Navigation – Plan du site
Arsenij Roginskij (1946-2017)

Senja Roginskij

L’histoire d’un homme entier
Maria Ferretti
Traduction de Alexis Berelowitch
p. 391-402

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du texte

У меня сегодня много дела :
Надо память до конца убить,
Надо, чтоб душа окаменела,
Надо снова научиться жить.

Aujourd’hui, j’ai beaucoup à faire :
Il me faut tuer la mémoire jusqu’au bout,
Il faut que mon âme se fasse de pierre,
Il me faut apprendre à vivre de nouveau.

Anna Akhmatova, Requiem

À la fin de l’an 2017, la Russie a perdu une des rares autorités morales qui, après le naufrage de l’URSS et la naissance mouvementée du nouveau régime postsoviétique, prenait encore courageusement la parole sur la scène publique. Après une longue maladie, le 18 décembre 2017, Arsenij Roginskij est mort. Président de Memorial, dont il fut un des fondateurs, Arsenij Borisovič Roginskij incarnait, probablement mieux que tout autre, ce qu’était l’esprit de Memorial avec ses nombreuses facettes, depuis l’engagement dans la lutte pour les droits de l’homme et la liberté jusqu’à la défense de la mémoire et un savoir historique indépendant et rigoureux, fondé sur une étude des sources traitées avec la rigueur ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Ferretti, « Senja Roginskij », Cahiers du monde russe [En ligne], 59/2-3 | 2018, mis en ligne le 01 avril 2018, Consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/10474

Haut de page

Auteur

Maria Ferretti

Rome, janvier 2018

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page