Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/1Forum. Les statistiques de la Ter...Les statistiques de la terreur

Forum. Les statistiques de la Terreur

Les statistiques de la terreur

Avant-propos
Alessandro Stanziani
p. 153-158

Texte intégral

  • 1 Oleg Khlevniuk, Simon Belokowsky, « Archives of the Terror: Developments in the Historiography of S (...)
  • 2 Juste quelques références parmi de nombreuses autres publications sur ce sujet dans les Cahiers du (...)

1L’idée d’une table ronde sur les statistiques de la terreur à partir des recherches d’Oleg Khlevniuk répond à des sollicitations multiples : depuis les années 1990 (bien avant selon Stephen Wheatcroft, ci-après), les travaux cherchant à quantifier les dimensions de la terreur, les déportations et le Goulag en URSS se sont multipliés. Oleg Khlevniuk offre dans son article un court panorama de cette bibliographie qu’il développe par ailleurs1 et à laquelle les Cahiers du Monde russe ont à leur tour largement contribué2. Cette historiographie a produit tout aussi bien des travaux de synthèse que des recherches détaillées par groupe social : la collectivisation et les paysans, y compris les victimes de la famine en Ukraine au début des années 1930 ; les militaires et les spécialistes, les scientifiques et les intellectuels ; les membres du parti ; les différentes ethnies et groupes religieux, etc.

  • 3 Pour des références précises, voir les articles ci-après ainsi que l’essai de O. Khlevniuk et S. Be (...)

2Les perspectives adoptées sont également variées : de l’analyse de la fin de la guerre froide – la terreur comme crime et expression du communisme –, aux études fines en termes d’investigations d’histoire politique et sociale, voire même économique (les coûts de la répression et l’efficacité du Goulag)3.

  • 4 S.G. Wheatcroft, « The Scale and Nature of German and Soviet Repression and Mass Killings, 1930-45  (...)
  • 5 David Eltis et David Richardson, dir, Extending the Frontiers : Essays on the New Transatlantic Sla (...)

3Dans ce cadre, les efforts de quantification sont quasiment omniprésents : les dénombrements des victimes de la famine, de la collectivisation, ou encore des déportations et des épurations ethniques4. Comme dans d’autres contextes tels que les victimes de génocides ou de la traite esclavagiste, ces efforts de quantification affichent des ambitions particulières : ils cherchent à objectiver et par-là même, à présenter les conclusions des études comme étant irréfutables5.

  • 6 Simon Schaffer, « Self Evidence », Critical Inquiry, 18 (2), 1992, p. 327-362. Mary Poovey, A Histo (...)
  • 7 Theodor Porter, Trust in Numbers. The Pursuit of Objectivity in Science and Public Life, Princeton  (...)
  • 8 Carlo Ginzburg, Clues, Myths and the Historical Method, Baltimore : Johns Hopkins University Press, (...)
  • 9 Les travaux de Claire Zalc et Claire Lemercier sont exemplaires de cette démarche. D’un intérêt par (...)
  • 10 Jean-Claude Perrot, Histoire intellectuelle de l’économie politique, P. : EHESS, 1992. Theodor Port (...)

