Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/1Dossier. Les vies de la science s...Trajectoires internationales de p...

Dossier. Les vies de la science sous le socialisme tardif, 1945-1991

Trajectoires internationales de physiciens soviétiques : la diplomatie comme compromis avec leurs autorités

International trajectories of Soviet physicists: Diplomacy as a compromise with their authorities
Jean-Philippe Martinez
p. 81-102

Résumés

Après la seconde guerre mondiale, la science connut un processus d’institutionnalisation internationale et devint dans le contexte de la guerre froide un élément essentiel de la diplomatie culturelle des États. En se penchant sur la trajectoire individuelle de plusieurs physiciens, cet article questionne l’insertion de l’URSS à cette dynamique et la place réelle de ses savants dans la mise en place d’une diplomatie scientifique soviétique. L’auteur y discute tout d’abord du caractère privilégié du voyage à l’étranger et met en évidence différents éléments de continuité dans la forte symbiose entre science et politique qui résultait de la période stalinienne. Enfin, il détaille comment l’appropriation par les scientifiques des enjeux diplomatiques associés à leur nouvelle fonction de représentation a permis l’établissement avec les autorités soviétiques d’un compromis pour la poursuite dans un contexte international d’objectifs de développement professionnel.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Un retour à l’Ouest sous conditions
La diplomatie comme compromis
Conclusion

Aperçu du texte

« Je regrette aussi qu’il y ait cette membrane semi-perméable entre nous ».
Léon Rosenfeld à Vladimir Fock, 28 novembre 1935.

« […] deux Russes viendront au Congrès sur la relativité de Berne : B.A. Fock et A.D. Alexandrow. Je doute que le premier soit le fameux Fock (dont l’initiale est V.) »
Wolfgang Pauli à Christian Møller, 1er mars 1955.

Léon Rosenfeld, Wolfgang Pauli, Christian Møller et Vladimir Fock sont tous des physiciens théoriciens qui contribuèrent de façon importante aux développements de la théorie quantique et de la relativité générale dans le courant du xxe siècle. Les trois premiers firent leur carrière en Europe de l’Ouest, le quatrième en URSS, à Leningrad. Entre la carte postale envoyée par Rosenfeld à Fock et la lettre faisant mention de ce dernier transmise à Møller par Pauli, vingt ans passèrent. Deux décennies qui suffirent à ce que Pauli ne puisse plus croire en la possibilité que celui dont la signature en cyrillique amenait de la confusion était le Fock qui, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Philippe Martinez, « Trajectoires internationales de physiciens soviétiques : la diplomatie comme compromis avec leurs autorités »Cahiers du monde russe, 63/1 | 2022, 81-102.

Référence électronique

Jean-Philippe Martinez, « Trajectoires internationales de physiciens soviétiques : la diplomatie comme compromis avec leurs autorités »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/1 | 2022, mis en ligne le 02 janvier 2025, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13099 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13099

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Martinez

Institute for Theoretical Particle Physics and Cosmology,
RWTH Aachen University
jeanphilippe.martinez[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search