Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63/3-4Comptes rendusFin de l’ancien régime et début d...Eric BLANC, Revolutionary Social ...

Comptes rendus
Fin de l’ancien régime et début de la période soviétique

Eric BLANC, Revolutionary Social Democracy. Working-Class Politics Across the Russian Empire (1882-1917)

Guillaume Fondu
p. 804-807
Référence(s) :

Eric BLANC, Revolutionary Social Democracy. Working-Class Politics Across the Russian Empire (1882-1917), Leiden – Boston : Brill, 2021, 455 p.

Texte intégral

1L’ouvrage d’Eric Blanc constitue une contribution importante et originale à l’histoire de la social-démocratie russe. L’auteur, qui travaille dans une perspective balisée notamment par Lars Lih et Erik von Ree, s’intéresse à l’histoire intellectuelle, politique et sociale des organisations social-démocrates de l’Empire russe afin d’en renouveler l’historiographie, encore marquée selon lui par des mythes politiques hérités du marxisme-léninisme et par un certain russo-centrisme. La fin de l’URSS et la dépolitisation des débats n’auraient en effet pas entraîné la révision historiographique nécessaire, les historiens s’intéressant désormais à d’autres thèmes. Le mythe central, pour E. Blanc, est celui de l’exceptionnalisme bolchevik, prétendument lié à la singularité de la pratique et de la théorie de son principal dirigeant, Lenin. Afin de mettre à l’épreuve cet exceptionnalisme, l’auteur s’est donc lancé dans un projet d’étude comparatiste des différentes organisations social-démocrates de l’Empire russe et notamment de ses marges non russophones, afin d’élargir la recherche au-delà des grands centres urbains russes, Moscou et Saint-Pétersbourg principalement. Le résultat de cette comparaison est la thèse suivante : c’est principalement le contexte politique dans lequel interviennent les sociaux-démocrates qui rend compte de leur pratique, et non tel ou tel corpus doctrinal puisque tous partagent en réalité des bases idéologiques communes importées d’Allemagne.

2L’ouvrage consiste donc en un passage en revue des théories et des pratiques politiques de cette « social-démocratie révolutionnaire », à la fois dans leur quotidien routinier et lors des événements révolutionnaires de 1905 et 1917. La principale comparaison qui traverse et structure l’ouvrage, est celle qui met face à face la social-démocratie finlandaise, évoluant dans le contexte d’un régime parlementaire relativement démocratique, et les social-démocraties des régions de l’Empire où l’autocratie est bien plus répressive. L’auteur insiste sur le fait que les Finlandais ne sont ni plus ni moins radicaux que leurs homologues russes ou polonais, mais qu’ils inscrivent simplement leur action dans un contexte différent, semblables en ce sens aux sociaux-démocrates allemands et à leur pratique du parti de masse et du combat parlementaire et, comme eux, saisis d’hésitation face à la révolution bolchevique. En réalité, c’est avec la révolution de 1905 que la question de la radicalité va se poser et produire un schisme au sein du mouvement social-démocrate russe tout entier, ou en tout cas radicaliser et avaliser la rupture entre mencheviks et bolcheviks (valable à l’échelle de l’Empire), opérée quelques mois plus tôt à propos de questions en réalité relativement insignifiantes. Jusqu’en 1905, en effet, le schéma politique social-démocratie était relativement homogène : du fait du caractère autoritaire du régime tsariste, la révolution à venir serait une révolution démocratique, telle celles opérées à l’Ouest au cours du xixe siècle ; mais en raison de la faiblesse de la bourgeoisie, la direction de cette révolution devait échoir aux partis ouvriers, seule force politique réelle existante dans l’Empire. Or, la révolution de 1905 marque à la fois l’entrée en scène politique de la bourgeoisie, en Russie comme dans les marges de l’Empire, et la démonstration de sa pusillanimité. Et c’est à partir de cela que la social-démocratie va se scinder, les uns maintenant leurs prétentions révolutionnaires, les autres leur préférant la conclusion d’une alliance avec la bourgeoisie. Cette idée amène E. Blanc à soutenir qu’en octobre 1917, les ouvriers et la plupart des dirigeants bolcheviks ont pour intention de défendre les conquêtes de Février contre la bourgeoisie. Ce n’est qu’a posteriori que l’historiographie bolchevique insistera sur la dimension déjà socialiste de l’Octobre russe. Et si l’insurrection finira par triompher en Russie, ce ne sera pas le cas aux marges de l’Empire, en Pologne par exemple. Mais là encore, E. Blanc renverse le mythe léniniste : le mystère n’est pas la défaite des équivalents polonais des bolcheviks mais la réussite, ou en tout cas la persistance, du régime bolchevik russe malgré la ligne sectaire défendue à partir de novembre 1917 et le refus d’une politique de coalition réunissant toute la démocratie socialiste. Il est d’autant plus erroné, conclut l’auteur, d’avoir des modalités politiques de l’organisation bolchevique un modèle destiné à être diffusé et appliqué universellement.

