Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/1Dossier. Les vies de la science s...Les vies de la science sous le so...

Dossier. Les vies de la science sous le socialisme tardif, 1945-1991

Les vies de la science sous le socialisme tardif, 1945-1991

Introduction
Grégory Dufaud et Ksenia Tatarchenko
Traduction de Christine Colpart
p. 9-20
Cet article est une traduction de :
The lives of late Soviet science, 1945-1991 [en]

Texte intégral

  • 1 Sur les souvenirs de ce bouillonnement intellectuel, voir : A. Kojevnikov, « Introduction : A New H (...)
  • 2 Michael D. Gordin, Karl Hall, et Alexei Kojevnikov, « Intelligentsia Science : The Russian Century, (...)
  • 3 Par exemple, à l’étranger, des scientifiques russes ont reproduit une forme typiquement russe de so (...)

1L’effondrement de l’Union soviétique a permis de reconsidérer et de reconfigurer l’histoire soviétique dans son ensemble, dont celle des sciences. L’ouverture des archives et l’enthousiasme qu’elle a suscité, les nouvelles approches en histoire sociale et une circulation plus large des idées ont marqué la génération des historiens que l’on associe aujourd’hui au « récit révisionniste » des sciences soviétiques, un récit qui va au-delà de l’opposition des experts et de l’État1. En 2004, le programme de la conférence « Intelligentsia : Russian and Soviet Science on the World Stage, 1860-1960 », qui réunissait des historiens des sciences russes, donnait corps à une décennie de recherche consacrée à définir une approche post-guerre froide des sciences russe et soviétique. Dans les actes qui en ont résulté, « Intelligentsia Science : The Russian Century, 1860-1960 », publiés dans la revue Osiris, « l’intelligentsia » était entendue comme « une catégorie internationale étroitement identifiée aux élites intellectuelles et en même temps porteuse d’une forte spécificité contextuelle russe »2. Le programme intellectuel établi par cette publication collective fait toujours autorité. Il a révélé les continuités qui ont traversé la révolution de 1917 et mis en évidence les liens qui unissaient des éléments nationaux de la science russe, porteurs de leurs spécificités culturelles, au contexte international, dans lequel idées, individus et objets scientifiques transcendent les frontières politiques, linguistiques et disciplinaires3.

  • 4 Voir Eleonory Gilburd et Larissa Zakharova, éds., « Repenser le Dégel », Cahiers du Monde russe, 47 (...)

2Cependant, si le cadre chronologique de la conférence de 2004 et des actes publiés rompait avec l’exceptionnalisme des sciences russe et soviétique avancé pendant la guerre froide, il faisait aussi abstraction des dernières décennies de l’ère soviétique. Cette omission, justifiée par l’attention portée à la dimension russe — et non soviétique — de cette « Intelligentsia Science », signale une lacune relative de l’historiographie. Pour la combler, le dialogue entre l’histoire des sciences et l’histoire générale soviétique s’avère prometteur. L’intérêt croissant pour le dégel et la période brežnevienne (comme on peut le voir dans certaines pages des Cahiers du monde russe, entre autres contributions importantes) démontre qu’il est temps de se pencher sur les interactions entre pouvoir politique et expertise sous le socialisme tardif4.

Sciences et politique : une relation (re)négociée

  • 5 Sur le premier volet, voir Grégory Dufaud et Larissa Zakharova, « Science, Fiction and Power in the (...)

3Ce dossier constitue la deuxième publication de contributions présentées lors de colloques qui se sont tenus entre 2016 et 2019 dans le cadre du projet de recherche collectif coordonné par Larissa Zakharova († mars 2019) et Grégory Dufaud, « Gouverner la science, gouverner par la science ». Au carrefour de l’histoire des sciences et de l’histoire culturelle, sociale et politique, ce projet visait à projeter le regard au-delà de l’histoire des idées et des pratiques scientifiques dans le but d’examiner les interactions entre les sciences du socialisme tardif et un large ensemble d’institutions et de publics aux niveaux national et international5.

  • 6 Daniel P. Todes, Ivan Pavlov. A Russian Life in Science, Oxford : Oxford University Press, 2014, p. (...)

4Ces interactions, qui sont l’une des principales caractéristiques de l’histoire politique soviétique, ne sont pas nouvelles. Ainsi, dès après la révolution d’octobre 1917, les bolcheviks placent la science au cœur de leur projet transformatif : non contents de transformer les structures économiques, les relations sociales et les milieux naturels par l’application des connaissances scientifiques, ils entendent également proposer un mode de connaissance inédit par le biais du marxisme-léninisme. Les sciences doivent tout à la fois permettre les changements et en être l’expression. L’observation peu amène du physiologiste Ivan Pavlov à l’endroit des responsables du pays est des plus justes : « Il faut reconnaître une chose à nos barbares : ils comprennent la valeur de la science. »6 Ce rôle essentiel accordé au savoir est réaffirmé dans les discours idéologiques du socialisme tardif à travers les notions de « révolution scientifique et technique » et de « progrès scientifique et technique ».

  • 7 Loren Graham et Irina Dezhina, Science in the New Russia : Crisis, Aid, Reform, Bloomington : India (...)

