Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Dossier. L’Est socialiste et le S...Caméra au poing et valise à la ma...

Dossier. L’Est socialiste et le Sud : coopération éducative et formation des élites

Caméra au poing et valise à la main : les mobilités étudiantes du Sud vers les écoles de cinéma de l’Est socialiste

Camera in one hand and suitcase in the other: Mobility of students from Southern countries to film schools in the Eastern bloc 
Gabrielle Chomentowski
p. 619-646

Résumés

Le début des années 1960 vit l’arrivée de nombreux étudiants originaires d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine dans les écoles de cinéma des pays d’Europe communiste et d’Union soviétique. Ces mobilités étudiantes s’inscrivaient dans le cadre plus large de l’aide au développement offerte par les gouvernements communistes aux pays devenus indépendants depuis la fin de la seconde guerre mondiale. En s’intéressant plus particulièrement aux étudiants en cinéma, cet article propose tout d’abord de revisiter la chronologie de l’assistance éducative aux métiers du cinéma en Union soviétique durant la guerre froide. Puis, rappelant le contexte politique et culturel propre à l’accueil des étudiants étrangers à partir de la fin des années 1950, il offre un portrait de ces étudiants africains, asiatiques et latino-américains formés en Tchécoslovaquie (FAMU), en Pologne (Łódź) et en URSS (VGIK) ainsi qu’un panorama de leurs sociabilités cosmopolites. Après s’être concentrée sur l’organisation des études au VGIK et les films d’étudiants, la dernière partie de l’article, à travers des documents d’archive et des témoignages, traite du retour au pays des étudiants, permettant ainsi de repenser les circulations cinématographiques.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

La formation aux métiers du cinéma des minorités nationales et des étrangers en URSS : un ancrage historique
L’importance du cinéma pour les populations anciennement opprimées
Venir de l’étranger pour apprendre le cinéma auprès des maîtres soviétiques
Contexte politique et culturel de l’assistance au développement cinématographique à partir de la seconde moitié des années 1950
L’objectif soviétique de l’assistance au cinéma pour les pays du tiers monde
Vu du côté des pays du tiers monde : le cinéma comme objet de la modernité
Dynamiques spatio-temporelles des mobilités étudiantes en cinéma
Quantifier les cohortes d’étudiants du tiers monde en cinéma
Les étudiants des pays du « second monde » au VGIK
Des quotas de professionnels du cinéma pour les pays d’obédience socialiste ou non-alignés
Parcours individuels des étudiants du tiers monde
Apprendre à faire des films à l’Est, puis devenir, ou non, un professionnel accompli
L’organisation des études en cinéma
Des images inédites sur les pays du tiers monde et sur la condition postcoloniale
De retour au pays : entre accomplissement créatif, censure et persécution
Conclusion

Aperçu du texte

« Nous, étudiants du VGIK […], n’oublierons jamais l’intérêt et la chaleur que nous avons ressentis entre les murs de notre bien-aimé institut qui, depuis soixante ans, forme des cadres pour les pays des Soviets, mais également pour de nombreux pays du monde. Il est tout à fait juste de considérer le VGIK comme une école internationale. Les diplômés du VGIK réussissent professionnellement dans les pays en voie de développement d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine, et nombreux sont ceux que l’on peut considérer comme les fondateurs des cinémas nationaux. »

C’est en ces termes que les étudiants de la rédaction de Put´ k ėkranu [En route vers le cinéma], le journal de l’Institut du cinéma de Moscou [VGIK], s’exprimaient dans le numéro du 11 septembre 1978, pour le soixantième anniversaire de cette institution. Bien que convenue, cette déclaration rappelle néanmoins une réalité largement oubliée : des années 1950 à 1991, des jeunes du monde entier, en particulier des pays anciennement...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabrielle Chomentowski, « Caméra au poing et valise à la main : les mobilités étudiantes du Sud vers les écoles de cinéma de l’Est socialiste »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 619-646.

Référence électronique

Gabrielle Chomentowski, « Caméra au poing et valise à la main : les mobilités étudiantes du Sud vers les écoles de cinéma de l’Est socialiste »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 04 janvier 2025, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13277 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13277

Haut de page

Auteur

Gabrielle Chomentowski

Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (CHS) UMR 8058
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – CNRS
Gabrielle.Chomentowski[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search