Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Dossier. L’Est socialiste et le S...Introduction. L’Est socialiste et...

Dossier. L’Est socialiste et le Sud : coopération éducative et formation des élites

Introduction. L’Est socialiste et le Sud : coopération éducative et formation des élites

Constantin Katsakioris
p. 561-568
Traduction(s) :
Introduction. Socialist countries and the global South: Educational aid and student training [en]

Texte intégral

  • 1 Julie Hessler, « Death of an African Student in Moscow : Race, Politics, and the Cold War », Cahier (...)
  • 2 Allusion aux fameux propos de 1960 du Premier ministre britannique Harold Macmillan relatifs aux pa (...)
  • 3 Sergej V. Mazov, Politika SSSR v Zapadnoj Afrike, 1956-1964 [La politique de l’URSS en Afrique de l (...)

1Il y a seize ans, Julie Hessler publiait dans cette revue un article devenu depuis une référence essentielle dans l’historiographie de la formation des étudiants africains en Union soviétique et dans les pays de l’Est. « Death of an African Student in Moscow : Race, Politics and the Cold War » faisait partie d’un numéro spécial, dirigé par Larissa Zakharova et Eleonory Gilburd, qui mettait en lumière les dynamiques sociales, politiques et culturelles enclenchées dans les pays socialistes par le dégel de Nikita Hruščev, y compris dans la conduite de leurs relations internationales1. L’ouverture du monde communiste aux pays d’Asie et d’Afrique qui sortaient du colonialisme et constituaient, avec l’Amérique latine, ce qu’on appelait alors le tiers monde, était au cœur de ce numéro. Julie Hessler abordait les rapports entre l’Union soviétique et l’Afrique par le biais de la formation des premières promotions de cadres africains en URSS. En se concentrant sur un incident tragique, la mort d’un étudiant ghanéen en décembre 1963, et en retraçant les protestations de ses camarades, ainsi que les réactions des Soviétiques, l’auteure mettait en relief les difficultés d’adaptation et d’intégration des étudiants noirs, leurs désaccords politiques et idéologiques avec leurs hôtes et le racisme auquel ils étaient confrontés : autant de conflits qui sapaient les ambitions des Soviétiques de « conquérir les cœurs et les esprits » des étudiants étrangers2. Très cité, cet article complète les travaux de deux autres historiens, pionniers des relations entre l’URSS et l’Afrique, Sergej Mazov et Maxim Matusevich. Matusevich nous a livré une histoire générale des relations entre l’URSS et le Nigeria, Mazov, une étude approfondie de la politique de Moscou en Afrique occidentale pendant le dégel, basée sur un grand nombre de fonds d’archive soviétiques, et tous deux ont aussi accordé une grande attention à l’octroi de bourses et à la formation des étudiants d’Afrique subsaharienne en URSS3.

  • 4 Roger Kanet, « African Youth : The Target of Soviet African Policy », Russian Review, 27 (2), 1968, (...)
  • 5 Philip Altbach, D. Kelly, Y.G.M. Lulat, Research on Foreign Students and International Study : An O (...)
  • 6 Alain Coulon, Saeed Paivandi, « Les étudiants étrangers en France. L’état des savoirs », université (...)

