Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusRussie ancienne et impérialeKelsey RUBIN-DETLEV, The Epistola...

Comptes rendus
Russie ancienne et impériale

Kelsey RUBIN-DETLEV, The Epistolary art of Catherine the Great

Aleksandr Lavrov
p. 797-801
Référence(s) :

Kelsey RUBIN-DETLEV, The Epistolary art of Catherine the Great, Liverpool : Liverpool University Press (Oxford University Studies in the Enlightenment) in association with Voltaire Foundation, 2019, 416 p.

Texte intégral

1La monographie de Kelsey Rubin-Detlev présente un double intérêt. Tout d’abord, elle constitue une contribution importante à l’étude des sources de l’époque de Catherine II et, de plus, elle pose plusieurs questions générales, portant sur le rôle de la correspondance dans la vie des monarques au siècle des Lumières, sur le multiculturalisme de l’Europe royale et princière, la relation entre les lettres-autographes et les textes dictés. On peut penser que ce livre suscitera aussi l’intérêt des historiens confrontant des sources épistolaires, même ceux qui ne s’intéressent guère à l’histoire russe. « This is the first monograph devoted to the full epistolary output of an eigtheenth-century monarch after Louis XIV », – écrit la chercheuse, bien consciente de la portée de son étude (p. 3, voir aussi p. 186).

2Le corpus construit par la chercheuse mérite un commentaire détaillé. Pour toutes les lettres publiées de Catherine II, Kelsey Rubin-Detlev ne se contente pas des éditions, elle essaye de retrouver des originaux aux archives. Cette approche permet à l’historienne de mieux identifier des autographes, qu’elle sépare des lettres dictées par l’impératrice et écrites par les secrétaires. Ce procédé n’a pas dû être simple, quand on suppose que trois écritures différentes devaient correspondre aux trois langues de correspondance – français, russe et allemand. Les lettres de l’impératrice – publiées et non-publiées – ont été introduites dans une base de données qui compte 3 700 lettres. En construisant ce corpus, Rubin-Detlev n’a compté que sur ses propres forces, car l’héritage épistolaire de Catherine II n’a jamais été l’objet d’une édition générale comparable aux Pis´ma i bumagi [Lettres et documents] de Pierre le Grand. Ainsi, pourrait-on dire que la base de données créée par la chercheuse, est une contribution majeure à la future édition de la correspondance de Catherine II.

3Certes, la majorité des historiens travaillant sur les écrits de Catherine II essayent de consulter la version originale, et non les traductions, mais Rubin-Detlev montre ici une rigueur exemplaire, en accompagnant chaque fois sa traduction anglaise par la citation de la lettre originale (par exemple, anglais et français, anglais et russe etc.). Par conséquent, plusieurs topoi, caractéristiques de Catherine II en tant que correspondante, deviennent plus visibles. Cette analyse n’est pas simple – tandis qu’on connaît plusieurs études remarquables sur des auteurs bilingues, Catherine II, en tant qu’auteure trilingue semblait jusqu’à ces derniers temps échapper, comme Protée, à toute tentative de définition.

4Dans l’introduction, riche en idées, l’auteur se positionne à l’égard de la tradition historiographique, elle s’oppose à plusieurs clichés et se solidarise avec la « réhabilitation » de la notion de l’absolutisme éclairé. Selon la vision de Rubin-Detlev, les Lumières restent un phénomène polycentrique, ce qui correspond parfaitement au point de vue de Catherine II, qui, dans sa correspondance avec Voltaire et Diderot, n’oubliait pas leurs collègues allemands moins célèbres. La chercheuse observe que plusieurs versions des Mémoires de l’impératrice ne présentent qu’une période de sa vie et sont marquées d’un caractère rétrospectif, tandis que sa correspondance permet de poursuivre son « invention de soi » en temps réel (p. 8).

