Navigation – Plan du site

L’affaire Hain

Kyiv, hiver 1952
The Khain affair, Kiev, winter 1952
Juliette Cadiot
p. 255-288

Résumés

À Kiev, entre le 20 et le 26 novembre 1952, au club du ministère de la Sécurité d’État (MGB), 15/17 rue Rosa Luxembourg, les inculpés Hanan Aronovič Hain, Jakov Evseevič Jarošeckij, David Izrailevič Gerzon, Moisej Salomonovič Gruško, Lev Šlemovič Teplickij, âgés de plus de cinquante ans à l’exception d’un seul, furent jugés coupables par le tribunal militaire de la région de Kyiv d’avoir voulu saboter le commerce soviétique en ayant causé un préjudice à l’État de sept millions de roubles. De 1946 à son renvoi en 1951, Hain dirigea un commerce de gros de textile, une base (Glavlegsbyt) qui pourvoyait la région de Kyiv en tissu pour un chiffre d’affaires de plus de deux milliards de roubles et qui employait 160 salariés. Ce fut à l’issue d’une enquête sur divers détournements, vols et reventes de marchandises, corruption, ayant impliqué des dizaines d’inculpés et une centaine de témoins que les protagonistes principaux de cette affaire furent appréhendés, détenus et condamnés ; trois d’entre eux furent exécutés. À travers l’étude des archives judiciaires de ce procès, se dessinent les traits d’un certain milieu, celui des cadres du commerce soviétique qui faisaient preuve de débrouillardise dans le contexte extrêmement contraint de la désorganisation, du déficit et de l’anxiété de l’après-guerre. Le procès de Hain éclaire la dynamique entre redistribution et marché propre à l’économie soviétique et l’intersection entre le monde des politiques et celui des criminels économiques, à l’échelle régionale et locale.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Une affaire de criminalité économique
Le contexte antisémite
Trajectoires et destins
Du vol au sabotage
Un maître en son domaine
Tisser la toile des protections, notables du parti et hommes de loi
Confiscations et saisies de l’ensemble des biens de l’entourage
Trouver une cause à la crise de ravitaillement de Kyiv
Épilogue
Conclusion : micro‑histoire de la microéconomie stalinienne

Aperçu du texte

Dans son ouvrage sur les Juifs d’Union soviétique, Benjamin Pinkus mentionne le caractère antisémite de procès en criminalité économique tenus au début des années 1950. Il n’écarte pas la possibilité que les protagonistes aient été coupables de malversations, mais il s’arrête sur la sévérité de certains verdicts, citant en particulier un procès s’étant déroulé à Kyiv en 1952. Il souligne que l’affaire fut jugée par un tribunal militaire plutôt qu’un tribunal civil, que la condamnation à mort de trois des cinq inculpés sonnait comme un avertissement et que la judéité de ces derniers constitue un fait significatif. Sans donner de noms, il faisait référence au procès de Hanan Aronovič Hain qui aboutit à la condamnation à mort de trois employés de commerce de confession juive. Affaire publique — le quotidien Pravda Ukrajny la rapporta et, à sa suite, la presse occidentale—, elle tomba rapidement dans l’oubli. Par suite de la révolution de Maïdan en 2014 et du changement de direction aux...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Cadiot, « L’affaire Hain », Cahiers du monde russe [En ligne], 59/2-3 | 2018, mis en ligne le 01 avril 2020, Consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/10415 ; DOI : 10.4000/monderusse.10415

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page