur a été signalée par Pichon : « C’est peut-être aussi à cette influence qu’il faut rapporter la stupéfiante affirmation que la différence de prononciation entre rions et riions, brillons et brillions, etc. n’est qu’une nuance négligeable, alors qu’elle est pour nous, avec sa valeur grammati­cale, une distinction capitale, dont la réalisation phonétique ne fait jamais défaut et dont l’omission par autrui nous semble extrêmement choquante » (Pichon 1936 : 172-173).

21 Voir Gougenheim (1935 : 51) : « Les noms de nombre cinq, huit, six, dix, parfois sept, sont prononcés sans consonne finale devant un mot à initiale consonantique ou à initiale vocalique couverte : cin(q) francs, hui(t) chevaux, si(x) personnes, di(x) haches ; et avec consonne finale devant un mot à initiale vocalique nue et devant une ponctuation forte. Tandis que pour cinq et huit les consonnes finales sont toujours les sourdes k et t, pour six et dix la consonne finale est la sourde s devant une ponctuation forte, la sonore z devant une voyelle nue [...] De plus pour cinq la variation sksest aussi stylistique : la prononciation existe même devant consonne avec une valeur d’insistance, pour bien faire entendre le nom de nombre : Combien coûte cet objet ? – Cinq (s) francs. – Combien ? – Cinq (sk) francs ».

22 Quelques années après, l’auteur appliquera la méthode pragoise au « système gramma­tical » du français, avec moins de bonheur (Gougenheim 1939).

23 Cf. les remarques de Meillet et de Pichon : « Le petit livre de M. Gougenheim répond à un besoin ; rien de pareil n’avait encore été fait. Il sera utile aux étudiants qui s’intéressent à la structure du français. Un défaut qu’on pourrait y signaler consiste en ceci que les détails de la langue actuelle n’y sont pas mis suffisamment en valeur. Il lui arrive de se servir de faits périmés ; ainsi, p. 27, il recourt à des prononciations dont il constate le caractère archaïque. Un Français qui aujourd’hui prononcerait kroyãs, ãvoyé, noyé comme le voulait Littré surprendrait ; l’auteur déclare lui-même que pa­reil usage est abandonné » (Meillet 1936 : 79) ; « Dès lors, il faut signaler qu’en plusieurs endroits de son livre, M. G. reflète la phonologie du milieu parisien particu­lier où il a été élevé, milieu que moi-même ai beaucoup fréquenté quoique n’y apparte­nant pas et dont je reconnais des traits sous sa plume » (Pichon 1936 : 172).

24 Sur Straka et son œuvre, voir Swiggers (1993 ; éd. 1993 ; 1994).

25 Il retournera ensuite à Prague pour y enseigner dans des lycées ; en 1940, il s’établira définitivement en France.

26 L’intérêt de cette étude dépasse le domaine de l’albanais. D’une part, Straka relativise l’explication « naturaliste » de Rousselot selon laquelle la cérébralisation serait liée aux « conditions spéciales où se développe l’être physiologique des insulaires ». D’autre part, l’auteur s’y engage dans une voie explicative qui fait appel à la théorie des substrats. En effet, se référant au travail classique de Millardet « Sur un ancien substrat commun à la Sicile, la Corse et la Sardaigne » (1933), Straka risque l’hypothèse d’une zone de pho­né­tique cérébralisante, dont le noyau se situerait sur la côte orientale de Sicile, et qui s’étend en trois directions : vers le nord-ouest (Sardaigne/la Corse), vers le sud-ouest (Tunisie), et vers le nord-est (l’Albanie). « Pour le moment, il nous est cependant difficile de dire s’il s’agit d’une vieille communauté de l’Albanie avec les autres régions méditerranéennes de phonétique cérébralisante (autrement dit : si la cérébralisation albanaise elle aussi, n’est qu’une “Lautrelikte”) ou s’il s’agit d’une “contagion” récente qui, s’étant transportée de l’autre côté du détroit qui sépare les Balkans de l’Italie du Sud, aurait atteint au moins certains dialectes albanais, de la même manière qu’elle envahit, en Sicile, les colonies linguistiques étrangères, lom­bardes et gallo-italiques) ; quelques données de l’histoire des changements phonétiques en albanais suffiraient peut-être pour tirer au clair cette question » (Straka 1939 : 37).