2Depuis ces travaux pionniers, l’historiographie de l’aide éducative des pays socialistes aux pays du tiers monde, notamment par la formation d’étudiants, a connu une véritable explosion, rompant avec une longue période de méconnaissance. Pendant la guerre froide, rares sont les politistes à s’être interrogés sur les dimensions, les caractéristiques et les effets de l’aide éducative de pays socialistes4. Les sociologues et anthropologues, qui n’ont guère la possibilité de mener des recherches de terrain dans les pays de l’Est, n’ont pas vraiment contribué à l’étude des problèmes de la formation des cadres du tiers monde, pas plus qu’ils n’ont travaillé sur les carrières et trajectoires des milliers de diplômés après leur départ des pays socialistes. Le démantèlement des relations Est-Sud, par suite de l’écroulement des pays socialistes en Europe et dans le tiers monde et de la fin de la guerre froide au moment où les promotions des étudiants étrangers les plus grandes étaient en train de retourner et, souvent, de s’établir dans leurs pays, a réduit la portée – et l’intérêt – politique du sujet. Ce désintérêt contrastait, dans les années 1990, avec les nombreuses recherches menées dans plusieurs disciplines, notamment en sociologie de l’enseignement, à propos des étudiants étrangers dans les pays de l’Ouest. Déjà en 1985, un aperçu de la littérature sur ces questions, rédigé par trois spécialistes éminents, recensait plus de 2 800 études5. Publié en 2003, « l’état des savoirs » à propos des étudiants étrangers en France en ajoutait sélectivement environ deux cents6. Ainsi, à plusieurs égards, la formation de cadres africains, asiatiques et latino-américains et, plus généralement, la coopération internationale de pays socialistes en matière d’enseignement constituaient une « terre vierge », qui s’offrait à la plupart des historiens.

  • 7 Odd Arne Westad, La guerre froide globale : le tiers-monde, les États-Unis et l’URSS (1945-1991), P (...)

3L’autre raison principale qui explique le regain d’intérêt historique pour l’aide éducative des pays de l’Est a été le renouvellement de l’historiographie de la guerre froide. Ce renouvellement doit beaucoup à la publication de l’ouvrage d’Odd Arne Westad, La guerre froide globale7, qui analyse une série de conflits et d’interventions et met ainsi l’accent sur la concurrence acharnée dans le tiers monde entre les États-Unis et l’Union soviétique, chantres de deux modèles opposés de développement économique et de modernisation sociopolitique. Bien que l’ouvrage soit surtout une histoire politique, idéologique et militaire des interventions des superpuissances, le cadre interprétatif posé par l’auteur dans les premiers chapitres, qui invite les historiens à réfléchir à l’attrait, aux transferts et à la réception des modèles de développement capitaliste et socialiste dans les pays du Sud, a eu un écho considérable. Pour les historiens des pays de l’Est, l’enjeu a été de revisiter les liens entre « deuxième » et « tiers » mondes et de rouvrir les chapitres oubliés de leurs relations, y compris celui de la coopération en matière d’enseignement, d’arts et de sciences.

  • 8 Catherine Coquery-Vidrovitch, Daniel Hemery et Jean Piel, éds., Pour une histoire du développement  (...)

4Cette approche a été renforcée par l’historiographie du développement, elle aussi en pleine expansion, qui s’est donné la tâche d’analyser, par-delà le discours, un ensemble de projets de développement menés par les pays les plus riches et par les institutions internationales qu’ils contrôlent le plus souvent dans les pays postcoloniaux et faiblement développés8. Longtemps négligée ou minimisée, l’aide des pays socialistes fait pourtant partie intégrante de cette histoire internationale du développement. La création d’établissements d’enseignement en Asie et en Afrique, l’envoi d’enseignants et la formation d’étudiants du tiers monde en URSS, en Europe de l’Est, voire en Chine et à Cuba, constituent un aspect central de cette aide. C’est ainsi que l’éducation est venue occuper une place majeure dans cette historiographie et, partant, a permis de soulever des questions très variées, comme les perceptions croisées entre citoyens de pays socialistes et étudiants étrangers, les expériences des enseignants et coopérants de l’Est et celles des étudiants du Sud, le racisme et la xénophobie dans les pays d’accueil, les résultats concrets de cette politique en termes de renforcement des relations bilatérales, ainsi que ce qui est peut-être le plus important, à savoir l’impact et l’héritage de l’aide éducative de pays socialistes dans les pays qui en ont bénéficié.

