Navigation – Plan du site

AccueilNuméros61/3-4The 1963 Krasnodar Trial

The 1963 Krasnodar Trial

Extraordinary Media Coverage for an Ordinary Soviet Trial of Second World War Perpetrators
Le procès de Krasnodar de 1963 : une couverture médiatique extraordinaire pour un procès soviétique ordinaire de criminels de la Seconde Guerre mondiale
Vanessa Voisin
p. 383-428

Résumés

Dans la ville de Krasnodar, capitale du Kuban´ russe, se déroula du 10 au 24 octobre 1963 un procès public très particulier. Ses neuf accusés incarnaient les plus sombres aspects de la Seconde Guerre mondiale en URSS. Membres auxiliaires et gradés du Sonderkommando 10a, ils avaient pris part aux violences extrêmes commises par cette sous-unité de l’Einsatzgruppe D, chargé du « nettoyage » du sud de l’Ukraine et de la Russie dans le sillage de la Wehrmacht. L’écho qui fut donné à ce procès le distingue clairement des dizaines d’autres procès tenus à travers l’Union soviétique après l’amnistie partielle des collaborateurs en 1955, et des procès tenus dans le sud de la RSFSR plus spécifiquement. De multiples articles, dans la presse locale et centrale, une rediffusion radiophonique, un film documentaire (Au Nom des vivants), un livre à grand succès (L’Abîme), ainsi , enfin, qu’un projet de film de fiction avorté superposèrent des strates de récits, de sons et d’images portant sur l’histoire de ces neufs hommes, de leurs victimes et des enquêteurs qui les amenèrent devant la justice. Les variations de retransmission de l’histoire en fonction des divers médiums utilisés constituent l’un des fils rouges du présent texte, qui s’intéresse par ailleurs à la façon dont ces œuvres contribuèrent à étirer l’écho du procès de Krasnodar dans le temps. L’exemple de la médiatisation du procès de Krasnodar va à l’encontre de plusieurs idées reçues sur les rapports entre professionnels de l’art et professionnels de police ou de justice. Il confirme la marge de liberté dont ont pu parfois bénéficier les artistes sous le dégel, mais aussi quelques années au-delà. Il illustre diverses modalités de filmage d’un procès (1963 et 1965) et plus encore la riche variété des retransmissions possibles de l’acte judiciaire, de la rediffusion simultanée dans l’espace urbain à la nouvelle très littéraire d’un auteur engagé. Ce cas montre aussi comment un même artiste a retransmis sa vision du procès selon qu’il agissait en tant que journaliste, scénariste ou écrivain. L’étude confirme l’importance des ressources politiques dont disposaient les divers acteurs de cette histoire en ce qui concerne les limites du dicible et du montrable dans les années 1963-1967. Le rôle crucial d’un artiste très engagé, Ginzburg, eut ainsi raison d’un certain nombre de résistances institutionnelles et idéologiques jusqu’à ce que l’écrivain finisse par payer le prix de son engagement. La représentation extrêmement audacieuse de la collaboration durant la guerre et celle – tout-à-fait atypique – de l’idéologie nazie et de la Shoah font la singularité des œuvres de Ginzburg, tout privilégié qu’il fut dans les milieux littéraires. Il convient enfin de souligner que l’intensité de la couverture médiatique de ce procès, le rôle particulier de Ginzburg dans les relations germano-soviétiques et, enfin, les démarches confidentielles menées en parallèle par le Procureur général de l’URSS contribuèrent sans nul doute à la (ré)ouverture d’instructions à l’Ouest contre les criminels allemands mis en cause durant le procès, et jugés en RFA entre 1972 et 1980.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Krasnodar, 1963 : Inter-professional and center-periphery cooperation
A meeting of passionate individuals and converging interests
A window onto investigations of state criminals
Multiple transmission registers and unexpected impact
Trials in public : live justice
During the trial : a polyphonic press
A time-diffracted echo
Perceived and actual limits of artistic discourse on the war
Renewing an old theme : The Trial of Fascism
Ginzburg’s Daring
Collaborators as “moral victims” of the occupation
Imperialism and Racism
Conclusion

Aperçu du texte

In the city of Krasnodar, capital of the Russian Kuban´, a public trial took place from 10 to 24 October 1963. Its nine defendants embodied the darkest aspects of the Second World War in the USSR. Auxiliary members and officers of the Sonderkommando 10-a, they were accused of having taken part in the extreme violence committed by this sub-unit of the Einsatzgruppe D, responsible for the “cleansing” of southern Ukraine and Russia in the wake of the Wehrmacht. Until their arrest in 1962 or 1963, most of these nine men had managed to conceal their past collaboration. Only three of them had been arrested after the war, but for less serious forms of collaboration. New investigations by the KGB from the late 1950s finally led to their identification as murderers, “torturers” in Soviet terminology (karateli).

However, it is not the profile of the defendants that makes the Krasnodar trial singular in the history of the many trials of collaborators held after the partial amnesty of 1955. The ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vanessa Voisin, « The 1963 Krasnodar Trial »Cahiers du monde russe, 61/3-4 | 2020, 383-428.

Référence électronique

Vanessa Voisin, « The 1963 Krasnodar Trial »Cahiers du monde russe [En ligne], 61/3-4 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/12031 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.12031

Haut de page

Auteur

Vanessa Voisin

Università di Bologna, Dipartimento di storia, cultura, civiltà (DiSCI), vanessadenise.voisin@unibo.it

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search