5En outre, le statut privilégié des sciences a pour contrepartie matérielle le nombre croissant d’experts, de publications et d’infrastructures scientifiques. Loren Graham et Irina Dezhina ont fait remarquer à propos du système scientifique à la veille de l’effondrement du régime qu’« [a]ux yeux de l’observateur étranger, deux des caractéristiques les plus notables de l’establishment scientifique de l’ex-Union soviétique étaient son immensité et sa grande centralisation. »7 En d’autres termes, il existait la perception d’un lien entre l’importance des sciences pour le projet politique soviétique, la taille pharaonique du système de production scientifique et son organisation. Quelle est la nature de ce lien ? Que dit-il sur les modes de gouvernement du pays ? Quelles sont les implications pour les acteurs en présence ? Une évaluation historienne d’envergure reste à faire.

6C’est l’objectif du présent dossier que d’aborder ces questions et de contribuer aux débats historiographiques sur le socialisme tardif. Les cinq articles veulent dès lors moins analyser à quelle échelle les experts scientifiques sont mobilisés qu’étudier des épisodes précis où se joue l’interaction entre les structures de pouvoir et les avancées scientifiques. L’interrogation porte en effet sur la façon dont se négocient l’autorité du savoir scientifique et les impératifs politiques, et comment ces négociations sont vécues en agronomie, dans les mathématiques et en physique.

7Marc Elie zoome sur la controverse qui oppose les partisans du drainage à ceux qui pensent que les cultures de couverture peuvent prévenir la salinisation des sols. Cette controverse, qui atteint son point culminant à la fin des années 1940, est révélatrice du délicat équilibre à trouver entre les impératifs idéologiques et transformationnels. Elle ouvre une nouvelle perspective sur le lyssenkisme en le présentant comme un élément qui relie les pratiques scientifiques des ères stalinienne et poststalinienne. L’agronomie apparaît comme un espace crucial de négociation, son pouvoir transformateur étant instrumentalisé par les autorités qui, pour des motifs idéologiques, affirment le pouvoir de l’Homme sur la nature et, pour des raisons pragmatiques, veulent en finir avec les dramatiques épisodes de famine qui frappent le pays. Timm Schönfelder montre que cette double prérogative se traduit par la multitude des rôles qu’un même scientifique endosse au cours de sa carrière. Timm Schönfelder suit le parcours du pédologue Viktor Kovda pendant le siècle soviétique. Ce dernier non seulement traverse les rebondissements liés à la controverse autour de la salinisation des années 1940, mais acquiert aussi une notoriété internationale et un pouvoir institutionnel certain en tant que président de la Société internationale de pédologie et en tant qu’expert du programme soviétique d’irrigation.

8Deux articles traitent de la dimension internationale des sciences. Jean-Philippe Martinez analyse la mise en place de la diplomatie scientifique dans le cadre de la coexistence pacifique dans l’un des domaines les plus importants sur le plan stratégique pendant la guerre froide : la physique nucléaire. À cette fin, il expose les parcours de physiciens éminents, dont Vladimir Fock et Dmitrij Blohincev. Sophie Cœuré, à partir du cas du mouvement international de soutien à Leonid Pljušč et Jurij Šihanovič, placés à l’isolement et soumis à des soins forcés dans des hôpitaux psychiatriques au début des années 1970, examine les relations entre les mathématiciens soviétiques et occidentaux. Ces deux articles montrent qu’il n’est pas aisé de généraliser : ce qui est vrai d’une discipline ne l’est pas forcément d’une autre. Ils permettent cependant d’apprécier l’interconnexion des communautés disciplinaires, notamment à travers la description du rôle, influent, d’Andrej Saharov.

9Enfin, Galina Orlova étudie le transfert du programme nucléaire du militaire au civil en suivant la production, la distribution et la consommation des isotopes radioactifs. Sa reconstitution de la topographie complexe de l’optimisme nucléaire et de son épuisement progressif interroge la chronologie centrée sur la catastrophe de Černobyl´, et établit des continuités dans l’utilisation des isotopes jusqu’à leur commercialisation dans la nouvelle Russie. Mettant de côté l’argument classique de la taille — la « big tech » liée à la construction de bombes et de réacteurs — pour privilégier la notion d’objets frontière, l’auteure dévoile les défis posés par la durée de vie limitée des isotopes lorsque les autorités et les experts entreprennent de moderniser toutes les sphères de la vie par la radiation. L’article donne un aperçu des secteurs industriels, de la métallurgie à la chimie via la médecine et l’agriculture, et complète ainsi la thématique couverte par le présent dossier.

Gouverner les sciences, gouverner par les sciences

10Ces articles retracent l’évolution des sciences à l’époque du socialisme tardif à travers plusieurs perspectives : les formes d’engagement des experts, les rapports de force au sein de leurs milieux, la coopération internationale et la place des sciences dans la vie quotidienne. Cette évolution prend tout son sens lorsqu’on la met en perspective avec les épisodes clés de l’époque stalinienne où s’expriment les attitudes de l’État-parti envers les sciences : ils concernent le national et l’international, relèvent de la sphère publique et pèsent sur les débuts de carrière des acteurs présents dans les cinq articles.

  • 8 Sur la relation entre la philosophie et la science avant les années 1930, voir l’ouvrage classique (...)
  • 9 Krementsov, Stalinist science.
  • 10 Pour une comparaison avec le procès du Parti industriel, voir : Kendall E. Bailes, Technology and S (...)