  • 9 Sur l’histoire et l’œuvre d’ÉLITAF voir Monique de Saint Martin, « Repères pour une histoire d’É (...)
  • 10 Monique de Saint Martin, Grazia Scarfò Ghellab et Kamal Mellakh, dir., Étudier à l’Est : trajectoir (...)
  • 11 Monique de Saint Martin et Patrice Yengo, « Élites de retour de l’Est », numéro spécial, Cahiers d’ (...)

5Le programme de recherches « Élites africaines formées dans les pays de l’ex-bloc soviétique. Histoire, biographies, expériences » (ÉLITAF) a été le premier à creuser ces questions de manière systématique et interdisciplinaire9. Si un premier volume issu de ce programme a mis en relief les expériences très variées des acteurs, un second a réuni des études sur critère géographique se concentrant en premier lieu sur l’Afrique du Nord10. Sans doute, le grand mérite du programme ÉLITAF a été d’étudier à la fois les pays de l’Est et d’Afrique, de poser la question essentielle des effets que la coopération de l’Est a eus sur le façonnement des États africains, ainsi que d’examiner le retour des diplômés et leurs parcours, impliquant souvent de nouvelles migrations après le départ de l’Est11.

6Le présent dossier s’inscrit dans la lignée d’ÉLITAF et contribue à une discussion historique très animée, entamée depuis quelques années entre plusieurs pays. En explorant le vaste champ de la coopération éducative des pays socialistes avec le tiers monde, on ne cesse en effet de découvrir des acteurs et des épisodes remarquables, des réalisations significatives et des parcours internationaux, des connections oubliées et des transferts culturels. Certes, ce dossier les met en lumière entre l’Union soviétique et l’Afrique subsaharienne, mais il élargit aussi le champ de recherche, notamment à l’Inde et l’Algérie, la Roumanie, la Tchécoslovaquie, Cuba. Ce faisant, il réévalue l’étendue de la coopération éducative et relève son importance politique pour les pays donateurs, ainsi que son impact social et culturel sur les pays bénéficiaires ; les auteures et les auteurs utilisent des sources nouvelles et contribuent avec leurs études originales à apporter de nouveaux éclairages.

  • 12 Christine Hatzky, Kubaner in Angola : Sud-Sud-Kooperation und Bildungstransfer, 1976-1991, Munich : (...)

7Pour leur part, Rachel Applebaum et Severyan Dyakonov mettent en relief la dimension linguistique et plus généralement la coopération dans l’enseignement secondaire. Ils examinent les idées, les expériences et le rôle des enseignants soviétiques et des professeurs de langue russe qui ont servi en Afrique et en Asie. Moins bien connus que les jeunes du tiers monde qui étudiaient dans les pays de l’Est, ces enseignants présents dans un grand nombre de pays, « bouchaient des trous » dans l’enseignement secondaire et tertiaire et donnaient des cours de russe dans les facultés et les associations culturelles. Représentants d’une superpuissance, « soldats » de la politique culturelle internationale de Moscou, selon les termes d’Applebaum, ils ou plutôt elles, car ces postes étaient très souvent occupés par des femmes, étaient exposés à un environnement politique moins protégé, obligés de faire face aux remarques critiques et parfois hostiles de leurs collègues et étudiants. Il leur fallait gagner la sympathie de ceux-ci, les convaincre que la vérité était défendue par l’URSS et que l’avenir s’annonçait dans la voie socialiste. Dyakonov montre comment les premiers professeurs soviétiques en Inde essayèrent de répondre à ces défis et de promouvoir la langue russe, en même temps qu’une image positive de l’URSS dans des milieux indiens très réservés. Applebaum ajoute que ces difficultés et les autres expériences des enseignants soviétiques, que ce soit en Tanzanie, au Sénégal ou en Afghanistan, eurent entre autres résultats de renforcer leur identification à l’idéologie et au projet social et politique de l’URSS. Dans tous les cas, en s’attachant aux enseignants-coopérants soviétiques dans le tiers monde, alors que l’historiographie s’est jusqu’à maintenant focalisée sur les enseignants-coopérants cubains et allemands de l’Est, les deux articles nous invitent à réévaluer cette partie de la coopération de Moscou et à réfléchir à ses répercussions sur l’évolution des mentalités, les relations bilatérales, voire « l’amitié entre les peuples »12.

