Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53La préposition en français1. La préposition française : car...

La préposition en français

1. La préposition française : caractérisation syntaxique de la catégorie

Danielle Leeman
p. 7-18

Résumé

Danielle Leeman fait le point sur la caractérisation syntaxique de la préposition à partir des récentes « grandes grammaires » de l’italien (Renzi, Salvi, Cardinaletti), de l’espagnol (Bosque Muňoz y Demonte Barreto) et de l’anglais (Huddlestone & Pullum) : par opposition à la tradition française, qui distingue entre préposition (pour N), conjonction (pour que), adverbe (sans complément) et préfixe (poursuivre), la préposition est ici définie comme le mot invariable susceptible de sous-catégoriser un nom (ou groupe nominal), un infinitif, une phrase, un complément nul, etc. ainsi que d’entrer dans la composition de mots construits.

Haut de page

Texte intégral

1Les grammaires définissent habituellement la préposition comme un mot invariable introduisant un syntagme nominal (nom, pronom, groupe équivalent comme déjà-vu dans un goût de déjà-vu). Par rapport aux autres mots invariables, la préposition est donc opposée à l’adverbe en ce que ce dernier n’a pas de complément, et à la conjonction par le fait que celle-ci introduit une phrase. Dans ce cadre, on qualifie derrière de préposition dans Il est derrière moi, mais d’adverbe dans Les parents arrivent derrière, ou pour de préposition dans Je fais cela pour ton bonheur et de conjonction dans Je fais cela pour que tu sois heureux.

2Cependant, le verbe ne change pas de dénomination selon qu’il est suivi ou non d’un complément, ou que le complément est nominal ou phrastique : on parle toujours du verbe espérer dans Tu peux venir ? – J’espère !, dans Nous espérons une amélioration du temps ou dans J’espère que tout ira bien. On parle aussi du nom impression, qu’il soit employé seul ou non : Cela fait une drôle d’impression, J’ai l’impression de me tromper, L’impression d’une vaste mystification a envahi tout le monde, comme content est rangé dans les adjectifs aussi bien dans Nous sommes très contents, Il est content de son achat, Je suis contente que vous puissiez venir.

3Selon cette même perspective, derrière est préposition aussi bien dans Il est derrière moi (derrière est employé transitivement) que dans Les parents arrivent derrière (derrière est employé intransitivement) ; et de même pour est préposition aussi bien dans Je fais cela pour ton bonheur (le complément est nominal) que dans Je fais cela pour que tu sois heureux (le complément est phrastique) – les prépositions sont comme le verbe ou l’adjectif, elles sous-catégorisent leurs arguments (Harris 1976).

La préposition : définition générale

4La préposition se définit donc morphologiquement par le fait qu’elle est invariable, et, syntaxiquement, par le fait qu’elle est susceptible de sous-catégoriser un syntagme nominal, une phrase, un syntagme verbal à l’infinitif, mais aussi un adverbe (depuis lors, pendant longtemps, quelqu’un de bien), un adjectif (il passe pour intelligent, laissé pour mort), un syntagme prépositionnel (dès avant midi, de derrière les fagots) ou un complément nul (passez devant, nous sommes contre).

5Il faut noter toutefois que, si la préposition sauf, par exemple, est bien susceptible d’être suivie par un syntagme nominal, on ne peut pas pour autant dire qu’elle le sous-catégorise car il dépend d’un autre constituant dans le contexte ; ainsi, dans Les enfants ont été punis sauf Pierre, elle introduit un nom qui doit pouvoir être le sujet du verbe et, de même, dans J’ai puni les enfants sauf Pierre, un nom qui doit pouvoir être le complément de punir (ce comportement évoque plutôt celui de la coordination, sauf Pierre équivalant d’ailleurs à mais non ou et non Pierre). Le statut de sauf comme préposition reste donc syntaxiquement problématique, en ceci qu’on ne peut pas en dire, à proprement parler, qu’elle « régit » ce qui la suit. Il en va de même de outre : Outre Max, j’ai invité Pol / Outre le gâteau, j’ai fait une tarte, mais *Outre Max, j’ai fait une tarte / *Outre le gâteau, j’ai invité Pol.

