Navigation – Plan du site
Michel Aucouturier (1933-2017)

Mon professeur

My professor
Leonid Heller
p. 169-180

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du texte

La disparition de Michel Aucouturier m’a bouleversé. Bien qu’on se connût depuis longtemps, il ne devait pas me compter parmi ses personnes proches. Je suppose qu’il me voyait pour ce que j’étais effectivement : son ancien étudiant et fils de l’un de ses amis. Dans les dernières années, nous nous sommes rapprochés un peu ; j’ai commencé à l’appeler par son prénom (il le faisait bien entendu depuis toujours) ; pour moi, grandi en Russie et en Pologne, ce n’était pas une mince affaire. En tant qu’ami de mon père, il avait déjà un statut d’exception et puis, il a été mon prof. Plus que cela, mon Doktorvater, comme disent les Allemands, directeur de ma thèse, un père institutionnel. Ce qui ne manque pas de créer un lien, ne serait‑ce qu’unilatéral, du bas vers le haut. Pour moi, il faisait en quelque sorte partie de ma famille. Une présence certes intermittente, mais qui durait depuis plus de quatre décennies.

Une présence pas seulement symbolique, pas seulement affective. Depuis les ann...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Leonid Heller, « Mon professeur », Cahiers du monde russe [En ligne], 59/1 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2018, Consulté le 18 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/10342

Haut de page

Auteur

Leonid Heller

Lausanne‑Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page