8Gabrielle Chomentowski met l’accent sur la formation des cinéastes du tiers monde à l’échelle des pays socialistes, autre domaine où les pays de l’Est jouèrent un rôle prépondérant. Elle adopte une perspective diachronique pour révéler les continuités de cette politique avec la formation des cinéastes d’Asie Centrale et du Caucase dans l’URSS de l’entre-deux-guerres et elle montre, de manière synchronique et comparatiste, le poids des écoles de cinéma des pays de l’Est par rapport à celles de l’Ouest, pour nous livrer une synthèse opportune sur une question importante et complexe. Les dimensions de cette coopération et surtout ses suites sur la formation de cinéastes, dont certains sont devenus de grands réalisateurs, voire les fondateurs de cinémas nationaux, suggèrent que ce questionnement doit être poursuivi non seulement à propos du cinéma, mais aussi du théâtre et des beaux-arts.

  • 13 À propos de la Roumanie, voir aussi Gheorghiu et al., Itinéraires des élites africaines, et de la (...)

9Les contributions de Marta Edith Holečková et de Bogdan Cristian Iacob se penchent sur deux pays d’accueil qui ne figurent pas suffisamment dans la littérature historique. Il s’agit, pour la première, de la Tchécoslovaquie et de son université du 17 Novembre, inspirée par l’université Patrice Lumumba à Moscou, et, pour le second, de la Roumanie. Si la Tchécoslovaquie constituait un acteur très important pendant les années soixante, quand elle était le deuxième pays socialiste en termes d’effectifs d’étudiants du tiers monde après l’URSS, la Roumanie le devint à partir des années soixante-dix, mais au prix d’une marchandisation des études. Les articles montrent que les deux pays firent face aux mêmes défis que le reste du camp socialiste pour intégrer des étudiants issus de pays lointains et mal connus dans des sociétés assez indifférentes aux problèmes du tiers monde. Ce faisant, ils montrent qu’aussi bien la Tchécoslovaquie que la Roumanie se sont distinguées de Moscou, la première en fermant l’université du 17 Novembre dès 1974 et la seconde en poursuivant une politique de coopération avec le tiers monde sans contraintes politiques ni idéologiques13.

  • 14 Sur la première génération d’étudiants cubains en URSS, voir aussi Raphael Pedemonte, « The First G (...)

10Les défis de l’intégration des étudiants du Sud sont aussi étudiés dans l’article de Ljubov´ Ivanova et Sergej Mazov qui se polarise sur les étudiants africains et s’interroge notamment sur la manière dont les Soviétiques géraient les conflits politiques et ethniques qui émergeaient au sein des unions d’étudiants africains, souvent conséquences des conflits entre étudiants et dirigeants de leurs pays d’origine. Que fallait-il faire pour protéger les étudiants loyaux au communisme sans pour autant compromettre les relations diplomatiques avec le régime du pays d’envoi ? La contribution d’Ivanova et Mazov permet d’équilibrer une historiographie qui s’est surtout préoccupée des conflits entre les étudiants africains et les citoyens des pays d’accueil. De même, l’article d’Isabelle DeSisto est l’un des premiers à apporter un éclairage, appuyé par des données quantitatives, sur les étudiants cubains en Union soviétique, du début des années soixante à la dissolution de l’URSS14. Utilisant archives et entretiens, DeSisto met en relief la perplexité des Cubains, encore engagés avec enthousiasme dans la révolution socialiste, face au désengagement des citoyens soviétiques et aux contradictions du socialisme soviétique tardif. Enfin, Constantin Katsakioris dresse le tableau de la coopération éducative entre l’Algérie et les pays de l’Est. Sa contribution va au-delà de la période de la guerre d’Algérie, qui est sans doute la plus étudiée, pour suggérer que l’aide éducative des pays de l’Est, qui laissa un héritage particulièrement important en termes d’institutions et d’élites, fut un instrument-clé de leurs relations étroites avec l’Algérie.

