Navigation – Plan du site

AccueilNuméros73Micro-/Macro-syntaxe : la questio...

Micro-/Macro-syntaxe : la question de l’échelle d’analyse en linguistique anglaise I

Description

En proposant à Modèles linguistiques d’héberger les Actes d‘un colloque organisé à Metz, Isabelle Gaudy-Campbell s'inscrivent sa démarche dans une série inaugurée ici même en 1992 : Relations actancielles, sous la direction de Gilbert Lazard, spécialiste d’iranien (n° 28, 1992-1993, 177 pp.). L’« actance » est la théorie de la dépendance grammaticale exposée par Lucien Tesnière (1893-1954) dans son ouvrage posthume, Eléments de syntaxe structurale (1959. Dix ans après, en 2002, Modèles linguistiques héberge Histoire de la syntaxe, 1870-1940, les Actes d’un colloque organisé à Lille par André Rousseau, spécialiste du gotique et des langues germaniques anciennes (nos 45-46, 311 p). La troisième publication d’Actes sur la syntaxe a lieu en 2004 : Genèse de la « phrase » dans la diversité des langues (Nos 49-50, 397 p.). Proposition d’hébergement de l’Association Internationale de Psychomécanique du Langage (AIPL), alors basée à Québec. C’est l’occasion de faire le point.  

Constatation générale : au vu du titre et à la lecture des articles, on peut se demander si « microsyntaxe » et « macrosyntaxe » ne sont pas deux domaines irrémédiablement séparés. En définitive, il semble que non, que la frontière entre « micro- » et « macro-» est plutôt poreuse.

Question « préjudicielle : la constatation précédente suscite immédiatement une question : en quoi la « macrosyntaxe » (vs. microsyntaxe) est-elle une approche nouvelle, sinon novatrice ? Le concept est généralement attribué à C. Blanche-Benveniste et (ou) à A. Berrendonner et M.-J. Béguelin, en 1989-1990. Or on n’avait guère attendu ces chercheurs pour s’extirper du cadre de la phrase et s’installer dans celui de l’énoncé, pour distinguer l’énoncé et l’énonciation, l’intra- et l’extra-, etc. etc. Langue écrite ou langue parlée ?  

Remarque (provisoirement) conclusive : il apparaît à l’évidence, notamment à l’examen des bibliographies, que la science du langage ne semble pas être conçue par la plupart des auteurs comme une science cumulative, ce qui la situe aux antipodes d’une science comme la physique. La théorie de la gravitation d’Einstein, dite « relativité généralisée » n’a de sens que par rapport à la loi de la gravitation universelle de Newton. Le progrès scientifique ne réside pas dans l’ignorance de ce qui s’est dit, mais dans sa critique et dans son dépassement. Or cela ne semble pas être généralement le cas en linguistique, où tout se passe comme si l’on devait faire table rase à chaque changement de génération. On s’expose ainsi à redire ce qui a déjà été dit, et souvent le « nouveau » dire tourne à la ritournelle.

Modèles linguistiques est une revue non seulement ouverte à la discussion des modèles, mais qui la suscite. Cela correspond aux objectifs que s’étaient fixés les fondateurs de la revue en 1979, lorsqu’ils écrivaient que « les modèles trouvent leur explication autant dans l’explication qu’ils fournissent que dans la discussion et l’invention théoriques qu’ils autorisent » (n° 1, p. I). Nous remercions Isabelle Gaudy-Campbell,  Elouïse Lechevallier-Parent et leurs collaborateurs de nous donner  l‘occasion  d’ouvrir un nouveau débat.

Fichier original
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search