11En décembre 1930, Stalin lance la campagne du « combat sur deux fronts » contre l’« idéalisme menchevik et le matérialisme mécanique »8. Ciblant d’abord la philosophie, la campagne est vite étendue à toutes les disciplines. Trois principes doivent présider à l’édification d’une science authentiquement soviétique : sa nature de classe, son caractère appliqué et le rôle central de « l’esprit de parti » [partijnost´]. Selon Nikolaï Krementsov, cette campagne veut placer la science au service de la construction socialiste et redéfinir les loyautés professionnelles9. À la différence du procès du Parti industriel, expression de la terreur stalinienne à l’encontre de l’ancienne intelligentsia industrielle tsariste, qui a eu lieu juste avant cette campagne, celle-ci vise à préciser les modalités nouvelles d’exercice de l’activité scientifique : ainsi, si l’« esprit » de parti doit déterminer la scientificité et une critique socio-politique, remplacer la critique épistémologique, les experts ont la possibilité de s’adresser directement à la direction du parti pour obtenir son soutien et des subventions10.

  • 11 Alexei Kojevnikov, « Rituals of Stalinist Culture at Work : Science and the Games of Intraparty Dem (...)
  • 12 Une vue d’ensemble des publications sur ce sujet dépasserait le cadre de cette introduction. Pour u (...)
  • 13 Pour évaluer la minutie des interventions de Stalin, voir : Kirill O. Rossianov, « Stalin as Lysenk (...)
  • 14 Ethan Pollock, Stalin and the Soviet Science Wars, Princeton University Press, 2008.

12Les contradictions internes au sein des communautés scientifiques ont des répercussions au niveau politique : cela apparaît clairement au cours de la seconde moitié des années 1940, lorsque plusieurs conférences publiques sont organisées dans le but de coordonner l’idéologie avec les modes de savoir scientifique. Les débats, menés selon les règles de démocratie interne propres au parti, avec la discussion, la critique et l’autocritique, soulèvent des questions théoriques controversées sur lesquelles le parti ne s’est pas encore prononcé. Ces rituels sont destinés à régler les échanges publics, mais ils n’orientent pas complètement le résultat final11. Tant le déroulement des conférences que leurs conclusions dépendent en effet d’un grand nombre de facteurs, qui vont des talents oratoires individuels aux alliances orchestrées à l’avance entre personnes et institutions. La réunion d’août 1948 de l’Académie Lenin des sciences agraires (VASHNIL) constitue sans doute l’exemple le plus frappant de l’ingérence idéologique. La biologie a suscité un vif intérêt de la part des historiens, qui l’ont étudiée sous de multiples angles12. Des travaux ont mis au jour l’intérêt de Stalin pour la science, son rôle dans les controverses publiques et sa conviction que la confrontation des arguments permet les avancées scientifiques13. Ethan Pollock a ainsi montré le souci qu’il a eu de savoir qui, de Trofim Lysenko ou des généticiens, avait raison14.

  • 15 Sur l’évolution intellectuelle de Marr et ses stratégies politiques, voir : Vladislava Reznik, « Su (...)
  • 16 Ethan Pollock, « From Partiinost´ to Nauchnost´ and Not Quite Back Again : Revisiting the Lessons o (...)

13Le dictateur en vient lui-même à établir les limites des intrusions idéologiques. Dans un article publié dans la Pravda en juin 1950, il rejette la théorie de Nikolaj Marr sur l’origine et l’évolution des langues et affirme que le langage n’appartient ni à l’infrastructure ni à la superstructure15. Cet article place dès lors la linguistique en dehors des compétences du parti. Plus important encore, il met des domaines entiers du savoir hors de portée de toute intervention idéologique. Bien que le parti garde la main sur la régulation des ressources matérielles et institutionnelles de la communauté scientifique, cet événement établit un précédent qui limite les intrusions idéologiques dans le contenu scientifique16.

  • 17 Quelques exemples : Susan Gross Solomon, éd., Doing Medicine Together : Germany and Russia between (...)
  • 18 Nikolai Krementsov, The Cure : A Story of Cancer and Politics from the Annals of the Cold War, Univ (...)

14Alors que la relation entre les responsables politiques et les experts est renégociée en Union soviétique, l’internationalisme scientifique du xxe siècle connaît une histoire mouvementée, au croisement des impératifs géopolitiques et des efforts de construction de communautés scientifiques transnationales. Si, au lendemain de la première guerre mondiale, le statut partagé par l’Allemagne et l’Union soviétique de parias internationaux pousse leurs scientifiques à se rapprocher, au début des années 1930, la recherche scientifique soviétique attire l’attention d’intellectuels de tous horizons et les visites de centres de recherche soviétiques deviennent courantes17. Réciproquement, un nombre restreint, mais non négligeable de jeunes chercheurs soviétiques se rend à l’étranger grâce à des bourses ou participe à des conférences internationales. Cependant, la montée des tensions internationales de la fin des années 1930 complique les déplacements et génère une atmosphère de méfiance vis-à-vis de la participation à la vie intellectuelle internationale. Un infléchissement s’opère au moment de l’alliance de guerre et de la coopération dans de nombreux domaines scientifiques et techniques, de la pénicilline au radar. Mais les limites de l’internationalisme sont posées par l’affaire autour de Grigorij Roskin et Nina Kljueva en 1947. Après que le parti les a portés au pinacle en tant que scientifiques à l’avant-garde de la coopération internationale pour leurs travaux sur le cancer, ils sont publiquement blâmés dans le contexte de la guerre froide naissante et de l’instauration de l’autarcie culturelle associée à la ždanovščina18. Toutefois, la circulation internationale des idées n’est pas complètement interrompue et les contacts noués avant-guerre contribuent à rétablir par la suite des liens internationaux personnels et institutionnels.