  • 15 L’article d’Ophélie Rillon et de Tatiana Smirnova, « Quand des Maliennes regardaient vers l’URSS », (...)

11Dans un champ aussi vaste et complexe, il sera aisé de repérer des lacunes dans le panorama historiographique proposé. Ainsi, on ne dispose d’aucune étude systématique sur les couples et familles mixtes, alors même qu’on sait qu’ils étaient fréquents, ni sur les étudiantes venant des pays du tiers monde15. C’est également le cas pour certains groupes de cadres d’importance « stratégique » dans le développement des nouveaux États indépendants du Sud, tels les ingénieurs de l’aviation civile ou les économistes. La politique de certaines institutions qui jouèrent un rôle important dans la formation de cadres du tiers monde, comme par exemple l’École supérieure d’économie Bruno Leuschner à Berlin-Karlshorst ou l’Institut Gamal Abdel Nasser à l’université de Sofia, demeure inconnue. De même, il nous manque des travaux sur les différentes générations d’étudiants, notamment les dernières, sur des régions autres que l’Afrique et, comme souligné plus haut, sur les carrières, les engagements, les idées et la mémoire des diplômés.

12Il est néanmoins possible de s’appuyer sur les contributions de ce dossier, pour formuler quelques conclusions provisoires. Celle qui s’impose en premier lieu est que la coopération éducative des pays de l’Est ne fut pas un échec et que l’aphorisme si souvent cité à propos des étudiants, « Envoyez-les à Moscou et ils reviennent capitalistes », ne correspond pas à la réalité. Au contraire, l’aide éducative des pays de l’Est a formé des dizaines de milliers de jeunes dans les pays socialistes ou à domicile grâce à des enseignants expatriés. Le bon niveau général, l’encadrement systématique par les professeurs, les nombreux stages pratiques, ainsi qu’une politique généreuse de bourses constituaient des avantages significatifs de ces formations à l’Est. Si en termes de formation de cadres les réalisations sont évidentes, en termes de politique culturelle, ils ne furent pas moins signifiants. Des liens étroits se sont tissés à travers la coopération et des sociétés d’amitiés ont été créées par les diplômés. Si on ajoute les familles mixtes fondées par des étudiants, il est possible d’arguer que la coopération éducative rapprocha le monde postcolonial du camp socialiste de plusieurs manières, que la fin des relations en 1989-1991 ne doit pas occulter. Contrairement à ce qu’on peut croire, dans la plupart des cas, la coopération éducative et les liens qu’elle avait engendrés se développèrent jusqu’à la fin des années 1980.

  • 16 Ce chantier a récemment été rouvert par James Mark, Artemy Kalinovsky et Steffi Marung, eds., Alter (...)

13Replacées dans le tableau général des relations Est-Sud, les données dont nous disposons à propos de la coopération éducative permettent également d’avancer une deuxième conclusion : l’éducation constituait le domaine le plus important et le plus dynamique des relations Est-Sud après l’aide que les pays socialistes accordaient aux mouvements de libération nationale et leur coopération militaire avec des États indépendants. Certes, dans le cadre des relations économiques, les pays socialistes entretenaient aussi une coopération technique importante avec plusieurs pays du Sud16. En l’occurrence, de l’Égypte à l’Algérie et de l’Iran à la Syrie, nombre de barrages et de complexes sidérurgiques furent construits grâce aux prêts avantageux et à la coopération de l’Union soviétique en premier lieu. Si l’impact de ces entreprises, concentrées pour la plupart dans la région du Moyen-Orient et souvent marquées par des ruptures, reste à être évalué tant pour les pays bénéficiaires, qu’en termes de relations bilatérales, il est possible d’observer que les rapports économiques et techniques ne connurent ni l’ampleur ni la continuité et le développement constant de la coopération éducative.