4C’est là que le travail d’Oleg Khlevniuk devient central. Reconnu comme l’un des meilleurs spécialistes de la période et du sujet, fin connaisseur des archives soviétiques, O. Khlevniuk valide aux yeux de la communauté scientifique cette difficile liaison entre des investigations archivistiques qualitatives et des tentatives d’en extraire des données quantitatives. C’est aussi pour cela qu’il devient pertinent de placer son travail sur les statistiques de la terreur au centre d’une table ronde, plutôt que dans le cadre d’un numéro thématique conventionnel des Cahiers qui rassemblerait un panel d’auteurs, chacun apportant sa contribution. Il s’agit en effet de partir d’une contribution hautement significative faisant l’état de l’historiographie, à défaut d’être profondément novatrice, pour réfléchir à la fois sur la terreur en elle-même et sur les modalités de sa mise en scène par l’historien, notamment lorsque ce dernier a recours à des approches quantitatives. La tension entre « sources » et « données » – les unes considérées comme étant propres aux « humanités », les autres aux sciences et, éventuellement, parmi les sciences sociales à l’économie et à la sociologie –, ne cesse d’alimenter les débats épistémologiques entre ces domaines, depuis au moins le xviiie siècle6. En réalité, nous savons que, dans des traditions fines de l’historiographie et de la sociologie, cette opposition entre sources et données n’a guère raison d’être et qu’il est important de tracer l’histoire des catégories et des méthodes statistiques ainsi que leur pertinence sociale7. Cette interrelation peut s’exprimer suivant au moins trois démarches principales : une première cherche à rendre explicites les sources archivistiques à l’origine des données8, tandis qu’une deuxième vise plutôt à corriger les données à l’aune de techniques statistiques9. Enfin, la troisième cherche à inscrire archives et données statistiques dans des dynamiques historiques. Cette approche ne se limite pas à « déconstruire » les données, mais plutôt à leur rendre une part active des dynamiques historiques elles-mêmes, à les inscrire aussi comme sources prenant une part active aux évolutions historiques10.

5Nous retrouvons ces différentes approches des statistiques de la terreur dans les contributions à notre table ronde : O. Khlevniuk considère que les innombrables travaux sur la terreur sont encore incomplets et il cherche à corriger et préciser les données à partir de documents d’archives, en présentant une vision plus extensive de la terreur. Sur le plan épistémologique, les contributions d’Oleg Budnitskii et de Mikhail Nakonechnyi s’inscrivent dans ce même courant : les deux auteurs cherchent à compléter et à intégrer l’analyse d’Oleg Khlevniuk en ajoutant d’autres documents d’archives et, à partir de là, d’autres quantifications. Ainsi, O. Budnitskii ajoute une pièce essentielle au puzzle déjà riche d’O. Khlevniuk en parlant des condamnés à mort pendant la guerre : la répression qui, sans passer par des décisions judiciaires, n’est pas prise en compte dans ces sources.

6Pour sa part, Nakonechnyi cherche à inscrire la répression stalinienne dans la durée en évaluant les victimes de la répression et de la terreur à l’époque de la guerre civile. En effet, à la différence de la période stalinienne, la guerre civile et sa répression ont été nettement moins quantifiées. En ce cas, la quantification vise à élargir la relation entre terreur et stalinisme à celle entre terreur et monde bolchevik et soviétique tout court.

7Le résultat obtenu se place dans le sillage des travaux d’O. Khlevniuk et de beaucoup d’autres chercheurs : le nombre des victimes de la terreur et de la répression tant à l’époque stalinienne que sur l’ensemble de la période soviétique jusqu’aux années 1960 est revu à la hausse en élargissant la sphère des victimes. C’est une démarche que nous retrouvons dans d’autres historiographies : les victimes du « Grand Bond » en Chine sous Mao, celles des Khmers rouges, ou encore les victimes du génocide des Arméniens. On retrouve cette même tendance dans l’autre domaine mentionné, à savoir la traite esclavagiste, non seulement dans l’Atlantique, mais également dans l’Océan indien, et sans oublier la traite transsaharienne. Dans tous ces cas, quantification rime avec dépouillement fin des archives, accompagné de l’élargissement de la principale catégorie visée (victimes de la terreur, du génocide, de la traite) et, par là même, d’une hausse du chiffre avancé.

8À l’opposé, Stephen Wheatcroft conteste les modalités de calcul d’O. Khlevniuk, tant dans leur origine archivistique (qui serait à compléter) que dans leur traitement statistique, considéré comme insuffisant, ou, finalement dans leur catégorisation même. En particulier, la question se pose de savoir si terreur et répression sont synonymes, ce que S. Wheatcroft conteste à O. Khlevniuk. Les implications sont majeures, car elles influencent à la fois les données (cumulables ou pas) et, partant, l’interprétation historiographique. S. Wheatcroft considère qu’en termes quantitatifs, la répression diminue dans le stalinisme d’après-guerre par rapport au stalinisme d’avant-guerre. Ce qui conduit évidemment à une tout autre interprétation, que celle d’O. Khlevniuk, du stalinisme et du « modèle totalitaire ». Ce dernier serait dès lors incapable de rendre compte de la complexité du système soviétique.