15Les tentatives d’instrumentalisation de la science par le parti et du parti par les scientifiques ne se soldent pas par un arrangement immuable : d’une part, les victoires scientifiques ne sont pas absolues et, d’autre part, les interminables débats politiques sans clôture scientifique ne deviennent pas la norme. Dans son article sur la discussion sur la salinisation, jusque-là ignorée des historiens et des études environnementales, Marc Élie montre que la victoire de Lysenko en 1948 ne se traduit pas par le triomphe total des défenseurs de la rotation herbagère dans la lutte contre la salinisation des sols malgré les références à Mičurin. Entre les compromis négociés grâce aux résistances collectives et aux qualités personnelles d’individus tels que Kovda (qui perd sa fonction la plus importante en 1948, mais reçoit le prix Stalin en 1951), la dispute trouve une solution qui tient, in fine, à des décisions de politique agricole concrètes concernant des projets concrets dans des territoires concrets. Lysenko tire son épingle du jeu et abandonne ses alliés directs, suscitant une redistribution de l’équilibre institutionnel dans l’agronomie bien avant l’adoption officielle du drainage en tant que paradigme agronomique.

  • 19 Michael D. Gordin, « How Lysenkoism Became Pseudoscience : Dobzhansky to Velikovsky », Journal of t (...)

16Le portrait de Kovda, tel que dressé par Timm Schönfelder, n’est qu’ambiguïté. Compromis par la controverse, il n’hésite pas à nouer des alliances et à faire preuve de loyauté envers le parti. Qualifié d’« opportuniste » par Schönfelder, Kovda publie des écrits propagandistes qui l’aident à traverser les vagues de purges et à jeter les bases d’une longue carrière universitaire. En même temps, tout au long de sa carrière, il embrasse l’idéal soviétique du « développement rationnel » et critique publiquement certaines pratiques agricoles. On ne peut donc que difficilement le considérer comme un opportuniste veule et servile ; si on choisit de penser en ces termes, son opportunisme est plutôt de type entrepreneurial, un outil comme un autre au service de la promotion de sa discipline. Jean-Philippe Martinez montre que le rayonnement international et les déplacements à l’étranger des physiciens soviétiques continuent à dépendre de l’économie de la confiance entre experts et pouvoir établie du vivant de Stalin. Les fondations politiques ont changé et suscité des reconfigurations inédites, mais le principe d’une loyauté récompensée par des privilèges est maintenu : c’est ce qui ressort du cas de Fock, célèbre pour ses apports à la mécanique quantique et à la théorie générale de la relativité ainsi que pour ses convictions marxistes. Bien que des contemporains et, plus tard, des historiens aient vu une compromission dans ce type d’accommodation (leur interprétation a trouvé une expression extrême dans la redéfinition de la science soviétique en tant que « pseudo-science » à partir du cas du lyssenkisme), Jean-Philippe Martinez montre que ce système peut généreusement servir les intérêts des scientifiques et des sciences19. La prise en compte de la diversité des intérêts, tant personnels qu’épistémiques, et de leur rôle dans la formation de l’image de la science soviétique, contribue à réévaluer les parts du scientifique et du politique dans l’agencement top-down et bottom-up de la diplomatie scientifique pendant la guerre froide.

  • 20 Sur la cité scientifique sibérienne comme vitrine de la production soviétique des savoirs, voir Kse (...)

17Dès les années 1950 et, plus largement, dans le cadre de la « coexistence pacifique », le poids de la bureaucratie dans l’obtention de visas de sortie complique, mais n’empêche pas tous les déplacements à l’étranger. L’« autorisation » de voyager est le signe de la confiance accordée par le régime. La fonction de « représentation » de l’État soviétique reste cruciale dans la coopération internationale, parce que la politique de « coexistence pacifique » n’efface pas la distinction entre la science soviétique et la science bourgeoise. Au contraire, les dynamiques de la guerre froide font des sciences une vitrine de premier ordre des réussites soviétiques : à la différence des Américains qui exportent des biens matériels, les Soviétiques exportent la capacité du régime à stimuler la créativité humaine20. Alors que le Sputnik ne constitue finalement qu’un événement isolé, le prestige de la science soviétique est entretenu par le travail systématique d’un groupe de personnes qui assument les charges administratives de la coopération internationale. Parmi eux, le physicien Blohincev qui sert comme président de l’Union internationale de physique théorique et appliquée (1966-1969) et comme membre du comité scientifique consultatif au secrétariat général des Nations unies.