  • 17 Adam Mayer, Naija Marxisms : Revolutionary Thought in Nigeria, Londres : Pluto Press, 2016.

14En revanche, on est beaucoup plus en mesure d’évaluer les retombées produites par l’usage de l’enseignement comme un instrument de politique culturelle par les pays de l’Est et leur coopération éducative dans les pays du Sud. Le tableau qui se dessine à travers la littérature historique est celui des institutions d’enseignement qui furent mises en place par les pays de l’Est ou qui fonctionnaient grâce à leurs coopérants, ainsi que des milliers de diplômés, formés le plus souvent aux frais des pays de l’Est et dont une partie prit le relais des coopérants dans l’enseignement secondaire et supérieur national. Certains d’entre eux, comme les Algériens Abdellah Arbaoui et Djamil Aïssani cités dans la contribution de Katsakioris, créèrent à leur tour des institutions d’enseignement et de recherche qui sont encore en exercice aujourd’hui et forment de nouvelles générations. D’autres, comme les économistes et historiens nigérians formés en Pologne et en URSS, dont Adam Mayer a minutieusement étudié l’œuvre et les trajectoires, devinrent des universitaires qui marquèrent le paysage académique et intellectuel de leur pays17.

  • 18 Abdou Moumouni, L’éducation en Afrique, préface de Joseph Ki-Zerbo, P. : Présence Africaine, 196 (...)

15À côté de ces réalisations, il ne faudrait pas sous-estimer l’influence du modèle éducatif et du discours des pays socialistes vantant leurs exploits, leur expérience et leur expertise d’alphabétisation et de développement de l’enseignement. Des universitaires, pédagogues, écrivains et militants africains qui ont vécu ou voyagé en Union soviétique, tels le Nigérien Abdou Moumouni, le Dahoméen Richard Dogbeh et le Sud-Africain Alex La Guma, s’exprimèrent avec enthousiasme à propos de ces réalisations mettant en lumière ce qui, à leurs yeux, était approprié aux pays d’Afrique18. Depuis les écoles techniques qui furent établies par les pays de l’Est, aux programmes d’études conçus par leurs coopérants jusqu’aux facultés ouvrières dont le modèle circula aussi en Asie, en Afrique et en Amérique latine, l’histoire des transferts culturels est extrêmement riche et témoigne de l’influence déterminante que les pays socialistes eurent sur le développement de l’enseignement dans le tiers monde après la décolonisation.

  • 19 John Meyer, John Boli, Francisco Ramirez et Richard Rubison, « The World Educational Revolution, 19 (...)

16Dans leur ensemble, ces faits nous obligent à repenser le phénomène de l’effervescence internationale à propos du développement de l’éducation dans les pays du tiers monde et son expansion impressionnante durant les années soixante que plusieurs sociologues occidentaux qualifièrent alors de « révolution éducative ». D’après eux, cette révolution était due aux besoins liés à la construction des États-nations, à l’énorme pression sociale pour accéder à l’enseignement, ainsi qu’à la force des idéologies développementalistes qui plaçaient l’éducation et les ressources humaines à l’épicentre des politiques de développement et de modernisation19. Certes, ces sociologues ont bien énuméré ces facteurs et ont souligné le rôle crucial de l’aide occidentale, mais, pour autant, ils ont complètement omis le facteur « pays socialistes ». Or, comme la récente littérature et le présent dossier le démontrent clairement, ladite « révolution éducative » ne peut pas être conçue sans prendre en considération les pays de l’Est dont le rôle dans la formation des élites et le développement de l’enseignement dans le tiers monde furent majeurs.

