Navigation – Plan du site
Dimensions transnationales : interdépendances et impératifs d’une présence sur la scène mondiale

Quantum Tunneling through the Iron Curtain

The Soviet nuclear city of Dubna as a Cold War crossing point
Effet tunnel au travers du rideau de fer : la ville nucléaire de Dubna, point de passage pendant la guerre froide
Roman Khandozhko
p. 369-396

Résumés

L’article envisage l’Institut unifié de recherche nucléaire de Dubna en URSS comme l’un des centres névralgiques institutionnels de la mosaïque complexe de la « guerre froide mondiale ». La discussion porte sur la façon dont l’appareil bureaucratique scientifique et le régime autoritaire en général, avec son appareil omniprésent de sécurité de l’État et de contrôle du parti, ont relevé le défi de la mondialisation scientifique dans le domaine de la physique des hautes énergies en créant une « oasis internationale » sur son territoire. L’auteur montre que la fondation du centre de recherche de Dubna a contribué à la mise en œuvre d’une politique « nucléaire impérialiste » dans le bloc de l’Est et facilité l’accès de l’URSS aux dernières innovations scientifiques et technologiques occidentales. En même temps, entre les années 1950 et 1980, l’institut de Dubna fonctionna comme une zone d’interaction dans laquelle des relations informelles stables entre les scientifiques venus des deux côtés du rideau de fer conduisirent à une interpénétration culturelle et idéologique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Dubna, on the Volga : from a secret laboratory to the shop window of socialism
Penetrating the Iron Curtain
The Communist Party as a manager of international communication
Conclusion

Aperçu du texte

In the post‑World War II period, the Soviet Union became involved in the implementation of “big science” projects, the effectiveness and success of which depended directly on the continuous transfer of knowledge, technologies and materials within various local, national and transnational networks. One such project was high‑energy physics, the development of which in the second half of the twentieth century was built around experiments using high‑precision and expensive equipment – particle accelerators. The magnitude of technological tasks, along with political reasons, meant that in post‑war Western Europe, accelerator physics developed mostly as a transnational project. From 1950–54, resources were pooled in the creation of the Conseil Européen pour la Recherche Nucléaire (CERN), which soon grew into one of the world’s largest particle physics research centers. The response from the other side of the Iron Curtain was not long in coming – two years later in the small city of Dubna ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roman Khandozhko, « Quantum Tunneling through the Iron Curtain », Cahiers du monde russe [En ligne], 60/2-3 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, Consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/11222 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.11222

Haut de page

Auteur

Roman Khandozhko

KTH Royal Institute of Technology, Stockholm, Russian Presidential Academy of National Economy and Public Administration, Moscow, ro.khan.man@gmail.com

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page