5Le premier chapitre présente la périodisation de l’activité épistolaire de l’impératrice divisée en cinq phases. La première (« Catherine’s epistolary education »,1742-1762) commence par la plus ancienne lettre connue de la princesse Sophie Auguste Frédérique, écrite à Stettin le 20 mars 1742. Cette période correspond à l’apprentissage de la grande duchesse, pendant lequel elle fut largement influencée par sa mère, la princesse Johanna Elisabeth : « It was thus from her mother that the future Catherine the Great learned to introduce intellectual concerns into her sociable correspondence » (p. 38). En même temps, pendant cette période, Catherine se vit interdire d’écrire des lettres et d’avoir des outils d’écriture. La portée de cette mesure, plusieurs fois citée par Detlev-Rubin, devient assez claire quand on sait l’importance subjective des activités épistolaires pour la jeune grande duchesse. Ses relations avec ses favoris, y compris Stanislas Poniatowski, commencent normalement aussi par un « jeu épistolaire » (p. 40). De plus, la « crise de 1758 » – « cette expérience presque catastrophique de faire la politique avec des lettres » – fut déclenchée aussi par des lettres (p. 44). La deuxième période – « Catherine’s début » – correspond aux années 1762-1774. Pendant cette période l’impératrice était plus intéressée par le fait de rejoindre les réseaux déjà existants, que par celui de créer les siens (p. 55). Le réseau épistolaire des philosophes, auquel l’impératrice réussit à adhérer, comptait parmi ces derniers, ce dont témoigne sa correspondance avec D’Alembert, Diderot et Voltaire. Tandis que, selon la version historiographique traditionnelle, cette dernière forme le sommet des activités épistolaires de l’impératrice, Detlev-Rubin affirme qu’il s’agit d’un élément important. Detlev-Rubin montre que les échanges avec Voltaire deviennent moins intenses après la fin de la première guerre contre l’Empire ottoman et que l’impératrice fut profondément déçue par la tentative de D’Alembert d’intervenir en faveur des officiers français capturés par les Russes en Pologne. Dans cette situation, la réorientation de Catherine vers ses correspondants allemands semble logique, elle reflète sa volonté d’être présente aussi dans l’opinion publique des pays germanophones.

6La troisième période (« In transition : 1774-1781 ») » correspond à la création par Catherine II de « son propre réseau (network) indépendant », au centre duquel fut placé Friedrich Melchior Grimm, ce qui permit à l’impératrice d’« afficher son identité à l’intérieur de l’élite des Lumières » (p. 56, 59). On ne peut qu’approuver la prise de position de Detlev-Rubin, selon laquelle les lettres de l’impératrice à Potemkin, écrites en russe, prouvent sa maturité comme correspondante (p. 60). La quatrième période est celle de l’« excellence » (« Mastery », 1781-1789), quand l’impératrice « se trouvait au sommet de ses pouvoirs intellectuels, répandant résolument le savoir et la raison ». L’auteur contredit ici avec raison les clichés historiographiques, selon lesquels les réformes libérales furent abandonnées à cette époque, en traitant les années 1780 comme aussi l’apogée des activités réformatrices de Catherine II. Le symbole de cette période est le fameux « projet grec » – l’alliance entre l’impératrice et l’empereur Joseph II qui fut conclue sous forme d’un échange épistolaire. C’est pendant cette phase que l’impératrice se tourne vers ses correspondants allemands, parmi lesquels elle cherchait des alliés pour sa campagne contre les francs-maçons qu’elle voulait présenter comme des partisans « de l’obscurantisme et de la superstition » (p. 68). La cinquième phase (« An Enlightenment monarch in a Revolutionary world, 1789-1796 ») correspond aux nouveaux défis et aux nouveaux correspondants.

7Ce n’est pas un hasard si le deuxième chapitre, consacré au style de la correspondance de Catherine II, commence par sa lettre à Potemkin, envoyée le 4 décembre 1773 ; celle-ci marque un tournant dans leurs relations et constitue vraiment un chef-d’œuvre du genre. L’auteure montre que cette lettre fut écrite avec l’appui de manuels de correspondance (pis´movniki), qui proposaient plusieurs modèles de lettre galante. Cependant, l’impératrice y ajoute des éléments propres aux autres types de lettres. Le corpus épistolaire de l’impératrice inclut différents types de lettres, lettres galantes, lettres familières etc., Dès lors, il semble très difficile d’y découvrir un style commun. Rubin-Detlev montre qu’il s’agit plutôt de plusieurs topoi, qui réapparaissent régulièrement dans la correspondance, par exemple, la gaieté (p. 92). Certaines lettres montrent la tendance à recourir à la forme du dialogue, à imiter une conversation, ce qui est particulièrement important quand on sait que Catherine ne rencontra jamais personnellement certains de ses correspondants, Mme Geoffrin par exemple.