6Les prépositions connaissant l’emploi absolu (dites aussi « prépositions orphelines ») impliquent plutôt en principe un contexte non animé : Je suis contre s’interprète comme Je suis contre cette candidature (par exemple), plutôt que comme Je suis contre ce candidat. De même, Il viendra avant / après implique une localisation de la venue par rapport à un événement plutôt que relativement à un individu, et Je ne partirai pas sans se comprend difficilement comme Je ne partirai pas sans ma femme. Néanmoins, il n’est pas exclu que Je voterai contre soit dit en parlant d’un candidat, ni que Les enfants passent avant puisse correspondre à Les enfants passent avant les parents, ni qu’on puisse répondre à la question Tu viens avec ta femme ? – Non, je viendrai sans. L’emploi adverbial est généralement considéré comme anaphorique – c’est-à-dire que le régime de la préposition est rétabli en fonction de ce qui précède : dans l’exemple précédent, on interprète sans comme sans ma femme, eu égard au contexte antérieur. Il faut toutefois noter que avant, dans des cas tels que Avant, on vivait mieux, se comprend par référence au moment où l’on parle, mais comme autrefois, par exemple, employé dans les mêmes conditions ; semblablement, dans l’expression Les gens d’en bas, le syntagme prépositionnel implique sans doute un complément (comme de l’échelle sociale) mais de la manière dont des adjectifs comme inférieurs en impliquent aussi un (inférieurs à nous) : le caractère anaphorique ou « restituable » du régime n’est donc pas propre à la préposition employée de façon absolue.

7Quatre prépositions connaissent deux allomorphes selon qu’elles sont suivies ou non d’un complément : sur / dessus, sous / dessous (quoique la chanson dise Il ne faut pas rouler dessous la table), dans / dedans, hors / dehors : Pose le napperon sur le guéridon / Pose le napperon dessus, Il y a anguille sous roche / Il y a une anguille dessous, Les vêtements sont dans la valise / Les vêtements sont dedans, Les bêtes broutent hors les bergeries (Bosco) / Les bêtes broutent dehors (hors préposition tend à disparaître de l’usage ordinaire libre). Les deux possibilités ne sont toutefois pas également représentées selon les emplois, ainsi le sens temporel de dans ne se prête pas à la construction intransitive : Je partirai dans huit jours / *Je partirai dedans.

8Ces formes posent l’intéressant problème de savoir comment analyser le clitique dans des phrases telles que Le chien lui a sauté dessus, La vieille dame lui est passée devant, Le cycliste nous est rentré dedans, et la relation à établir avec, respectivement, Le chien a sauté sur lui, La vieille dame est passée devant elle, mais *Le cycliste est rentré dans nous. Dans le même ordre d’idées, on notera que quelques prépositions peuvent être placées après leur régime : Il a neigé durant plusieurs jours / Il a neigé plusieurs jours durant ; la différence n’est pas exempte d’incidence sémantique, comme le montrent les contraintes distributionnelles : on a, de façon naturelle, Il a neigé durant quelques jours, Il a neigé durant peu de jours mais, moins facilement, ? ?Il a neigé quelques jours durant, *Il a neigé peu de jours durant (durant postposé paraît donc orienter vers la grande quantité davantage que durant antéposé).

Circonscription de la classe

Préposition et préfixe

9Certaines prépositions entrent dans la construction de mots composés, comme pour dans pourboire, poursuivre, pourquoi ou sous dans sous-main, sous-sol, sous-louer, sous-alimenté. L’analyse comme préposition ou préfixe repose traditionnellement sur des critères diachroniques et orthographiques (la préposition étant un mot autonome, le préfixe étant lié à l’élément auquel il s’adjoint), mais le rapport sémantique est loin d’être toujours transparent pour le locuteur contemporain : ainsi, l’étymologie populaire rétablit aisément la source prépositionnelle sous pourboire, mais la relation est beaucoup moins claire à l’intuition pour des mots tels que pourtour ou pourchasser.

10Si l’on adopte des critères d’ordre morphosyntaxique valant en synchronie, on s’aperçoit que la classe des préfixes n’est pas homogène et qu’il faut admettre l’existence de prépositions soudées (l’orthographe n’est donc pas pertinente pour distinguer entre préfixe et préposition) ; ainsi, un sous-main n’est pas une main tandis que sous-classe désigne un type de classe, et le genre du premier nom n’est pas donné par la base main, au contraire du second. Dans le premier cas, la formation est exocentrique : sous est préposition et sous-main un cas de figement syntaxique ; dans le second cas, la formation est endocentrique : sous est préfixe et sous-sol un mot construit.