  • 21 Les études sur les scientifiques dissidents ont été menées du point de vue du discours de la défens (...)
  • 22 Une vue d’ensemble de l’affaire Luzin dépasse le cadre de cette introduction. Voir : Sergei S. Demi (...)

18Le statut de vyezdnoj (« personne autorisée à voyager ») permet aux scientifiques bénéficiaires (presque exclusivement masculins) d’exposer leur vision de leur discipline, mais au prix d’un silence sur les dissensions politiques et scientifiques internes. Sophie Cœuré pointe les limites aux tentatives des mathématiciens occidentaux et soviétiques de reconstruire une communauté de confiance autour des notions de vérités mathématiques apolitiques et universelles. Si les manœuvres soviétiques visant à exclure le logicien Aleksandr Esenin-Vol´pin du Congrès international de mathématiques en 1966 font peu de bruit, les cas de Pljušč et de Šihanovič donnent lieu à une campagne de mobilisation et ce, au risque de compromettre les projets collaboratifs institutionnels et personnels21. Étant donné que les travaux de ces mathématiciens sont relativement peu connus, le mouvement international de défense en leur faveur n’a rien de comparable à celui qui avait été lancé en faveur de leur célèbre confrère, Nikolaj Luzin, victime d’accusations publiques dans les années 193022. Dans les années 1970, l’action du comité de défense des droits de l’homme en faveur des deux mathématiciens représente toutefois un virage important dans l’économie épistémique et morale qui sous-tend la construction d’une communauté mathématique internationale pendant la guerre froide.

  • 23 Jonathan Coopersmith, The Electrification of Russia, 1880-1926, Ithaca – New York – Londres : Corne (...)

19Malgré les contraintes idéologiques et les inégalités de pouvoir, les experts n’en sont pas moins attachés à ce que leur travail et leur discipline soient un facteur de modernisation sociale. Cet aspect a été abordé dans l’historiographie dédiée, par exemple, aux premiers projets d’électrification et à la mise en place d’un réseau informatique pendant le socialisme tardif, mais les articles de Timm Schönfelder et de Galina Orlova traitent d’une autre dimension, qui échappe aux récits d’un succès total ou d’un échec fracassant23. Timm Schönfelder montre à la fois le rôle joué par les agronomes dans la croissance du complexe de bonification des sols, qui emploie 1,7 million de personnes en 1985, et les tentatives faites par Kovda de restreindre cette croissance en signalant les pratiques « abusives » (qui entraînent la perte de terres arables) appliquées en vertu de « théories correctes ». Kovda, s’il jouit d’un prestige remarquable au sein de sa discipline, n’est pas le seul à porter une ambition modernisatrice. Galina Orlova, dans son étude sur la transformation des isotopes en biens de consommation, révèle le hiatus entre la domination de la nature, acquise dans le huis clos du laboratoire, et les difficultés à contrôler la radioactivité qui s’échappe des infrastructures soviétiques. Elle montre aussi comment les isotopes éphémères redéfinissent le rapport entre le temps, la radioactivité et la matière vivante affectée par les radiations. La modernité nucléaire, qui repose tout autant sur l’organisation rationnelle du socialisme planifié que sur l’octroi de faveurs personnelles, est devenue incontrôlable. Cet emballement fait dès lors glisser la célébration des prouesses scientifiques vers des interrogations sur la nature du système soviétique.

Vie et trajectoires des sciences

  • 24 Sur le concept de « trajectoire » et ses utilisations en sciences sociales, voir Pierre Bourdieu, « (...)

20Malgré leur diversité du point de vue des communautés scientifiques étudiées, des sources mobilisées et des inspirations théoriques, les articles ont un trait commun, exprimé dans le titre de ce dossier, à savoir la notion de « vie », entendue à la fois en tant qu’outil heuristique sous l’angle de la « trajectoire » et en tant qu’outil narratif au prisme de la « biographie »24. Elle peut en effet contribuer à articuler les enjeux historiographiques mis en lumière par les articles réunis ici : la périodisation des relations entre les experts et les autorités politiques, l’internationalisation et la façon dont celle-ci définit les frontières entre les communautés épistémiques nationales et internationales et, enfin, la modernisation accomplie au moyen de gigantesques projets d’irrigation ou par l’utilisation de la radioactivité invisible à l’œil nu.

21Ces articles, avec des sujets qui vont du lyssenkisme à la dissidence en passant par les engrais radioactifs et qui sont abordés dans leurs dimensions locales, nationales et internationales, décrivent les trajectoires dynamiques des individus, des idées et des objets. Timm Schönfelder et Jean-Philippe Martinez révèlent l’habileté des experts à naviguer dans les institutions et leur capacité à optimiser leur « capital » intellectuel, social et politique pour se hisser à des postes prestigieux chez eux et à l’étranger. Leurs stratégies et les compromis auxquels ils parviennent font apparaître la façon dont ils incorporent des habitus et intériorisent d’éventuels futurs. Marc Elie, Galina Orlova et Sophie Cœuré suivent non pas tant les trajectoires des idées, des objets et des personnes que leur imbrication dans la reconfiguration des ordres épistémiques et sociaux. Marc Elie met en lumière comment Lysenko est amené à revoir ses convictions sur la salinisation des sols face à un projet concret d’irrigation ; Sophie Cœuré narre les changements survenus dans les relations parmi les mathématiciens et dans la définition même de leur communauté ; et Galina Orlova retrace la circulation des isotopes depuis le secret de leur fabrication jusqu’à leur mise à la disposition du public et l’explosion subséquente des mécanismes courants de l’ordre social. Ces études démontrent tout autant l’importance des actions et des choix individuels que leurs limites.

