Navigation – Plan du site
Articles

The Soviet Afro‑Asian Solidarity Committee and Soviet Perceptions of the Middle East during Late Socialism

Le comité soviétique de solidarité afro‑asiatique et les perceptions soviétiques du Moyen‑Orient à l’époque du socialisme tardif
Philipp Casula
p. 499-520

Résumés

Comment le petit groupe des représentants soviétiques de la culture percevait‑il le Moyen‑Orient sous le socialisme tardif ? Qu’en pensait‑il et comment l’appréhendait‑il ? Le comité soviétique de solidarité afro‑asiatique a valeur d’étude de cas et l’analyse de ses déclarations, rapports et communications permet de fournir des réponses à ces questions. L’auteur passe au crible les archives du comité de solidarité et discute l’interaction de celui‑ci avec divers mouvements et « fronts » de libération. De la sorte, il souligne les singularités d’un orientalisme soviétique. Pour débuter, il contextualise l’engagement soviétique pour le Tiers monde en mentionnant les multiples « organisations publiques » chargées de propager le socialisme. Le comité de solidarité, lui, bien que dépendant du département international du PCUS, se targuait de jouir d’une certaine autonomie. Ensuite, l’auteur montre comment le comité de solidarité était engagé vis‑à‑vis de ses partenaires étrangers dans quatre activités de façonnage identitaire : il établissait une distinction entre les amis et les ennemis, il « agréait » ses partenaires comme révolutionnaires, et il jugeait constamment et évaluait leur comportement, tant sur le plan institutionnel qu’individuel. Il en émerge un orientalisme particulier, dans lequel le Moi est indubitablement le plus puissant, mais dans lequel l’Autre est toujours considéré comme ayant le potentiel de devenir semblable au Moi soviétique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

State of the art and conceptual considerations
Crafting identities: friends and foes in a conflict‑ridden place
Assessing and evaluating individuals and movements
The Solidarity Committee as diplomatic backchannel?
Conclusions

Aperçu du texte

“Well, Seriozha, it’s not easy to be the first one.
he first one starts something big and honourable.
And we are right to be proud of it. But from then
on we pay a heavy price, from then on it costs us dearly.”
Proshu slova, 1975

The Soviet Afro‑Asian Solidarity Committee (SKSSAA) was established in May 1955. It received offices close to the Ministry of Foreign Affairs, at 10 Kropotkina Street (today Prechistenka). The yellow mansion had previously belonged to Count Ivan Odoevskii and Decembrist general Michail Orlov. It housed the Jewish Anti‑Fascist Committee until the Solidarity Committee took up residence. The SKSSAA operated at the fringes of official foreign policy and filled the gaps left by other Soviet institutions. It developed specific views and peculiar perspectives on the Middle East and on the developing world in general.

The Solidarity Committee was specifically tasked with interacting with liberation movements and other foreign non‑state organisations with which neithe...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philipp Casula, « The Soviet Afro‑Asian Solidarity Committee and Soviet Perceptions of the Middle East during Late Socialism », Cahiers du monde russe [En ligne], 59/4 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2022, Consulté le 24 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/10542 ; DOI : 10.4000/monderusse.10542

Haut de page

Auteur

Philipp Casula

University of Basel, ph.casula@unibas.ch

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page