11On voit à ce simple exemple que, non seulement on n’a pas une catégorie homogène « préfixe » clairement distincte d’une catégorie homogène « préposition », mais que, de plus, un même élément (comme sous) relève de l’une ou de l’autre selon les cas : analysable comme une préposition dans sous-main mais comme préfixe dans sous-alimentation ou sous-sol. Dans sa contribution, Dany Amiot développe, à l’aide de divers exemples, l’analyse des relations entre préposition et préfixe.

Préposition et locution prépositive

12On peut distinguer entre préposition simple (un mot inanalysable, comme dans, contre), préposition composée (un mot construit, comme parmi, malgré), et préposition complexe (des mots graphiquement séparés mais formant un tout entièrement figé (quant à, à l’instar de). Par comparaison, la locution est aussi un groupe, mais non entièrement figé, étant susceptible de permettre, quoique de manière restreinte et contrainte, la commutation (hors de proportion avec / en proportion avec : la sanction est hors de proportion avec la faute / en proportion avec la faute), l’insertion (sous réserve / sous la réserve de, que : Il accepte de venir sous (la) réserve qu’on le rétribue), l’anaphorisation du complément (à l’insu de / à son insu).

13Il existe parmi les locutions un cas particulier qu’illustrent par exemple jour après jour, joue contre joue, un par un, coup sur coup, pied à pied, sou à sou, ou encore de jour en jour, de fille en fille, de loin en loin : d’un point de vue syntaxique, le mot qui apparaît à la suite de la préposition ne peut pas être dit « régi » par elle (en tous cas, pas uniquement) puisqu’il dépend du mot qui la précède : *matin après matinée, ? ? joue contre épaule, ? ? faire impair sur bévue On pourrait à ce propos parler de « locutions syntaxiques » dans la mesure où, si la structure est figée, les choix lexicaux ne le sont pas (plusieurs prépositions s’y prêtent et le paradigme des noms n’est pas étroitement contraint). Il en va de même des structures corrélatives de type de … à (J’ai cours de midi à deux heures, Une augmentation de deux à trois pour cent) ou à … près (à deux minutes près, à quelques centimes près), ou impliquant une proportion : cinq personnes sur dix, deux cents grammes par personne, trois buts à un, 53 % des présents contre 15 % se sont déclarés d’accord.

14Les locutions prépositives sont des groupes (de deux mots au moins) équivalents à une préposition simple et présentant les mêmes propriétés : en ce qui concerne commute avec quant à et avec pour dans Pour Pierre, nous réglerons son cas plus tard / Quant à Pierre, nous réglerons son cas plus tard / En ce qui concerne Pierre, nous réglerons son cas plus tard. Si les trois sous-catégorisent un syntagme nominal, en ce qui concerne n’est pas susceptible d’introduire un syntagme verbal à l’infinitif ni une phrase, contrairement aux deux autres : Pour partir demain / Quant à partir demain / Pour qu’il parte demain / Quant à ce qu’il parte demain mais *En ce qui concerne partir demain / *En ce qui concerne qu’il parte demain. Les locutions connaissent donc le même type de variation, dans la complémentation qu’elles admettent, que les prépositions simples.

15Du point de vue de leur constitution interne, les locutions prépositives peuvent avoir pour tête une préposition (en face de) ou un autre terme (face à) : sur le modèle de la dénomination « syntagme prépositionnel », on peut alors appeler les premières « locutions prépositionnelles » : en face de est une locution (prépositive) prépositionnelle (en est une préposition), face à est une locution (prépositive) non prépositionnelle (face n’est pas une préposition).

16Les groupes formant locution sont plus ou moins figés et leurs possibilités de variation sont imprévisibles, et il n’est pas vrai qu’on puisse les définir, d’un point de vue sémantique, par une opacité fondée sur la non-compositionnalité de l’interprétation : ainsi dans le but de a, même intuitivement, à voir avec l’identité de dans et celle de but (c’est d’ailleurs en invoquant une analyse compositionnelle – « on n’est pas dans un but puisqu’un but est ce que l’on vise » – que les puristes ont longtemps condamné l’expression) : la dénomination « locution » masque donc en fait une grande diversité dans la constitution et dans les propriétés internes des groupes, ce qui permet de faire douter de la pertinence d’une catégorie « locution », hypothèse soutenue par Gaston Gross dans sa contribution.