  • 25 Sur les débats sur la chronologie du socialisme tardif, voir : Denis Kozlov et Eleonory Gilburd, éd (...)

22Les trajectoires des sciences et leur entrelacement éclairent la place qu’elles tiennent au sein du projet politique et dans le quotidien de l’Union soviétique tardive. L’un des enjeux de ce dossier est la réévaluation de la périodisation relative aux sciences lors du socialisme tardif, laquelle est exclue de l’arc narratif dominant — révolutions, stalinisme, disparition — et subordonnée aux divisions chronologiques du socialisme tardif, organisées autour de la trinité du dégel, de la stagnation et de la perestroïka25. Or, influencées, mais pas déterminées par les ruptures politiques, les vies et les trajectoires des sciences manifestent des continuités importantes de l’avant à l’après-guerre et donnent un aperçu des transitions politiques et économiques jusqu’en 1991 et au-delà. De plus, le rôle central des sciences dans l’équilibre géopolitique de la guerre froide rend d’autant plus nécessaire une révision historiographique qu’il relève simultanément des domaines des idées, de la matérialité et de la gouvernance, et interconnecte le national et l’international.

  • 26 Sur les dissensions au sein des sciences à l’époque stalinienne, voir : Michael D. Gordin, « Was Th (...)

23Les articles dessinent une image à multiples facettes des sciences en tant que phénomène « poststalinien ». De la sorte, il s’agit de dire qu’un certain nombre de traits fixés sous Stalin continuent à se retrouver aux époques ultérieures et à caractériser les pratiques scientifiques. Des théories de la salinisation aux modes de communication internationale, en passant par l’impact des régimes du secret, les pratiques scientifiques conservent en effet des traces du régime stalinien et des stratégies de résistance au sein de cultures institutionnalisées26.

  • 27 Voir Loren Graham, Science in Russia and the Soviet Union : A Short History, Cambridge : Cambridge (...)

24Par ailleurs, ces articles remettent en question des idées formulées par une historiographie compartimentée par disciplines. Les études s’organisent souvent selon leur histoire intellectuelle et institutionnelle. À propos des sciences de la vie, de la physique en particulier, elles proposent alors des récits contradictoires de triomphe et de catastrophe. Parallèlement, nonobstant les travaux historiques récents qui ont révélé les fractures internes de la communauté des mathématiciens, la recherche dans ce domaine reste toujours la plupart du temps dépeinte comme une activité apolitique et ésotérique, pratiquée sur un tableau noir27. Si l’on suit ces récits, ces disciplines n’ont pour principal point commun que d’être représentatives d’une situation « nationale ». Or les articles de ce dossier, en offrant des descriptions nouvelles, voire inattendues de ces trois disciplines, appellent à déplacer l’attention des différences vers les convergences et les similitudes entre communautés épistémiques.

25Ainsi, tandis que le lyssenkisme rime avec perte de l’autonomie scientifique et conséquences désastreuses pour la génétique, la réalisation de la parité nucléaire s’accompagne d’un statut élevé pour les physiciens ; leur autonomie relative se manifeste par les libertés dont ils jouissent au sein des cités nucléaires fermées. Loin de cette image manichéenne, simplifiée, certes, mais qui rend compte de la tension entre les récits historiques se rapportant à la biologie et à la physique, les articles brossent un tableau plus nuancé et dynamique de l’évolution des disciplines scientifiques en lien avec les impératifs de développement du haut modernisme soviétique. Ils éclairent de façon pénétrante les manœuvres de Lysenko, qui va à l’encontre de ses convictions intellectuelles et de ses alliances institutionnelles. À l’opposé, les invocations au pouvoir de l’atome pour fertiliser les territoires de l’Asie centrale prononcées par Igor Kurčatov, directeur de l’institut de l’énergie atomique, apparaissent comme l’exemple d’un discours idéologique typique.

26Bien qu’inscrites au sein de leurs disciplines respectives, les stratégies des figures de proue en agronomie, en mathématiques et en physique ne sont pas si différentes les unes des autres. Alliant des aptitudes politiques particulières à un optimisme techno-scientifique et, finalement, à une bonne part de désillusion, les vies des acteurs étudiées dans ce dossier épousent l’ensemble des contradictions de l’ordre sociopolitique du socialisme tardif, quelle que soit leur position vis-à-vis de la ligne officielle du parti.

*

27Richement documentés et en dialogue avec de nombreuses historiographies, les études de cas rassemblées ici donnent des aperçus de l’histoire intellectuelle, politique et sociale des sciences à l’époque du socialisme tardif. À travers l’analyse des engagements des personnes et du rôle des idées et des objets scientifiques, elles mettent au jour la variété des historicités des objets sociaux et la complexité de la relation entre le pouvoir politique et les sciences. Les vies des sciences présentées dans ces articles, si elles partagent le contexte idéologique du stalinisme et des périodes suivantes, se déroulent aussi selon leur propre temporalité (allant de la vie éphémère de certains isotopes à des carrières de plusieurs décennies) et connaissent une série d’adaptations et de transformations qui confèrent sa ligne à leur trajectoire. In fine, ce dossier ouvre des questionnements et appelle à poursuivre l’enquête sur les catégories qui servent à donner du sens aux vies des sciences et des techniques. Les termes partagés par le pouvoir et les experts dans leurs négociations, tels le « développement rationnel », le « progrès scientifique et technique » et la « science appliquée », demandent en effet à être examinés plus avant.

