Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62/4Comptes rendusRussie ancienne et impérialeKonstantin V. VERŠININ, Мерило пр...

Comptes rendus
Russie ancienne et impériale

Konstantin V. VERŠININ, Мерило праведное в истории древнерусской книжности и права [La balance juste dans l’histoire des écrits et du droit vieux-russes]

Aleksandr Lavrov
p. 672-675
Référence(s) :

Konstantin V. VERŠININ, Мерило праведное в истории древнерусской книжности и права [La balance juste dans lhistoire des écrits et du droit vieux-russes], Saint-Pétersbourg : Nestor-Istorija, 2019, 296 p.

Texte intégral

  • 1 N.A. Makarov, A.V. Černecov, otv. red., Rus´ v XIII veke : drevnosti temnogo vremeni, M., 2003.

1Avant de caractériser la monographie signée par Konstantin V. Veršinin, il est important de présenter son objet, c’est-à-dire, un florilège intitulé La Balance juste (Merilo pravednoe). Nous sommes au dernier quart du xiiie siècle – le « temps sombre » de l’histoire de la Rus´ ancienne, comme aiment à dire les archéologues1. Trente ans après la dévastatrice invasion mongole, un moine – ou un évêque – prépare une riche compilation de textes des Saints Pères ainsi que des monuments du droit canon, byzantin et vieux-russe, destinée à l’attention d’un grand prince. Toutes les copies manuscrites de La Balance juste s’ouvrent sur un sermon prononcé par un évêque et adressé à un prince. Certains manuscrits mentionnent le nom de cet évêque, ainsi que le nom du prince destinataire, mais l’étude de la tradition manuscrite montre qu’il s’agit chaque fois de noms différents (dans le plus ancien manuscrit le nom du prince est même rayé). Il semble que le florilège, qui essaye de rester anonyme, ait été une sorte de photo stand-in, dans lequel les copistes successifs exposaient leurs visages ainsi que ceux des princes qui étaient leurs contemporains.

  • 2 Pour mieux comprendre l’état de l’étude, il est important de mentionner qu’il n’existe pas d’éditio (...)

2La richesse des sources utilisées pour la création de La Balance juste est étonnante, surtout en tenant compte de l’état désastreux des bibliothèques russes à l’époque, dont plusieurs disparurent pendant l’invasion de 1237-1241. La première partie de La Balance juste présente une sélection de textes patristiques et des aphorismes tirés du florilège Mélissa (Pčela). La deuxième partie, juridique, contient entre autres l’Ecloga, le Procheiron, le Livre de justice pour le peuple (Zakon sudnyj ljudem) et la version dite élargie (prostrannaja) de la Justice russe (Russkaja Pravda)2.

3La méthode de l’auteur, qui est classique, réunit l’étude de la tradition manuscrite de La Balance juste (qui ne contient que quatre manuscrits) et la comparaison minutieuse des textes inclus dans le florilège, avec des textes identiques accessibles dans d’autres compilations. Le premier résultat est crucial : Veršinin prouve que les deux parties de La Balance juste, c’est-à-dire la partie « théologique » et la partie « juridique », sont l’œuvre d’un rédacteur unique. Celui-ci laisse partout son empreinte, surtout par ses corrections et interpolations, qui sont toujours les mêmes – par exemple, il remplace systématiquement le terme «канонъ», venant du grec, par le mot slave «правило». Ce résultat est décisif car il met fin aux spéculations sur les origines différentes de ces parties, qui s’appuyaient sur la « couture » entre les deux, visible dans le plus ancien manuscrit – « couture », que l’auteur explique par le partage du travail de copie entre plusieurs scribes. Le deuxième résultat est la constatation que le Sermon de l’évêque Simeon de Tver´ (Nakazanie Simeona Tverskogo), que certains chercheurs regardaient comme une interpolation tardive, était déjà présent dans l’archétype de toutes les copies existantes. Selon l’auteur, cet archétype fut probablement écrit à Tver´, où il fut enrichi par le Sermon de Simeon. Mais l’auteur n’identifie pas cet archétype avec le texte initial de La Balance juste qui, d’après lui, ne devait pas être d’origine de Tver´. L’auteur reste généralement très prudent sur la question de l’attribution.

4Le deuxième chapitre est entièrement consacré à la partie « théologique » de La Balance juste. Au centre de l’attention de l’auteur figure le sermon énigmatique de l’évêque adressé au prince. L’auteur identifie minutieusement les sources de ce texte, y compris bibliques. Un intérêt particulier est accordé à la provenance des citations tirées des Sagesses de Salomon – un livre vétérotestamentaire dont le texte complet n’était pas accessible aux Russes avant les travaux du cercle de l’archevêque Gennadij de Novgorod, qui établirent pour la première fois la Bible complète en vieux-slavon. L’auteur affirme « le caractère compilé » du Sermon et l’absence de « réalités historiques » qui pourraient aider à la datation. Néanmoins, les décisions du concile de Vladimir (1273), citées dans le sermon, donnent un point d’ancrage pour le situer chronologiquement.

  • 3 C. Zuckerman, « O “Pravde Russkoj” », Ruthenica, 12, 2014, p. 136-137.