Classement syntaxique des prépositions

17La préposition (ou la locution prépositive) est donc la tête d’un syntagme prépositionnel dans lequel elle régit un complément (qui peut être nul) ; comme les autres têtes de syntagme, elle peut être spécifiée par un ajout, adverbial : longtemps avant (le repas), bien après (la cérémonie), juste derrière (la maison) ou de la forme d’un groupe nominal : deux kilomètres avant (le village) – de même peut-on avoir pour un verbe (Il a) longtemps hésité, bien dormi, juste écouté ou, pour un adjectif, longtemps malade, bien douillet, juste aimable.

18Cet ensemble de propriétés n’est pas exhaustivement représenté pour tous les membres de la classe (ce qui n’est d’ailleurs le cas d’aucune classe) : d’une part, certaines prépositions connaissent des restrictions de sous-catégorisation (ainsi, dès ne tolère pas la complémentation nulle comme derrière, pendant n’admet pas un complément à l’infinitif (*pendant dormir), avec exclut le complément de type phrastique (sans que cela te gêne mais *avec que cela te gêne) ; d’autre part, toutes ne sont pas susceptibles de se voir modifiées (on n’a pas *bien sauf lui comme on a bien malgré lui).

19Ces propriétés, testées sur toutes les prépositions, en permettent une classification syntaxique, qui, éventuellement, peut déboucher sur de grandes tendances sémantiques : comment interpréter le fait que dans exclue aussi bien le complément phrastique, et le complément à l’infinitif, pendant le complément nul et le complément à l’infinitif mais non le complément phrastique, derrière le complément à l’infinitif et le complément phrastique, tandis que pour admet tous ces contextes ? Que signifie l’émergence d’un complément phrastique pour malgré (qui, néanmoins, exclut le complément à l’infinitif) alors que l’on a déjà bien que, quoique, encore que pour exprimer la concession, l’opposition ou la restriction ? Denis Le Pesant examine dans sa contribution la possibilité de corréler les propriétés syntaxiques et les propriétés sémantiques des prépositions après en avoir établi le classement.

Préposition et adverbe

20Certains adverbes sont également susceptibles de se construire avec un syntagme prépositionnel ou une phrase : Je pense différemment / Je pense différemment des gens qui m’entourent, Cette affaire ne pouvait se terminer autrement (que par un scandale), Nous procéderons ainsi (que tu l’as décidé). Ce qui les distingue des prépositions, c’est qu’ils ne peuvent régir un syntagme nominal : *Je pense différemment les gens qui m’entourent, *Je pense autrement ton opinion, *Nous procéderons ainsi nos décisions.

21En revanche, certains adverbes ont pour propriété de pouvoir apparaître entre l’auxiliaire et le participe passé ou entre le semi-auxiliaire et l’infinitif, tandis que les prépositions à complément nul ne tolèrent pas cette position : Il a peut-être eu raison, Il a beaucoup mangé, Je vais bientôt partir mais *On a pour voté / On a voté pour, *Il est derrière passé / Il est passé derrière, *On va avant dîner / On va dîner avant. On ne peut pour autant pas distinguer par là ce que la tradition range dans les « adverbes » et les emplois de prépositions à complément nul, du fait que les traditionnels « adverbes » n’admettent pas tous cette propriété : si l’on a bien J’ai maintenant décidé ou Je vais prochainement partir, on n’a pas *J’ai autrement décidé ni *Je vais autrement faire mais J’ai décidé autrement, Je vais faire autrement. La plupart des adverbes empruntés à une langue étrangère rejettent cette place : *Vous devez andante jouer le morceau, *On a passim trouvé de telles allusions, *Il est infra allé voir la note, *Elle a (pas) bézef mangé (mais on dirait bien J’ai illico pris la tangente, Elle est incognito descendue à l’hôtel), de même que ceux qui correspondent à une recatégorisation (*Il veut cher revendre sa voiture, *Elle a clair parlé, *Ce bijou doit combien valoir ?) quoique soient possibles On a fort admiré ce tableau, Il a juste hésité une seconde, Il a mal compris.

