Navigation – Plan du site
Michel Aucouturier (1933-2017)

In memoriam Michel Aucouturier (1933‑2017)

Véronique Jobert
p. 163-164

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du texte

D’autres que moi sauront mieux rendre compte à sa juste mesure de l’héritage scientifique de ce brillant normalien, charmant professeur et délicieux collègue. Ses nombreuses publications concernent les plus grands noms de la littérature russe dite « classique », tels que Gogol, Puškin, Tolstoj, mais aussi les plus célèbres des poètes russes du xxe siècle : Brodskij, Mandelstam et Pasternak. Ses traductions, parmi lesquelles de remarquables éditions bilingues, ont fait date. Les plus grandes maisons d’édition peuvent s’enorgueillir de l’avoir publié. Je relèverai plus particulièrement le très beau volume de poésie de Mandelstam, Tristia, édité à l’Imprimerie nationale, qu’il m’avait dédicacé. En le feuilletant tout récemment, je suis tombée sur ce magnifique poème « Le crépuscule de la liberté », que Marina Tsvetaeva avait traduit avant lui. Cent ans plus tard, il semble, hélas, fort actuel en Russie.

Je parlerai avant tout du collègue charmant, du directeur d’UFR courtois et concilia...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Jobert, « In memoriam Michel Aucouturier (1933‑2017) », Cahiers du monde russe [En ligne], 59/1 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2018, Consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/10324

Haut de page

Auteur

Véronique Jobert

Moscou, avril 2018

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page