  • 11 Parmi les exceptions : Viktor A. Chernyk, « Centr izučenija minuvših vremen : k 50-letiiu Arheograf (...)
  • 12 Nicolas Werth, « De la soviétologie en général et des archives russes en particulier », Le Débat, n (...)
  • 13 S. Maksudov, « Pertes subies par la population de l’URSS, 1918-1958 », Cahiers du monde russe et so (...)

9Malgré leurs différends, ces deux orientations partagent la même confiance dans un procédé d’objectivation réalisé à partir des archives, puis des données. Les unes et les autres servent à présenter une « réalité » historique. Il serait toutefois erroné de se limiter à qualifier ces contributions de positivisme méthodologique. Sans doute la réflexivité en termes de production, tant des archives que des statistiques, demeure relativement faible dans ces débats11. En même temps, il ne faut pas oublier que le contexte de production des informations sur la période stalinienne, notamment sur la terreur, reste particulier comparé à celui d’autres courants historiographiques : tout d’abord, comme le rappelle S. Wheatcroft, même sans avoir accès aux archives, pendant la guerre froide, de nombreux rapports faisaient état de la terreur en URSS et certains cherchaient même à la quantifier. Ce qui conduit à évaluer sous un jour nouveau la relation entre sources primaires et sources secondaires et celle entre sources et données : à défaut d’archives, des informations, y compris quantitatives, étaient certes produites, mais elles étaient en partie ignorées, voire occultées non seulement en URSS, mais en Occident même. Dans ce cadre, le positivisme des sources et des chiffres est un outil qui s’oppose à la censure et à l’histoire-propagande. Plus encore, en URSS, à de longues décennies d’occultation des informations, suivent au tournant des années 1980-1990 des tentatives de parvenir à connaître une réalité historique moins déformée. Ces démarches sont à nouveau mises à mal ces dernières années avec V. Putin. Autrement dit, dans le contexte russe et soviétique et, en partie, de la « soviétologie » à l’époque de la guerre froide, le positivisme archivistique et statistique n’a pas la même valeur que dans d’autres contextes historiographiques, par exemple lorsque Derrida ou Foucault décriaient « l’invention des archives »12. Dans les débats concernant les archives européennes et coloniales, « l’invention des archives » visait à mettre en évidence le lien entre pouvoir et construction d’une mémoire historique ; à partir de là, la pensée postmoderne et postcoloniale cherchait précisément à souligner les censures, les représentations partielles dans les archives elles-mêmes, surtout à l’égard des acteurs « subalternes ». En revanche, dans le cas de l’URSS, face à l’histoire censurée et à la propagande, le positivisme méthodologique constituait un des derniers remparts13. Il en va de même dans d’autres domaines, tels que la guerre d’Algérie, le génocide des Arméniens ou certains aspects de l’histoire de l’esclavage.

  • 14 Michel Foucault, L’archéologie du savoir, P. : Gallimard, 1969.
  • 15 Ann Laura Stoler, Along the Archival Grain, Princeton : Princeton University Press, 2009.
  • 16 Sophie Cœuré, « Le siècle soviétique des archives », Annales HSS, 74 (3), 2019, p. 657-686.
  • 17 Graziosi, Martin, Scherrer, « La police politique ». Stephen Kotkin, « The State Is-It Us ? Memoirs (...)

10Cette spécificité ne peut guère s’ignorer ; et, pourtant, elle ne devrait pas faire obstacle à une réflexivité méthodologique plus poussée. Ainsi, si les archives reflètent l’organisation du pouvoir14, ce dernier est, aussi, le plus souvent fragmenté15. Même si, dans le cas soviétique, certaines études nient cette fragmentation et insistent sur la force et la cohérence de l’État soviétique, y compris dans la construction archivistique16, d’autres travaux soulignent en revanche cette cacophonie17.