22La différence syntaxique signifie certainement quelque chose, mais on ne voit pas quoi à ce stade (elle justifie sans doute que l’on procède à une redéfinition de la traditionnelle classe des « adverbes », que tous les grammairiens s’accordent à qualifier de « fourre-tout ») ; elle ne correspond en tous cas pas à une opposition sémantique simple, concernant aussi bien des adverbes spatiaux (*J’ai ailleurs vu cet individu), temporels (*Il aura demain fini, *J’ai tard compris l’allusion – mais, bizarrement, on aurait bien J’ai plus tard compris l’allusion), ou ayant trait à la manière (*Je suis debout resté toute la soirée).

Préposition et conjonction

23Traditionnellement, on appelle « conjonction de subordination » pour que, avant que, dès que, pendant que (assemblages considérés désormais comme formés de la préposition suivie d’un complément phrastique introduit par que) aussi bien que quand, si, que, bien que, quoique, tandis que, pourvu que, aussitôt que… où l’on ne reconnaît pas une préposition (la syntaxe contemporaine les distingue des précédents par la dénomination « complémenteurs »). Morphologiquement, le complémenteur forme un bloc (ainsi bien que est une unité), par opposition à la préposition à complément phrastique (que ne fait pas partie de la préposition) : la phrase en que commute dans ce dernier cas avec un syntagme nominal ou une phrase introduite par un autre complémenteur (C’est pour ton bien / C’est pour que tu n’aies pas froid / C’est pour quand tu seras grande / C’est pour si tu as soif).

24Le fait que la préposition ne forme pas bloc avec que est confirmé par le fait qu’elle en est séparable par un incident (Il fait cela pour, à mon avis, que tu sois heureux), ce qui ne devrait pas être le cas du complémenteur (*Il viendra bien, à mon avis, qu’on ne l’ait pas invité). Néanmoins on observe aussi une séparabilité des deux éléments formant le complémenteur lorsque ce dernier se présente en deux mots : Petit poisson deviendra grand pourvu, naturellement, que Dieu lui prête vie. Il viendra quitte, le cas échéant, à ce que je lui laisse mon appartement. C’est donc plutôt la possibilité de commutation qui permet d’opposer la préposition suivie de que et le complémenteur : pour, dès, avant peuvent introduire une phrase en que, mais aussi un syntagme nominal (par exemple), ce qui n’est pas le cas de pourvu que, aussitôt que ou bien que. Denis Le Pesant aborde aussi ces questions dans sa contribution.

La préposition : classe ouverte

Les néologismes

25Traditionnellement, les prépositions sont rangées dans les catégories grammaticales supposées être « fermées », c’est-à-dire lexicalement improductives. L’existence de locutions si nombreuses qu’on ne les a pas encore inventoriées, ni véritablement décrites ébranle déjà ce postulat, l’apparition de néologismes l’invalide totalement : ainsi ras (adjectif) dans ras le bol (que le Robert Historique date de 1968) s’est bien grammaticalisé en préposition et s’utilise de diverses manières (ras la casquette, ras les pâquerettes, etc.). De même les noms genre et style ont-ils fait récemment leur apparition dans un emploi prépositionnel qui n’a rien d’un hapax. Michèle Noailly dans son article en relève et analyse quelques autres, inédits, du même type.

« Bonjour » dans « Bonjour les dégâts » est-il une nouvelle préposition ?

26La question qui se pose, lorsque l’on voit apparaître un emploi nouveau qui semble être celui d’une préposition, est de vérifier si toutes les propriétés définitoires que l’on s’est données sont bien représentées – le risque étant de découvrir que la caractérisation à laquelle on s’est arrêté n’en est pas vraiment une…

27Ainsi, dans la formule devenue célèbre Un verre ça va, trois verres bonjour les dégâts, a-t-on un emploi de bonjour différent de l’interjection bien connue assortie d’un terme d’adresse, telle qu’illustrée par exemple dans Bonjour cher ami ou Bonjour les enfants. Un premier argument peut être avancé, d’ordre prosodique, qui est que, dans l’apostrophe, l’interjection peut être séparée du terme d’adresse par une virgule (Bonjour, cher ami / Bonjour, les enfants), ce qui n’est pas le cas de Bonjour les dégâts : on lirait Bonjour, les dégâts comme une formule saluant convivialement l’arrivée de dégâts et non plus comme la prévision d’une catastrophe. Il y a donc bien deux constructions, et du fait qu’une préposition ne peut pas être séparée de son régime par une virgule, bonjour dans bonjour les dégâts présente une première propriété étayant l’hypothèse qu’il peut s’agir en l’occurrence d’un emploi prépositionnel du nom.

