Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62/4ArticlesThe prodigals’ return: Voluntary ...

Articles

The prodigals’ return: Voluntary repatriation from displaced persons’ camps in Europe to the Soviet Union, 1949-1950

Le retour des prodigues : le rapatriement volontaire depuis les camps de personnes déplacées en Europe vers l’Union soviétique, 1949-1950
Sheila Fitzpatrick
p. 529-552

Résumés

Après la fin du rapatriement massif (souvent forcé) des « personnes déplacées » soviétiques d’Europe après la Seconde Guerre mondiale, l’Union soviétique a continué à faire pression sur ses citoyens pour qu’ils reviennent, et quelques milliers d’entre eux l’ont fait chaque année jusqu’au début des années 1950. Bien que le nombre de personnes concernées soit faible, le processus est d’un grand intérêt pour l’historien car, après avoir été filtrés, les rapatriés étaient interviewés et parlaient remarquablement librement des circonstances qui les avaient amenés à l’Ouest pendant la guerre, de leur expérience après celle-ci et des raisons pour lesquelles, après plusieurs années, ils avaient décidé de revenir. Les intervieweurs, non formés, n’avaient pas de programme précis, si ce n’est de trouver ce qu’ils pouvaient sur les camps de personnes déplacées et d’obtenir les noms d’autres rapatriés potentiels, de sorte que les entretiens étaient très variés et comprenaient de nombreux détails autobiographiques. Comme dans toute source constituée d’entretiens, il y a un parti pris, mais c’est un parti pris différent, et donc un angle de vision différent sur la vie et les choix des personnes déplacées qu’aucune autre source ne fournit.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

The voluntary repatriates of 1949-1950: Overview
Modes of departure
Adventures in the West
Reasons for return
A joyful homecoming?
Arrest and “further observation”

Aperçu du texte

“My heart filled with joy when the embassy official gave me the document with an entrance visa to the Soviet Union,” Grigorii S. wrote on board the Sestroretsk steaming across the Baltic Sea to Leningrad in September 1949. It was the end of his 42-month odyssey as a displaced person (DP) in Europe and elsewhere, and he was a voluntary repatriate. His jottings, written in high Soviet literary style, were entitled “What they don’t say” (O chem oni molchat), meaning that the West kept quiet about its capitalist exploitation. How glad he was to get away from that “rotten and decaying” world! As the boat sailed from London, “the radio performed joyful Russian songs and the Englishmen around the boat looked with envy at our Soviet people, departing for their Homeland.”

The reality was a bit grittier. Grigorii S. was among millions of Soviet citizens who found themselves on the wrong side of the borders at the end of the Second World War. Some were prisoners of war (POWs), captured while fi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sheila Fitzpatrick, « The prodigals’ return: Voluntary repatriation from displaced persons’ camps in Europe to the Soviet Union, 1949-1950 »Cahiers du monde russe, 62/4 | 2021, 529-552.

Référence électronique

Sheila Fitzpatrick, « The prodigals’ return: Voluntary repatriation from displaced persons’ camps in Europe to the Soviet Union, 1949-1950 »Cahiers du monde russe [En ligne], 62/4 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2025, consulté le 29 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/12654 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.12654

Haut de page

Auteur

Sheila Fitzpatrick

Australian Catholic University/University of Sydney
sheila.fitzpatrick[at]sydney.edu.au

Articles du même auteur

  • Social parasites [Texte intégral]
    How tramps, idle youth, and busy entrepreneurs impeded the soviet march to communism
    Paru dans Cahiers du monde russe, 47/1-2 | 2006
Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search