  • 18 Stoler, Along the Archival Grain. Voir aussi : Alessandro Stanziani, Tensions of Social History. So (...)

11Pourtant, même si de très nombreuses études sont disponibles sur « l’invention des archives » et sur l’origine de tel et tel fonds, même si d’aussi nombreux travaux sur l’histoire sociale et méthodologique des statistiques sont également disponibles, l’interrelation entre les deux reste en bonne partie à faire18. Les présentations de l’histoire du goulag sous forme de documents d’archives ou de tableaux statistiques expriment-elles une tension irréductible entre sources et données ou bien un même et seul processus de validation d’artefacts historiques ? Les constructions et reconstitutions d’une mémoire historique, par les acteurs mêmes, puis par l’historien, via des chiffres ou par le biais d’archives, expriment-elles deux procédés distincts ou bien se renvoient-elles l’une à l’autre ? Toute réponse à ces questions ne peut passer que par une problématisation des principales catégories à l’œuvre : source, donnée, archive, information. Ce forum, nous l’espérons, pourrait constituer un premier pas dans cette direction.

Haut de page

Notes

1 Oleg Khlevniuk, Simon Belokowsky, « Archives of the Terror: Developments in the Historiography of Stalin’s Purges », Kritika. Explorations in Russian and Eurasian History, 22 (2), 2021, p. 367-385.

2 Juste quelques références parmi de nombreuses autres publications sur ce sujet dans les Cahiers du Monde russe : Marc Elie, « Les politiques à l’égard des libérés du goulag », 47 (1-2), 2006, p. 327-347 ; Dina Nohotovic, « Les documents du Ministère public de l’URSS comme sources de l’histoire du goulag, 1945-1953 », 42 (2-4), 2001, p. 549-556 ; Andrea Graziosi, Terry Martin, Jutta Scherrer, « La police politique en Union soviétique, 1918-1953 », 42 (2-4), 2001 ; Nick Baron, « Production and Terror : The Operation of the Karelian Gulag, 1933-1939 », 43 (1), 2002, p. 139-180. Jeffrey Hardy, Yana Skorobogatov, « We Can’t Shoot Everyone », 59 (4), 2018, p. 473-498.

3 Pour des références précises, voir les articles ci-après ainsi que l’essai de O. Khlevniuk et S. Belokowsky cité note 1.

4 S.G. Wheatcroft, « The Scale and Nature of German and Soviet Repression and Mass Killings, 1930-45 », Europe-Asia Studies, 48 (8), 1996, p. 1319-1353; Mikhail Nakonechnyi, Factory of invalids’: Mortality, disability and early release on medical grounds in GULAG, 1930-1955, thèse, université d’Oxford, 2020. Оleg Budnitskii, « The Great Terror of 1941: Toward a History of Wartime Stalinist Criminal Justice», Kritika: Explorations in Russian and Eurasian History, 20 (3), 2019, p. 447-480.

5 David Eltis et David Richardson, dir, Extending the Frontiers : Essays on the New Transatlantic Slave Trade Database, New Haven : Yale University Press, 2008. Voir le dossier : « Inscrire l’esclavage dans les humanités numériques », Esclavages et post-esclavages, 3, 2021.

6 Simon Schaffer, « Self Evidence », Critical Inquiry, 18 (2), 1992, p. 327-362. Mary Poovey, A History of Modern Fact, Chicago : University of Chicago Press, 1998.

7 Theodor Porter, Trust in Numbers. The Pursuit of Objectivity in Science and Public Life, Princeton : Princeton University Press, 1995. Alain Desrosières, La politique des grands nombres, P. : La Découverte, 1993.

8 Carlo Ginzburg, Clues, Myths and the Historical Method, Baltimore : Johns Hopkins University Press, 1989. Peter Murphy, ed, Evidence, Proof and Facts : a Book of Sources, New York : Oxford University Press, 2003. George Steinmetz, ed, The Politics of Method in the Social Sciences, Durham – London : Duke University Press, 2005.

