Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Europe centrale et orientale

Olivier Dard, Emmanuel Mattiato, Christophe Poupault et Frédéric Sallee, dir., Voyager dans les États autoritaires et totalitaires de l’Europe de l’entre‑deux‑guerres

Confrontations aux régimes, perceptions des idéologies et comparaisons
Natalia Pashkeeva
p. 724-728
Notice bibliographique

Olivier DARD, Emmanuel MATTIATO, Christophe POUPAULT et Frédéric SALLEE, dir., Voyager dans les États autoritaires et totalitaires de l’Europe de l’entre‑deux‑guerres. Confrontations aux régimes, perceptions des idéologies et comparaisons, Chambéry : Université Savoie Mont Blanc (Laboratoire LLSETI), 2017, 254 p.

Texte intégral

1Le recueil publié par Olivier Dard, Emmanuel Mattiato, Christophe Poupault et Frédéric Sallée rassemble les résultats de la réflexion et du dialogue entrepris par plusieurs historiens afin de poursuivre l’exploration de la problématique des voyages transfrontaliers comme objet d’histoire. Présentées et discutées pendant un colloque international tenu en Sorbonne, en avril 2017, ces études sont réunies par une introduction commune les inscrivant dans une tradition historiographique qui se développe depuis une trentaine d’années. De façon convaincante l’introduction établit l’importance des voyageurs comme acteurs de la constitution des savoirs sur les régimes politiques, l’accent étant porté en l’occurrence sur plusieurs modèles autoritaires et totalitaires, formés en résultat d’une crise qui toucha les États européens après la Première Guerre mondiale. L’intérêt des récits de voyage comme sources historiques étant connu, les limites des informations qu’ils communiquent à l’historien sont également soulignées. Deux facteurs principaux contribuent au fait que ce type de sources est difficile à manier : d’abord, une éventuelle partialité des voyageurs observateurs, due soit aux grilles de lecture qui leur sont propres, soit aux conditions d’accueil, surtout s’il s’agit des voyages réalisés dans un cadre officiel (voyage universitaire, voyage encadré promu par les autorités du régime ou encore, voyage réalisé dans le cadre d’un contrat de travail) ; ensuite, des écarts chronologiques pouvant exister entre les dates du voyage, de la rédaction et de la publication des récits.

2Les dix articles réunis dans le recueil présentent un matériel riche, tiré des récits de voyage publiés sous forme d’ouvrages et d’articles, ainsi que des rapports et de la correspondance manuscrite échangée entre les acteurs impliqués d’une manière ou d’une autre dans les voyages. Les types de voyage, les motivations et les statuts des voyageurs observateurs, examinés dans les articles, ainsi que les aires géo‑culturelles et politiques visitées et les aspects des régimes, révélés par les visiteurs, sont très variés, ceci constituant un des avantages de l’ouvrage.

3La première partie du recueil réunit trois articles sous le titre générique « Les voyages des experts : À la recherche de modèles politiques ? ». Clément Million traite des analyses du régime de « libertés » en Italie fasciste et en Allemagne nazie, menées par les juristes français ayant pu profiter des échanges universitaires dans le cadre de leurs thèses de doctorat en droit. L’auteur présente les statistiques sur le nombre des thèses publiées sur ces sujets en France, montrant comment l’intérêt des juristes français évoluait en fonction des événements politiques se produisant dans les pays étudiés. Monika Poettinger examine l’expérience de l’architecte italien, Gaetano Ciocca, qui était en charge de la construction de la première usine pour la production en série de roulements à billes à Moscou en 1930‑1932, et les observations qu’il tira de son séjour de deux ans en URSS. Jean‑Philippe Bareil présente les idées sur l’Italie fasciste diffusées en France par un groupe d’architectes français, collaborateurs de la jeune revue L’Architecture d’Aujourd’hui, après leur voyage à Milan, en septembre 1933, pour assister la IIe réunion internationale d’architectes, organisée conjointement par la revue, le syndicat fasciste des architectes italiens et la Triennale de Milan.