Haut de page

Notes

1 Sur les souvenirs de ce bouillonnement intellectuel, voir : A. Kojevnikov, « Introduction : A New History of Russian Science », Science in Context, 15 (2), 2002, p. 177-182. Parmi les études, voir : Nikolai Krementsov, Stalinist Science, Princeton : Princeton University Press, 1997 ; et Alexei B. Kojevnikov, Stalin’s Great Science : The Times and Adventures of Soviet Physicists, Londres : Imperial College Press, 2004. Sur la « révolution des archives », voir : Nicolas Werth, « L’historiographie de l’U.R.S.S. dans la période post-communiste », Revue d’études comparatives Est-Ouest, 30 (1) 1999, p. 81-104 ; Donald J. Raleigh, « Doing Soviet History : The Impact of the Archival Revolution », The Russian Review, 61 (1), p. 16-24 ; Sophie Cœuré, « Le siècle soviétique des archives », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 74 (3-4), 2019, p. 657-686.

2 Michael D. Gordin, Karl Hall, et Alexei Kojevnikov, « Intelligentsia Science : The Russian Century, 1860-1960 », Osiris, 23 (1), 2008, p. 11.

3 Par exemple, à l’étranger, des scientifiques russes ont reproduit une forme typiquement russe de sociabilité, les kružki. Voir : Karl Hall, « The Schooling of Lev Landau : The European Context of Postrevolutionary Soviet Theoretical Physics », Osiris, 23 (1), 2008, p. 230-259.

4 Voir Eleonory Gilburd et Larissa Zakharova, éds., « Repenser le Dégel », Cahiers du Monde russe, 47 (1-2), 2006 ; Marc Elie et Isabelle Ohayon, éds., « L’expérience soviétique à son apogée. Culture et société des années Brežnev », Cahiers du Monde russe, 54 (1-2), 2013 ; Stefan Guth, Klaus Gestwa, Tanja Penter et Julia Richers, éds., « La modernité nucléaire soviétique. Dimensions transnationales, processus décentrés et héritages persistants », Cahiers du Monde russe, 60 (2-3), 2019.

5 Sur le premier volet, voir Grégory Dufaud et Larissa Zakharova, « Science, Fiction and Power in the USSR », Kritika : Explorations in Russian and Eurasian History, 20 (4), 2019. Le projet a bénéficié du soutien du Labex TEPSIS et du Cercec (Paris).

6 Daniel P. Todes, Ivan Pavlov. A Russian Life in Science, Oxford : Oxford University Press, 2014, p. 481.

7 Loren Graham et Irina Dezhina, Science in the New Russia : Crisis, Aid, Reform, Bloomington : Indiana University Press, 2008, p. 1.

8 Sur la relation entre la philosophie et la science avant les années 1930, voir l’ouvrage classique de David Joravsky, Soviet Marxism and Natural Science, 1917-1932, New York : Columbia University Press, 1961.

9 Krementsov, Stalinist science.

10 Pour une comparaison avec le procès du Parti industriel, voir : Kendall E. Bailes, Technology and Society under Lenin and Stalin: Origins of the Soviet Technical Intelligentsia, 1917-1941, Princeton University Press, 1978.

11 Alexei Kojevnikov, « Rituals of Stalinist Culture at Work : Science and the Games of Intraparty Democracy Circa 1948 », The Russian Review, 57 (1), 1998, p. 25-52.

12 Une vue d’ensemble des publications sur ce sujet dépasserait le cadre de cette introduction. Pour une réflexion sur quelques tendances récentes, voir : Nikolai Krementsov et William de Jong-Lambert, « ‘Lysenkoism’ Redux : Introduction », The Lysenko Controversy as a Global Phenomenon, Vol. 1, Cham : Palgrave Macmillan, 2017, p. 1-34. Quelques études classiques : Nils Roll-Hansen, The Lysenko Effect. The Politics of Science, Amherst : Prometheus, 2005 ; David Joravsky, The Lysenko Affair, The University of Chicago Press, 1970.

13 Pour évaluer la minutie des interventions de Stalin, voir : Kirill O. Rossianov, « Stalin as Lysenko’s Editor : Reshaping political discourse in Soviet Science », Configurations, 1 (3), 1993, p. 439-456.

14 Ethan Pollock, Stalin and the Soviet Science Wars, Princeton University Press, 2008.

15 Sur l’évolution intellectuelle de Marr et ses stratégies politiques, voir : Vladislava Reznik, « Succession or Subversion : Professional Strategies of Soviet Cultural Revolution. The Case of Nikolai Marr », Slavonica, 13 (2), 2007, p. 150-167 ; et Louise McReynolds, « Nikolai Marr : Reconstructing Ani as the Imperial Ideal », Ab Imperio, 1, 2016, p. 102-124.

