Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Russie ancienne et impériale

M.V. Korogodina, Kormčie knigi XIV – pervoj poloviny XVII veka. T.1. Issledovanie. T.2. Opisanie redakcij [Les livres du Pilote, xive – première moitié du xviie siècle. T. 1 Études. T. 2 Description des versions]

Aleksandr Lavrov
p. 807-810
Notice bibliographique

M.V. Korogodina, Kormčie knigi XIV – pervoj poloviny XVII veka. T.1. Issledovanie. T.2. Opisanie redakcij [Les livres du Pilote, xive – première moitié du xviie siècle. T. 1 Études. T. 2 Description des versions] Sankt‑Peterburg : Al´jans‑Arheo, 2017, 600 + 648 p.

Texte intégral

  • 1 Marija Korogodina précise que le Livre du Pilote fut imprimé à plusieurs reprises entre 1653 et 183 (...)

1La lecture des deux volumes de l’étude de Marija V. Korogodina pourrait être comparée à la visite d’une cathédrale gothique – même en y ayant consacré plusieurs heures, on a peur d’omettre ou d’oublier quelque chose et on revient en arrière, pour reprendre son parcours plus tard. La structure très complexe, très élaborée de l’ouvrage est due au double objectif de l’étude : l’auteur ne se limite pas à la reconstruction de l’histoire du texte de la Kormčaja kniga [le Livre du Pilote] – compilation du droit canonique avec des commentaires, utilisée dans la Slavia orthodoxa1 –, mais veut aussi reconstruire le parcours individuel de plusieurs manuscrits, conservés ou perdus. Grâce à cette entreprise ambitieuse, on commence à comprendre quelles compilations du droit canon se trouvaient à la disposition des métropolites et des évêques de la Rus´ médiévale à des périodes différentes, et comment fonctionnait la justice ecclésiastique. Ce second objectif est extrêmement difficile à atteindre, mais c’est parfois possible grâce aux spécificités de l’objet de recherche.

2Le Livre du Pilote appartenait aux œuvres juridiques les plus volumineuses connues en Rus´ médiévale et, par conséquent, ses manuscrits étaient très coûteux dans le monde d’avant la révolution de Gutenberg. Aussi c’est avec raison que Marija Korogodina partage l’histoire manuscrite du Livre du Pilote en deux périodes – avant et après l’arrivée du papier. L’auteure montre que pendant la première période, les frais (le parchemin et le travail de copiste) incompressibles liés à l’exécution d’une copie du Livre du Pilote étaient tellement exorbitants que le nombre de copies accessibles était toujours limité. Ainsi, il est possible de suivre le parcours de certains manuscrits, comme on suit celui d’une relique, d’un insigne royal ou tout simplement d’un camée antique à travers les siècles – ce parcours passant par plusieurs bibliothèques, ce qui peut expliquer que certains manuscrits aient pu être abîmés par les lecteurs. C’est le cas du Livre du Pilote de Pskov (Bibliothèque publique scientifique de Novosibirsk, collection Tihomirov), conservé comme un recueil de feuillets libres, dont l’auteure dut reconstruire l’ordre initial avant de pouvoir les étudier (p. 234).

3M. Korogodina commence par l’histoire de l’étude de la tradition manuscrite du Livre du Pilote, depuis les travaux de G.A. Rozenkampf, A.S. Pavlov et V.N. Beneševič jusqu’à ceux de Jaroslav N. Ščapov. Quant aux études des deux dernières décennies, assez nombreuses, M. Korogodina les a groupées suivant les versions (redakcii) et les manuscrits auxquels elles sont consacrées.

  • 2 Ja.N. Ščapov, Vizantijskoe i južnoslavjanskoe pravovoe nasledie na Rusi v XI‑XIII vv., M., 1978.

4Le Livre du Pilote apparaît pour la première fois en Rus´ dans sa version slavonne ancienne (Drevneslavjanskaja). Cette version, relativement courte, présentait des canons sans commentaires. Elle est conservée en plusieurs manuscrits, dont le plus ancien est celui d’Efremov (Efremovskaja kormčaja), daté du xiie siècle. Plus tard fut empruntée la version serbe (Serbskaja) qui contenait des canons avec des commentaires de Jean Zonaras et Alexis Aristénos, le Procheiron et d’autres textes. À partir de l’autocéphalie de l’Église serbe orthodoxe, cette version lui servit de droit canonique. Le manuscrit russe le plus ancien de cette version est celui de Rjazan´ (Rjazanskaja kormčaja), daté de 1284. Vers la fin du xiiie siècle, en s’appuyant sur ces deux versions, les canonistes russes composèrent la version russe initiale (Pervonačal´naja russkaja redakcija). Cette version, commandée par le métropolite de Kiev Kiril, est conservée en plusieurs manuscrits, dont le plus ancien est celui de l’ancienne bibliothèque du saint‑synode, provenant de Novgorod (Novgorodskaja sinodal´naja kormčaja), qui ne contient qu’une partie du texte. Cette première phase de l’histoire du texte fut étudiée par Jaroslav N. Ščapov, aux travaux duquel se réfère ici l’auteure2.

