Navigation – Plan du site
Politiques et polémiques

« Un trésor enfoui »

Kyrillos Loukaris et le Nouveau Testament en grec publié à Genève en 1638 à travers les lettres d’Antoine Léger*
Buried Treasure”: Kyrillos Loukaris and the translation of the New Testament into Modern Greek as seen through the letters of Antoine Léger (Geneva, 1638)
Ovidiu Olar
p. 341-370

Résumés

Depuis les temps héroïques de Christiaan Sepp (1883) et d’Émile Legrand (1894), la traduction du Nouveau Testament en grec moderne de Maxime de Gallipoli suscite l’intérêt de nombreux chercheurs. Imprimée à Genève en 1638, cette traduction est considérée comme « la plus importante initiative pastorale » de Kyrillos Loukaris, le patriarche de Constantinople « calviniste » au destin tragique (Michael Angold). Basé sur des archives, l’article tente de discuter cette conclusion. Les lettres qu’adresse, depuis la capitale ottomane, Antoine Léger, aumônier de l’ambassade de Hollande à Constantinople, permettent de mieux comprendre le contexte et le propos de cette aventure. Dispersées entre Genève, Leyde, Bâle et Wetzikon, ces lettres nous offrent la possibilité de documenter deux vues divergentes sur le statut des Saintes Écritures. Selon la première, la Bible devait être traduite en langue vernaculaire de sorte qu’elle fût comprise par tous ; selon la seconde, les textes bibliques n’étaient pas à mettre entre toutes les mains. Dans la mesure où le débat fut d’un très grand intérêt et lourd de conséquences, un nouveau regard sur un vieux thème est susceptible de produire de nouveaux résultats.

Haut de page

Note de l'auteur

*Cette étude fait partie des résultats du projet numéro PN‑II‑RU‑TE‑2014‑4‑2162 de l’Autorité nationale roumaine pour la recherche scientifique (CNCS – UEFISCDI). Je remercie les rapporteurs anonymes, ainsi que Radu G. Păun et Lidia Cotovanu pour leurs commentaires précieux.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Une édition controversée
Le témoignage d’Antoine Léger
Le point de vue de Kyrillos Loukaris et de Maximos Rodios
« Une loi de l’Église »
Conclusion

Aperçu du texte

Une édition controversée

L’été 1638, les héritiers de Pierre Aubert, imprimeur officiel de la république et de l’Académie de Genève, publièrent une édition en deux volumes du Nouveau Testament en grec. [Fig. 1]. Le premier volet contenait les quatre Évangiles ; le second les Actes des apôtres, les Épîtres et l’Apocalypse de Jean. Le texte était présenté sur deux colonnes, à l’extérieur la version « authentique » (αὐθεντικὸν), à l’intérieur une traduction « nouvelle » (νέαν), en langue « simple » (εἰς ἁπλὴν διάλεκτον), faite par le hiéromoine Maximos Rodios de Gallipoli. Les caractères utilisés pour la traduction étaient plus grands que ceux utilisés pour le texte du « prototype » [Fig. 2]. La préface du traducteur, celle du patriarche Kyrillos Loukaris de Constantinople (1570‑1638) et dix‑huit vers signés par l’hiéromoine Neophytos Patelaros ouvraient le volume.

Les études dédiées aux traductions des Saintes Écritures en grec vernaculaire ont souligné le caractère insolite de l’œuvre,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ovidiu Olar, « « Un trésor enfoui » », Cahiers du monde russe [En ligne], 58/3 | 2017, mis en ligne le 01 juillet 2019, Consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/10097 ; DOI : 10.4000/monderusse.10097

Haut de page

Auteur

Ovidiu Olar

“N. Iorga” Institut d’histoire de l’Académie de Roumanie, Bucarest Université de la Ruhr, Bochum, ovidiuolar@gmail.com

Haut de page

Droits d'auteur

2011

Haut de page