Navigation – Plan du site
Arsenij Roginskij (1946-2017)

La chose la plus monstrueuse était l’absence de couleurs

Arsenij Roginskij
Traduction de Wladimir Berelowitch
p. 369-390

Note de la rédaction

Traduit du russe par Wladimir Berelowitch

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Aujourd’hui, nous sommes le 30 mars 2009, je viens d’avoir 63 ans. Cela paraît un très grand âge, et je me rappelle toujours comment, lorsque j’étais gamin, je voyais mon professeur de 40 ans : il me semblait infiniment adulte. Non pas vieux, mais terriblement adulte. Quant aux sexagénaires, bien sûr, c’étaient pour moi des vieillards, mais chose étrange, aujourd’hui je ne me considère pas du tout comme un vieil homme, et même, parfois, je ne me sens pas tellement adulte. C’est comme s’il y avait déjà un très gros morceau de vie derrière moi, mais aussi comme si j’en avais encore trois fois plus devant moi qui m’attendait, même si, bien sûr, je sais que c’est une illusion. Donc je suis né le 30 mars 1946, et je suis né dans une certaine ville qui est totalement inconnue des Français et peu connue des Russes : la ville de Vel´sk, dans la région d’Arhangel´sk. Et toute ma vie, j’ai eu dans mon passeport ces mots : « la ville de Vel´sk » et, toute ma vie, j’ai éprouvé une sorte d’excit...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arsenij Roginskij, « La chose la plus monstrueuse était l’absence de couleurs », Cahiers du monde russe [En ligne], 59/2-3 | 2018, mis en ligne le 01 avril 2018, Consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/10469

Haut de page

Auteur

Arsenij Roginskij

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page