4Quatre articles de la deuxième partie du recueil révèlent les « expériences singulières ». Plusieurs cas de figure ont été envisagés. Manuelle Peloille brosse un panorama des opinions formulées sur le régime soviétique par les Espagnols ‑ écrivains, correspondants de presse, militants ouvriers ou socialistes ‑ voyageant en URSS pendant la période entre 1917 et le début de la guerre civile espagnole en 1936. Mari Carmen Rodríguez analyse les mécanismes créés en Espagne pendant la guerre civile, en 1936‑1939, tant par les autorités entendant défendre le gouvernement de Front populaire que par les autorités défendant un modèle politique autoritaire sous la direction du quartier général de Franco afin d’encadrer les voyages des visiteurs occidentaux, intellectuels, figures politiques et représentants de la bourgeoisie considérés comme influents. L’auteur évoque quelques observations diffusées sur l’Espagne par la duchesse d’Atholl, membre du Scottish Unionist Party et députée écossaise conservatrice, l’indépendantiste indien Jawaharlal Nehrudu, ainsi que Douglas Herrold, Maxime Real del Sarte et Charles Maurras ayant profité de ces voyages encadrés. Les trois voyages en Allemagne du philosophe, homme politique et économiste italien Ugo Spirito, accomplis en 1933, 1934 et 1939, font l’objet de l’article de Piero Roggi. L’intérêt du voyageur pour les systèmes économiques alternatifs au capitalisme et, notamment, pour le corporatisme attira son attention à la nouvelle loi nationale‑socialiste sur l’organisation du travail national du 20 janvier 1934. Le voyage fit naître une publication collective, Nuove esperienze economiche (1935), exposant les transformations des systèmes économiques, notamment la « déprivatisation » du capitalisme et le développement des économies programmées après la crise de 1929 en Allemagne, en Australie, aux États‑Unis, au Japon, en Nouvelle‑Zélande, au Royaume‑Uni et en URSS. L’auteur du quatrième article, Hervé Lemesle, confronte les impressions tirées des voyages en Yougoslavie dans les années 1930 par le psychologue et militant communiste l’Autrichien Manès Sperber, le Croato‑Hongrois François Fejtö, communiste devenu membre du Parti social‑démocrate et défenseur d’une ligne humaniste non violente, et la femme de lettres socialiste et féministe britannique Rebecca West.

5Les articles de la troisième partie présentent des « visions comparées » des nouveaux régimes. Rachel Mazuy entreprend de saisir quelques impressions sur l’Allemagne et la Pologne reçues par les Français voyageant en URSS dans les années 1930. Adeline Blaskiewicz expose les observations faites par Albert Thomas, ancien député, ministre socialiste et directeur du Bureau international du travail (BIT), lors de ses voyages en Italie et en URSS sur le système corporatif fasciste et sur le modèle économique et social élaboré par le régime soviétique. Sont aussi présentées les comparaisons que l’observateur haut placé fit entre les aspects politiques des deux régimes, ainsi que la réception de ses voyages en Europe. En tant que directeur du BIT, Albert Thomas maintenait les contacts avec le régime fasciste, en générant ainsi des suspicions de fascination pour le fascisme. La réception de son voyage dans le pays des Soviets est moins passionnée. Lors de différentes conférences données par la suite par Albert Thomas auprès des milieux intellectuels modérés, voire hostiles au bolchevisme, il diffusait l’idée de la nécessité de lutter contre le communisme, mais aussi du besoin de renforcer les contacts avec l’URSS afin de la ramener dans la vie internationale. Enfin, un vaste programme de bourses d’études, élaboré depuis 1922 par le Laura Spelman Rockfeller Memorial avec pour but de stimuler le développement de recherches empiriques et de rendre ainsi les sciences sociales plus utiles pour la résolution des problèmes pratiques des sociétés contemporaines, est au centre de l’attention de Judith Syga‑Dubois. Parmi les voyages effectués dans les États autoritaires grâce à ce programme, l’auteur évoque plusieurs cas de figure spécifiques des années 1930. Les Allemands Woldemar Koch, proche du national‑socialisme, et Gerhard Dobbert, tous deux se spécialisant initialement sur l’économie soviétique, vinrent en Italie pour étudier le système économique fasciste. Les Français René Capitant, professeur de droit constitutionnel à l’université de Strasbourg, et le philosophe Louis Rougier obtinrent des bourses pour enquêter sur les causes de l’échec de la constitution de la république de Weimar et les restrictions pesant sur la liberté de pensée en Allemagne respectivement. Enfin, le membre de la British Union of Fascists, Claud W.H. Sutton, séjourna en Allemagne pour étudier l’organisation interne et la politique étrangère du national‑socialisme, tandis que l’Américain John De Wilde, avocat de la démocratie libérale, s’intéressa à étudier les nouvelles régulations de la vie économique allemande et la pression exercée par le régime sur les individus.