Haut de page

Notes

1 Julie Hessler, « Death of an African Student in Moscow : Race, Politics, and the Cold War », Cahiers du Monde russe, 47 (1-2), 2006, « Repenser le Dégel : Versions du socialisme, influences internationales et société soviétique », dirigé par Eleonory Gilburd et Larissa Zakharova, p. 33-64.

2 Allusion aux fameux propos de 1960 du Premier ministre britannique Harold Macmillan relatifs aux pays d’Asie et d’Afrique qui sortaient du colonialisme.

3 Sergej V. Mazov, Politika SSSR v Zapadnoj Afrike, 1956-1964 [La politique de l’URSS en Afrique de l’Ouest, 1956-1964], thèse de doctorat, Moscou, Institut d’histoire mondiale 2002. Maxim Matusevich, No Easy Row for a Russian Hoe : Ideology and Pragmatism in Nigerian-Soviet Relations, 1960-1991, Trenton : Africa World Press, 2003.

4 Roger Kanet, « African Youth : The Target of Soviet African Policy », Russian Review, 27 (2), 1968, p. 161-175. Alvin Rubinstein, « Lumumba University : An Assessment », Problems of Communism, 20, 1971, p. 64-69. Seymour M. Rosen, The Development of People’s Friendship University, Washington, U.S. Department of Health, Education, and Welfare, 1973, p. 1-17.

5 Philip Altbach, D. Kelly, Y.G.M. Lulat, Research on Foreign Students and International Study : An Overview and Bibliography, New York : Praeger, 1985.

6 Alain Coulon, Saeed Paivandi, « Les étudiants étrangers en France. L’état des savoirs », université Paris-VIII, Centre de recherches sur l’enseignement supérieur, 2003.

7 Odd Arne Westad, La guerre froide globale : le tiers-monde, les États-Unis et l’URSS (1945-1991), P. : Payot, 2007.

8 Catherine Coquery-Vidrovitch, Daniel Hemery et Jean Piel, éds., Pour une histoire du développement : États, sociétés, développement, P. : L’Harmattan, 1988 ; Gilbert Rist, Le développement : histoire d’une croyance occidentale, P. : Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1996 ; Corinna Unger, International Development : A Postwar History, Londres : Bloomsbury, 2018. Stephen Macekura, Erez Manela, eds., The Development Century : A Global History, Cambridge : Cambridge University Press, 2018 ; Sara Lorenzini, Global Development : A Cold War History, Princeton, NJ : Princeton University Press, 2019.

9 Sur l’histoire et l’œuvre d’ÉLITAF voir Monique de Saint Martin, « Repères pour une histoire d’ÉLITAF Élites africaines dans l’ancien bloc soviétique : histoires, biographies, expériences », in Mihai Dinu Gheorghiu, Simona Corlan-Ioan et Abel Kouvouama, Itinéraires des élites africaines dans le monde : réseaux et transferts entre diasporas et « petites sociétés », Iaşi : Editura Universităţii „Al. I. Cuza”, 2021, p. 23-53.

10 Monique de Saint Martin, Grazia Scarfò Ghellab et Kamal Mellakh, dir., Étudier à l’Est : trajectoires d’étudiants africains et arabes en URSS et dans les pays d’Europe de l’Est, P. : Karthala, 2015. Michèle Leclerc-Olive et Marie-Antoinette Hily, éds., « Former des élites : mobilités des étudiants d’Afrique au nord du Sahara dans les pays de l’ex-bloc socialiste », numéro spécial, Revue européenne des migrations internationales, 32 (2), 2016.

11 Monique de Saint Martin et Patrice Yengo, « Élites de retour de l’Est », numéro spécial, Cahiers d’Études africaines, 226 (2), 2017. Il faudra ajouter dans le même sillage le numéro spécial dirigé par Anton Tarradellas et Romain Landmeters, « Les étudiantes et les étudiants africains et la fabrique d’un monde postcolonial : mobilités et transferts (1950-2020) », in Diasporas. Circulations, migrations, histoire, 37, 2021.