28Un deuxième argument peut être trouvé dans la variante possible de la salutation bonjour à – qui n’est vraiment naturelle qu’avec un pronom : Bonjour à toi, Bonjour à tous. Mais, si l’on demande à son interlocuteur de transmettre le salut à un tiers, on peut le faire sous la forme : Le bonjour à tes parents ! Le bonjour aux copains ! voire Le bonjour à ma chère montagne ! Le bonjour aux tomates du jardin ! Or cette variante est impossible dans le cas de Bonjour les dégâts : ni Bonjour aux dégâts, ni Le bonjour aux dégâts ne peuvent constituer des variantes de Bonjour les dégâts. Du fait qu’une préposition n’est pas susceptible d’être précédée d’un article, cette impossibilité confirme la plausibilité d’une analyse de bonjour comme préposition dans Bonjour les dégâts.

29Les autres différences observables, si elles confirment que l’on a bien là deux énoncés différents, ne permettent pour autant pas de conclure que bonjour serait une préposition dans bonjour les dégâts. Ainsi, on connaît le titre du livre de Françoise Sagan Bonjour tristesse, qui s’interprète comme une formule d’accueil de la tristesse ; l’apostrophe aurait pu prendre le déterminant : Bonjour la tristesse, mais l’énoncé devient alors ambigu, pouvant aussi se comprendre comme l’annonce d’une catastrophe – c’est le cas du titre de film Bonjour l’angoisse (Pierre Tchernia, 1988). Autrement dit, le propre de l’apostrophe est de permettre l’emploi du nom sans déterminant (Bonjour chéri, Salut camarades, Bonsoir collègue), ce qu’exclut le type Bonjour les dégâts. Mais cela ne constitue pas une preuve que bonjour a un emploi prépositionnel dans ce dernier cas, puisque certaines prépositions peuvent aussi bien introduire un nom sans déterminant qu’un syntagme nominal déterminé.

30De même, l’interpellation Bonjour Paul permet la suppression du terme d’adresse, bonjour s’employant dans les mêmes conditions (cf. Bonsoir, Madame la Lune, bonsoir !). En revanche, supprimer les dégâts dans Bonjour les dégâts change la valeur de l’énoncé, nous ramenant au salut convivial : Bonjour ! (Pénétrant dans une boutique, on peut saluer l’assistance d’un simple Bonjour ! mais à supposer que les lieux aient été dévastés par une catastrophe quelconque, on n’y entrerait pas en disant Bonjour ! au sens de « bonjour les dégâts »). Néanmoins, à nouveau, l’impossibilité de suppression du syntagme nominal ne prouve pas que l’on ait affaire à une préposition, à partir du moment où les prépositions sont susceptibles de connaître ou non l’emploi absolu.

31Les deux formulations s’opposent encore par la sélection du complément ; on peut saluer un individu (Salut les copains !, Bonjour le chien !), or, avec l’intonation propre à Bonjour les dégâts, ces mêmes noms ne réfèrent plus à un individu mais impliquent un événement, un comportement : On m’a donné un teckel, il a mauvais caractère, il mord tout le monde, il urine partout, bonjour le chien ! Cependant le caractère obligatoirement prédicatif du syntagme nominal avec bonjour dans le type Bonjour les dégâts ne permet pas de trancher non plus sur son statut prépositionnel ou non puisque, selon les emplois, les prépositions peuvent régir un nom prédicatif ou non prédicatif.

32En résumé, on a deux arguments pour analyser bonjour comme une préposition dans Bonjour les dégâts : d’une part, le syntagme nominal, qui n’est pas supprimable, ne peut être détaché, ce qui en fait un complément de bonjour – lequel peut de ce fait être une préposition (le mot est invariable et introduit un syntagme nominal) ; d’autre part, bonjour ne peut être précédé d’un article, ce qui est aussi le cas des prépositions. Les autres observations ne contredisent pas l’hypothèse que bonjour a ici un emploi prépositionnel, mais ne la démontrent pas non plus. Ce qui cependant peut conduire à la rejeter finalement, c’est que non seulement on ne trouve aucune préposition ou locution prépositive susceptible de commuter avec bonjour dans ce contexte (ce n’est pas rédhibitoire puisque cette non-substituabilité s’observe dans d’autres cas : le de du complément de nom, le sur régi par le verbe influer par exemple), mais que, de surcroît, les éléments qui peuvent commuter avec bonjour, en l’occurrence, sont de type (et) c’est, (et) voilà, tu vois, vas-y, attention, au secours, merci, bravo…, autrement dit, des présentatifs ou des interjections (Un verre, ça va ; trois verres, (et) c’est les dégâts / (et) voilà les dégâts / vas-y les dégâts / au secours les dégâts / merci les dégâts / attention les dégâts / bravo les dégâts).