5M. Korogodina réussit à préciser la datation de ce manuscrit et prouve qu’il fut écrit vers 1280‑1282. La version présentée par ce manuscrit est la source de plusieurs versions postérieures. La première – la version de Mjasnikov (Mjasnikovskaja) – est la plus énigmatique, car on ne comprend pas le critère suivant lequel le compilateur choisit les canons introduits dans cette version, enrichie du Procheiron et de la Justice russe. La deuxième est la version du monastère du Miracle de l’Archange Michel (Čudovskaja redakcija). Il s’agit ici d’une entreprise ambitieuse. Le texte de cette version pourrait être divisé en deux parties : la première contient le Nomocanon en XIV titres, des canons de conciles et des règles des Saints‑Pères, des lois des empereurs byzantins. La seconde partie, dite « encyclopédique », réunit les règles du métropolite Maksim de Kiev, des commentaires de la liturgie, des instructions aux évêques, moines et prêtres, des listes des livres « vrais » et interdits, des compilations théologiques, des traités polémiques contre les « Latins », les juifs, les « hérétiques » et les Arméniens, les rituels de conversion des musulmans, des juifs et des « hérétiques » à l’orthodoxie. Korogodina consacre de petites études à plusieurs textes inclus dans cette seconde partie.

6L’étude des relations entre deux versions – celle du Miracle et celle de Mjasnikov – conduit l’auteure à émettre l’hypothèse de l’existence d’une collection des extraits de la version serbe et des autres sources, réalisée vers la fin du xiiie siècle. Cette compilation devait être utilisée d’une manière indépendante par les auteurs de la Balance juste (Merilo pravednoe), de la version de Mjasnikov et de celle du Miracle du Livre du Pilote. Les auteurs de la version du Miracle devaient avoir à leur disposition non seulement cette compilation hypothétique, mais aussi le texte de la Balance juste.

  • 3 K.V. Veršinin, Merilo Pravednoe kak pamjatnik drevnerusskoj knižnosti i prava. Dissertacija… kandid (...)

7Ainsi, l’étude de la tradition manuscrite du Livre du Pilote conduit M. Korogodina à la Balance juste – « la collection russe la plus complète sur la justice, qui fut adressée au prince », qui réunissait des canons de conciles et des règles des Saints‑Pères, le Procheiron, le Zakon sudnyj ljudem [la Loi du jugement pour le peuple], les nouvelles de Justinien, Ecloga, la Justice russe et les chartes statuaires du prince Vladimir. Pour la datation de la Balance juste, M. Korogodina refuse le xie siècle proposé par Mihail N. Tihomirov et L.V. Milov, et rejoint les chercheurs qui lui préfèrent le xiiie siècle. « Qui créa la Balance juste, quand et pour qui ? » (p. 93) – s’interroge M. Korogodina, observant avec raison que la récente étude de K.V. Veršinin n’établit que le nom de l’auteur – le moine Jacob (černorizec Iakov)3. Quant au commanditaire et au destinataire, pour les identifier, il faut se référer à la préface, signée par un évêque et adressée à un prince. Or, dans les différents manuscrits de la Balance juste, on retrouve la même préface, signée par différents évêques et adressée à différents princes. Ayant examiné le plus ancien manuscrit de la Balance juste – celui de la Trinité (Troickij) – aux rayons ultraviolets, M. Korogodina réussit à déchiffrer le prénom du prince – Mihail. Il s’agit de Mihail Jaroslavič, prince de Tver´ (1285‑1318) et grand prince de Vladimir (1305‑1317), le grand adversaire des princes de Moscou. Ainsi M. Korogodina confirme l’ancienne hypothèse de V.A. Kučkin. Refusant toute possibilité d’une initiative privée, elle affirme que le manuscrit avait dû être commandé par le métropolite Maksim.

8Le xve siècle, marqué par le remplacement du parchemin par le papier, voit le développement de la tradition manuscrite du Livre du Pilote. M. Korogodina montre que c’est au xve siècle que le Livre du Pilote devient « un attribut indispensable des chaires épiscopales et des grands monastères » (p. 306). Parmi les versions créées pendant cette période, la version de la Sainte‑Sophie de Novgorod (Sofijskaja redakcija) est la plus importante. Conservée dans une trentaine de copies, elle est plus courte et plus compacte que la version du Miracle. La version de la Sainte‑Sophie s’appuie généralement sur la version initiale russe, mais puise aussi dans la version serbe. Le trait particulier de cette rédaction est le Dit sur le patriarcat bulgare et serbe : le texte porte sur la question de l’autocéphalie, qui était d’actualité pour l’Église russe qui revendiquait à ce moment‑là son statut autocéphale.

9M. Korogodina finit son étude par l’analyse des versions privées (častnye redakcii) du Livre de Pilote – celles de Vasjan Patrikeev et de Nifont Kormilicyn (l’auteure indique qu’elle ne peut pas traiter la troisième version privée – celle du métropolite Danil´). La version du Livre du Pilote, signée par Vasjan Patrikeev, un des pères fondateurs du courant des « non‑possesseurs », attira l’attention de plusieurs chercheurs, dont celle de Jakov S. Lur´e et de Andrej Pliguzov. M. Korogodina se limite ici à l’étude de la tradition manuscrite et annonce une trouvaille importante : elle affirme qu’un des manuscrits présente un autographe de Vasjan.