6Ainsi, une grande partie de l’attention des auteurs du recueil est portée aux figures du voyageur. Une multitude de motivations pouvant sous‑tendre le voyage est révélée : les études scientifiques, le militantisme politique, le journalisme d’investigation ou l’accomplissement des devoirs d’un haut fonctionnaire. La foi en la rationalisation de la production de masse comme meilleur moyen pour assurer le progrès de l’humanité et améliorer la vie de tous les individus poussa l’architecte Gaetano Ciocca à Moscou pour tenter d’y réaliser ses projets d’architecture industrielle moderne. La Russie attirait les visiteurs espagnols parce qu’elle partageait avec l’Espagne des problématiques communes de retard industriel, d’arriération de la paysannerie et d’autoritarisme en tant que tradition politique. Avec la crise frappant leur pays depuis 1917, les Espagnols tournèrent davantage le regard vers le pays des Soviets cherchant à comprendre si le modèle politique, économique et social que le bolchevisme était en train d’élaborer pouvait être une solution alternative pour l’Espagne. Puisque certains droits économiques furent sauvegardés en Italie et en Allemagne de l’entre‑deux‑guerres, les étudiants français en droit considérèrent les régimes nazi et fasciste comme des modèles de protection. Les jeunes architectes français furent attirés en Italie par l’impulsion que le régime fasciste donna au développement de l’architecture, ce qui impliquait la reconnaissance de la valeur esthétique, mais aussi politique de l’œuvre des architectes. En valorisant a posteriori l’expérience fasciste sur les pages de la revue L’Architecture d’Aujourd’hui, les architectes français espéraient faire ainsi évoluer le statut de « l’art de bâtir » et la formation universitaire d’architecte en France.

7La diversité des cas mise en évidence par le recueil montre que, contrairement à la nature autoritaire ou totalitaire des régimes politiques, les pays exposés aux dictatures dans l’entre‑deux‑guerres n’étaient pas impénétrables. Au contraire, ils attiraient davantage l’attention. Des mécanismes d’accueil des étrangers mis en place dans certains cas (la VOKS et l’Intourist en URSS, le Service national du tourisme créé en 1938 par le quartier général de Francisco Franco, les guides officiels encadrant les voyageurs « élus » visitant l’Espagne républicaine, etc.) facilitaient l’organisation des voyages. La perception du régime politique pouvait s’expliquer par une multiplicité de facteurs. Ainsi, un numéro spécial de la revue française L’Architecture d’Aujourd’hui, tiré du séjour des membres de la rédaction en Italie, fait une « présentation laudative » du régime fasciste parce que celui‑ci créa entre 1926 et 1933 cinq écoles d’architecture, fonda le Syndicat national fasciste des architectes et promulgua deux lois modifiant le statut de l’architecte. Quant à la France, elle était encore très loin de reconnaître la valeur de la profession d’architecte. La rédaction de la revue n’ignore pas la nature autoritaire du régime fasciste. Les quelques remarques à ce sujet étant teintées d’ironie, le Duce est pourtant invité à continuer à exercer ses pouvoirs afin de promouvoir une architecture des « temps nouveaux » et de consolider le statut de l’architecte dans la société moderne.

