Navigation – Plan du site
Michel Aucouturier (1933-2017)

In memoriam Michel Aucouturier (1933‑2017)

Alain Besançon
p. 161-162

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Selon Micha Heller, celui qui parlait le russe le plus pur et le plus naturel, parmi les slavisants de sa génération, c’était Michel Aucouturier. Du fond de mon russe misérable, je fais confiance à ce jugement. Je n’ai pas, hélas, assez fréquenté Michel Aucouturier. Mais deux fois quand même. La première fois, c’était au jury de sa thèse. Il en savait sur ce sujet et sur la littérature russe en général infiniment plus que moi. J’eus assez de toupet pour l’interroger à fond et glisser quelques piques. La modestie débonnaire de Michel dans ses réponses parfaitement pertinentes, et qui ne voulut point me retourner mes insolences, me toucha et m’édifia. La seconde fois, c’était moi qui m’exposais à ses critiques dans une discussion à la radio, chez Alain Finkielkraut. Il pouvait éreinter mon dernier livre et je l’appréhendais un peu. Son indulgence et sa compréhension me comblèrent. Je savais aussi que dans sa famille Michel avait subi les pires malheurs. Je sympathisais autant que je p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Besançon, « In memoriam Michel Aucouturier (1933‑2017) », Cahiers du monde russe [En ligne], 59/1 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2018, Consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/10318

Haut de page

Auteur

Alain Besançon

Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page