Navigation – Plan du site
Articles

Les Adjars et la Première Guerre mondiale

Traîtres ou victimes ?
Ajars and the First World War: Traitors or victims?
Edith Ybert‑Chabrier
p. 443-472

Résumés

Les oblasts de Kars et de Batum sont les seuls territoires de l’Empire russe peuplés majoritairement de musulmans à avoir connu, partiellement et temporairement (de novembre 1914 à avril 1915 pour les derniers libérés), l’occupation des Turcs ottomans pendant la Première Guerre mondiale. Comment les musulmans de ces régions se sont‑ils comportés ? Ont‑ils collaboré avec les armées turques et trahi l’État ou sont‑ils restés loyaux ? Les archives du gouverneur de Batum et du Conseil des ministres de Saint‑Pétersbourg, ainsi que la presse tant des capitales russes que du Caucase, permettent d’appréhender leur comportement et les mesures punitives prises à leur endroit, qui connaissent un début d’application en 1915 puis sont en partie abandonnées. Victimes de déplacements de population spontanés ou forcés, de massacres et de pillages, Arméniens et musulmans locaux sont aussi les acteurs de violences interethniques les opposant. Cependant, les Adjars, défendus entre autres par l’intelligentsia géorgienne, n’apparaissent pas comme seulement traîtres ou victimes. Ils s’affirment aussi sur la scène régionale et revendiquent leur autonomie. Celle‑ci leur est garantie par le traité d’amitié soviéto‑turc (16 mars 1921), qui stipule également la cession de l’oblast de Kars et du district d’Artvin à la Turquie.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Une région frontière en voie d’intégration ?
L’administration des confins : politique sécuritaire et mesures d’exception
L’occupation ottomane et le comportement des populations civiles
La gouvernance impériale : continuités, infléchissements et revirements
Violences et destructions
Les Adjars et les différents agendas politiques

Aperçu du texte

À l’époque de la Première Guerre mondiale, l’on parle presque indifféremment des musulmans des régions de Kars et de Batum et des Adjars. En revanche, dans le débat public, il est question d’une « affaire adjare » ou d’une « question adjare », laquelle concerne souvent l’ensemble desdits musulmans. Il s’agit en fait des populations musulmanes qui ont connu l’occupation des Turcs ottomans de novembre 1914 à mars‑avril 1915 pour les dernières libérées. Ces régions, les plus récentes conquêtes russes au Caucase, ont été rattachées à l’Empire en 1878 et constituent une sorte d’« Alsace‑Lorraine turque ». Revendiqués par les Ottomans, les trois sandjaks perdus de Kars, d’Ardahan et de Batum, appelés elviye‑i selase sont toujours désignés dans le langage officiel comme « nos provinces ». Seuls territoires musulmans de l’Empire russe à avoir temporairement et partiellement connu l’occupation ottomane pendant cette guerre, ils servent ensuite de base arrière à l’armée russe lors de ses opér...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edith Ybert‑Chabrier, « Les Adjars et la Première Guerre mondiale », Cahiers du monde russe [En ligne], 59/4 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2022, Consulté le 13 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/10524 ; DOI : 10.4000/monderusse.10524

Haut de page

Auteur

Edith Ybert‑Chabrier

CETOBAC, CERCEC, EHESS, PSL, ybert.edith@neuf.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page