8Le troisième chapitre (« Fashioning the great Enlightenment monarch ») est consacré à l’image de soi de l’impératrice. Cette image est binaire, parce que l’impératrice devait réunir des qualités masculines et féminines, y compris le « military leadership » (p. 139). Par conséquent, la maternité n’y apparaît qu’incidemment, alors que cette dernière occupe la place centrale dans l’image de soi créée par l’impératrice Marie-Thérèse dans sa correspondance (p. 141). En revanche, Catherine II attire l’attention sur son œuvre législative, son administration des provinces, y compris la nécessité de « forcer la nature ». En lançant un jeu épistolaire, l’impératrice pouvait s’approprier le masque d’une dilettante ou d’une pédante et ironiser sur elle-même. Pourtant, les références littéraires de cette représentation restent toujours les mêmes – selon Rubin-Detlev elle se réfère à la discussion sur le « héros » et le « grand homme », à laquelle participèrent les pères-fondateurs des Lumières.

9Le quatrième chapitre (« The play of authority in epistolary form ») porte sur les pratiques épistolaires de l’impératrice. S’opposant aux légendes historiographiques, qui suggèrent la dépendance de l’impératrice vis-à-vis de ses secrétaires et de ses correcteurs, Rubin-Detlev affirme la bonne maîtrise du français et du russe comme fondement de ses activités épistolaires. L’auteure montre que l’impératrice était attentive à l’apparence de ses lettres, y compris le choix du papier, les formules introductives et finales, ce qui ne l’empêchait pas parfois d’abandonner l’étiquette.

10Le chapitre suivant est consacré au public auquel ces lettres furent adressées (« Epistolary publicity and the audience for Catherine’s correspondences »). Rubin-Detlev constate que l’impératrice s’opposait à la publication de ses lettres, ce qui ne signifiait cependant pas que ces dernières ne devaient être lues que par leurs destinataires. Ses lettres étaient destinées à un « cercle restreint des initiés dans toute l’Europe ». La correspondance créait un réseau réunissant des élites françaises et des élites russes, qui permettait « d’introduire les Lumières en Russie et d’intégrer la Russie au sein des Lumières » (p. 283). Pour mieux placer les lettres dans le contexte de la sociabilité de l’époque, la chercheuse rejette l’opposition de l’espace privé à l’espace public, proposée par Jürgen Habermas, préférant la lecture d’Antoine Lilti qui suggère l’ambivalence de la publicité comme pratique sociale (p. 264).

  • 1 Rubin-Detlev se réfère ici à la monographie d’Isabel de Madariaga, qui décrit un autodafé des livre (...)

11Le chapitre consacré à la réponse de Catherine II à la Révolution française (« Greatness contested : epistolary response to the French Revolution ») laisse une impression mélangée. Il semble que la championne du genre épistolaire réussisse ici à convaincre non seulement ses correspondants, mais aussi la chercheuse, qui commence à prendre ses promesses et ses déclarations pour argent comptant. Rubin-Detlev regarde l’impératrice comme l’inspiratrice d’une coalition qui devait supprimer la révolution, en soulignant que Catherine II « confirma son soutien à l’intervention en France, prévue pour l’été 1792 » (p. 305). Sous l’impression de la lecture de la correspondance, on commence à croire que seulement le troisième partage de la Pologne et la révolte menée par Tadeusz Kosciuszko empêchèrent la Russie d’intervenir. Pourtant, les promesses et les déclarations de l’impératrice doivent être analysées en relation avec les démarches diplomatiques et militaires russes de l’époque, en tenant compte qu’aucun soldat russe n’était présent au champ de Valmy et que l’impératrice profita de l’affaiblissement des positions internationales de la France pour faire avancer tous ses dossiers importants. Le bilan de ce chapitre s’explique partiellement par la tradition historiographique à laquelle se réfère la chercheuse – sans citer l’article de David Griffiths (pourtant présent dans la bibliographie), elle préfère les œuvres dépassées des historiens soviétiques (K.E. Džedžula, М.М. Štrange). Aussi des informations douteuses apparaissent-elles. Ainsi, Rubin-Detlev cite « the burning of sixty-seven works of Voltaire in 1793-94 » à Moscou (p. 302), précisant plus loin qu’il s’agissait d’un autodafé public (p. 332).1 Il semble que la chercheuse ait besoin de cet autodafé, car il prouve la révision par Catherine II de sa relation avec ses anciens alliés. En réalité, il s’agit d’un épisode de l’affaire Novikov, quand les livres interdits furent brûlés à Moscou. Cet autodafé n’était pas public, ce qui l’oppose aux autodafés des œuvres de Voltaire sous l’Ancien Régime en France.