8Tout en constituant l’atout du recueil, l’extrême diversité du matériel engagé a rendu son organisation difficile, les titres des parties pouvant parfois confondre le lecteur. Ainsi, le titre de la première partie focalise l’attention sur la « recherche des modèles politiques ». Les récits publiés par l’architecte italien Gaetano Ciocca après son séjour en URSS et par les architectes français dans le numéro spécial de L’Architecture d’Aujourd’hui après leur séjour en Italie, les deux cas de figure étant traités dans la première partie, fournissent, en effet, quelques idées sur les modèles politiques des régimes soviétique et fasciste. Mais il ressort des articles que l’intérêt de ces voyageurs pour les modèles politiques était secondaire. Gaetano Ciocca partit en URSS parce que le voyage lui offrit l’occasion de mettre en pratique sa vision de l’architecture industrielle moderne. De même, l’Italie sembla attirer les architectes français non par le modèle politique, mais avant tout par l’élan donné par le régime fasciste à l’architecture. Leurs récits de voyage évoquent les aspects politiques des régimes, mais il ne semble pas que comprendre les modèles politiques était leur but ultime. Le titre de la deuxième partie traitant des « expériences singulières » peut vraiment s’appliquer à tous les sujets présentés dans le recueil, chacun des voyageurs se trouvant dans une situation singulière. L’article de Judith Syga‑Dubois, placé dans la troisième partie consacrée aux « visions comparées », ne compare vraiment pas les impressions des boursiers de la fondation Rockefeller, contrairement aux perceptions du régime yougoslave que l’article d’Hervé Lemesle, se trouvant dans la deuxième partie, présente de façon comparative. Une introduction et une conclusion dans chacune des trois parties auraient aidé à éliminer les incohérences et à mieux orienter le lecteur.

9Analyser les voyages étrangers dans les États autoritaires et totalitaires de l’Europe de l’entre‑deux‑guerres dans une perspective comparative est présenté dans l’introduction comme la première ambition du recueil. Ce propos aurait pourtant besoin d’être nuancé. Plusieurs articles du recueil présentent, en effet, une perspective comparative en confrontant, dans une mesure plus ou moins grande, les impressions qu’un ou plusieurs voyageurs tirèrent sur un ou plusieurs régimes. Or, appliquer une perspective comparative à l’ensemble du recueil semble problématique. En effet, il est très difficile, voire impossible d’assurer une comparaison équitable, par exemple, entre les analyses des « libertés » publiques en Allemagne et en Italie effectuées par les thésards français dans un cadre scientifique, les impressions que les visiteurs étrangers tirèrent de l’Espagne en ayant profité des possibilités offertes par le « tourisme de guerre » encouragé par les propagandistes franquistes, les témoignages des délégations ouvrières allant en URSS sur la traversée de l’Allemagne et de la Pologne ou, encore, le roman que le communiste autrichien Manès Sperber publia à partir de ses impressions du voyage en Yougoslavie en mêlant choses vues et convictions personnelles. Faisant face à une telle diversité d’expériences, qui constitue sans doute un vrai intérêt du recueil, il est possible d’affirmer, strictement parlant, que tous les régimes attiraient l’attention, que les moyens pour venir dans ces pays et les observer de l’intérieur existaient, et que les motivations et les appréciations étaient totalement différentes. Le recueil présente bien la multiplicité des déplacements, des trajets et des acteurs, mais parler d’une perspective comparative comme ambition principale aurait été vraiment justifié si, par exemple, on avait comparé les voyages des architectes, ou des juristes, ou des économistes, représentants un ou plusieurs pays, dans un ou plusieurs États autoritaires et totalitaires, tout comme le philosophe et économiste italien Ugo Spirito le fit justement en ayant lancé, après son premier voyage en Allemagne, un projet collectif visant à comparer les systèmes économiques de plusieurs pays de l’époque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natalia Pashkeeva, « Olivier Dard, Emmanuel Mattiato, Christophe Poupault et Frédéric Sallee, dir., Voyager dans les États autoritaires et totalitaires de l’Europe de l’entre‑deux‑guerres », Cahiers du monde russe [En ligne], 59/4 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2018, Consulté le 24 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/10933

Haut de page

Auteur

Natalia Pashkeeva

CERCEC, CNRS, EHESS, PSL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page