Navigation – Plan du site

AccueilHors-série3Crise de croissance ou marginalis...

Texte intégral

N° 466, 1-15 juillet 1986

Mitsou ronat & Daniel couquaux (sous la direction de)
La Grammaire modulaire, avec Jacqueline guéron, Hélène huot, Pierre jacob, Richard S. kayne, Jean-Claude milner, Hans-Georg obenauer, Pierre pica, Jean-Yves pollock, Maria-Luisa zubizarreta
Les éditions de Minuit, collection « Propositions », 1986, 360 p.

Benoît de cornulier
Effets de Sens
Les éditions de Minuit, collection « Propositions »,1985, 212 p.

Georges lakoff & Mark johnson
La Métaphore dans la vie quotidienne, traduit de l’anglais (États-Unis) par Michel de fornel, en collaboration avec Jean-Jacques lecercle
Les éditions de Minuit, collection « Propositions », 1980-1985, 254 p.

1On prétend la linguistique en crise, mais Hagège triomphait l’an passé dans les médias et voici que les éditions de Minuit publient coup sur coup trois ouvrages remarquables, significatifs d’une discipline qui fait de l’équilibre à balancier entre un noyau dur et une périphérie agressive, entre une syntaxe et une phonologie outrageusement formalisées et des analyses de discours logicisées et ambitieuses.

2La « grammaire modulaire » est le dernier cri des analyses de type chomskyen, répondant au modèle dit du « Gouvernement et du Liage » développé depuis 1981. Pourquoi « modulaire » ?

Dans la définition de Chomsky, la modularité est une hypothèse selon laquelle la complexité des faits de langage peut être expliquée par l’interaction de théories ou sous-théories partiellement indépendantes, chacune ayant ou pouvant avoir son organisation abstraite et ses principes propres.

3Le livre édité par Minuit est un recueil de contributions qui avait été préparé par Mitsou Ronat avant sa mort accidentelle ; il rassemble les meilleurs spécialistes de l’Ecole travaillant en France. Ensemble théorique à la fois très pédagogique (une introduction soigneuse définit les principaux concepts utilisés dans cet état de la théorie) et très discret sur l’épistémologie (même si une Postface un peu évanescente prétend en tenir lieu), comme si cette tendance actuelle avait de la peine à se situer dans le jeu des sciences.

4Ce qui s’étale, ce sont les leçons de méthode qui, à force d’être raffinées, outrent la sémiosis bien connue de la GGT. Certains auteurs ressassent orgiastiquement les exemples qui font les délices de l’école depuis dix ans et davantage, du genre : « Dans quel grenier se promèneraient des milliers de souris en se moquant du chat ? » et un style très typé qui se baroquise de plus en plus, comme « cv1 n’est pas localement À-liée par l’opérateur Qu1x dans COMP puisqu’il existe un élément dans une À-position (pro) qui À-lie cv1 dans le domaine de l’opérateur cv1 ». C’est un genre spectaculaire à admettre et qu’on ne doit juger qu’à ses résultats qui sont souvent forts ; car rigueur et souci d’exhaustivité empirique conduisent à regrouper et à douer de signification des éléments naguère isolés comme les inversions du sujet « expliquées » par des règles de mouvement ou les relations de connexité soumises à des conditions précises.

5Et je note ici l’aspect dramatique de certaines recherches qui, d’un auteur de l’école à l’autre, font associer hypothèses ad hoc et règles capables de prédire en sorte de produire des surprises ; comme cette découverte d’un clivage entre les noms propres, les noms référentiellement uniques et les noms génériques d’une part et, d’autre part, les indéfinis spécifiques et les noms extrinsèquement définis. Dégagements d’autant plus spectaculaires que la scène s’est élargie et embrasse langues romanes et langues exotiques. Hagège souhaitait promouvoir chez les linguistes une race de missionnaires ; il les a ici, non ingénus, mais bardés de mécaniques lourdes qui ne manquent pas de panache.

6L’examen méthodique des données, la découverte et la mise au pas des ambiguïtés conduit par nécessité à poser les conditions d’emploi. Et mène à Cornulier ; il suffit de renverser la vapeur et d’inverser la sémiosis : ton badin de B. de C. et une ironie constante dont la moindre n’est pas d’avoir emprunté son titre, Effets de Sens, au vieux théoricien Gustave Guillaume.