27 On trouvera la plupart de ces études réunies dans Straka (1979).

28 «Si la naissance des palatales reflète, dans la langue et à l’époque où celles-ci appa­raissent, un état de fermeté et d’énergie articulatoires, tandis que les dépalatalisations révèlent généralement le contraire, il y a eu, au cours de l’évolution du latin au français moderne, trois principales périodes dont la première et la troisième devaient être marquées par la fermeté articulatoire et celle du milieu au contraire par un affai­blissement plus ou moins généralisé des mouvements organiques. La première, qui s’étend du com­men­cement de l’époque impériale jusqu’au début du IVe siècle, a fait naître un grand nombre de palatales ; la seconde, du IVe au XIIe siècle, en a fait dispa­raître la majorité ; la troisième qui, à partir du XIIIe siècle, a repris l’héritage de la première en engendrant toute une série de nouvelles palatalisations, est peut-être en train de se terminer au siècle où nous vivons » (Straka 1965b : 151).

29 Comme le fait remarquer Straka (1964a), dans l’histoire phonétique du français, l’amu­ïs­sement de l’s en position antéconsonantique s’insère dans une longue série d’affai­blis­se­ments ou d’amuïssements de consonnes implosives : relâchement des vélaires k et g en y vers le début du IVe siècle, vocalisation de l’l en u au VIIe siècle, amuïssement des labiales et des t et d implosifs à partir du XIIe siècle, disparition des nasales implosives vers le XVIe siècle.

30 Il s’agit plus particulièrement des transformations du r apical en r apical dévibré, r prédorso-alvéolaire et r dorso-vélaire.

31 Pour Straka, la nasalisation est l’expression typique de l’affaiblissement physiolo­gique de l’organisme humain (il situe un tel affaiblissement physiologique affectant la population française aux XIIe-XIIIe siècles).

32 Voir aussi « Observations sur la chronologie relative et les dates de quelques modifi­cations phonétiques en roman et en français prélittéraire » (Straka 1953), « Quelques contributions à la chronologie relative des changements phonétiques en français prélittéraire » (Straka 1959) et « Remarques sur la “désarticulation” et l’amuïssement de l’s implosive » (Straka 1964b).

33 Cf. le dépliant qui accompagne l’article sur « La dislocation linguistique… »; ce schéma fournit une chronologie relative très rigoureuse des changements phonétiques qui ont eu lieu entre le latin du premier siècle et l’ancien français du XIIIe siècle.

34 Il y a en effet des rapports de chronologie relative qui ne se laissent pas réduire à un schéma implicationnel. Straka a d’ailleurs relevé un tel cas, celui de deux traitements conditionnés de /a/ en français, après palatale → /ie/ et devant nasale → /ai/. Voir à ce propos Straka (1993 : 55) : « Étant donné que, précédé d’une palatale et suivi d’une nasale, /a/ accentué et libre est devenu, non pas /ai/, mais /ie/ : CANE → chien, CANAS → chienes “cheveux gris” (FEW 2, 237), il est certain que l’action d’une pa­latale sur le /a/ suivant est plus ancienne que celle d’une nasale sur celui qui précède :
pal a[ → ie ║ a[ nas → ai,
et il faut donc dresser la chronologie suivante des trois traitements de /a/ accentué et libre en français :
pala[ → ie ║ a[nas → ai ║ a[ → e »
Un autre cas échappant à la quadripartition implicationnelle est celui d’une chronolo­gie lexicale / grammaticale se greffant sur une chronologie phonétique.