  • 2 Dal´ V.I., Tolkovyj slovar´ živogo velikorusskogo jazyka, vol. 3. M.–SPb., 1882, p. 541.

12Tandis que le traitement des lettres écrites en français est excellent, l’interprétation des lettres russes est parfois moins convaincante. La chercheuse affirme avec raison que l’impératrice aimait citer des proverbes russes dans sa correspondance, mais elle ne reconnaît pas les références proverbiales. Par exemple, quand Catherine salue « those who have begun fasting on horse-radish, radishes, and white cabbage » (p.113), elle cite la définition proverbiale du Grand Carême (« Пришла редька, да хрен, да книга Ефрем»).2 Parfois, les traductions des proverbes proposées par la chercheuse sont trop audacieuses. Par exemple, le proverbe inconnu, cité par Catherine II dans sa lettre à Sivers (le 5 mars 1765)  – «у древа казны все родня» – est traduite par «everyone’s a relative when it comes to the state treasury” (p. 117). Pourtant, il semble qu’il s’agisse du «древо казни», c’est-à-dire de la Croix, ce qui ne fait qu’obscurcir le sens de ce proverbe, que je n’ai retrouvé dans aucune collection publiée.

13Certaines interprétations semblent arbitraires. Ainsi, Rubin-Detlev affirme que les félicitations de Catherine II envoyées à Gustav III à propos du coup d’État de 1772 qui rétablit l’absolutisme suédois, auraient été ironiques (p. 102). Il va de soi que ces dernières n’étaient pas sincères, mais cette interprétation s’appuie sur un corpus qui inclut des lettres de l’impératrice à d’autres correspondants, montrant une attitude ironique à l’égard du roi suédois, ce qui permet de trouver le sens caché de la lettre citée. Pourtant, pour un lecteur moins informé – y compris pour le destinataire – l’ironie pouvait rester indiscernable.

Haut de page

Notes

1 Rubin-Detlev se réfère ici à la monographie d’Isabel de Madariaga, qui décrit un autodafé des livres de Voltaire, « avec 825 exemplaires de 67 titres en 1793-1794 » (I. Madariaga, La Russie au temps de la Grande Catherine, P., 1987, p. 584). Pourtant, cette dernière se réfère à la monographie de K.E. Džedžula, qui n’évoque que 18 exemplaires confisqués des Œuvres complètes de Voltaire dans la traduction russe (K. E. Džedžula, Rossija i Velikaja francuzskaja buržuaznaja revoljucia konca XVIII veka [La Russie et la grande révolution bourgeoise française de la fin du xviiie siècle], Kiev, 1972, p. 256).

2 Dal´ V.I., Tolkovyj slovar´ živogo velikorusskogo jazyka, vol. 3. M.–SPb., 1882, p. 541.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aleksandr Lavrov, « Kelsey RUBIN-DETLEV, The Epistolary art of Catherine the Great »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 797-801.

Référence électronique

Aleksandr Lavrov, « Kelsey RUBIN-DETLEV, The Epistolary art of Catherine the Great »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 08 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13424 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13424

Haut de page

Auteur

Aleksandr Lavrov

Sorbonne Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search