7Livre ouvert à tous, jeunes et vieux, à « ceux qui s’intéressent au langage à partir de l’analyse littéraire ou de l’informatique et de l’intelligence artificielle ». Livre mobilisé pour une opération d’hygiène : constater la complexité des analyses sémantiques sur des problèmes d’interprétation très concrets. Livre d’agression contre les Systèmes a priori et plaidoyer pour les analyses frottées aux nécessités du langage en action.

Épatant, roboratif

8Livre épatant donc, roboratif, savant, qui ravira les logiciens autant que les habitués du Gault et Millau : quand un restaurateur vous propose « Fromage ou Dessert », s’engage-t-il à vous fournir seulement l’un des deux selon possibilités ou vous laisse-t-il vraiment le choix ? Réponse dans B. de C. : c’est un problème à « situer » les monosyllabes et, ou, si. Car parler, c’est « construire » une situation et une signification. À témoin les casse-têtes logiques. Trois missionnaires, trois cannibales, un canot, une rivière et le logicien construit une inusable Règle de Circonscription. Réargumentée spirituellement et pragmatiquement par B. de C., la règle est dite « irresponsable et dangereuse en dehors de certaines conditions, tenues secrètes par l’inventeur », B. de C. ajoutant que « si on connaît ces conditions, on peut se servir sans danger de la règle, mais on n’a plus besoin de la règle ». Il suffisait de penser que pour traiter un casse-tête logique, ce qui dicte une stratégie décisive de présuppositions et d’exclusions.

9Si l’on convient de toujours observer l’énonciation et de s’embarquer avec Grice et Ducrot, on en arrive à la jusqu’ici très méconnue notion de « décrochage énonciatif ». Dire « La liberté ou la mort », « Bouge pas ou je tire », c’est tenter d’imposer la première solution et — très éventuellement — d’envisager seulement la seconde. Des phrases bizarres comme de Stendhal : « Je ne peux pas l’embrasser ou elle me méprise » ou ce couplage de deux performatifs « Je t’ordonne de te taire ou je te préviens que je te fous dehors », encore des coups du décrochage énonciatif.

10C’est que la plupart des couplages alternatifs sont en réalité dissymétriques. À preuve, on peut dire à B. de C. : « Tu charries ou quoi ? », mais pas : « Quoi ou tu charries ? ».

11Bizarre aussi le troisième livre, de Lakoff et Johnson : un parti pris de marginalité qui vise au centre. Curieux travail écrit à la diable par un philosophe et un linguiste célèbre qui ramassent au chalut, tout alentour, des milliers de métaphores sous la perception que « la métaphore est partout présente dans la vie de tous les jours, non seulement dans le langage, mais dans la pensée et l’action » et sous l’hypothèse plus précise que « la plus grande partie de notre système conceptuel ordinaire est de nature métaphorique ». Et que certaines sont spécialement obsessives comme la bataille ou le conduit (on s’en doutait), l’assimilation de la création et de la naissance, du haut et de la bonne qualité, etc. En somme, chaque expérience physique aurait lieu sur un crible (ou un fond ? ou un fonds ?) de présupposition culturelle inscrite dans le sens littéral des métaphores. Ceci à référer à une « théorie des prototypes », selon quoi nous catégorisons non selon des ensembles, mais selon des types de base.

12Le plus curieux est que les auteurs présentent comme un paradoxe scandaleux — et qui l’est sans doute outre-atlantique, où l’on s’enferme volontiers dans l’absolu des sens — un type d’approche procédurale qui, ici, incline plutôt vers le truisme — ce qui ne signifie pas qu’il s’agit d’une vérité reçue. Si nous lisons ce travail avec tant d’intérêt, c’est qu’il a pour nous un charme ethnologique et — implicitement — épistémologique : saisir sur le vif les mille formes de l’imaginaire des scientifiques américains, ses ruses, ses masquages, les pouvoirs qu’il concède au langage. Et ses aveuglements culturels : si Ricœur semble avoir été feuilleté, nulle trace de Bachelard. Tout de même, en un pareil sujet...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Chevalier, « Crise de croissance ou marginalisation ? », Modèles linguistiques, 3 | 2010, 33-36.

Référence électronique

Jean-Claude Chevalier, « Crise de croissance ou marginalisation ? », Modèles linguistiques [En ligne], 3 | 2010, mis en ligne le 15 octobre 2013, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/ml/416 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ml.416

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Chevalier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Modèles Linguistiques

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search