3La grande force de l’ouvrage, outre de proposer des thèses historiographiques audacieuses, tient à la manière dont il articule la description des pratiques et le commentaire des analyses théoriques. E. Blanc va à l’encontre d’une partie de l’histoire sociale actuelle des mouvements révolutionnaires russes, qui perd de vue selon lui le fait que les organisations social-démocrates sont aussi des collectifs mus par des stratégies réfléchies et discutées dans des controverses lourdes de conséquences. L’auteur s’arrête ainsi longuement sur les pratiques militantes de la social-démocratie finlandaise, la socialisation politique de ses membres, la formation qui leur était inculquée et la participation encouragée ou requise de leur part, en insistant sur la stabilité politique qui rendait possibles ces pratiques. Au contraire, les diverses répressions, avec leur temporalité discontinue, rendaient difficiles voire impossibles des modes d’organisation équivalents dans les autres parties de l’Empire. On assiste ainsi à des mouvements de migration militante assez marqués, qui suivent les vagues de répression et les déportations, le tout participant aux circulations et aux partages des savoirs et des pratiques partout dans l’Empire, mais également à des formes d’organisation qui empruntent davantage aux anciens groupes populistes ou démocrates du milieu du xixe siècle qu’aux partis sociaux-démocrates en train de se construire à l’ouest. Et ce phénomène ne résulte pas d’un manque de culture politique de la part des ouvriers russes, polonais ou géorgiens : les cadres formés en leur sein lisent et discutent les théories européennes. C’est bien l’impossibilité de se doter d’une organisation légale et donc publique qui se trouve à la racine des modalités politiques pratiquées.

4Du fait de son caractère très affirmatif, l’ouvrage n’est pas exempt de faiblesses. Si l’on comprend bien l’intérêt de réinscrire la social-démocratie russe, et toutes ses composantes, dans l’espace social-démocrate européen, on a parfois l’impression de perdre de vue la dimension idiosyncratique des groupes locaux. Ainsi, il est très probable que les textes publiés par les groupes en question, qui constituent une grosse partie de la documentation d’E. Blanc, soient particulièrement marqués par la référence allemande, puisqu’ils émanent des cadres et s’inscrivent en ce sens dans des procédures de validation et de légitimation où cette référence est écrasante, du moins jusqu’en 1914. En revanche, on aimerait mieux connaître certaines trajectoires plus concrètes des grands leaders sociaux-démocrates des marges, dont certains ont accumulé des expériences politiques diverses, marquées par le populisme et/ou le libéralisme avec leurs répertoires d’action spécifiques. De manière plus générale, l’accent mis sur l’étude de la stratégie des différentes organisations, et notamment la question des alliances de classes, laisse parfois de côté des questions tactiques plus terre-à-terre, sur les modalités de l’implantation ouvrière ou paysanne par exemple. La méthode est plus critiquable encore lorsque E. Blanc fait une lecture transparente des textes programmatiques, sans étudier leur transcription réelle (c’est ainsi que Kautsky se voit lavé des accusations de réformisme par une étude de ses textes indépendante de ce qu’était alors sa pratique au sein du parti social-démocrate allemand). En fin de compte, on a parfois l’impression que l’ouvrage est peut-être trop marqué par les mythes qu’il entend combattre et qui finissent par lui imposer leur espace problématique et méthodique, la confrontation des textes. Ainsi, les chapitres centraux reprennent des grandes questions léguées (et tranchées) par la tradition marxiste-léniniste – le rapport entre intellectuels et ouvriers, le rapport aux élections, l’ouvriérisme et le parti – tandis que d’autres, plus narratifs, consistent également à discuter l’historiographie bolchevique de 1905 et de 1917. L’ouvrage d’E. Blanc s’inscrit en effet également dans des débats politiques actuels au sein de la gauche américaine et de la possible construction d’une social-démocratie révolutionnaire d’un genre nouveau, incarné entre autres par la revue Jacobin. L’ouvrage revêt un caractère scientifique absolument incontestable mais gagnerait peut-être à assumer cette inscription polémique, qui permet mieux de saisir l’insistance sur tel ou tel thème. On peine à croire, par exemple, que l’auteur a véritablement en vue les chercheurs lorsqu’il déplore en introduction la réduction du socialisme de la IIe Internationale à un socialisme « modéré ». Mais là encore, cela doit être relativisé : ces questions, et l’insatisfaction de l’auteur quant à la persistance des mythes léninistes, ont de fait donné lieu à un ouvrage riche, original et désormais incontournable pour quiconque s’intéresse aux débats sociaux-démocrates du début du xxe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Fondu, « Eric BLANC, Revolutionary Social Democracy. Working-Class Politics Across the Russian Empire (1882-1917) »Cahiers du monde russe, 63/3-4 | 2022, 804-807.

Référence électronique

Guillaume Fondu, « Eric BLANC, Revolutionary Social Democracy. Working-Class Politics Across the Russian Empire (1882-1917) »Cahiers du monde russe [En ligne], 63/3-4 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/13444 ; DOI : https://doi.org/10.4000/monderusse.13444

Haut de page

Auteur

Guillaume Fondu

LYER-FYT, EHESS

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search