Navigation – Plan du site

Rupture du monopole dans la fabrication du cinéma (1958-1970)

Studios institutionnels et pratiques économiques alternatives
Making movies outside state monopoly: Institutional film studios and alternative economic practices (1958-1970)
Irina Tcherneva
p. 311-340

Résumés

La récente historiographie du cinéma soviétique met en lumière les marges de manœuvre dont les cinéastes disposaient au sein d’une industrie unifiée et hiérarchisée. Ceci permet d’étudier, pour la première fois, la rupture du monopole du trust cinématographique d’État établi dans les années 1930. Dès la fin des années 1950, les studios non professionnels créés auprès des établissements, des instituts de recherche et des usines produisent des films. Ce mouvement d’ampleur s’observe partout en URSS. Ces studios se situent en dehors du périmètre de l’industrie filmique et recourent à des pratiques économiques non encadrées par les instances centrales, ce qui incite celles-ci à procéder à des contrôles tout au long des années 1960. Les studios, au départ qualifiés d’amateurs, pratiquent des prix compétitifs et semblent particulièrement habiles dans la relation de l’offre et de la demande sur le terrain du cinéma commandé par les entreprises et les ministères soviétiques. Ils se retrouvent au cœur de réseaux de coopération qui réunissent autorités locales, cinéastes professionnels, fabriques d’équipement et de pellicule et deviennent de véritables concurrents de la filière classique. Le présent article montre comment les administrations d’État — Comité du cinéma, Conseil des ministres, Comité de contrôle du Parti et de l’État, Comité d’État pour la coordination des travaux de recherche — y décèlent des activités économiques rentables auxquelles elles aspirèrent à fixer des limites. Cette étude s’appuie sur l’analyse des fonds du Comité du cinéma et du Conseil des ministres de Lettonie, et de la documentation du fonds du Comité de contrôle du Parti et de l’État, qui contient des entretiens semi-directifs avec des cinéastes et des données, encore jamais explorées, sur la perception qu’avaient les instances centrales de ces pratiques non avalisées.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

L’absorption du cinéma amateur par les institutions
Le statut du cinéma utilitaire et le risque de briser le monopole central
S’aventurer aux frontières du permis. Fixer les bornes de la révision de la filière
De la répression, via l’encadrement, vers une mise en cause des pratiques orthodoxes
Conclusion

Aperçu du texte

L’État soviétique enferma la filière du cinéma dans les bornes d’un trust, qui, dès la fin des années 1930, regroupait production, distribution et exploitation. Le prototype hollywoodien, perçu comme efficace au début de cette décennie par les milieux du cinéma et les décideurs politiques, fut ainsi transposé, bien que fragmentairement, sur le terrain soviétique. En premier lieu, ce trust se caractérisait par le regroupement, au sein d’un même complexe, de l’ensemble des activités (conception, fabrication et édition, vente et diffusion des films). Le mouvement de concentration se déploya aussi à l’horizontale : le nombre de concurrents investis dans le même type de travail fut réduit. Les studios soviétiques concurrents dans les années 1920 (Sovkino, SevZapKino, Vufku en Ukraine, Goskinprom en Géorgie) furent progressivement incorporés au sein d’une structure unique fondée sur le principe de la répartition géographique et de la spécialisation des fabricants de films. Dans le champ d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irina Tcherneva, « Rupture du monopole dans la fabrication du cinéma (1958-1970) », Cahiers du monde russe [En ligne], 59/2-3 | 2018, mis en ligne le 01 avril 2020, Consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/10434 ; DOI : 10.4000/monderusse.10434

Haut de page

Auteur

Irina Tcherneva

CERCEC, EHESS, Paris, Fondation pour la Mémoire de la Shoah, Paris, irina.tcherneva@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page