Navigation – Plan du site
Au-delà de Moscou : perspectives décentrées sur l’histoire nucléaire soviétique

Le processus décisionnel du nucléaire civil en Biélorussie

L’impact des controverses de Černobyl
Bielorussia’s civil nuclear energy decision‑making processes: The impact of controversies over Chernobyl
Andrei Stsiapanau
p. 309-334

Résumés

À la veille du lancement de la première centrale nucléaire au Bélarus prévu pour 2020, l’auteur de cet article cherche à comprendre comment, dans un pays très affecté par la catastrophe de Černobyl (1986), la construction d’une centrale nucléaire devient politiquement possible. Trente ans plus tôt, en 1989, la construction d’une telle centrale en Biélorussie soviétique avait été abandonnée et le développement d’une filière nucléaire nationale ajourné pour une durée indéterminée. Le retour du programme nucléaire dans les années 2000 était devenu possible après que les controverses autour des effets sanitaires de Černobyl avaient été limitées et canalisées par des stratégies gouvernementales. L’auteur met en relation l’évolution des controverses et les dynamiques des processus décisionnels du nucléaire en Biélorussie avant et après la catastrophe de Černobyl. Il analyse d’abord l’histoire de la première tentative de construction d’une centrale au début des années 1980 afin de démontrer les tensions institutionnelles dans le domaine de la politique énergétique et nucléaire en URSS. Il se penche ensuite sur l’après Černobyl : il décrit la montée des revendications antinucléaires et de la mobilisation locale et nationale ainsi que l’émergence des controverses sanitaires et leur rôle dans la suspension du projet de développement du nucléaire. Enfin, cet article met en évidence les politiques de banalisation des conséquences de Černobyl dans un contexte autoritaire qui permettent, dans les années 2000, de limiter et de contourner les effets des mobilisations et controverses précédentes et de justifier la décision de construire des centrales nucléaires au Bélarus.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Le programme nucléaire en Biélorussie entre 1983 et 1986
Mutation du programme nucléaire après Černobyl
L’émergence de revendications antinucléaires face aux controverses sanitaires après Černobyl
«  Enfants de Černobyl  »  : mobilisation et effets de débordement
Politiques de banalisation de Černobyl et construction d’une nouvelle centrale nucléaire au Bélarus
Conclusion

Aperçu du texte

Depuis la survenue en 1986 de l’accident de Černobyl, la Biélorussie, devenue Bélarus en 1991, a été confrontée à la gestion des conséquences de cette catastrophe. Celle‑ci a profondément marqué la trajectoire historique et politique du pays, depuis la chute de l’URSS et le début de l’indépendance jusqu’à la construction de la première centrale nucléaire biélorusse à Astravec, dont la mise en service est prévue en 2020. Aujourd’hui encore, la Biélorussie est fortement associée à la catastrophe de Černobyl, pratiquement au même titre que l’Ukraine où se situe la centrale accidentée.

Dans les années 1970, l’énergie nucléaire faisait déjà partie des programmes de développement énergétique de plusieurs républiques soviétiques, dont celles d’Ukraine, d’Arménie, de Russie et du Kazakhstan. Pour ce qui est de la Biélorussie, c’est au début des années 1980 que la construction d’une centrale nucléaire fut lancée dans la région de Minsk. À l’époque, la technologie nucléaire jouait un rôle cruc...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrei Stsiapanau, « Le processus décisionnel du nucléaire civil en Biélorussie », Cahiers du monde russe [En ligne], 60/2-3 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, Consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/11351 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.11351

Haut de page

Auteur

Andrei Stsiapanau

Université européenne des sciences humaines, Vilnius, Lituanie, andrestepanov@gmail.com

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page