Navigation – Plan du site
Au-delà de Moscou : perspectives décentrées sur l’histoire nucléaire soviétique

Breeding Soviet Progress

or “To the pioneers of the distant future fly our 20th‑century dreams!”
La surgénération du progrès soviétique ou « Nos rêves du xxe siècle s’envolent vers les pionniers du lointain futur ! »
Stefan Guth
p. 281-308

Résumés

L’article étudie une entreprise ambitieuse visant à donner corps à l’imaginaire du communisme atomique sur les confins méridionaux de l’URSS poststalinienne : le complexe nucléaire de Ševčenko (l’actuelle Aqtaw) sur le littoral de la mer Caspienne au Kazakhstan. Acclamé tant en URSS qu’à l’étranger et situé dans une ville vitrine moderne, ce complexe réunissait l’extraction d’uranium, un réacteur à neutrons rapides et le dessalement nucléaire de l’eau à grande échelle. L’auteur analyse l’émulation réciproque entre les secteurs politique et technoscientifique dans leur essor vers la modernité nucléaire soviétique et montre que leurs logiques opérationnelles divergentes n’étaient pas toujours en phase. Ce décalage se traduisait par une coexistence malaisée entre les visions technocrates de la période soviétique tardive et la modernisation à marche forcée héritée de l’industrialisation stalinienne. L’auteur démontre que ces contradictions correspondaient en grande partie à deux conceptions concurrentes du programme nucléaire soviétique. La première, qui s’appuyait sur un exceptionnalisme nucléaire visant à réaliser des progrès révolutionnaires grâce à une synergie entre la faculté mobilisatrice du système soviétique et le pouvoir transformateur de l’atome, privilégiait la quantité au détriment de la qualité. La seconde, basée sur un internationalisme nucléaire qui voyait l’URSS à l’avant‑garde du progrès technoscientifique mondial, en rivalité et en coopération avec des pays du bloc de l’ouest tels que la France et les États‑Unis et cherchant à améliorer l’efficacité et la sécurité de la production d’énergie nucléaire, privilégiait la qualité. L’histoire de Ševčenko donne un aperçu de ces deux tendances, qui, selon l’auteur, préfiguraient déjà les particularismes de la politique technologique actuelle de la Russie.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

A Message to the future from 1967
Past and future
War and peace
Confrontation or convergence ?
Momentum or stagnation ?
The end – And new beginnings

Aperçu du texte

A Message to the future from 1967

In the autumn of 2017, workers in the city of Aqtau in Western Kazakhstan on the Caspian Sea unearthed a time capsule which had been buried there in 1967, on the 50th anniversary of Soviet power, by members of the Vladimir Lenin All‑Union Pioneer Organisation for the youth of the 21st century, to be opened on the centennial of the October Revolution. Addressing “those who are not yet among the living,” the authors identified themselves as representatives of an era of spaceflight and nuclear power. They described their current task as transforming the Mangyshlak peninsula, once a parched “country of nomads and cattle breeders,” into a hyper‑modern nuclear oasis, courtesy of a fast breeder reactor (FBR) and an atomic‑powered water desalination plant under construction in what was then the Soviet city of Shevchenko. Surely, they concluded their letter, those who would one day read this message would have long since transformed the whole desert peninsula...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stefan Guth, « Breeding Soviet Progress », Cahiers du monde russe [En ligne], 60/2-3 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, Consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/11209 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.11209

Haut de page

Auteur

Stefan Guth

Universität Tübingen, Institut für Osteuropäische Geschichte und Landeskunde, stefan.guth@uni‑tuebingen.de

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page