Navigation – Plan du site
Michel Aucouturier (1933-2017)

Les deux amours de Michel Aucouturier

Michel Aucouturier’s two loves
Georges Nivat
p. 153-158

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Michel Aucouturier, longtemps professeur de littérature russe à l’université de Genève, puis à celle de Paris IV, membre du comité de rédaction des deux principales revues de slavistique en France, était un universitaire hors norme. Par son enfance d’abord : son père journaliste était en poste en Égypte pendant la guerre, et les enfants, Michel, sa sœur Marguerite et leur frère Georges, allèrent à l’école catholique française au Caire. Puis, lorsque leur père, Gustave, normalien de la promotion 1922, fut nommé par l’agence France‑Presse à Moscou, ils passèrent un an dans une maison inconfortable de Moscou, surveillés étroitement, comme tout étranger à cette époque. C’est là qu’ils vécurent la victoire de 1945, puis ils poursuivirent leurs études à Prague, nouveau poste de leur père. Leur mère était tchèque, la famille parlait le tchèque, que Gustave avait étudié aux Langues O’, comme le russe. Michel était trilingue : français, russe et tchèque, mais c’est du russe qu’il fit sa seco...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Nivat, « Les deux amours de Michel Aucouturier », Cahiers du monde russe [En ligne], 59/1 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2018, Consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/10299

Haut de page

Auteur

Georges Nivat

Esery

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page