35 Ou plus explicitement : « si p, alors q et que non-p au seuil temporel T°, alors q ».

36 La même chronologie entre diphtongaison et syncope apparaît dans TEPIDU → tiede, INTREPIDUS – *INCREMIDUS → encrieme (FEW 4, 77b), *PEDINU → pienne (FEW 8, 126b ; ou influence de pied ?), ANTEFONA → antienne (attesté pourtant tardive­ment, FEW 24, 657), PHLE(BO)TOMU → flieme (FEW 8, 390a), STEPHANU → Es­tienne, FERETRU → fiertre (FEW 3, 463 ; ce dernier mot indique aussi le rapport entre syncope et sonorisation, cf. ci-dessus sous 2). Les mots suivants révèlent la même chronologie, mais on ne peut pas exclure des influences analogiques : *ASSEDITA → assiette (FEW 11, 399b) d’après SEDET → siet, GEMERE → giembre d’après GEMIT → gient, PREMERE → priembre d’après PREMIT → prient, etc., toute­fois QUARERE → querre, nulle part *quierre (FEW 2, 1408-1410), malgré QUAERIT → quiert.

37 Straka s’appuie à ce propos sur les observations de Gauchat concernant le temps que nécessite l’action de lois phonétiques. « Ainsi, les 14 ou 15 changements classés dans une même chaîne chronologique depuis l’allongement des voyelles accentuées libres à l’effa­ce­ment des voyelles finales devant consonne représentent, si l’on y ap­plique le compte de 30 ans par génération, à peine cinq siècles, et dire, comme Car­men Pensado Ruíz le fait, que, d’après notre théorie, les 125 changements qu’elle a re­levés dans l’évolution du latin au castillan auraient demandé 3450 ans est une déformation caricaturale de notre pensée : les 125 changements en question ne s’ali­gnent pas tous – loin de là! – en une seule chaîne chronologique, pas plus d’ailleurs que les traitements des vélaires intervocaliques et autres changements du latin au français qu’on vient de rappeler ne s’insèrent dans notre chaîne de base » (Straka 1993 : 58 ; en note, Straka corrige le chiffre erroné de Pensado Ruíz en 3750 ans).

38 Voir à ce propos l’évaluation judicieuse de Chambon (1997 : 116) : « La phonolo­gie clas­si­que, centrée sur la notion de système, ne peut se fonder que sur une succes­sion de cou­pes synchroniques, et ne peut donc, aux yeux de Straka, que manquer le changement lui-même, sur l’axe du temps, c’est-à-dire l’objet propre de la linguistique historique. Dans la mesure même où la phonologie fait passer au second plan ce que Straka appelle le “détail phonétique” pour ne s’adresser qu’à des entités systémiques plus abstraites, elle manque, aux yeux de Straka, de réalisme (cf. Straka 1958 : 15), dans la mesure où c’est au niveau sub-phonémique que prennent naissance les évo­lu­tions phoniques. Or le mentalisme pho­no­logique de Straka s’articule chez lui à ce qu’on pourrait appeler un dualisme séparant de façon irrémédiable (selon les axes émission / changement : perception / structure) les trans­formations qui s’opèrent de manière graduelle et inconsciente dans la parole (conçue comme “mouvements organi­ques” [...]) et la façon dont, à un moment donné, un état pho­nique est structuré dans et par la conscience des sujets ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Swiggers, « 3. De Prague à Strasbourg :
Phonétique et phonologie du français chez Georges Gougenheim et Georges Straka
 », Modèles linguistiques, 43 | 2001, 21-44.

Référence électronique

Pierre Swiggers, « 3. De Prague à Strasbourg :
Phonétique et phonologie du français chez Georges Gougenheim et Georges Straka
 », Modèles linguistiques [En ligne], 43 | 2001, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/ml/1459 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ml.1459

Haut de page

Auteur

Pierre Swiggers

Université Catholique de Louvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Modèles Linguistiques

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search