Navigation – Plan du site
Secret, publicité et recadrage des héritages : pratiques sociales discursives

From Legacy to Heritage

The Changing Political and Symbolic Status of Military Nuclear Waste in Russia
Un héritage empoisonné devenu patrimoine : le changement de statut politique et symbolique des déchets nucléaires militaires de la Russie
Tatiana Kasperski
p. 517-538

Résumés

L’article étudie les efforts faits par la Russie postsoviétique dans le traitement des déchets nucléaires militaires qui se sont accumulés depuis l’avènement de l’ère nucléaire. L’auteure concentre son étude sur deux grandes régions affectées par une mauvaise gestion des déchets radioactifs, les vastes territoires de l’Oural pollués par le complexe nucléaire Majak et les poubelles nucléaires de l’océan Arctique. Elle retrace les débats publics sur le traitement des déchets qui se heurtèrent tout d’abord à la résistance de l’armée russe et des services de sécurité de l’État dans les années 1990 et montre la disparition progressive de cette résistance dans les années 2000 et 2010 lorsque le gouvernement commença à inventorier les déchets nucléaires de façon plus systématique, à évaluer leur coût environnemental et social et à chercher des méthodes de confinement. Parallèlement, la sémantique des déchets militaires a évolué. Tout d’abord legs toxique dont la découverte pouvait nuire à l’image internationale de l’URSS, les déchets radioactifs font maintenant partie du patrimoine national, à savoir le glorieux passé militaire de l’URSS et sa puissance nucléaire, toujours aussi grande. L’article décrit les modalités et les raisons de cette réinterprétation et montre comment elle a contribué à détourner l’attention des menaces du nucléaire sur la santé publique et l’environnement vers son histoire et sa signification pour la patrie.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Can the “legacy” of toxic waste be a “heritage” ?
Radioactive wastes in the Arctic : Revelations of the 1990s
The Nikitin affair : A turning point in the official treatment of the nuclear legacy
Inventorying waste, remembering nuclear might
The special legal status of nuclear waste
The Techa River basin : Nuclear legacy wastelands
Normalizing contamination : The Techa River and other “natural” waste storage sites at Maiak
Conclusion

Aperçu du texte

Since the dawn of the nuclear era, Russia has accumulated hundreds of millions of cubic meters of liquid and solid radioactive waste – more than half of the world’s total. Russia’s radioactive waste, most of which resulted from military nuclear production, is stored at overstretched and poorly maintained disposal sites or is lying out in the open at contaminated waste dumps. In the wake of the liberalization and subsequent dissolution of the Soviet political regime, information came to light revealing the environmental impact of the state’s nuclear industry. The revelations exposed two major disaster areas: the vast territories in the Ural region polluted by the Maiak Production Association – the first Soviet plutonium production site – and the nuclear waste dumps in the Arctic. The news attracted international attention and prompted a series of debates and investigations involving scientists, NGO activists, and policymakers.

These debates and investigations were initially met with f...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tatiana Kasperski, « From Legacy to Heritage », Cahiers du monde russe [En ligne], 60/2-3 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, Consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/11277 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.11277

Haut de page

Auteur

Tatiana Kasperski

Department of Humanities Pompeu Fabra University, Barcelona, Spain, tkasperski@gmail.com

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page