Navigation – Plan du site
Lire, dire et écrire la foi

Marginal Notes in South Slavic Written Culture

Between Practising Memory and Accounting for the Self
Les notes marginales dans la culture écrite des Slaves du sud, entre pratique de la mémoire et récit de soi
Konrad Petrovszky
p. 483-502

Résumés

Jusqu’au xixe siècle, la culture écrite dans la partie orthodoxe de l’Europe du sud‑est a été largement définie par la reproduction de textes religieux et laisse l’historien dans un manque décourageant de documentation écrite, particulièrement quand il s’agit d’étudier le xviie siècle. L’article cherche à élargir notre compréhension de la période en se focalisant sur la riche tradition des notes marginales dans les zones slavophones des Balkans, qui ont jusqu’ici été essentiellement utilisées pour corroborer des faits individuels concernant des personnes, des lieux et des événements, mais n’ont pas été soumises à un examen systématique. Comment pouvons‑nous faire sens de tous ces textes dont l’abondance et la disparité semblent défier toute classification claire? Quels motifs, quels aspects et quels sens de l’écrit peuvent être déduits de leur étude en profondeur ? Dès lors, cette étude permettrait‑elle d’aboutir à une meilleure compréhension de la dimension subjective de l’histoire et quelles seraient les limites de cette approche ? En considérant ce type de source comme relevant de la culture écrite de l’époque, l’article se révèle un exercice de critique des sources qui, progressivement, dévoile de nouvelles possibilités d’approcher le xviie siècle au travers de l’étude des annotations marginales.

Haut de page

Note de la rédaction

Pour faciliter la lecture de cet article, notamment des notes en slavon, privilégiez le format PDF.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

I. Introduction
II. The study of marginalia — between positivism and romanticism
III. Taking notes — in search of an interpretive framework
IV. Giving account — marginalia and commemoration lists
V. The 17th century—a view from the margins of written culture

Aperçu du texte

The marginal note, like a pun, or like a manuscript found in a bottle, offers the reader a kind of puzzle; divorced from the context that first stimulated it, it renders no more than a fragmentary clue to buried possibilities of meaning.

[…] mais il est difficile d’insérer ce matériau historique extraordinairement fragmenté dans une narration suivie. Ces petits graviers d’information sont trop décontextualisés, trop autonomes pour bien servir à l’historien; ces gisements restent donc sous‑exploités.

I. Introduction

In January 1580, after completing the transcription of a Prolog (an abridged collection of Lives of Saints), the monk Visarion decided to incorporate his achievement in a series of contemporary events he considered worthy of mention (citation 1):

And all of this was written in the time of the blessed abbot Pankratije and the venerable Zaharije, and all the brothers in Christ, in the Temple of the fleshless and heavenly powers of the archangels Michael and Gabriel and of the ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Konrad Petrovszky, « Marginal Notes in South Slavic Written Culture », Cahiers du monde russe [En ligne], 58/3 | 2017, mis en ligne le 01 juillet 2019, Consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/10106 ; DOI : 10.4000/monderusse.10106

Haut de page

Auteur

Konrad Petrovszky

Österreichische Akademie der Wissenschaften, Wien, konrad.petrovszky@öaw.ac.at

Haut de page

Droits d'auteur

2011

Haut de page