9 Les travaux de Claire Zalc et Claire Lemercier sont exemplaires de cette démarche. D’un intérêt particulier pour les statistiques de la terreur, celles de la Shoah : Pierre Mercklé, Claire Zalc, « Peut-on modéliser la persécution ? Apports et limites des approches quantifiées sur le terrain de la Shoah », Annales HSS, 73, 4, 2018, p. 923-957.

10 Jean-Claude Perrot, Histoire intellectuelle de l’économie politique, P. : EHESS, 1992. Theodor Porter, The Rise of Statistical Thinking, 1820-1900, Princeton : Princeton University Press, 1986. Alain Blum, Martine Mespoulet, L’anarchie bureaucratique, Statistique et pouvoir sous Staline, P. : La Découverte, 2003. Mary O. Furner and Barry Supple, eds., The State and Economic Knowledge : The American and British Experiences, Cambridge : Cambridge University Press, 1990. Eric Brian, La mesure de l’État, P. : Albin Michel, 1996. Adam Tooze, Statistics and the German State, 1900-1945, Cambridge : Cambridge University Press, 2001.

11 Parmi les exceptions : Viktor A. Chernyk, « Centr izučenija minuvših vremen : k 50-letiiu Arheografičeskoj komissii RAN [Centre d’études des temps passés : pour le 50e anniversaire de la commission d’archéographie de l’Académie des sciences] », Vestnik Rossiskoi Akademii Nauk, 76 (9), 2006, p. 837-842 ; Ljubov Sidorova, Ottepel´ v istoričeskoj nauke : sovetskaja istoriografija pervogo poslestalinskogo desjatiletija [Le dégel dans la science historique : historiographie soviétique de la première décennie poststalinienne], M., 1997; Reginald Zelnik, Perils of Pankratova : Some Stories from the Annals of Soviet Historiography, Seattle : University of Washington Press, 2005. Stephen G. Wheatcroft, « Victims of Stalinism and the Soviet Secret Police : The Comparability and Reliability of the Archival Data. Not the Last Word », Europe-Asia Studies, 51, 2, 1999, p. 315-45.

12 Nicolas Werth, « De la soviétologie en général et des archives russes en particulier », Le Débat, nov.-déc. (1993), p. 127-144. Francis Blouin, William Rosenberg, eds, Processing the Past: Contesting Authorities in History and the Archives, New York : Oxford University Press, 2013; Alessandro Stanziani, Les entrelacements du monde, P. : Éditions du CNRS, 2018.

13 S. Maksudov, « Pertes subies par la population de l’URSS, 1918-1958 », Cahiers du monde russe et soviétique, 18 (3), 1977, p. 223-265. Robert Conquest, The Great Terror, Oxford : Oxford University Press, 1968.

14 Michel Foucault, L’archéologie du savoir, P. : Gallimard, 1969.

15 Ann Laura Stoler, Along the Archival Grain, Princeton : Princeton University Press, 2009.

16 Sophie Cœuré, « Le siècle soviétique des archives », Annales HSS, 74 (3), 2019, p. 657-686.

17 Graziosi, Martin, Scherrer, « La police politique ». Stephen Kotkin, « The State Is-It Us ? Memoirs, Archives and Kremlinologists », The Russian Review, 61 (2), 2002, p. 35-51.

18 Stoler, Along the Archival Grain. Voir aussi : Alessandro Stanziani, Tensions of Social History. Sources, Data, Models and Social Categories, London : Bloomsbury, à paraître 2022.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alessandro Stanziani, « Les statistiques de la terreur »Cahiers du monde russe, 63/1 | 2022, 153-158.

Référence électronique

Alessandro Stanziani, « Les statistiques de la terreur »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/1 | 2022, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13119 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13119

Haut de page

Auteur

Alessandro Stanziani

CRH, CNRS-EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search