33Mais si bonjour dans Bonjour les dégâts est bien une interjection (quoique différente de bonjour dans Bonjour les amis), cela invalide la définition que l’on s’est donnée de la préposition, puisqu’il en a les propriétés… à moins de considérer au secours, merci, bravo ou attention aussi comme des prépositions !

Etymologie, formation, histoire

34Benjamin Fagard, qui étudie l’origine, la formation et l’évolution des prépositions, montre, dans le même ordre d’idées, qu’il s’agit d’une classe qui n’a rien d’homogène ni de statique. Prenant plus largement en compte les prépositions et les locutions d’une part, le français et les autres langues romanes d’autre part, il montre l’intérêt de la théorie de la grammaticalisation mais aussi ses limites et les difficultés auxquelles elle se heurte.

Saisir l’identité d’une préposition

35Définir une préposition ne saurait se limiter à l’identification de ses propriétés syntaxiques et morphologiques, ou sémantiques d’un point de vue diachronique. Les cinquante dernières années ont vu émerger deux grandes options quant à sa caractérisation : ou bien, dans un cadre descriptiviste, le choix est de construire par hypothèse un signifié à partir de l’observation des emplois en discours, ou bien, dans une perspective cognitiviste, il consiste à relier l’identité de la préposition à nos manières de conceptualiser le monde. Céline Vaguer fait le point sur ces différentes approches pour la définition de l’identité d’une préposition, illustrées par dans.

36Quel que soit le choix du paradigme, la description d’une préposition suppose la prise en compte de l’unité syntaxique dont elle est la tête : le syntagme prépositionnel SP (c’est même souvent par un syntagme prépositionnel que les lexicographes exemplifient les acceptions que, selon la doxa, la préposition peut prendre : par « indique le temps » dans Par une chaude soirée d’été). Belinda Lavieu rappelle les différentes étapes dans les tentatives successives de rendre compte du fonctionnement du SP dans la phrase, depuis la grammaire encore en vigueur dans les années cinquante – avec ses « complément d’objet » et « complément circonstanciel » – jusqu’aux propositions contemporaines distinguant en particulier entre « complément » et « ajout » (considérés comme intraphrastiques : ce sont des « constituants ») et « adverbe d’énonciation » ou « incident » (extraphrastique).

37Elle montre que, malgré la précision croissante des caractérisations, l’analyse n’est pas encore parvenue à une partition entièrement satisfaisante ; l’une des difficultés réside dans l’interprétation problématique des propriétés observées. Ainsi, on considère avoir affaire à un « complément d’objet » aussi bien dans réfléchir à quelque chose que dans ressembler à quelque chose ou équivaloir à quelque chose, alors que réfléchir connaît l’emploi absolu, mais non ressembler ni équivaloir : est-il licite de donner dans tous les cas la même fonction au SP, supprimable dans le premier, mais non dans les deux suivants ? Si cela l’est, il faudrait justifier la neutralisation de la pertinence de cette différence en l’occurrence, le caractère suppressible de l’ajout étant à l’inverse reconnu comme l’une de ses propriétés définitoires.

38Une autre difficulté est que les fonctions ne sont pas définies par un ensemble homogène de propriétés : ainsi la cliticisation est-elle présentée comme typique du « complément », de même que la non-suppression. Cependant, dans un cas tel que Je vous donne jusqu’à minuit, le SP est à la fois non supprimable (*Je vous donne) et non cliticisable (*Je vous y donne, *Je vous le donne) ; il en va de même pour Je ne te sens plus avec moi (« je sens que tu n’es plus de mon côté, que tu ne me soutiens plus ») : Je ne te sens plus ne correspond pas au même emploi, donc avec moi n’est pas supprimable, mais ni non plus cliticisable, ou de Il a commis crime sur crime (*Il a commis, *Il l’a commis, *Il les a commis) : comme précédemment, on est conduit à relativiser l’une des deux propriétés (en l’occurrence, le caractère obligatoire du SP conduit à le considérer comme un complément), alors qu’à l’inverse, c’est la cliticisation que l’on jugera suffisante pour conclure qu’un constituant est complément s’il est supprimable – comme dans Elle se plaint toujours (de son sort).

