Navigation – Plan du site
Michel Aucouturier (1933-2017)

In memoriam Michel Aucouturier (1933‑2017)

Jean Bonamour
p. 159-160

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Comment ne pas voir en Michel Aucouturier le type accompli du grand universitaire ?

Je ne retracerai pas ici le détail de son « cursus honorum », qu’on retrouvera dans les excellents « Mélanges » en son honneur, publiés, comme il se devait, par l’Institut d’Études slaves. Il suffira de dire que Michel, jeune normalien, fut, avec Claude Frioux, le premier boursier en URSS, puis assistant de Pierre Pascal à La Sorbonne, bientôt professeur à l’université de Genève, puis à la Sorbonne. Cela sans visée d’ambition, sans stratégie, à la mesure de ses mérites tôt reconnus.

À vrai dire, sa vocation fut une véritable prédestination que les événements avaient confirmée dès son jeune âge. C’est ainsi que le père de Michel, Gustave Aucouturier, lui‑même traducteur de talent, put en qualité de correspondant de l’agence France-Presse passer quelque mois avec sa famille à Moscou à la faveur de la brève détente qui suivit la guerre (septembre 1945‑juin 1946). Rare privilège pour le jeune Michel qui s’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bonamour, « In memoriam Michel Aucouturier (1933‑2017) », Cahiers du monde russe [En ligne], 59/1 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2018, Consulté le 16 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/10306

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page