Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62/4ArticlesThe Communist party and informal ...

Articles

The Communist party and informal groups in ukraine during perestroika (1985-1989): An unambiguous relationship?

Le parti communiste et les groupes informels en Ukraine pendant la perestroïka (1985-1989) : une relation sans ambiguïté ?
Simona Merlo
p. 629-654

Résumés

L’article, principalement basé sur des documents du Comité central du Parti communiste d’Ukraine, s’efforce d’offrir une nouvelle lecture des relations entre les « groupes informels » et le pouvoir soviétique en Ukraine pendant la perestroïka, en prêtant attention aux différents contextes régionaux.
Son objectif n’est pas seulement de regarder comment la direction du Parti communiste d’Ukraine a perçu un phénomène qui pouvait déstabiliser l’équilibre du système. Il veut aussi montrer comment le parti lui-même s’est montré perméable aux changements déclenchés par l’émergence des groupes informels. Ce fait explique pourquoi le parti craignait non seulement le potentiel déstabilisateur représenté par l’apparition d’un élément nouveau, mais surtout l’attrait qu’il suscitait à l’intérieur de certains cercles en son sein. Dans cette phase de la perestroïka, entre fin 1985 et mars 1989, l’importance des neformaly ne résidait donc pas dans la représentation d’une opposition organisée, mais plutôt dans la mise en lumière de la crise politique que traversaient les institutions, les organisations et les personnalités qui étaient un élément fondamental du système soviétique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

The emergence of the “informals” in Ukraine
Informal groups vs. Soviet power
Informal groups in the regions
Growth and politicization
Conclusion: Revolution from above or revolution from below?

Aperçu du texte

The “informal groups” label – frequently found on official documents of Communist Party of the Soviet Union – was applied to organizations that differed significantly in terms of their nature, origins, composition, orientation, and ultimate aims. At first, the term lacked political connotations, merely indicating associations formed outside the structures of the Party, and sharing no organic bonds with the latter: because they had been borne out of the spontaneous initiative of common citizens, they were not formally registered with Soviet authorities. “Informal groups” included cultural circles and collectors’ associations, musical bands and sports clubs, environmentalist groups and economic cooperatives. It was a magmatic reality, a movement that – as noted by Carole Sigman – constituted “a fluid object difficult to find out […], polymorphous and uncertain.” There is no doubt that students were heavily involved in them, but young people were not the only generation that contribute...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simona Merlo, « The Communist party and informal groups in ukraine during perestroika (1985-1989): An unambiguous relationship? »Cahiers du monde russe, 62/4 | 2021, 629-654.

Référence électronique

Simona Merlo, « The Communist party and informal groups in ukraine during perestroika (1985-1989): An unambiguous relationship? »Cahiers du monde russe [En ligne], 62/4 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2025, consulté le 29 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/12689 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.12689

Haut de page

Auteur

Simona Merlo

Università degli Studi Roma Tre
Storia Contemporanea
simona.merlo[at]uniroma3.it

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search