Navigation – Plan du site
Articles

Les deux solitudes de l’intelligentsia exilée

La Seconde Guerre mondiale et la fin de l’émigration russe en France
Two solitudes of the exiled intelligentsia: The Second World War and the end of the Russian emigration in France
Leonid Livak
p. 707-736

Résumés

La désintégration de la diaspora antisoviétique en tant que communauté culturelle, dont l’épicentre se trouvait en France dans l’entre‑deux‑guerres, n’a fait l’objet d’aucune étude systématique. À force d’esquiver ce sujet, nous perdons de vue la nature complexe de la Russie en exil, comme en atteste sa fréquente réduction à un milieu ethniquement russe et culturellement chrétien orthodoxe. Le présent article suggère que la perte de la diversité ethno‑confessionnelle dans la communauté russophone en France – le noyau intellectuel de la Russie en exil – fut parmi les raisons de son déclin précipité dans les années 1940. Cette érosion de la diversité de la diaspora russophone concerne avant tout sa composante juive, qui était très active dans la vie culturelle russe en France du fait même de la forte présence de juifs dans l’intelligentsia émigrée. L’article s’attache à montrer que les expériences de la Seconde Guerre mondiale, divergentes pour la vaste majorité des émigrés non‑juifs de celles de leurs compatriotes juifs, produisirent des fractures fatales à la cohésion communautaire de la Russie en exil. Cette impossibilité d’harmoniser ces expériences dans un récit rétrospectif unique expliquerait en partie la réticence des mémorialistes émigrés et des premiers historiens de l’émigration antisoviétique à traiter des années 1940.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

L’émigration russe en France face à la nouvelle donne géopolitique
Les Juifs russes entre indifférence et solidarité
Le réveil identitaire juif dans la désintégration communautaire de la Russie en exil

Aperçu du texte

La dernière période de la diaspora antisoviétique née dans l’entre‑deux‑guerres reste à écrire. La désintégration, dans les années 1940, de cette communauté russophone qui dépassait en Europe les six cent mille individus – dont presque cent mille en France, pays devenu vers 1925 l’épicentre culturel de la Russie en exil – n’a fait l’objet d’aucune étude systématique. Les mémorialistes émigrés n’évoquent que brièvement les années 1940, mettant en exergue les privations du temps de guerre et quelques cas, toujours les mêmes, de résistance, à savoir Boris Vildé et Anatole Lewitsky, les chefs fusillés du réseau du musée de l’Homme, et la religieuse Elizaveta Skobcova, son fils Jurij, et le prêtre Dmitrij Klepinin, activistes de l’œuvre caritative Action orthodoxe morts en déportation. C’est à peine si les ouvrages historiques proposant une vue d’ensemble de la Russie en exil mettent davantage en lumière son dernier chapitre : soit ils s’arrêtent en 1940, soit ils passent sous silence le...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Leonid Livak, « Les deux solitudes de l’intelligentsia exilée », Cahiers du monde russe [En ligne], 60/4 | 2019, mis en ligne le 02 janvier 2023, Consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/11402 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.11402

Haut de page

Auteur

Leonid Livak

Department of Slavic Languages and Literatures, University of Toronto, leo.livak@utoronto.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page