Navigation – Plan du site
Articles

“We Can’t Shoot Everyone”

Supreme Soviet Discussions of Death Row Pardons, 1953‑1964
« On ne peut pas tuer tout le monde » : Les discussions du Soviet suprême sur les grâces du couloir de la mort, 1953‑1964
Jeffrey S. Hardy et Yana Skorobogatov
p. 473-498

Résumés

L’étude menée dans cet article sur les discussions tenues autour des recours en grâce présentés par les condamnés à mort nous permet de mieux appréhender la justice criminelle à l’ère khrouchtchévienne. Les transcriptions des réunions du Présidium du Soviet suprême de l’URSS révèlent les négociations complexes qu’ont menées les dirigeants de second plan, en particulier les présidents du Présidium, Kliment Vorošilov et Leonid Brežnev, en faveur de la clémence, de la sévérité, de la régularité socialiste, de l’indépendance judiciaire et de la moralité communiste. Par leurs discussions sans détour et leurs décisions prises sur des questions de vie ou de mort pour les assassins, les criminels économiques et les violeurs, amendant ou faisant respecter les décisions de justice, les membres du Présidium ont contribué à forger le climat juridique poststalinien qui émergeait alors, dessinant une tendance très nette à l’autonomie judiciaire accompagnée d’arguments moraux prônant la clémence (en particulier sous Vorošilov) ou le châtiment (prédominant sous Brežnev).

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Presidium Discussions under Kliment Voroshilov, 1953‑1960
Two Case Studies
The Pardonable and Unpardonable
Presidium Discussions under Leonid Brezhnev, 1960‑1964
The Paper‑Pushing Chairman : 1960‑1962
New Laws, Old Morals: 1962‑1964
Conclusions

Aperçu du texte

Khrushchev‑era criminal justice reforms brought several central tensions of the Soviet legal system into sharp relief. Prominent among these were the questions of whether political interference in the judicial system was acceptable and whether court‑mandated punishments should be lenient and re‑educational or harsh and retributive. Political interference for various reasons was common in the Stalin era, with Joseph Stalin and other high‑ranking officials passing laws and issuing edicts that contravened the Soviet constitution and directly affected the outcome of judicial cases. In the Khrushchev era the increasingly professionalized and systematized Soviet criminal justice establishment demanded stricter adherence to written law in reaction to these miscarriages of justice during the Stalin era. Indeed, “strict observance of the law” became one of the central features of a new conception of “socialist legality” espoused by Joseph Stalin’s successors, who increasingly crafted laws ba...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeffrey S. Hardy et Yana Skorobogatov, « “We Can’t Shoot Everyone” », Cahiers du monde russe [En ligne], 59/4 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2022, Consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/10532 ; DOI : 10.4000/monderusse.10532

Haut de page

Auteurs

Jeffrey S. Hardy

Brigham Young University, jeff_hardy@byu.edu

Yana Skorobogatov

Williams College, Williamstown, MA, ys3@williams.edu

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page