16 Ethan Pollock, « From Partiinost´ to Nauchnost´ and Not Quite Back Again : Revisiting the Lessons of the Lysenko Affair », Slavic Review, 68 (1), 2009, p. 95-115.

17 Quelques exemples : Susan Gross Solomon, éd., Doing Medicine Together : Germany and Russia between the Wars, University of Toronto Press, 2006. Nikolai Krementsov, International Science between the World Wars : The Case of Genetics, Routledge, 2004. Sur Moscou comme la gardienne de la « culture du monde », voir Katerina Clark, Moscow, the Fourth Rome, Harvard University Press, 2011. Sur les échanges en psychiatrie, Grégory Dufaud, Lara Rzesnitzek, « Soviet Psychiatry through the Prism of Circulations : The Case of Outpatient Psychiatry in the Interwar Period », Kritika: Explorations in Russian and Eurasian History, 17 (4), 2016, p. 781-803.

18 Nikolai Krementsov, The Cure : A Story of Cancer and Politics from the Annals of the Cold War, University of Chicago Press, 2004.

19 Michael D. Gordin, « How Lysenkoism Became Pseudoscience : Dobzhansky to Velikovsky », Journal of the History of Biology, 45 (3), 2012, p. 443-468.

20 Sur la cité scientifique sibérienne comme vitrine de la production soviétique des savoirs, voir Ksenia Tatarchenko, « Calculating a Showcase : Mikhail Lavrentiev, the Politics of Expertise, and the International Life of the Siberian Science-City », Historical Studies in the Natural Sciences, 46 (5), 2016, p. 592-632.

21 Les études sur les scientifiques dissidents ont été menées du point de vue du discours de la défense des droits et de la redéfinition du discours psychiatrique, mais ne se sont pas attachées à décrire leur organisation, voir : Benjamin Nathans, « The Dictatorship of Reason : Aleksandr Vol´pin and the Idea of Rights under “Developed Socialism” », Slavic Review, 66 (4), 2007, p. 630-663. Rebecca Reich, « Inside the Psychiatric Word : Diagnosis and Self-Definition in the Late Soviet Period », Slavic Review, 73 (3), 2014, p. 563-584. Sur la psychiatrie, voir Grégory Dufaud, Une histoire de la psychiatrie soviétique, P. : EHESS, 2021.

22 Une vue d’ensemble de l’affaire Luzin dépasse le cadre de cette introduction. Voir : Sergei S. Demidov et Boris V. Lëvshin, éds., The Case of Academician Nikolai Nikolaevich Luzin, Providence, RI : American Mathematical Society (History of Mathematics, 43), 2016.

23 Jonathan Coopersmith, The Electrification of Russia, 1880-1926, Ithaca – New York – Londres : Cornell University Press, 2016 ; Larissa Zakharova, De Moscou aux terres les plus lointaines. Communications, pouvoir et société en URSS, P. : Éditions de l’EHESS, 2020. Sur l’échec de l’unification des réseaux informatiques soviétiques, voir Benjamin Peters, How not to Network a Nation : The Uneasy History of the Soviet Internet, Cambrige, MA : MIT Press, 2016.

24 Sur le concept de « trajectoire » et ses utilisations en sciences sociales, voir Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 62, 1986 ; Anselm L. Strauss, Continual Permutations of Action, New York : Aldine de Gruyter, 1993. Pour l’utilisation de la notion de biographie dans la description des trajectoires des objets scientifiques, voir : Lorraine Daston, éd., Biographies of Scientific Objects, Chicago : University of Chicago Press, 2000.

25 Sur les débats sur la chronologie du socialisme tardif, voir : Denis Kozlov et Eleonory Gilburd, éds., The Thaw : Soviet Society and Culture during the 1950s and 1960s, Toronto : University of Toronto Press, 2013. Et aussi : Eleonory Gilburd, To See Paris and Die. The Soviet Lives of Western Culture, Cambridge : Harvard University Press, 2018.

26 Sur les dissensions au sein des sciences à l’époque stalinienne, voir : Michael D. Gordin, « Was There Ever a “Stalinist Science ?” » Kritika : Explorations in Russian and Eurasian History, 9 (3), 2008, p. 625-639.

27 Voir Loren Graham, Science in Russia and the Soviet Union : A Short History, Cambridge : Cambridge University Press, 1993. Pour un contre-récit, voir : Slava Gerovitch, « Parallel worlds : Formal Structures and Informal Mechanisms of Postwar Soviet Mathematics », Historia scientiarum, 22 (3), 2013, p. 181-200.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégory Dufaud et Ksenia Tatarchenko, « Les vies de la science sous le socialisme tardif, 1945-1991 »Cahiers du monde russe, 63/1 | 2022, 9-20.

Référence électronique

Grégory Dufaud et Ksenia Tatarchenko, « Les vies de la science sous le socialisme tardif, 1945-1991 »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/1 | 2022, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13073 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13073

Haut de page

Auteurs

Grégory Dufaud

Institut d’études politiques de Lyon
Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA)
gregorydufaud[at]gmail.com

Articles du même auteur

Ksenia Tatarchenko

School of Social Sciences
Singapore Management University
ktatarchenko[at]smu.edu.sg

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search