Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusRussie ancienne et impérialeJohn LEDONNE, Forging a Unitary S...

Comptes rendus
Russie ancienne et impériale

John LEDONNE, Forging a Unitary State. Russia’s Management of the Eurasian Space, 1650-1850

Alessandro Stanziani
p. 790-793
Référence(s) :

John LEDONNE, Forging a Unitary State. Russia’s Management of the Eurasian Space, 1650-1850, Toronto : University of Toronto Press, 2020, 682 + xvii p.

Texte intégral

1Avec l’énergie digne d’un jeune chercheur, associée à ses connaissances cumulées pendant des décennies, John LeDonne nous livre, à 87 ans, un opus de quasi 700 pages sur la manière dont la Russie a forgé l’espace eurasiatique pendant deux siècles, du milieu du xviie jusqu’au milieu du xixe siècle. Un ouvrage important aussi bien pour les chercheurs que pour les étudiants, tellement il est riche d’informations et complet. En effet, le livre est structuré en trois parties, chacune consacrée à un des trois « théâtres », occidental, méridional et oriental, des opérations militaires et impériales russes. Pour chaque région, LeDonne détaille la géographie, l’histoire des puissances et des principaux acteurs, les modalités et les dynamiques de la pénétration russe, puis les aspects diplomatiques, politiques, juridiques, administratifs, religieux et économiques. L’intérêt de l’exercice consiste à montrer que les stratégies russes se sont modifiées en fonction du terrain. Ainsi, le front occidental englobe les conflits avec la Suède, la Pologne-Lituanie, la Prusse et la Finlande. Ce sont des conflits avant tout religieux, entre orthodoxes d’une part, catholiques et protestants de l’autre ; selon LeDonne, dans ces régions, identité nationale et religion se confondent. Ces puissances se caractérisent aussi par la présence d’autorités étatiques centralisées et par des distinctions bien délimitées entre les élites et les autres groupes sociaux. En même temps, des différences importantes existent, à commencer par le servage, aboli précocement en Suède et en Finlande, mais persistant en Pologne et en Prusse. Ces caractéristiques, comme LeDonne le rappelle à raison, permettent de comprendre la complexité et la diversité de la pénétration russe dans ces territoires, sans qu’on puisse généraliser une quelconque interaction avec les « puissances occidentales ». Ainsi, en Prusse, les Russes cherchent à associer et intégrer une partie des classes moyennes et des paysans contre les élites locales, tandis qu’en Pologne ils commencent par faire alliance avec les grands propriétaires, sur le dos des paysans, avant de les combattre à leur tour à la suite des mouvements indépendantistes. Dans les pays baltes et en Finlande, les élites allemandes et suédoises trouvent dans l’alliance avec la Russie une manière de garder leurs privilèges. À défaut de pouvoir faire levier sur la religion, une politique d’éducation russophile est alors mise en place. L’argument de LeDonne est qu’au final, dans ces régions occidentales, la Russie aurait cherché à créer un État unitaire, c’est-à-dire fondé sur des normes et des administrations russes ; cependant, cette stratégie s’est heurtée aux résistances des élites et des administrations en Pologne comme en Prusse. Cette dernière constituera le principal obstacle aux tentatives russes de forger l’espace eurasiatique.

2Au Sud, la région autour de la mer Noire donne vie elle aussi à un patchwork de solutions militaires, administratives et économiques. Les opposants sont les khanats, l’Empire ottoman et, à nouveau, la Pologne-Lituanie. Dans ces régions, les Russes ne cherchent pas à imposer rapidement leurs règles (à l’exception de certaines normes du droit pénal), mais, en partie du fait de leur mauvaise connaissance de ces entités territoriales, ils décident de maintenir en place les normes et une partie des élites locales. Avec l’organisation militaire et l’orthodoxie, ces élites constituent les principaux agents de la pénétration russe, tandis que l’économie et le commerce ne jouent qu’un rôle marginal.

3Finalement, sur le « théâtre » oriental, la Russie se trouva confrontée aux khanats, à la Chine et à la Perse. C’est dans ces régions que, selon LeDonne, la stratégie étatique russe montre le plus ses limites ; ni le commerce, ni la religion, ni le droit n’arrivent finalement à s’imposer, au moins pendant la période étudiée. Ce qui aide à comprendre la violence des conversions et les persécutions vis-à-vis de l’Islam.

4Dans la conclusion, l’auteur cherche à tirer les fils de cette longue analyse : il observe que le moteur de l’expansion russe est formé par un appareil militaro-religieux-administratif qui cherche à imposer ses règles et ses valeurs dans les territoires conquis. Cependant, cette stratégie se heurte à des résistances plus ou moins fortes, au point que dans certaines régions, en Asie centrale et sur le front occidental, c’est à la Russie à devoir adopter les normes et les élites locales pour garder son pouvoir, plutôt que l’inverse. C’est là que LeDonne mobilise sa distinction entre empire et État unitaire : sa thèse principale est que la Russie aurait constamment cherché à créer le second en se retrouvant souvent avec le premier. Mais qu’est-ce qui permet de distinguer les deux formes ?

