Navigation – Plan du site

Self-Made Boats and Social Self-Management

The late-Soviet ethics of mutual aid
Bateaux faits-maison et autogestion sociale ou l’éthique d’assistance mutuelle à l’époque soviétique tardive
Xenia Cherkaev
p. 289-310

Résumés

L’article débute par les récits rocambolesques de Léningradois qui, à partir de matériaux industriels obtenus de manière illicite, réalisèrent eux-mêmes leurs propres équipements pour pratiquer des activités de loisir de plein air. L’auteur ne considère pas ces récits comme une preuve de la circulation illicite de matériaux, mais davantage comme l’expression de valeurs éthiques : celles-ci auraient la générosité pour base commune et ne sauraient être considérées au prisme de cadres analytiques basés sur l’intérêt privé et la volonté d’acquérir. L’auteur soutient qu’elles doivent plutôt être comprises comme l’expression d’un régime soviétique idiosyncratique de la propriété axé sur le bien de l’individu et qui n’était pas opposé à la propriété socialiste mais en était co-constitutif. Par le biais de l’analyse de documents politiques, d’arguments juridiques et d’articles de presse des années 1960, l’auteur montre que les réformes prévues par le troisième programme du Parti en 1961 ont étendu la logique juridique de la propriété personnelle à la sphère éthique personnelle. Plus précisément, le programme exigeait que le peuple place ses obligations éthiques — œuvrer pour le bien collectif — au-dessus de ses obligations formelles de suivre la loi à la lettre. En encadrant les transactions nécessaires mais non planifiées dans les termes légaux de l’« assistance mutuelle », cette posture morale aida l’économie à paraître fonctionnelle en dépit de ses problèmes endémiques de distribution.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

How‑to guides and how to get materials
Economics and ethics
Socialist property and comradely mutual aid
The plans of the party – the plans of the people

Aperçu du texte

Figure 1 shows a self‑made kayak stuck on the rapids nearby what used to be Leningrad. Years after I saw this boat myself, I ran into a man whom I had known to have used it, and I showed him this photograph, hoping it might surprise him. But my interlocutor wasn’t surprised. “I don’t know whether that’s the particular boat,” he told me, “the thing is, they all looked the same.” Indeed, this kayak is a representative example of the types of boats that were made in Leningrad in the 1970s and 1980s. And its unremarkable nature is one of its most remarkable features: although such boats were made from factually stolen industrial materials, they mostly looked the same because they were made following officially published how‑to guides. The boat thus illustrates an apparent contradiction of late‑Soviet life: the state itself seems to have supported the breaking of its laws. Below, I explain this contradiction in greater detail, and I propose that we can resolve it by abandoning the widely...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xenia Cherkaev, « Self-Made Boats and Social Self-Management », Cahiers du monde russe [En ligne], 59/2-3 | 2018, mis en ligne le 01 avril 2020, Consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/10422 ; DOI : 10.4000/monderusse.10422

Haut de page

Auteur

Xenia Cherkaev

Davis Center for Russian & Eurasian Studies, Harvard University, xenia.cherkaev@gmail.com

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page