39Belinda Lavieu s’interroge également sur ce que signifie au juste « régi » – le complément étant un constituant régi, mais non l’ajout. Certes, l’élément régi est défini comme celui qui participe à la définition de la construction, de l’emploi de la tête (en particulier du verbe). Mais, si la chose est simple à déterminer lorsque le constituant est obligatoire, il n’en va pas de même lorsqu’il peut être supprimé (sans fondamentalement changer le sens de la tête). Ainsi le verbe couver a-t-il deux emplois (entre autres) : La poule couve ses œufs et La mère couve ses enfants, tels que ses œufs peut être supprimé mais non ses enfants (La mère couve n’ayant plus l’interprétation « affective » de La mère couve ses enfants). Mais la première phrase a aussi comme propriété de tolérer une précision locative : La poule couve ses œufs dans le grenier, ce que n’admet pas la seconde : *La mère couve ses enfants dans le salon, donc la possibilité d’un SP d’ordre spatial oppose les deux acceptions et constitue de ce fait une propriété définitoire du premier emploi ; d’où la question : qu’est-ce qui empêche de considérer que le SP locatif est régi par le verbe (certainement pas son caractère facultatif, puisque ce dernier n’empêche pas ses œufs d’être analysé comme un constituant régi) ?

40Dans le second volume, (Modèles linguistiques 2006 - 2, vol. 54), Jean-Jacques Franckel et Denis Paillard questionnent également les conceptions en vigueur en syntaxe sur la rection verbale, et Michel Herslund présente une synthèse de ses analyses et conclusions concernant « l’adjet ». Yukiyo Homma fait le point sur les grands choix qui dominent la scène sémantique en matière de définition des prépositions. Puis établissent un état (éventuellement critique) des travaux existants, Pierre Péroz sur contre, Injoo Choi-Jonin sur avec (avec une incursion sur les terres de sans), Jean-Michel Fortis sur jusque, Badreddine Hamma sur par, Ichraf Khammari sur en, Jean-Claude Anscombre sur quant à. Céline Vaguer clôt l’ensemble des deux volumes par une bibliographie générale sur les prépositions du français.

Haut de page

Bibliographie

Références minimales1

abeillé, Anne (2003), Une grammaire électronique du français, Paris, cnrs Editions.

bosque Munoz, Ignacio & demonte barreto, Violeta (dir.) (1999), Gramatica Descriptiva de la Lengua Española, Madrid, Real Academia Española, colección Nebrija y Bello, Editorial Espasa Calpe, S. A., (rééd. 2000).

goosse, André (1993), Grevisse, Le Bon Usage, Louvain-la-neuve, Duculot, (13e édition).

harris, Zellig S. (1976), Notes du cours de syntaxe, Paris, Le Seuil, (traduction de M. Gross).

huddleston, Rodney & pullum, Geoffrey K. (dir.) (2002), The Cambrige Grammar of the English Language, Cambridge University Press,.

melis, Ludo (2003), La préposition en français, Paris, Ophrys.

renzi, Lorenzo & salvi, Giampaolo, cardinaletti, Anna (dir.) (1991), Grande Grammatica Italiana di Conzultazione, Bologna, Il Mulino, (rééd. 2001).

wilmet, Marc (1997), Grammaire critique du français, Bruxelles, De Boeck & Larcier, (rééd. 2003).

Haut de page

Notes

1 Voir la Bibliographie générale constituée par Céline Vaguer dans Modèles linguistiques 54 (2006 - 2).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danielle Leeman, « 1. La préposition française : caractérisation syntaxique de la catégorie », Modèles linguistiques, 53 | 2006, 7-18.

Référence électronique

Danielle Leeman, « 1. La préposition française : caractérisation syntaxique de la catégorie », Modèles linguistiques [En ligne], 53 | 2006, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 17 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/ml/513 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ml.513

Haut de page

Auteur

Danielle Leeman

Université Paris X-Nanterre et CNRS–UMR7114 (MoDyCo)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Modèles Linguistiques

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search