5LeDonne considère que l’empire se caractérise par la présence d’un pluralisme juridique, religieux et administratif tandis qu’un État unitaire, à ne pas confondre avec l’État-nation, se fonderait sur une uniformité de ces éléments. La force et la faiblesse de la Russie se résument dans les tensions entre ambition (État unitaire) et réalité (empire), ce dernier étant moins choisi que subi. Cet argument, fort intéressant, se place en opposition à celui de nombreux autres chercheurs. Au cours des dernières décennies, il est devenu courant de généraliser la notion d’empire au point de l’appliquer à la plupart des entités politiques et territoriales qui ont existé au cours des derniers millénaires (le travail de Burbank et Cooper est à cet égard exemplaire). Il y aurait donc un « répertoire impérial » fait d’innombrables possibilités. Le risque de cette approche est qu’il devient quasiment impossible de trouver des entités non impériales. À l’inverse, LeDonne prétend que l’empire implique par définition une pluralité de normes, langues et religions ; cette solution a le mérite de restreindre l’identification des empires, mais elle présente d’autres limites, à commencer par l’identification anhistorique de ce qu’est un empire. C’est une solution inspirée des sciences politiques, à partir donc d’un concept à l’aune duquel les différentes solutions historiques sont analysées. Nous trouvons là la tension fondamentale et récurrente entre approches émiques et étiques : faut-il identifier empire et État à partir des notions situées des acteurs, au risque de perdre toute possibilité de comparaison, même implicite, ou, au contraire, est-il préférable d’adopter une définition passe-partout ?

6LeDonne penche pour cette dernière solution ; cependant, elle paraît se heurter à une différence empirique fondamentale, soulignée par beaucoup de travaux, entre, d’une part, des empires asiatiques (Chine, Perse, Inde moghol) inclusifs, cosmopolitans, et d’autre part des empires occidentaux, destructeurs et excluant les populations locales. Même si cette opposition est elle-même à nuancer, il reste qu’elle conduit à formuler des doutes sur la spécificité de l’empire (ou État) russe : ce dernier serait-il exclusif, inclusif ou les deux ? LeDonne opterait pour cette dernière réponse, en partie justifiée en examinant les différentes parties et périodes historiques.

7Mais, si tel est le cas, alors en quoi l’empire russe se distinguerait-il des autres empires ? Au fond, les historiens des empires occidentaux, tout comme ceux de la Chine et des Moghols, ne cessent de souligner les tensions, mais aussi la coexistence, entre ambition des élites impériales et réalités, intégration et exclusions des populations concernées. À ce propos, LeDonne oppose l’oppression politique et sociale (le servage) russe à la liberté européenne, notamment à partir de l’expansion transatlantique. C’est une confusion historique très souvent faite par les historiens de la Russie : le servage en Europe occidentale décline bien avant l’expansion outre-Atlantique, avec la peste noire du xive siècle qui mine l’autorité des propriétaires fonciers et libère les paysans-serfs. Impossible donc de comparer le xive siècle d’un côté avec le xviie- xixe siècles de l’autre. Aussi, ces transformations n’affectent que marginalement l’Europe méridionale qui, en dépit de l’ouverture vers l’Atlantique, garde et le servage et l’esclavage surtout domestique, mais parfois aussi de production. Au final, il paraît difficile de comparer l’expansion impériale russe avec les seuls changements en Europe occidentale, sans ses nouvelles colonies américaines. En prenant en compte la même chronologie et les mêmes entités politiques, il apparaît que la diffusion et la consolidation du servage ont lieu en même temps que, côté occidental, on fait coexister davantage de liberté au « centre » avec l’expansion massive de l’esclavage dans les colonies. La différence avec la Russie se situe alors moins dans les colonies que dans les transformations qui ont lieu au « centre » et sont en bonne partie induites par cette même expansion coloniale. C’est là où, bizarrement, l’ouvrage de LeDonne fait défaut : l’auteur est tellement concentré, dans cet ouvrage, sur les territoires conquis qu’il oublie d’analyser ce que cette expansion fait (ou ne fait pas) au cœur du système. Oubli d’autant plus étonnant que l’auteur articule toute son analyse autour de la tension entre empire et État unitaire. La question n’est pas seulement de comprendre ce que les Russes cherchent à faire dans telle et telle région conquise mais aussi de saisir ce que l’interaction avec ces régions fait à l’organisation du pouvoir russe lui-même. Par exemple, nous savons qu’au xviie comme au début du xviiie siècle, les propriétaires nobles russes s’opposent farouchement à l’expansion impériale, craignant les conséquences sur leur propre statut et surtout sur la disponibilité en main d’œuvre. Aussi, les « paysans indépendants » (odnovortsy), bien avant l’abolition du servage, sont expérimentés d’abord sur le front méridional et oriental (dès le xviie siècle), puis occidental, au xixe, et ces réformes serviront de modèle pour penser l’abolition de 1861. Finalement, de nombreux travaux récents ont souligné l’impact des réformes juridiques et administratives tentées dans les territoires occupés (difficultés par exemple à y élargir le système des gouvernorats) pour réformer l’organisation territoriale dans le cœur de la Russie même. Peut-être que sur ces sujets, il aurait fallu mobiliser davantage d’ouvrages des vingt dernières années, malheureusement peu nombreux dans la bibliographie. Il n’en reste pas moins que cet ouvrage sera désormais incontournable pour étudier et penser la tension, et les définitions mêmes, entre empire et État dans l’histoire russe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alessandro Stanziani, « John LEDONNE, Forging a Unitary State. Russia’s Management of the Eurasian Space, 1650-1850 »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 790-793.

Référence électronique

Alessandro Stanziani, « John LEDONNE, Forging a Unitary State. Russia’s Management of the Eurasian Space, 1650-1850 »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13397 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13397

Haut de page

Auteur

Alessandro Stanziani

CRH, EHESS – CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search