12 Christine Hatzky, Kubaner in Angola : Sud-Sud-Kooperation und Bildungstransfer, 1976-1991, Munich : Oldenbourg Wissenschaftsverlag, 2012. Eric Burton, « Engineering Socialism : The Faculty of Engineering at the University of Dar es Salaam (Tanzania) in the 1970s and 1980s » et Alexandra Pepiorka, « Exploring ‘Socialist Solidarity’ in Higher Education : East German Advisors in Post-Independence Mozambique (1975-1992) », in Damiano Matasci, Miguel Bandeira Jerónimo et Hugo Gonçalves Dores, dir., Education and Development in Colonial and Postcolonial Africa : Policies, Paradigms, and Entanglements, 1890s-1980s, Basingstoke : Palgrave Macmillan, 2020, p. 205-233 et 289-318.

13 À propos de la Roumanie, voir aussi Gheorghiu et al., Itinéraires des élites africaines, et de la Tchécoslovaquie, Barbora Buzássyová, « Socialist Internationalism in Practice : Shifting Patterns of the Czechoslovak Educational Aid Programmes to Sub-Saharan Africa, 1961-1989 », thèse de doctorat, université Comenius de Bratislava, 2021.

14 Sur la première génération d’étudiants cubains en URSS, voir aussi Raphael Pedemonte, « The First Generation of Cuban Students in the 1960s Soviet Union : Shaping a Revolutionary ‘Culture of Militancy’ », Cold War History, mise en ligne en avril 2022 sur https://doi.org/10.1080/14682745.2022.2057472.

15 L’article d’Ophélie Rillon et de Tatiana Smirnova, « Quand des Maliennes regardaient vers l’URSS », Cahiers d’Études africaines, 226 (2), 2017, p. 331-352, reste une exception.

16 Ce chantier a récemment été rouvert par James Mark, Artemy Kalinovsky et Steffi Marung, eds., Alternative Globalizations : Eastern Europe and the Postcolonial World, Bloomington : Indiana University Press, 2020 et par James Mark et Paul Betts, eds., Socialism Goes Global : The Soviet Union and Eastern Europe in the Age of Decolonization, Oxford : Oxford University Press, 2022.

17 Adam Mayer, Naija Marxisms : Revolutionary Thought in Nigeria, Londres : Pluto Press, 2016.

18 Abdou Moumouni, L’éducation en Afrique, préface de Joseph Ki-Zerbo, P. : Présence Africaine, 1964, p. 238. Richard Dogbeh, Voyage au pays de Lénine : notes de voyage d’un écrivain africain en URSS, préface de Constantin Katsakioris, Munich : Akademische Verlagsgemeinschaft München, 2022. Alex La Guma, A Soviet Journey : A Critical Annotated Edition, introduction de Christopher J. Lee, préface de Ngugi Wa Thiong’o, Lanham : Lexington Books, 2017.

19 John Meyer, John Boli, Francisco Ramirez et Richard Rubison, « The World Educational Revolution, 1950-1970 », Sociology of Education, 50 (4), 1977, p. 242-258 ; John Boli, Francisco Ramirez et John Meyer, « The Origins and Expansion of Education », Comparative Education Review, 29 (2), 1985, p. 145-170. Robert Fiala et Audri Gordon Lanford, « Educational Ideology and the World Educational Revolution, 1950-1970 », Comparative Education Review, 31 (3), 1987, p. 315-332.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Constantin Katsakioris, « Introduction. L’Est socialiste et le Sud : coopération éducative et formation des élites »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 561-568.

Référence électronique

Constantin Katsakioris, « Introduction. L’Est socialiste et le Sud : coopération éducative et formation des élites »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 08 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13252 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13252

Haut de page

Auteur

Constantin Katsakioris

Institut d’histoire mondiale
Université Charles, Prague
Centre d’études sur l’enseignement supérieur « Ali Mazrui », Université de Johannesburg
Konstantinos.Katsakioris[at]ff.cuni.cz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search