Navigation – Plan du site

AccueilNuméros61/3-4Images, sons et fabrique de la pr...

Images, sons et fabrique de la preuve

Mettre en scène la justice du côté soviétique au procès de Nuremberg (1945-1946)
Documenting evidence in sounds and images: Soviet staging of justice at the Nuremberg trials (1945-1946)
Victor Barbat
p. 429-462

Résumés

En novembre 1945, le Studio central de films documentaires de Moscou envoie une équipe d’opérateurs à Nuremberg pour filmer le procès des principaux criminels de guerre nazis. À l’issue des onze mois de procès, le Studio sort sur les écrans soviétiques, puis américains, le long métrage Sud Narodov (Le Tribunal des peuples, 1946 / The Nuremberg Trial, 1947). Devant à l’origine célébrer un événement historique, cette production s’inscrit en réalité dans la compétition politico- médiatique qui oppose l’Est à l’Ouest à la veille de la « guerre froide ». Dans la salle du tribunal de Nuremberg, les cinéastes soviétiques se partagent les tournages avec d’autres opérateurs dont une équipe du Signal Corps. S’il leur arrive de travailler de concert, la répartition des plages de tournage est stricte. Dans ces conditions, comment les cinéastes ont-ils pu réaliser leur film ? Quel fut leur parti pris dans la mise en scène de l’événement ? Et qu’est-ce qui le distingue de celui de leurs confrères américains ? Les choix des cinéastes soviétiques, s’ils répondent à des contraintes spécifiques, s’inscrivent plus largement dans une histoire des pratiques professionnelles. Ces pratiques se sont forgées dans les années 1920-1930, alors que la mise en scène de la justice devenait un enjeu politique majeur. Cet héritage constitue la toile de fond de la rhétorique sophistiquée déployée par le film réalisé à Nuremberg. L’articulation de ce double contexte permet non seulement de mieux caractériser les objectifs et les attentes suscités par cette entreprise, mais aussi de mettre en perspective les prétentions proprement historiographiques à l’origine de la démarche soviétique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Histoires parallèles : les sources de la représentation soviétique (1922-1936)
De Krasnodar à Nuremberg : montage et administration de la preuve à l’écran (1943-1946)
Moscou – Nuremberg – Moscou : le travail préparatoire autour du film
Tourner entre quatre murs : les cinéastes soviétiques face à l’administration judiciaire
Enquête sur la fabrique des sons et des images soviétiques
Conclusion

Aperçu du texte

« La forme de la représentation ne peut pas être séparée
de ses objectifs propres ni de ce que peut attendre
ou exiger un ensemble social où le langage
qu’elle utilise prend une certaine valeur. »

Ernst Gombrich.

En novembre 1945, le Studio central de films documentaires de Moscou (CSDF, désormais « le Studio ») envoie ses opérateurs à Nuremberg pour filmer le procès des principaux criminels de guerre nazis. À l’issue des onze mois de procès, sort sur les écrans soviétiques, puis américains, le long métrage Sud Narodov (Le Tribunal des peuples, 1946 / The Nuremberg Trial, 1947). Ce documentaire d’environ une heure est censé refléter de façon édifiante la participation de l’URSS au procès. La mise en production du film répondait à l’impératif d’un moment historio-graphique important pour les actualistes soviétiques. Selon Roman Karmen, directeur des tournages, réalisateur et monteur du film, ce documentaire clôt le cycle des films retraçant le récit de la Grande Guerre patriotique élab...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Victor Barbat, « Images, sons et fabrique de la preuve »Cahiers du monde russe, 61/3-4 | 2020, 429-462.

Référence électronique

Victor Barbat, « Images, sons et fabrique de la preuve »Cahiers du monde russe [En ligne], 61/3-4 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/12033 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.12033

Haut de page

Auteur

Victor Barbat

Labex Création, Arts et Patrimoines (CAP), Institut d’études politiques de Paris (Sciences Po), victor.barbat@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search