5Le troisième chapitre est consacré à la partie juridique. L’auteur montre le principe hiérarchique selon lequel le matériel est organisé – il s’agit de canons et de lois, consacrés aux princes, évêques, au clergé et aux laïcs, ainsi qu’aux « anciens hérétiques ». Mais au sein de cette deuxième partie se trouvent aussi plusieurs codes in extenso, y compris ceux de l’Ecloga, du Procheiron, du Zakon sudnyj ljudem et la version élargie de la Russkaja Pravda. Comme le montre l’auteur, la tradition manuscrite de l’Ecloga slave est limitée – ce code byzantin n’est présent que dans deux compilations : La Balance et les Livres du Pilote (Kormčie knigi). L’auteur prouve que c’étaient les Livres du Pilote de la version serbe et russe qui se trouvaient à la disposition de l’auteur. À propos de la version élargie de la Russkaja Pravda, l’auteur met en doute la proposition récente de Constantin Zuckerman, selon laquelle cette version fut établie spécialement pour La Balance juste3. Les contre-arguments de l’auteur ne me semblent pas convaincants dans ce cas.

6L’avant-dernier chapitre de la monographie est consacré au « cercle » des œuvres qui entourent La Balance juste. Parmi ces œuvres, une place à part revient à l’épître au prince Dmitrij Borisovič signée Ïakov le Moine (Iakov Černorizec). Les parallèles entre cette épître et les textes de La Balance juste sont tellement éloquents que Konstantin Veršinin propose de considérer Ïakov comme l’auteur de La Balance juste. Veršinin avance une hypothèse qui permet de l’identifier à Ïakov, évêque de Vladimir entre 1288 et 1295, un partisan du prince Dmitrij Aleksandrovič qui portait le titre de « grand-prince de Vladimir ». Selon l’auteur, ce prince pouvait être le destinataire de La Balance juste. L’auteur n’oublie pas de souligner qu’il s’agit d’une hypothèse, puisque le nom du prince Dmitrij n’est évoqué dans aucune copie existante de La Balance juste.

  • 4 L. Burgmann, « Zwei Sprachen – zwei Rechte. Zu einem Versuch einer linguo-semiotischen Beschreibung (...)

7Dans le dernier chapitre, l’auteur développe une réflexion sur les systèmes du droit de la Rus´ ancienne, en partant de La Balance juste. Il s’appuie en partie sur les idées de Viktor M. Zhivov sur l’existence de deux traditions juridiques, dont la première, russe, aurait été appliquée, tandis que la seconde, byzantine, jouait plutôt un rôle de symbole culturel. D’une part, l’auteur confirme l’absence de preuves de l’application des normes byzantines dans les sources qui nous restent de cette époque. D’autre part, l’auteur conteste la dichotomie proposée par Zhivov, en affirmant que l’Ancienne Rus´ ne connaissait qu’un seul système de normes juridiques, qui se référait à la « Loi (zakon) » chrétienne. Quant à l’application des normes, soit empruntées, soit autochtones, elle ne saurait être automatique, contrairement aux systèmes juridiques contemporains. Enfin, l’auteur montre l’influence très faible du droit romain, se fondant sur l’absence de traduction de certains codes ou l’absence de traités juridiques originaux. Dans ce dernier cas, on pourrait contester la prise de position de l’auteur en indiquant que l’absence de traductions complètes de certains codes n’équivaut pas à la méconnaissance des normes. En outre, le problème de l’héritage du droit romain ne peut pas être discuté sans référence aux opinions de L. Burgmann et de G. Weickhart4. Malgré ses conclusions, qui sont un peu trop générales, la monographie de Konstantin Veršinin présente un exemple éminent de l’étude d’un texte médiéval, fondée sur la connaissance exceptionnelle de manuscrits vieux-russes.

Haut de page

Notes

1 N.A. Makarov, A.V. Černecov, otv. red., Rus´ v XIII veke : drevnosti temnogo vremeni, M., 2003.

2 Pour mieux comprendre l’état de l’étude, il est important de mentionner qu’il n’existe pas d’édition critique de La Balance juste. Pourtant, le texte est accessible aux chercheurs grâce à l’édition phototypique, représentant le plus ancien manuscrit, celui du monastère de La Trinité-Saint-Serge, écrit au xve siècle sur parchemin (Merilo pravednoe po rukopisi XIV veka, pod redakciej M.N. Tihomirova, M., 1961).

3 C. Zuckerman, « O “Pravde Russkoj” », Ruthenica, 12, 2014, p. 136-137.

4 L. Burgmann, « Zwei Sprachen – zwei Rechte. Zu einem Versuch einer linguo-semiotischen Beschreibung der Geschichte des russischen Rechts », Rechtshistorisches Journal, 11, 1992, S. 103-122 ; G. Weickhardt, « Pre-Petrine Law and Western Law: The Influence of Roman and Canon law », Harvard Ukrainian Studies, 19, 1995, p. 756-786.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aleksandr Lavrov, « Konstantin V. VERŠININ, Мерило праведное в истории древнерусской книжности и права [La balance juste dans l’histoire des écrits et du droit vieux-russes] »Cahiers du monde russe, 62/4 | 2021, 672-675.

Référence électronique

Aleksandr Lavrov, « Konstantin V. VERŠININ, Мерило праведное в истории древнерусской книжности и права [La balance juste dans l’histoire des écrits et du droit vieux-russes] »Cahiers du monde russe [En ligne], 62/4 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 29 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/12729 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.12729

Haut de page

Auteur

Aleksandr Lavrov

Sorbonne Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search