10Le second volume est entièrement consacré à la description des versions et des manuscrits du Livre du Pilote.

11Toute cette étude est une démonstration brillante des méthodes de paléographie et de codicologie, depuis la découverte des falsifications jusqu’à la lecture des documents chiffrés. M. Korogodina montre que la mention d’appartenance du moine Dorofej, qui affirme écrire le Livre du Pilote de la collection de Pogodin en 1375, considérée comme authentique par les chercheurs, dont Serafim V. Juskov et Jurij K. Begunov, est l’œuvre d’un habile falsificateur du xixe siècle (p. 227). Ainsi, cette mention ne peut pas être prise en compte comme argument dans la datation des versions. M. Korogodina étudie le manuscrit de la version du Miracle, la Kormčaja de Perm´, qui fut écrit avec plusieurs systèmes de cryptographie, dont la « poluslovica », une écriture spéciale, qui garde les consonnes, mais remplace les voyelles par des signes diacritiques spéciaux. Un autre système cryptographique prévoit que chaque mot soit chiffré par sa première lettre. (p. 134). M. Korogodina remarque qu’il n’était pas simple de lire ni de copier un manuscrit pareil, et voit là la raison pour laquelle le Livre du Pilote de Perm´ ne fonda pas sa propre tradition manuscrite (p. 133).

  • 4 J. Žužek. Ko Viktor M. Živov, « Istorija russkogo prava kak lingvosemiotičeskaja problema » in Vikt (...)

12Étant donné le volume du travail accompli par l’auteur, je ne peux faire que deux remarques critiques. Premièrement, on pourrait déplorer que cet état de la recherche n’inclue pas des travaux d’historiens non russes, dont Aleksandr V. Solov´ev et Ivan Žužek4. Ivan Žužek, jésuite et recteur de l’Institut pontifical oriental, travaillait pendant la guerre froide et ne pouvait pas accéder aux richesses manuscrites des bibliothèques et archives soviétiques. Mais pour un canoniste, un registre de chapitres d’un manuscrit du Livre du Pilote pouvait déjà permettre de classer ce dernier selon les versions. De ce point de vue, les idées de Žužek étaient importantes, y compris pour le travail de Jaroslav N. Ščapov, auquel l’auteur se réfère.

  • 1

13Deuxièmement, aucun chercheur travaillant sur le destin de l’héritage juridique byzantin en Russie ne peut éviter la discussion de la célèbre thèse de Viktor M. Živov, selon laquelle les textes juridiques byzantins, traduits en slavon ecclésiastique, restaient lettre morte, tandis que la justice était exercée selon les règles formulées en vieux‑russe. Ces thèses ont été mises en cause par L. Burgmann5. Marija Korogodina ne cite pas directement cette discussion, bien que ses trouvailles puissent y contribuer. Par exemple, elle remarque que les « renvois au Procheiron du Livre du Pilote sur les supplices civils sont nombreux dans les textes du xviiie siècle, tandis que nous ne trouvons pas de tels renvois dans les textes médiévaux » (p. 15).

Haut de page

Notes

1 Marija Korogodina précise que le Livre du Pilote fut imprimé à plusieurs reprises entre 1653 et 1834 en tant que code officiel du droit canonique de l’Église russe orthodoxe. Dans ce rôle il ne fut remplacé qu’en 1839 par l’édition des Règles des saints apôtres et des saints conciles (Kniga pravil svjatyh apostol i svjatyh soborov).

2 Ja.N. Ščapov, Vizantijskoe i južnoslavjanskoe pravovoe nasledie na Rusi v XI‑XIII vv., M., 1978.

3 K.V. Veršinin, Merilo Pravednoe kak pamjatnik drevnerusskoj knižnosti i prava. Dissertacija… kandidata istoričeskix nauk. M., 2016.

4 J. Žužek. Ko Viktor M. Živov, « Istorija russkogo prava kak lingvosemiotičeskaja problema » in Viktor M. Živov, Razyskanijav oblasti istorii i predystorii russkoj kul´tury, M, 2002, p. 187–291; L. Burgmann, « Zwei Sprachen – zwei Rechte. Zu einem Versuch einer linguo‑semiotischen Beschreibung der Geschichte des russischen Rechts », Rechtshistorisches Journal, 11 (1992), p. 103‑122.rmčaja Kniga. Studies of the Chief Code of Russian Canon Law, Roma, 1964.

5Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aleksandr Lavrov, « M.V. Korogodina, Kormčie knigi XIV – pervoj poloviny XVII veka. T.1. Issledovanie. T.2. Opisanie redakcij [Les livres du Pilote, xive – première moitié du xviie siècle. T. 1 Études. T. 2 Description des versions] », Cahiers du monde russe [En ligne], 60/4 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2019, Consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/11431

Haut de page

Auteur

Aleksandr Lavrov

Sorbonne Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page